+ Reply to Thread
Page 31 of 41 FirstFirst ... 21 29 30 31 32 33 ... LastLast
Results 211 to 217 of 281
  1. #211
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 9 Juin 2010 -- Une production céréalière record est attendue, pour la deuxième année consécutive, dans la wilaya de Boumerdès, selon les prévisions de la direction des services agricoles (DSA), qui prévoit d’engranger plus de 160.000 quintaux de céréales, toutes variétés confondues, durant cette campagne. En 2009, la wilaya avait réalisé une production de près de 120.000 quintaux de céréales, une récolte jugée, à l’époque, très bonne. Le rendement à l’hectare pour cette campagne de moissons- battages 2010, dont le lancement interviendra dans les prochains jours, devrait atteindre une moyenne de 25 quintaux/ha contre 23 quintaux/ha l’année dernière, selon les prévisions de la DSA. Ce responsable a également fait état d’une hausse intervenue dans la surface emblavée dans la wilaya, qui est passée de 5.200 ha en 2009 à 6.500 ha actuellement, dont 4.000 ha de blé dur, près de 2.000 ha de blé tendre et le reste d’avoine et d’orge.

    Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette performance enregistrée dans la wilaya pour la seconde fois consécutive, selon le président de l’association des producteurs des grandes spéculations de Boumerdès, M. Salem Bemzibra, qui cite, entre autres, la disponibilité en quantités suffisantes et en temps opportun des semences et engrais nécessaires pour les producteurs locaux. Les facilitations et autres incitations financières diverses (crédit RFIG et baisse de taxes) conjuguées aux conditions climatiques propices et aux campagnes de sensibilisation destinées aux paysans sont les autres facteurs ayant concouru à cette hausse de la production céréalière dans la wilaya, a ajouté la même source. Selon les prévisions de la DSA pour cette campagne 2010, la wilaya devrait engranger plus de 81.000 quintaux de blé dur (avec un rendement de 32 quintaux à l’hectare), plus de 61.000 quintaux de blé tendre (34 quintaux à l’hectare), 15.000 quintaux d’avoine et 5.000 quintaux d’orge.

    S’agissant des moyens matériels réunis pour le bon déroulement de cette campagne, le chef de la production végétale de la DSA a fait état de la disponibilité de 18 moissonneuses-batteuses au profit des producteurs de la wilaya, qui bénéficieront, cette année, d’un nouveau point de collecte et de stockage à Thénia, d’une capacité de plus de 180.000 quintaux, relevant de la coopérative de céréales et légumes secs (CCLS) de Draâ Ben Khedda (Tizi Ouzou), qui s’ajoutera à d’autres dépôts loués à travers la wilaya, d’une capacité globale de 80.000 quintaux. Les zones des Issers, de Zemmouri, de Chaâbat El-Ameur, de Bordj Ménaïel et de Naciria sont considérées comme étant le grenier de la wilaya, selon la même source qui met en avant la haute valeur agricole de ces périmètres, propices à l’intensification de la production céréalière.

  2. #212
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 12 Juin 2010 -- Une récolte de 1,6 million de quintaux de céréales, toutes espèces confondues, est attendue au terme de la campagne de moissons et battages qui sera entamée le 20 juin prochain à Souk Ahras, a indiqué le directeur des services agricoles (DSA), M. Abderrahmane Mansouri. Ces prévisions sont néanmoins sensiblement inférieures à la récolte de la saison précédente (2,3 millions de quintaux), et qui avait permis à cette wilaya de se classer au 2e rang à l’échelle nationale, a-t-il ajouté. Les greniers à blé de la wilaya de Souk Ahras se situent surtout dans sa partie sud, à Tarkalt, Oum Laâdhaïm, Oued El-Kebrit et Sidi Fradj, où les aléas climatiques continuent d’influer cependant directement sur le niveau de la production. Le même responsable a noté que le lancement de la campagne 2009-2010, qui a enregistré un léger retard, portera sur une superficie globale emblavée de 138.000 hectares, dont 73.500 ha de blé dur, 29.500 ha de blé tendre, 32.000 ha d’orge et 3.000 ha d’avoine. Les producteurs céréaliers ont été réunis par la DSA en vue d’une action de sensibilisation concernant l’intérêt des labours de printemps, l’usage des semoirs, le choix des semences de qualité, le traitement aux engrais et l’usage des produits phytosanitaires. Des mesures, a estimé M. Mansouri, à même d’améliorer la récolte de l’ordre de 30 %. Il a ajouté que compte tenu de la rareté des précipitations durant le mois de mai, les producteurs ont recouru à l’irrigation d’appoint pour 350 ha dans les communes de Bir Bouhouche et d’El-Zouabi, situées sur les rives du barrage El-Charef. Les chefs des districts agricoles de la wilaya de Souk Ahras ont eu pour instructions de prendre toutes les mesures de prévention contre les risques d’incendies des récoltes, telles que la mobilisation de citernes tractées, la remise à neuf des extincteurs des moissonneuses-batteuses et le labourage autour des champs de blé mur. La wilaya de Souk Ahras est en mesure de mobiliser 489 moissonneuses-batteuses, en plus de 33 machines nouvellement acquises, dont 25 ont été attribuées aux agriculteurs, tandis que la coopérative des céréales et des légumes secs (CCLS) a procédé à l’aménagement de 10 centres de livraison couverts et de silos d’une capacité globale de 992.000 quintaux, en plus de 10 centres de livraison à l’air libre d’une capacité de 360.000 quintaux. À rappeler qu’en prévision de la campagne de moissons et battages, les silos ont été vidés et les quantités de grains transportés vers Bordj Bou Arréridj et Sétif, ou vers le port d’Alger pour l’exportation de l’orge.

  3. #213
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    قال محمد عليوي، أمين عام اتحاد الفلاحين الجزائريين، إنه ضد استيراد الأغنام من الخارج على حساب الأغنام الجزائرية، ويرى أن امتناع الدولة عن استيراد الأغنام هو بحد ذاته دعم غير مباشر للموالين الجزائريين.

    طالب الأمين العام للاتحاد الوطني للفلاحين الجزائريين محمد عليوي، بفرض مراقبة صارمة على مشاريع التنمية الريفية والفلاحية الجديدة المقررة في إطار برنامج الاستثمارات العمومية 2010ـ 2014، بعدما حصل القطاع الفلاحي منها على مخصصات مالية بقيمة 1000 مليار دينار. وقال عليوي بأنه لا بد أن تتركز جهود وزارة الفلاحة والحكومة في إطار مشاريع التنمية الفلاحية والريفية الجديدة للقضاء على التبعية للخارج في الحليب ومشتقاته وفي إنتاج الحبوب، حيث يمكن، حسب المتحدث، سد الفجوة الغذائية في الجزائر في مجالات إنتاج الحبوب والحليب بواسطة توظيف الاستثمارات العمومية الجديدة. واعتبر السيد عليوي المخصصات المالية لقطاع الفلاحة في إطار برنامج الاستثمارات العمومية الذي فاقت قيمته 286 مليار دولار مقبولة، لكنه طالب بتعزيزها بالمقارنة مع استفادة قطاعات مثل الأشغال العمومية والنقل على غلاف مالي تفوق قيمته 3 مرات المخصصات التي حصلت عليها الفلاحة التي تعد القطاع الأكثر إنتاجية في الجزائر. وشدد عليوي، في تصريح لـ ''الخبر''، على هامش لقاء جهوي لحزب جبهة التحرير بغرداية، على ضرورة المراقبة الصارمة لصرف الأموال في إطار البرنامج التنموي الجديد، وفي ذلك إشارة إلى مشاريع الدعم الفلاحي التي عرفت فضائح تبديد أموال عمومية ضخمة عبر ولايات مثل تيسمسيلت والجلفة.

    وفي موضوع استيراد الأغنام من الخارج ومن السودان الشقيق تحديدا، قال محمد عليوي إنه من ناحية المبدأ اتحاد الفلاحين ضد استيراد الأغنام أو اللحوم من الخارج على حساب المواشي والموالين الجزائريين. فالامتناع عن الاستيراد هو دعم غير مباشر لمربي المواشي الجزائريين، موضحا في هذا الصدد ''في أوروبا حيث توجد عملة واحدة تفرض الدول الأوروبية قيودا مشددة على استيراد المنتجات الفلاحية من داخل مجموعة الأورو''. وأيد مسؤول اتحاد الفلاحين فكرة استيراد المواشي السودانية لفترة 3 أو 4 أشهر خلال الصيف وشهر رمضان فقط لدعم المستهلكين الجزائريين، معربا في الوقت ذاته أنه يحبذ الاستيراد من السودان لتعويض اللحوم المجمدة.

    وطالب المتحدث، بمناسبة وجوده في غرداية، بتشكيل لجنة تحقيق لحصر خسائر الفلاحين خلال فيضانات أكتوبر 2008، وللتحقيق كذلك في إسقاط استفادة مئات الفلاحين من التعويض وعدم تسجيلهم أصلا في قوائم المتضررين من الفيضانات. وألح المتحدث على ضرورة أن يتعامل الفلاحون مع التأمين لضمان حقوقهم مستقبلا.

  4. #214
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samir Rahim :


    Lundi 14 Juin 2010 -- Après le scandale de la Coopérative agricole Lalaymia Lakhdar Annaba (dilapidation et détournement du patrimoine agricole, foncier et immobilier l’équivalent de 20 milliards DA), ayant entrainé la mise sous mandat de dépôt de cinq membres de l’ancien comité de gérance, c’est autour du dossier «mise en valeur du Lac Fezzara» d’occuper l’actualité locale et nationale. Saisi par les services de la présidence, le tribunal de Annaba a désigné deux experts judiciaires. Ils ont pour mission d’éplucher la totalité des documents et actes établis ou entrepris dans le cadre du projet de mise en valeur agricole de ce site qui, dix années après, n’a toujours rien produit. Au début des années 2000, quelques 300 jeunes filles et garçons universitaires ou issus de familles d’agriculteurs avaient reçu des mains du président de la République en visite à Annaba, le document faisant de chacun d’eux le propriétaire pour 99 ans d’un lot de terrain agricole à mettre en valeur. C'est dans ce cadre qu'une enveloppe financière de plus de 360 millions de dinars avait été débloquée. Elle devait servir d’aide à ces nouveaux jeunes entrepreneurs agricoles. Il s’est avéré par la suite que la matérialisation de ce projet relevait d’une utopie. D’où la violente réaction des services de la présidence informés par des experts que le projet en question est irréalisable. Situation que semble confirmer les 360 millions de dinars engloutis en pure perte dans des opérations d’acquisition au profit de ces jeunes bénéficiaires d’équipements sous forme de leasing. Des sources proches du milieu judiciaire ont révélé qu’un ancien wali de Annaba et des cadres du ministère de l’Agriculture ainsi que ceux d’un bureau d’études pourraient être inquiétés par la justice. Ils seraient impliqués de près ou de loin dans les pratiques douteuses ayant caractérisé la gestion de l’enveloppe financière.

  5. #215
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    عرف إنتاج المشمش تراجعا كبيرا هذا العام ببلدية مسعد جنوب الجلفة عما كان عليه في السنة المنصرمة، وذلك بفعل الكميات الكبيرة لحبات البرد التي شهدتها المنطقة منذ أسابيع.

    وكان لهذا الوضع تأثيره على شكل و وجه حبيبات المشمش التي عزف المستهلك عن أكلها قبل أن يجد الفلاحون الحل الوحيد المتمثل في التعامل مع مؤسسات إنتاج المعجون.

    وأوضح لنا فلاحون بمنطقة ''دبداب'' ببلدية مسعد، أن آثار تساقط حبيبات البرد في فترة إزهار حبات المشمش كان له التأثير البالغ، لتليها كميات أخرى من البرد كانت حينها حبات المشمش على وشك النضج، ممّا أثّر على الكمية المتعود على إنتاجها كل سنة بالنسبة لبلدية مسعد المشتهرة بهذه الفاكهة وأصبحت جودتها نادرة في الأسواق.

    وأمام هذا الوضع وصل سعر المشمش إلى سقف 70 دينارا عبر أسواق الولاية، كما أن جودة الثمرة ليست كما كانت عليه، ذلك أن حبيبات البرد ضربت وجه الثمار.

    كما تراجع الإنتاج الذي كان يتجاوز المائتي ألف طن في سنوات منصرمة الى أقل بكثير. وحتى الفلاحون المنتجون شكوا لنا قلة المياه وانعدام المساعدات من طرف مديرية الفلاحة التي تدرك ما فعلته ''حجارة'' البرد هذا العام''.

  6. #216
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 26 Juin 2010 -- La Société de gestion des participations de la production animale (SGP Proda) a lancé un avis d’appel d’offres national et international pour l’acquisition de 5.000 tonnes de viande ovine fraîche, a annoncé, avant-hier à Alger, le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada. S’exprimant en marge d’une séance plénière du Conseil de la nation consacrée aux questions orales, le ministre a indiqué que «les éleveurs locaux sont invités à participer à l’opération déjà en cours et vendre leurs cheptels à la SGP Proda». «L’opération lancée par la SGP Proda contribuera à la régulation des prix durant le mois de ramadan», a-t-il déclaré en affirmant qu’en parallèle, l’importation de viande bovine congelée et fraîche reste ouverte aux opérateurs privés. Selon M. Benbada, l’Etat a prévu plusieurs mesures de régulation des prix des produits alimentaires de large consommation pour le prochain ramadan dans le cadre de la lutte contre la spéculation et la hausse des prix caractérisant habituellement ce mois. Pour contenir la flambée des prix de la volaille durant ce mois sacré, les pouvoirs publics ont également mis à contribution la SGP Proda, qui a été chargée de faire un stock suffisant en viande blanche en achetant localement et de créer un réseau de franchiseurs privés. Selon le ministre, plus de 5.000 tonnes de viande de poulet congelée est stockée actuellement. Elle sert, en plus de réguler le marché, à éviter de recourir à l’importation pendant les périodes de forte consommation, notamment durant le mois du ramadan, et à maintenir les prix à des niveaux acceptables. Une amélioration est attendue dans les prix des légumes, notamment la pomme de terre dont «un bon stock a déjà été constitué» dans le cadre du Syrpalac pour couvrir les besoins du marché national, a indiqué le ministre. Il a ajouté que le nouvel Office national des fruits et légumes est opérationnel et a déjà commencé à constituer des stocks pour faire face à la spéculation et à la hausse des prix. «Les efforts de son ministère durant le mois sacré seront axés sur le contrôle, la répression des fraudes et la lutte contre la spéculation», a-t-il souligné.

  7. #217
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nordine Mzalla :


    Mercredi 30 Juin 2010 -- Notre agriculture a subi des mutations considérables ces dernières années. Les différentes politiques d’encouragement à la production nationale ont convaincu nombre de fellahs à investir dans des créneaux longtemps abandonnés en raison de la difficulté de la tâche et de la rentabilité relative du produit. Mais les appuis considérables dans le cadre du FNDRA ou du crédit bonifié RFIG, ont incontestablement redynamisé le secteur et les chiffres le prouvent. Nos marchés aussi. À titre d’illustration, les différents vergers ou vignobles, plantés récemment, ont commencé à produire leurs beaux fruits en modérant parfois le prix de ces desserts succulents lorsqu’ils échappent aux méfaits des spéculateurs. Cependant, pour réussir à doper la récolte, nous n’avons pas su éviter l’usage systématique des produits phytosanitaires contre les champignons, les maladies diverses et autres parasites. Le goût de nos fruits a fini par changer, corrompu par la chimie des pesticides par exemple. En plus de la déperdition pour nos palais connaisseurs, il y a ce danger indiscutable pour notre santé. Nous n’ignorons pas que les fellahs utilisent souvent ces traitements aux revers nocifs sans une réelle assistance de spécialistes comme cela se faisait à l’époque des coopératives agricoles étatiques. Angoissés par les attaques destructrices de l’oïdium ou du mildiou, ils sont nombreux les vignerons à exagérer la dose pour se prémunir des champignons qui hypothèquent la récolte. Quand le raisin de table est sauvé, il n’est par contre pas sûr que les belles grappes ne soient pas toxiques pour notre organisme. D’ailleurs, les études épidémiologiques pourraient confirmer les propos de praticiens exerçant dans des zones à forte activité agricole et qui ont constaté la fréquence de certains cancers chez les agriculteurs. Des affections qu’on peut imputer à des produits phytosanitaires qu’ils ont manipulés pendant des années sans masque de protection ni autre forme de prévention. Les pouvoirs publics devraient se pencher sur la question pour que la relance de l’agriculture ne soit pas gâchée par un nouveau mal venu de la terre.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts