+ Reply to Thread
Page 39 of 41 FirstFirst ... 29 37 38 39 40 41 LastLast
Results 267 to 273 of 281
  1. #267
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGIERS, January 18, 2011 (Reuters) -- Algeria's state grains agency has purchased around 1 million tonnes of wheat in the past two weeks to avoid shortages in case of unrest, a source from the ministry of agriculture told Reuters. The OAIC's director, Nouredine Kahel, refused to make any comment, but a source at the ministry said that there are three main reasons behind Algeria's decision to buy big quantities in a short period of time. "One is that we want to make sure that we do have enough wheat in case of unrest," the source, who asked not to be named, told Reuters.Several Algerian towns including the capital experienced days of rioting earlier this month, triggered by a sharp rise in food prices. Two people were killed and hundreds were injured during clashes between rioters and police, officials said. To calm the situation, Algeria has decided to cut the cost of some foodstuffs and to increase by 18 percent the amount of soft wheat it supplies to the local market each month. "This is the second reason behind Algeria's decision to buy big quantities of wheat," the source said. The amount of soft wheat the OAIC agency supplies to processors will go up from 350,000 tonnes to 430,000 tonnes per month from January 9 until August 31, according to officials. "The third reason is that we need to cover the period from March to June as the upcoming harvest will only be available in August," the source said. Algeria, the world's fifth-biggest cereals importer has launched a plan in 2008 to reduce its dependency over imports.

  2. #268
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 17 Février 2011 -- Un projet d'irrigation de la plaine du plateau d'El-Asnam (Bouira) et de la vallée du Sahel, à cheval entre les préfectures de Bouira et Bejaia, sera lancé avant la fin du premier semestre 2011, a annoncé jeudi un haut responsable algérien. Ce projet, destiné à irriguer un périmètre de quelque 9.000 hectares, fonctionnera à partir des eaux des barrages de Tichy-Haft (Bejaïa) et de Tilesdit (Bouira), selon le directeur général de l'Office national d'irrigation et de drainage (ONID), cité par l'agence APS qui ne l'identifie pas. Ce projet implique la mise en place d'un système hydraulique spécialisé intégrant les équipements inhérents à l'adduction et la distribution d'eau, l'installation de stations de pompage et réservoirs ainsi que des travaux connexes dont la protection des berges contre les crues, a-t-il expliqué. Cela devrait permettre une production agricole accrue de plus de 120.000 tonnes notamment de céréales, légumes secs, cultures fourragères et maraîchères contre 30.000 actuellement, selon la même source. 8.300 emplois seront créés. Selon le directeur de wilaya des services hydrauliques, il existe dans la wilaya de Bejaia 13 aires d'irrigation d'une superficie de 6.400 hectares et qui nécessitent toutes une réhabilitation. L'étude technique du projet, dont les délais de réalisation sont fixés à 26 mois, a été élaborée par un groupement de bureaux algéro-français, indique encore l'APS.

  3. #269
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Mercredi 23 Février 2011 -- Le nouveau fonds de garantie des crédits pour l’agriculture et les activités rurales sera doté de 10 à 20 milliards de dinars. «Les agriculteurs se sont toujours plaints des difficultés d’accès aux crédits bancaires. Il était nécessaire de lancer un fonds de garantie des crédits, de la même manière que ce qui a été fait pour la PME. Ce fonds sera créé prochainement à partir des ressources qui sont déjà disponibles», a annoncé Rachid Benaissa, ministre de l’Agriculture et du renouveau rural, invité ce mercredi 23 février de la chaîne III de la radio nationale. Mardi, le Conseil des ministres a retenu le principe de mise en place un dispositif de garantie des crédits bancaires destinés aux agriculteurs. Selon le ministre, il était normal d’agir pour agrandir la base productive par la création d’exploitations agricoles après l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur le foncier agricole. «Nous nous adressons non seulement aux terres du domaine privé de l’État mais également aux terres privées. Un dispositif est mis en place pour que tous les agriculteurs détenteurs de terres puissent créer des exploitations et il sera accompagné de crédits bonifiés de 1 million de dinars par hectare mis en valeur», a‑t‑il indiqué. Il a évoqué les facilités accordées pour l’accès à la concession. «La concession est hypothécable. C’est une nouvelle disposition. À partir de là, l’agriculteur a accès à un crédit bonifié de 1 million de dinars par hectare. Le bénéficiaire hypothèquera l’acte de concession Si le bénéficiaire est propriétaire, ses titres constitueront l’hypothèque», a‑t‑il expliqué.

    L’appel est, selon lui, lancé aux agriculteurs des hauts plateaux, du Sud et des zones montagneuses pour bénéficier de ce dispositif. «Dès le début de la semaine prochaine, ce dispositif sera connu dans le détail. Tout le monde est concerné mais une priorité sera accordée aux diplômés dans le domaine agricole d’une manière directe ou indirecte. Les enfants d’agriculteurs et d’éleveurs sont également prioritaires», a‑t‑il dit. Il a précisé que les terres relevant du domaine privé de l’État seront données exclusivement dans le cadre de la concession. «Il y a un engagement, un cahier des charges signé avec tout opérateur qui s’engage dans le domaine agricole. Il sera soutenu et encouragé. S’il dérive, nous retirons la concession», a‑t‑il appuyé. La concession sera cédée au dinar symbolique et la période d’exonération du paiement de la redevance sera de dix ans. «C’est le temps nécessaire pour la mise en valeur des terres et la création des exploitations. C’est également les premières années de la production agricole. La grande transparence est un garde‑fou. Nous avons besoin de la force des jeunes, des diplômés et des connaisseurs de l’agriculture pour relever le défi la sécurité alimentaire», a‑t‑il noté. Les lois sur l’orientation agricole et sur le foncier agricole ont, d’après lui, apporté des réponses à des questions posées depuis longtemps.

  4. #270
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    April 8, 2011 (Global Arab Network) -- In a bid to halt rising commodity prices and boost self-sufficiency, Algeria has introduced a number of new projects to improve the country’s food security – including irrigation projects, tax benefits for local producers and support for private sector initiatives – which are increasingly meeting with success according to the Oxford Business Group. The government is aiming to discourage imports and raise local production to help boost self-sufficiency and limit the country’s vulnerability to external commodity shocks. To help limit imports, the administration has been increasing Customs duties, with the 2010 budget raising taxes on wheat imported by private firms. In late 2010 the government decided to reintroduce duties on 36 agricultural and agro-alimentary products imported from the EU that had been suspended as part of Algeria’s association agreement with the bloc, though some duties on food imports were again suspended temporarily in response to rioting over food prices in early January.

    The food riots emphasised the delicacy of pursuing such a policy, as President Abdelaziz Bouteflika seeks to strike a balance between improving national food security and affordable prices, but imports are nonetheless declining. For example, while the country is the world’s fourth-largest importer of wheat, purchases from abroad are falling. According to data from the Algerian Customs service’s National Centre for Information and Statistics, in 2010 the country imported 5.23 million tonnes of wheat, down 8.5% from 2009’s 5.72 million tonnes. The decline in the value of imports was even larger at 31.7%, thanks to lower prices, with imports having declined from $1.83 billion in 2009 to $1.25 billion in 2010. In January and February 2011 the country reportedly bought 1.85 million tonnes of wheat – most of it from Algeria’s main supplier, France – to secure supplies for the year ahead.

    Cereal imports fell from around $5.4 billion in 2009 to $5.2 billion in 2010, according to Rachid Benaissa, the minister for agriculture and rural development. While this may seem to bode ill for the country’s available supply given the fact that the domestic 2009/10 cereals harvest fell to 4.6 million tonnes from 6.2 million tonnes the previous year due to drought, there are a number of projects under way to increase domestic crop production. One measure being taken to boost local production is the expansion of irrigation systems. The government plans to increase the irrigated surface area – which accounts for just 5% of Algerian agricultural land but contributes around 40% of the total value of agricultural production – from around 400,000 hectares to 1 million hectares by 2015.

    As part of this endeavour the National Irrigation and Drainage Office announced a project in late February 2011 that will see the irrigation of around 9000 hectares of land in the El Esnam plain in the Bouira province and the Sahel valley in the Bouira and Bejaia provinces using water from the nearby Tilesdit and Tichy Hafta dams. With the launch expected in early summer, the project is projected to create 8,300 jobs and boost annual agricultural production from the area fourfold, from around 30,000 tonnes per year to more than 120,000 tonnes.

    The milk and dairy product segments are also being targeted for increased output under the drive for improved food security. Local production currently stands at just 1.3 billion litres, well behind the annual consumption of around 3.3 billion litres. To get closer to meeting demand, the 2011 budget offers tax exemptions to milk producers. Government-backed projects also aim to improve productivity and efficiency in the sector through training programmes. In February the country’s Technical Institute for Livestock Farming signed an agreement with French organisation Bretagne International, an association that promotes international development of companies in Brittany, to provide training for farmers in rearing cows and producing milk in the provinces of Blida, Relizane and Souk Akhras. The project also aims to encourage cooperation between Algerian and French businesses. Benaissa told the press in December that the country imported 24,000 cows in 2010, up 60% on 2009 figures.

    Domestic sugar production is also set to receive a boost following the announcement of plans by local company La Belle and France’s Cristal Union to open a sugar refinery. The €70 million development will be located in Ouled Moussa in the Boumerdes province. Cristal Union is to take a 35% stake in the project, which will have an initial annual capacity of 350,000 tonnes. This will double to 700,000 tonnes after four years, by which time a second unit will have been completed. The installation will be the country’s fifth sugar refinery. Domestic firm Cevital, which is reported to have a market share of 80%, currently dominates the local sugar market. The country imported around 1m tonnes of raw sugar in 2010, at a cost of around $495 million.

    The government is also supporting private sector efforts to improve performance in the agricultural sector. In December 2010 Benaissa gave his backing to the launch by Algeria’s Benamor Group of a network aimed at encouraging interaction between wheat farmers and flour millers. The intention of the project is to improve the quality of wheat produced domestically. The network is based on a similar one in the tomato industry, which, according to Benamor statistics, helped increase annual productivity from 15 tonnes per ha to 60 tonnes. Should the government initiatives bear fruit, then the increased domestic production will go a long way to reducing the dependency on imports, buffering the country’s economy from external commodity shocks and increasing the efficiency of the local agricultural sector. This, in turn, should help keep prices lower and shelves stocked.

  5. #271
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samy Cherroud :


    Dimanche 24 Avril 2011 -- En prévision du prochain mois de Ramadhan, qui coïncidera cette année avec les grosses chaleurs du mois d’août, l’Algérie a commencé à constituer ses stocks de viande ovine, a indiqué ce dimanche 24 avril à Alger le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa. S’exprimant en marge de la réunion trimestrielle des contrats de performances des wilaya du secteur, le ministre a précisé à la presse qu’une opération d'achat et d'abattage a été entamée pour constituer ces stocks qui permettront de mieux réguler le marché de la viande rouge pendant le mois sacré durant lequel une forte demande en la matière est traditionnellement constatée. Le représentant du gouvernement ajoutera que «des mesures ont été prises» pour constituer des stocks de viande bovine à partir d'importations en vue de répondre à la forte demande exprimée pendant le prochain mois sacré. Le ministre n’a toutefois pas précisé les quantités devant être stockées pour cette circonstance.

    Il faut noter, par ailleurs, que c'est la première fois en Algérie que des opérateurs recourent au stockage de la viande ovine issue de la production nationale. Ces stocks entrent dans le cadre du dispositif de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac), créé en 2008. L'Algérie a importé quelques 11.000 têtes de bovins d'engraissement durant les trois premiers mois de 2011 destinées à la consommation durant cet été. La consommation nationale de viandes rouges s'élève, quant à elle, à quelque 380.000 tonnes par an dont 30.000 à 50.000 tonnes proviennent de l'importation. Pour rappel, l’Algérie a recouru durant le mois de Ramadhan précédent à l’importation de viande rouge congelée d’Inde et du Soudan, ce qui n’avait pas manqué de créer une certaine polémique en raison de l’appréhension de beaucoup de consommateurs quant à la qualité des viandes importées.

  6. #272
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    PARIS, April 26, 2011 (Reuters) -- Algeria's state grains agency OAIC has re-launched a tender to buy 50,000 tonnes of feed barley for shipment in May 15-31, European traders said on Tuesday. OAIC had initially held a tender last week but traders said the agency had asked for new offers to be submitted by this Wednesday. Traders said OAIC had cited "significant constraints" that had prevented the agency's purchasing committee from meeting last week. Algeria is a leading importer of wheat but rarely tenders to buy barley.

  7. #273
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    MMardi 26 Avril 2011 -- Mohamed Laïd Benamor est PDG du groupe alimentaire Benamor, basé à Guelma, et l'un des principaux producteurs de pâtes alimentaires et de tomates industrielles. Alors que son groupe s'apprête à relancer l'exportation de pâtes alimentaires, il plaide pour une meilleure intégration de la filière agroalimentaire en Algérie.

    Le gouvernement a levé le 12 décembre dernier l’interdiction d’exporter les pâtes alimentaires. Avez-vous repris les exportations ? Quelles sont vos potentialités ?

    En ce qui nous concerne, la levée de l’interdiction d’exporter les pâtes alimentaires et le couscous est venue au moment opportun, alors que nous étions prêts à démarrer l’exportation de nos produits. Au début du mois de mars de cette année, nous avons réceptionné un premier navire de blé français destiné à la transformation de pâtes alimentaires et couscous totalement dédiés à l’exportation.

    Les produits algériens sont-ils demandés à l’étranger ? Quels sont les pays que vous ciblez ?

    À travers nos participations aux différentes expositions internationales des produits agroalimentaires, nos produits ont été très appréciés pour leur qualité par des entreprises d’Europe, d’Amérique du nord, du Moyen-Orient et d’Afrique subsaharienne. Il faut dire qu’en matière de qualité, notre groupe utilise des équipements de pointe très performants qui lui permettent de fabriquer des dérivés de blés de qualité très appréciée (semoule, couscous, pâtes) y compris pour l’exportation.

    Les produits agricoles algériens ont du mal à s’exporter et à atteindre le marché européen. Pourquoi ? S’agit-il d’un problème de qualité, de savoir-faire des opérateurs ou de bureaucratie ?

    Nous pouvons citer plusieurs paramètres qui pourraient affecter l’intégration au marché européen. D’abord, la matière première locale : il faudrait que les opérateurs économiques de l’industrie agroalimentaire se rapprochent des agriculteurs de la filière, en vue de les orienter en fonction des exigences des acheteurs tant sur le plan qualitatif que la traçabilité du produit. Le cahier des charges doit constituer l’un des principaux objectifs des intervenants de la filière. Ce qui nécessite une relation étroite avec l’amont agricole. Ensuite, il y a la maîtrise de la structure des coûts de production, le manque d’agressivité du marketing à l’export et la mise en conformité de nos entreprises et de nos produits.

    Vous avez lancé il y a quelques mois un projet ambitieux de coopération étroite avec les agriculteurs céréaliers. Ce projet avance-t-il ?

    Il s’agit d’un programme d’intégration qui est dans une phase préparatoire pour établir un état des lieux. C’est un réseau participatif qui associe les producteurs, les organismes collecteurs stockeurs et notre groupe de transformation avec pour objectif principal la mise en synergie des qualifications et des moyens disponibles des intervenants de la filière pour une optimisation des potentialités des variétés locales sur la base de leurs aptitudes technologiques en adéquation avec les spécificités de la demande des consommateurs. Ceci passe par l’intensification des méthodes et techniques de production, l’adhésion aux concepts de qualité et de traçabilité de la production à la consommation en prenant en compte la protection de l’environnement. Les producteurs potentiels de blé dur de la région «Est» ont pleinement adhéré et collaborent sur le terrain avec le comité technique de suivi pour assurer la mise en œuvre de ce programme au titre de la campagne en cours 2010-2011.

    Que faut-il faire pour augmenter la production algérienne de céréales et réaliser l’autosuffisance ?

    Nous ne pouvons pas parler dans l’absolu d’une autosuffisance globale mais plutôt d’une réduction de la dépendance et de la vulnérabilité extérieure. Pour ce faire, l’Algérie a toujours institué une politique d’encouragement par le biais de moyens techniques et financiers de soutien à destination des agriculteurs céréaliers. Des mesures encore plus renforcées d’encadrement et de stimulation par le financement, la sensibilisation, la formation et par l’organisation au sein de l’interprofession constituent des axes principaux de la politique nationale du renouveau agricole et rural lancée tout récemment pour atteindre les objectifs d’augmentation des rendements et de développement des productions. L’expérience réussie par notre groupe dans le domaine de la tomate industrielle nous montre la voie et nous stimule à refaire l’expérience dans la culture du blé dur et pour cela il faut assister les agriculteurs afin d’améliorer leurs rendements ainsi que leurs revenus ; leur fournir les semences les plus adaptées, leur permettre d’utiliser des équipements performants, etc.

    Quel était le chiffre d'affaires de votre en groupe en 2010 et quelles sont vos prévisions pour 2011 ?

    Le chiffre d’affaires du groupe en 2010 est de 200 millions d’euros (équivalent en dinars, un euro est cédé à plus de 105 dinars actuellement, ndlr). Pour 2011, nous prévoyons un chiffre d’affaires global de l’équivalent en dinars de 220 millions d’euros.

    Quel est le montant des investissements que votre groupe compte réaliser cette année ?

    Pour cette année 2011, notre groupe investira 2,5 milliards de DA.

    Allez-vous recruter de nouveaux salariés cette année ?

    Cette année plus que les années précédentes, nous comptons recruter 500 nouveaux collaborateurs.

    Allez-vous augmenter vos capacités de production de pâtes et de tomates ?

    Nous pouvons considérer qu’on a atteint un niveau de production considérable en part du marché national. De ce fait nous comptons nous diversifier vers d’autres activités de la filière agroalimentaire.

    Quels sont vos objectifs en termes de chiffres d'affaires et de parts de marché pour les cinq prochaines années ?

    Comme je viens de vous le mentionner, nous allons orienter notre progression vers la diversification des produits tout en maintenant des parts de marché à l'équilibre. Pour ce qui est de la projection sur les cinq prochaines années nous nous attelons à maintenir le même taux de croissance du chiffre d'affaires, ce qui aura une conséquence directe sur le recrutement qui pourrait assurer un minimum de 3.000 nouveaux postes d'emploi.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts