+ Reply to Thread
Page 4 of 41 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 ... LastLast
Results 22 to 28 of 281
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    SETIF, Algeria, June 1, 2008 (Reuters) - High world grain prices should make this a golden age for Algerian wheat farmers, but a legacy of mismanagement means the former Mediterranean farming superpower is struggling to regain its lost agricultural glory.

    Erratic rainfall is a perennial threat and weeks of drought this year will likely hit cereals output in a country that is already one of Africa's top food importers.

    But it is administrative and policy flaws that pose the bigger menace, say farmers.

    They complain of a lack of financial support despite well-intentioned government efforts to reverse a history of neglect and a debilitating reliance on oil and gas in the north African country.

    Farming provides work for around 25 percent of those of working age in the 33 million-strong population, and accounts for about 10 percent of the OPEC member's $110 billion gross domestic product.

    But agricultural productivity is low with Algeria harvesting less wheat than Egypt on three times as much land.

    Farmer Achour Slimani stands in a parched wheat field of stunted plantings and echoes a complaint common among his peers.

    "The banks refuse to provide loans to farmers. They support importers and industrialists, but never farmers," said Slimani, part-owner of a 134-hectare (330-acre) field in Ouled Yellis near Setif town at the centre of the main wheat plains.

    "You can't build agriculture without an efficient banking system," he said.

    In a major policy speech in February, President Abdelaziz Bouteflika said Algeria should devote more land to food, including cereals, more land should be irrigated and greater efforts made to prevent desertification.

    But he did not directly address one of the main constraints cited by cereals farmers - access to loans. Inflexible credit means farmers cannot invest and banks often cite lack of title as a reason to refuse loans, farmers say.

    The issue is critical because 62 percent of farmed land is private smallholdings where farmers usually lack title to the assets that would qualify as collateral, official figures show.

    The remainder is state land, managed in many cases by private farmers under long-term concessions.

    "We have cultivated wheat since the Romans, but a majority of farmers don't have title to property," said Lahcene Lamri, secretary general of the Setif chamber of agriculture.

    For decades, farmers tilling some of Africa's richest land were the pillars of Algeria's economy and, at independence from France, accounted for 63 percent of export revenues.

    But the departure of the French in 1962 triggered a decline, with the loss of foreign managers and skilled labor compounded by the advent of a command economy featuring fixed salaries for farmers and effective state ownership of farms.

    Hydrocarbons took over as the economy's mainstay and the government began to favor heavy industry over farming, a humiliating reversal for a sector with a proud history as a regional breadbasket dating back to Roman times.

    Today, energy accounts for more than 95 percent of export earnings.

    Farming suffered further damage in the 1990s when political violence triggered an exodus to the cities by rural families fleeing fighting between the army and Islamist armed groups.

    As a result Algeria, one of the biggest purchasers of wheat on the international market, imports around 5 million tonnes of cereals annually to fill shortfalls in the domestic crop, forking out $1.5 billion per year for foreign-grown cereals.

    Algeria's productivity is below that of its neighbors, harvesting 4.3 million tonnes of cereals in 2007 on cultivable cereals land of 3 million hectares, official figures show.

    In comparison, Egypt produced more than 7 million tonnes in 2007 on just 1.1 million hectares, and Morocco harvested 9 million tonnes on 5.5 million hectares in 2006.

    Cereals farmers say heavy bureaucracy, bad quality of seed corns and expensive pesticides hinder their work.

    To be recognized as a farmer, individuals have to lodge a request with the local chamber of agriculture, which can take months to issue the official card that allows them to do business.

    Since many farmers are illiterate, navigating the paperwork is a challenge, as is dealing with banks, which can also require extensive form-filling.

    But improvements in other sectors, such as fruit and vegetables, show farming is far from a lost cause.

    Since 2001 vegetable, wine and date output has grown and provided new jobs.

    In April, the government indicated the time had come to give a boost to cereals output, announcing it would buy some local wheat at prices close to those in the international markets.

    Implementation, however, has been patchy.

    "Speech is one thing, and reality is another thing. To be included in the government plan, you must own a large surface area. The problem is that 80 percent of wheat lands are less than five hectares," agriculture analyst Lyes Kahouadji said.

    Farmers must own at least 10 hectares to be considered for the price support, he added.

    Messaoud Benouari, chairman of the Setif chamber of agriculture, told Reuters: "Nothing has come yet from the capital Algiers. How and when will this decision be enforced? We don't know."

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 10 juin 2008 -- Entre 70 % et 80 % des repas quotidiens des Algériens est composé de produits importés, a indiqué aujourd'hui le président de l'Association nationale des économistes algériens (ANEA), Hacen Bahloul. Ce taux élevé a induit une facture d'importation de 4,8 milliards de dollars en 2007.

    Pour faire face, Hacène Bahloul estime que l'Algérie devrait adopter une politique efficace de développement économique notamment dans le domaine agricole pour renforcer sa sécurité alimentaire face à la flambée des prix des produits alimentaires sur le marché mondial. M. Bahloul préconise "l'augmentation de la productivité agricole et la mise en valeur des terres non exploitées à travers la gestion rationnelle des eaux et l'implication du secteur privé pour se mettre à l'abri des crises alimentaires mondiales fréquentes". Il a également mis l'accent sur la nécessité d'investir dans les ressources humaines et la technologie et de réhabiliter l'activité agricole et l'agroalimentaire, secteurs complémentaires.

    En dépit des efforts consentis dans le domaine du développement agricole, la production nationale reste en deçà des besoins, notamment en blé dur et tendre. Avec sa superficie importante qui s'étend sur près de 240 millions d'hectares dont 40 millions hectares de terres arables au nord du Sahara, dont seulement 8 millions hectares sont exploités, l'Algérie recèle des ressources naturelles immenses.

    Le soutien public à l'investissement dans le secteur, dans le cadre de la politique agricole, reste faible. Ce soutien ne dépassait pas 3,6 % du PIB en 2006, en témoigne la faible évolution de la superficie arable exploitée (de 7,5 millions à 8 millions hectares), a-t-il ajouté.

  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 15 juin 2008 -- Pour la première fois dans notre pays, les industriels et les agriculteurs vont se concerter, dans le souci de susciter une large réflexion sur les enjeux liés à la question cruciale de la sécurité alimentaire. A cet effet, une rencontre organisée conjointement par la Chambre nationale de l’agriculture (CNA) et le Forum des chefs d’entreprise (CFE) aura lieu aujourd’hui et demain à l’hôtel Aurassi, à Alger, en présence d’opérateurs des secteurs de l’agriculture et de l’agro-industrie. Dans un document rendu public, les deux parties soulignent que cette rencontre abordera les questions cruciales de l’heure en se référant particulièrement aux incidences de la globalisation, aux conditions propres à notre pays et aux leçons de l’évolution récente des marchés mondiaux des produits alimentaires. Outre les considérations liées notamment à la croissance de la population mondiale, au réchauffement planétaire et à l’explosion des besoins de pays tels que la Chine et l’Inde, le document souligne que cette rencontre répond à un besoin pressant exprimé par les acteurs des secteurs de l’agriculture et de l’industrie sur la nécessité d’une évaluation des opportunités de nature à amorcer la relance de l’offre alimentaire dans le cadre d’une dynamique intégrée entre l’agriculture et l’industrie. Les opérateurs des deux secteurs s’accordent à dire que le temps est venu pour travailler en étroite collaboration, considérant qu’il est également de leur responsabilité de contribuer à préserver la sécurité alimentaire actuelle et future de l’Algérie. Les principaux objectifs sont énumérés dans ce document. Il s’agit, notamment, de la prise de conscience des nouvelles conditions émergeant sur le marché mondial pour la rentabilité de nouvelles productions et de la reconnaissance du fait que les potentialités agricoles et agroalimentaires existent dans notre pays et que les capacités de transformation peuvent être développées. En outre, les chefs d’entreprises considèrent qu’il est indispensable de soutenir d’avantage les efforts déployés dans le cadre du PNDA et de consolider la relation agriculture/industrie. Toutes ces actions que devront mener conjointement les acteurs des secteurs de l’agriculture et de l’industrie feront l’objet d’un important débat durant ces deux journées.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 16 juin 2008 -- L’Algérie est face à une véritable menace sur sa sécurité alimentaire. Un danger triangulaire nous guette. Il s’agit de la désertification galopante qui risque d’engloutir 30 millions d’hectares supplémentaires, induisant ainsi un recul de l’agriculture qui n’arrive pas à couvrir les besoins en consommation, importés à hauteur de 70% du marché extérieur. Les spécialistes demandent une réaction urgente pour réduire ce risque. En plus de la nécessité de multiplier les efforts pour endiguer le phénomène de la désertification, ces derniers insistent sur l’importance de réaliser une synergie entre l’agriculture et l’industrie agroalimentaire pour subvenir aux besoins de consommation nationale qui ne cessent d’augmenter. La sécurité alimentaire et l’approvisionnement en eau potable risquent d’être compromis à long terme si rien n’est fait. Le phénomène de la désertification pèse telle l’épée de Damoclès sur l’Algérie comme sur d’autres pays du monde. Les chiffres communiqués, à la veille de la célébration de la journée mondiale de lutte contre la désertification (17 juin) par la direction générale des forêts (DGF) sont alarmants. Erosions, pertes de sédiments, glissements de terrain et avancée du désert… au moins 30 millions d’hectares des terres arables du territoire national sont aujourd’hui plus que jamais menacés par la désertification. Selon le rapport de la DGF, 12 millions d’hectares sont soumis à l’érosion hydrique dans les zones montagneuses, dont 47% des régions les plus érodées se situent à l’ouest du pays.

    Le rapport, rendu public hier, évoque aussi la perte de 120 millions de tonnes de sédiments/an et une diminution des capacités de stockage des eaux de barrages avoisinant les 20 millions de m3/an. Ce qui risque de réduire encore davantage les capacités, déjà insuffisantes, pour subvenir aux besoins nationaux en la matière. « La sédimentation de certains barrages a atteint un taux qui avoisine les 100% », précise la même source. Ce sont les régions steppiques (dans les Hauts-Plateaux et l’ouest du pays) qui sont les plus menacées. Représentant près de 36 millions d’hectares, 20 millions d’hectares relevant du domaine de la steppe sont aujourd’hui vulnérables à la désertification. « Alors que 600 000 hectares sont désertifiés, 7 millions d’hectares relevant de la steppe sont sérieusement menacés par l’érosion éolienne », précise le document de la DGF. En plus de l’avancée du désert, la DGF souligne également un autre problème relatif au glissement du terrain (16,6 m3 érodés/an) dû à la déforestation. Malgré les efforts consentis jusque-là, à travers le projet du barrage vert lancé en 1971 et les différentes campagnes de reboisement lancées ces dernières années, la superficie forestière demeure insignifiante. Elle ne représente, selon le même rapport, que 1,7% du territoire national, dont 11% se situent dans la région nord du pays.

    La situation est la conséquence de plusieurs facteurs. En sus du climat et de l’avancée du désert (200 millions d’hectares représentent le Sahara), la DGF cite en particulier le facteur humain. L’exploitation irrationnelle des terres, notamment dans les régions steppiques et la destruction des forêts favorisent le phénomène de la désertification. Soulignant la nécessité de conjuguer les efforts au niveau de tous les secteurs, la DGF rappelle les objectifs du programme d’action national (PAN) pour la lutte contre la désertification. Le PAN vise, indique la même source, le développement durable de l’écosystème steppique. « Cet objectif est réalisable à travers la diminution de la population tirant sa subsistance de l’exploitation extensive des zones classées sensibles, la création d’opportunités d’investissement non désertifiant pour les capitaux actuellement utilisés dans l’élevage steppique, et également une recherche scientifique et technique proposant des techniques agricoles et pastorales à effet désertifiant faible », précise la DGF. Pour la reconstruction du patrimoine forestier, la DGF cite encore la campagne de reboisement consacrée comme tâche « d’intérêt national » et qui se traduit par une mobilisation des citoyens et la mise en œuvre d’un vaste programme d’investissement. « Ces programmes et cette campagne ont permis la plantation, de 1962 à 1970, de plus de 99 000 ha », indique-t-on.


+ Reply to Thread
Page 4 of 41 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts