+ Reply to Thread
Page 12 of 31 FirstFirst ... 2 10 11 12 13 14 22 ... LastLast
Results 78 to 84 of 212
  1. #78
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Salim Tamani :


    Jeudi 3 Avril 2008 -- La polémique née de l’affaire des Mig-29 est définitivement close. Après l’annonce de la reprise lundi par Moscou de la livraison des avions de chasse SU-30MKA à l’Algérie, une source autorisée du ministère de la Défense nationale a indiqué hier que “les contrats passés avec le partenaire russe sont exécutés par les deux parties conformément aux clauses contractuelles convenues”. La même source, qui cite des articles de presse étrangère, et notamment russe évoquant l’existence de contentieux concernant certains contrats d’acquisition de moyens aériens de défense conclus par le MDN avec des opérateurs russes, souligne que “la coopération militaire avec les Russes se poursuit à la satisfaction mutuelle des deux pays et dans le respect de leurs intérêts réciproques sur la base des relations traditionnelles d’amitié qui les unissent depuis de longues années”.

    Ainsi, si les Russes n’avaient pas hésité à relancer le débat sur la décision d’Alger de rendre les Mig-29 en raison de certaines défaillances techniques avant et même après la visite du président Bouteflika à Moscou les 18 et 19 février dernier, ils se seraient rendus à l’évidence que le dossier des avions de chasse ne pouvait compromettre des relations bilatérales que les deux parties qualifient d’historiques. Alger, qui a décidé de diversifier ses partenaires en matière de coopération militaire, est aussi souveraine dans ses décisions surtout lorsque celles-ci touchent au domaine de la défense. C’est ce qui explique aussi la sérénité avec laquelle cette mini-crise diplomatique avec son partenaire traditionnel, la Russie a été gérée.

    En effet, des cercles proches du complexe militaro-industriel russe avaient accusé Alger d’avoir “cédé à la pression de la France” afin de remettre en cause une partie du contrat militaire signé en mars 2006 à l’issue de la visite de Vladimir Poutine, alors président de la Russie. Cette accusation cachait mal en fait la colère de Moscou suite à la décision algérienne de renvoyer les Mig-29 du fait des répercussions négatives qu’elle pouvait induire sur l’image et la crédibilité des constructeurs d’armes. Ce qui s’est vérifié d’ailleurs au fil du temps, et des responsables du complexe militaro-industriel russe ont tôt fait d’écarter toute éventuelle conséquence de l’affaire des Mig-29 sur la coopération avec leurs partenaires européens et asiatiques.

    Quelques jours plus tard, Moscou annonce avoir suspendu la livraison des avions de chasse Sukhoi en invoquant un retard de paiement dont se serait rendue responsable Alger. “Vu que l’Algérie ne remplit pas ses engagements financiers dans le contrat pour la livraison à ce pays de 28 avions de chasse SU-30MKI, la livraison d’un nouveau lot d’appareils a été suspendue”, avait déclaré vendredi dernier une source au sein du complexe militaro-industriel russe à l’agence Interfax. Cette sortie inattendue allait être soudainement démentie trois jours après, soit lundi dernier avec la reprise par le constructeur aéronautique Irkout, de la livraison à l’Algérie de deux chasseurs polyvalents Su-30MKA. “Les chasseurs seront livrés en kit pour être assemblés et testés sur le terrain avant d’être remis au client”, avait précisé Irkout.

    Il faut savoir qu’un contrat portant sur la livraison de 28 chasseurs de la famille Sukhoi avait été signé en mars 2006. En 2007, Irkout avait déjà vendu à l’Algérie quatre chasseurs polyvalents Su-30MKA.

  2. #79
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 20 avril 2008 -- Les nuages semblent s'être dissipés entre Alger et Moscou, et le litige technique sur le contrat de livraison d'avions de chasse russes à l'Algérie serait sur le point d'être réglé. La nouveauté est l'annonce par une source officielle russe de négociations entre l'Algérie et la Russie pour la livraison d'avions amphibies spécialisés dans la lutte anti-incendie. L'annonce a été faite hier vendredi en Sardaigne par le ministre russe des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou, en marge des exercices anti-incendies européens «Fire-4», auxquels participe la Russie. Selon le même responsable, l'Algérie est intéressée par l'acquisition de six appareils de type Be-200, dont on dit beaucoup de bien en matière de lutte contre les incendies de forêts notamment. L'avion multifonctionnel de nouvelle génération Be-200 est conçu sur la base du plus grand avion amphibie à réaction du monde, l'A-40 Albatros. Même si la version de base du Be-200 est destinée à combattre les feux de forêts, elle permet d'assurer le transport de passagers et de fret, de patrouiller les zones côtières, d'effectuer des opérations de sauvetage et d'autres missions. L'appareil, un mastodonte, peut prendre l'air et atterrir aussi bien sur la terre ferme que sur l'eau.

    Selon le ministre russe, plusieurs pays seraient intéressés par ce type d'hydravion, la Grèce notamment, mais également l'Algérie. «L'Algérie souhaite notamment acheter six appareils de ce type», a affirmé le ministre russe des Situations d'urgence. L'information, annoncée vendredi en Sardaigne (sud de l'Italie), court cependant depuis le mois de décembre dernier lorsque le même responsable russe avait affirmé que plusieurs pays voulaient acquérir ce type d'appareil dans la lutte contre les incendies de forêts. Si le contrat d'achat par l'Algérie d'appareils russes de lutte contre les incendies est mené à son terme, le ministre russe ayant déjà annoncé qu'un premier contrat a été signé sans mentionner qui de la Grèce ou de l'Algérie a remporté le premier «lot» (Athènes ayant demandé sept appareils), il constituera, en fait, une sorte de «régénération» des relations entre les deux pays en matière de livraison d'aéronefs, militaires et civils. Mais également la prédominance des constructeurs russes au détriment des grands constructeurs occidentaux, qu'ils soient américains, européens ou canadiens.

    Le facteur «qualité-prix», qui joue en faveur des Russes, n'est pas déterminant dans ce genre de situations, d'autant qu'à Alger on reste très pointilleux sur le choix des partenaires. Mais également ne jamais dépendre d'un seul fournisseur, quelles que soient son envergure et la qualité de son offre. Il reste que la Russie reste, pour le moment, un des partenaires privilégiés de l'Algérie dans l'acquisition d'un certain type de matériels. Et, dans le cas du Be-200, qui serait plus performant que les fameux «canadairs», Alger innove en voulant acquérir des hydravions russes pour mieux lutter contre les incendies de forêts. Le ministre russe des Situations d'urgence n'a pas révélé, enfin, le prix d'un Be-200.

  3. #80
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 22 Avril 2008 -- Le conseil d’affaires algéro-russe tiendra sa réunion en octobre prochain à Moscou pour renforcer le partenariat et la coopération dans plusieurs secteurs économiques entre les deux pays, a indiqué dimanche la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci) dans un communiqué. A cet effet, une réunion de travail s’est tenue le même jour au siège de la Caci (Alger) qui a regroupé le co-président algérien de ce conseil d’affaires, Kamel Abderrahim, et le directeur général de la Caci, Mohamed Chami, du côté algérien, et Leonid V. Bokhanovskiy, représentant de V.Y. Lorents, président de la société Stroytransgaz et désigné en décembre 2007 en qualité de nouveau co-président du conseil pour la partie russe. Au cours de cette réunion, les deux parties ont examiné les voies et moyens à mettre en place pour redynamiser le conseil d’affaires, créé en 2006, sous l’impulsion des plus hautes autorités politiques des deux pays, selon la même source. Il s’agit aussi de promouvoir la coopération entre les hommes d’affaires des deux pays, notamment dans le domaine des PME et « ne pas focaliser les efforts sur des secteurs déjà développés et qui n’ont pas réellement besoin du soutien du conseil d’affaires », selon la Caci. Pour les deux parties, des créneaux sont à explorer et mériteraient une attention particulière pour renforcer la coopération tels que l’agriculture, l’hydraulique, le tourisme et la pétrochimie.

  4. #81
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 13 Mai 2008 -- Le renforcement des relations bilatérales entre Alger et Moscou se confirme davantage à la faveur de la nomination officielle du nouveau président de la Fédération de Russie. En effet, à l'occasion de la prise de fonction de Dmitri Medvedev à la présidence russe, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à son homologue où la consolidation des relations entre les deux pays, dans différents domaines, a été réitérée.

    Ainsi, le message du chef de l'Etat adressé à Medvedev souligne la volonté de l'Algérie, à travers l'engagement du président de la République, "à oeuvrer pour l'édification d'un partenariat stratégique entre l'Algérie et la Russie". "J'ai ainsi l'opportunité de vous dire ma satisfaction pour la qualité et le niveau des relations qui existent entre l'Algérie et la Russie et mon engagement personnel à œuvrer avec vous en vue de l'édification entre nos pays d'un partenariat stratégique, porteur de progrès et de bien-être pour les peuples algérien et russe", est-il encore mentionné dans le message du président Bouteflika.

    S'exprimant sur les circonstances et la conjoncture de l'élection de Medvedev au Kremlin comme successeur de Vladimir Poutine qui a présidé la Fédération de Russie durant huit années, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika souligne, dans le même message, que "votre prise de fonction à la tête de la Fédération de Russie m'offre l'occasion de vous renouveler, au nom du peuple et du gouvernement algériens, ainsi qu'en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations et mes vœux de plein succès dans l'accomplissement de votre haute mission".

    Dans le même sillage, le président Bouteflika a envoyé un message similaire à l'ancien président de la Russie, Vladimir Poutine, qui, à son tour, vient d'être nommé au poste de Premier ministre de Moscou. Dans les deux messages en tout cas, c'est la volonté du gouvernement algérien à travailler en étroite collaboration avec Moscou qui a été exprimée. Sur ce plan, il est utile de préciser que la coopération entre les deux pays, liés par un partenariat non moins stratégique, est riche avec plusieurs dossiers dont l'aboutissement et la concrétisation sont conditionnés par la conjugaison des efforts et le rapprochement des visions entre les gouvernements des deux pays.

    En premier lieu, c'est le projet d'un cartel du gaz que l'ensemble des pays producteurs de cette énergie ont l'intention de créer qui retient l'attention. En effet, comme cela a été affirmé il y a quelques semaines par le ministre de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, la conception de la première mouture de ce projet d'une "Opep du gaz", a été confiée à l'Algérie et la Russie, et sa présentation se fera lors du sommet des pays producteurs de gaz prévu pour le mois de juillet prochain.

    Au registre de la coopération bilatérale, l'Algérie et la Fédération de Russie se sont engagées dans un accord de coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire. A l'ombre de cet accord, la Russie s'apprête à mettre à la disposition de l'Algérie son savoir-faire pour le développement d'une industrie nucléaire à des fins civiles. En outre, plusieurs autres projets caractérisent la coopération entre Alger et Moscou, notamment dans les domaines de l'industrie, de la PME/PMI et la finance.

  5. #82
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Алжир прислал России запрос на приобретение вместо возвращенных "МиГов" 14-16 истребителей "Су". Таким образом, может быть урегулирован конфликт с одним из крупнейших покупателей российского оружия. Однако сторонам еще предстоит решить вопрос с алжирским авансом по "МиГам" в $250 млн.

    Как рассказал "Ъ" источник в авиапроме, Алжир прислал заявку в Федеральную службу по военно-техническому сотрудничеству и "Рособоронэкспорт" о намерении приобрести дополнительную партию самолетов Су-30 (модификация Су-30МКИ(А)) вместо возвращенных в апреле 15 истребителей МиГ-29 и остальных самолетов, которые должны были быть поставлены в рамках этого контракта. "На ту же сумму, что была оговорена на поставку "МиГов", будут поставлены "сушки", 14-16 машин производства НПК "Иркут"",— пояснил "Ъ" другой источник в оборонно-промышленном комплексе.

    Корпорация МиГ должна была в целом поставить Алжиру 34 МиГ-29СМТ и МиГ-29УБТ, стоимость контракта составляла $1,286 млрд. НПК "Иркут" сейчас уже выполняет контракт с Алжиром на поставку 28 Су-30МКИ(А) на общую сумму около $2,5 млрд. "Если контракт на дополнительную партию будет заключен, поставки могут начаться в 2011 году, после завершения в 2010 году поставок по текущему контракту",— пояснил "Ъ" президент НПК "Иркут" Олег Демченко.

    Вариант заказа Алжиром дополнительной партии "Су" вместо "МиГов" рассматривался с момента заключения сторонами соглашения о возврате 15 "МиГов", поставленных в 2006-2007 годах (см. "Ъ" от 18 февраля). Алжир прекратил приемку "МиГов" в мае прошлого года, утверждая, что в составе самолетов есть детали, бывшие в употреблении или низкого качества. Правда, представители российской стороны демарш со стороны Алжира объяснили сугубо политическими причинами. С октября 2007 года Алжир прекратил выплаты по остальным военным контрактам с Россией, жестко увязав это с возвратом "МиГов" (см. "Ъ" от 28 марта). После чего НПК "Иркут", отправив Алжиру первые шесть самолетов "Су", отложила дальнейшие поставки.

    Вчера Олег Демченко заявил "Ъ", что Алжир расплатился за первые шесть машин и до конца мая ему будут поставлены еще четыре. "После их приемки алжирская сторона должна провести следующий платеж",— уточнил господин Демченко. По данным "Ъ", в декабре Алжир получит еще шесть "Су". Правда, по словам источника "Ъ" в профильном ведомстве, Алжир сейчас также рассматривает возможность наряду с истребителями "Су" приобрести партию более легких французских Rafale.

    Однако до сих пор остается нерешенным вопрос с авансом в $250 млн, который Алжир перечислил РСК МиГ в 2007 году за "МиГи". Высокопоставленный источник "Ъ" в авиапроме утверждает, что Алжир не намерен требовать возврат аванса. "Одновременно с перечислением денег по военным контрактам проводится списание государственного долга Алжира,— пояснил собеседник "Ъ".— Очевидно, алжирская сторона будет настаивать на зачете аванса в счет оплаты будущего контракта на дополнительную партию "Сухих"". Но, по словам собеседника "Ъ", могут возникнуть проблемы с переводом этой суммы со счетов РСК МиГ на счета АХК "Сухой" и корпорации "Иркут", отвечающих за производство истребителей "Су". "Эти деньги уже были израсходованы РСК МиГ. Предприятие и так осталось в должниках из-за остановки платежей по алжирскому контракту",— уточнил источник. Однако источник "Ъ" в "Рособоронэкспорте" полагает, что НПК "Иркут" откажется от схемы получения аванса с РСК МиГ и будет настаивать на оплате всего контракта.

    "Если контракт на поставку дополнительной партии "Су" будет подписан, это покажет, что кризис с "МиГами" носил локальный характер и опасения о полной переориентации Алжира на сотрудничество с Францией необоснованны",— говорит эксперт Центра анализа стратегий и технологий Константин Макиенко. С ним согласен редактор авиакосмического издания Russia / CIS Observer Максим Пядушкин: "Это означает, что Алжир выполнит обязательства по закупке российского оружия на оговоренную в марте 2006 года сумму $8 млрд". По мнению эксперта, закупка французских Rafale не критична для российских позиций в Алжире — это "нормальная диверсификация военных закупок".

  6. #83
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    May 15, 2008 -- Algeria has urged Russia to provide from 14 to 16 Su fighter jets instead of returned MiGs. So, the chance has emerged that the conflict with one of the biggest buyers of Russia’s weapons could be solved at last. But the parties are yet to decide on $250 million that Algeria paid in advance for MiGs.

    Algeria has applied to the Federal Service for Military and Technical Cooperation and Rosoboronexport to buy an additional consignment of Su-30s (Su-30MKI(A)) instead of 15 MiG-29 fighter jets returned April 15 and other jets due to be delivered under that contract, said a source with the air construction community of Russia.

    “Su jets will be provided for the amount specified for supplies of MiGs, 14-16 jets of NPK Irkut make,” another source with defense and industrial complex specified.

    MiG Corp. was to supply to Algeria 34 MiG-29SMT and MiG-29UBT jets under the contract, which budget reached $1.286 billion. NPK Irkut currently executes the contract with Algeria for 28 Su-30MKI(А)s worth roughly $2.5 billion. “If the contract for additional consignment is concluded, the supplies may start in 2011 after the current contract is completed in 2010,” said NPK Irkut President Oleg Demchenko.

    The scenario of replacing MiG jets by Su jets has been considered since the parties agreed on return of 15 MiGs delivered in 2006 to 2007. Algeria refused to accept the aircraft past May, claiming the delivered jets had used parts and the parts of poor quality. Algeria halted payments under all other military contracts with Russia past October, conditioning them to the return of MiGs. Having supplied the first six Su jets to Algeria, Irkut shelved any other deliveries to that country.

  7. #84
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 15 Mai 2008 -- L’Algérie a demandé à la Russie de lui livrer entre 14 et 16 avions de combats de type Sukhoi Su-30, en remplacement des Mig-29 rendus par les Algériens au Russes fin 2007, selon des informations publiées, jeudi 15 mai, par le quotidien russe Kommersant. Le journal, proche des milieux d’affaires russes, confirme ainsi des informations déjà révélées par toutsurlalgerie.com dès le 11 mars dernier. Selon Kommersant, les 14 à 16 avions Su-30 seront livrés à l’armée de l’air algérienne pour le même montant stipulé dans le contrat des Mig.

    Selon des sources russes, le montant du contrat pour l’acquisition des Mig s’élève à 3,1 milliards de dollars. Il prévoyait la livraison de 29 appareils Mig-29 MST et 6 avions Mig-29 UB. Pour le même montant, l’Algérie recevra moins d’avions. Mais les Su-30MK, plus cher que les Mig, sont des avions technologiquement plus avancés.

    La livraison de 14 à 16 nouveaux Sukhoi à l’armée de l’air vient s’ajouter à un contrat de 2,5 milliards de dollars, signé en 2006, prévoyant l’acquisition par l’Algérie de 28 avions de type Su-30MKA jusqu’en 2010. Le constructeur Irkut, qui fabrique ces appareils, a déjà livré six avions dans le cadre de cette commande. Les livraisons vont se poursuivre progressivement sur les deux prochaines années. "Si un contrat supplémentaire sur les Su-30 est conclu, "la livraison pourrait commencer en 2011", a indiqué à Kommersant le président d'Irkut, Oleg Demtchenko.

    Une fois livrés, les Sukhoï devront subir plusieurs transformations coûteuses. L'Algérie possède en effet des accords avec l'Otan et l'interopérabilité de ses matériels et systèmes de défense est devenue une obligation.

    Cette annonce devrait mettre fin aux rumeurs sur le souhait de l'Algérie d'acquérir des avions français Rafale ou américains de type F-16. En réalité, à aucun moment, les Algériens n'ont manifesté une volonté de s'équiper en avions auprès d'autres pays que la Russie. « En nous livrant des avions non conformes aux clauses du contrat, les Russes avaient pensé que les Algériens n'allaient pas réagir. Après tout, les contrats d'achats d'armes s'inscrivaient dans le cadre d'une annulation de la dette russe de plus de 7 milliards. Pour eux ces avions étaient une sorte de « cadeau ». Malgré cet incident, les Russes restent nos amis. C'est le seul pays du G8 à avoir annulé une dette aussi importante de l'Algérie. Et nos militaires ont l'avantage de très bien connaître le matériel russe. Ils peuvent sans difficulté détecter d'éventuels défauts. Ce qui leur serait beaucoup plus difficile à faire avec du matériel américain », expliquait en mars dernier un haut responsable algérien qui avait requis l'anonymat.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts