+ Reply to Thread
Page 2 of 31 FirstFirst 1 2 3 4 12 ... LastLast
Results 8 to 14 of 212
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    MOSCOW, December 25, 2007 (Xinhua) -- Russia delivered two Sukhoi Su-30MKA fighter jets to Algeria on Tuesday, kicking off the implementation of an arms contract inked by the two governments.

    An An-124 cargo plane carried parts of the first two multifunctional fighters to Algeria, where they will be assembled by Russian engineers, the Itar-Tass news agency reported, citing a spokesman of the Irkutsk aircraft plant.

    "Plant specialists who arrived a few days ago are already waiting for the fighters at the airbase of the Algerian Air Force," the spokesman said.

    Two Russian pilots will test fly the assembled aircraft after the New Year holidays before being officially transferred to the air force.

    The contract for the delivery of the Su-30MKA fighters will be fully fulfilled in 2008, Itar-Tass said.

    In 2006 Algeria and Russia reached an agreement on the sale of arms worth approximately 8 billion U.S. dollars that includes 28 Su-30 and 34 Mig-29 fighter jets.

    India, Algeria and Malaysia are the main purchasers of the Sukhoi fighter.


  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mardi 25 Décembre 2007 -- Les livraisons d’armes russes à l’Algérie se poursuivent. Selon des informations recueillies par toutsurlalgerie.com auprès de sources militaires à Alger, l’armée algérienne a réceptionné aujourd’hui deux avions de combat de type SU-30 MKA. Ils ont été livrés par un avion Cargo AN-124 et devaient atterrir au niveau de la nouvelle base aérienne ultramoderne construite à Oum-El-Bouaghi, dans l’est du pays.

    Les deux SU-30 MKA font partie d’une commande globale de six appareils passée par l’armée algérienne en 2006. Quatre autres appareils du même type seront livrés dans les prochains jours, probablement début janvier selon nos sources. Ces avions ultramodernes devront renforcer considérablement les capacités de défense aérienne de l’Algérie dans un contexte de tensions avec le Maroc sur la question du Sahara occidental.

    Par ailleurs, selon nos informations, le contrat concernant la livraison d’avions de type Mig-29 SMT a été suspendu par l’armée algérienne. « Les techniciens et pilotes algériens se sont rendu compte que les exemplaires livrés étaient des MIG29S usagés et envoyés aux usines russes pour y être démontés et mis au standard SMT », explique notre source. « Les contrats signés par l'AAF stipulaient que les russes fourniraient des appareils entièrement neufs. Les officiels algériens ne veulent pas réceptionner des cellules dont la durée de vie est déjà largement entamée, le contrat est donc suspendu le temps pour les russes de produire à zéro les éléments nécessaires pour la production des cellules neuves. », ajoute t-elle.

    Selon des responsables russes, la Russie a également subi un manque à gagner d'un milliard de dollars dans ses ventes d’armes à l’étranger en 2007, à cause des problèmes qui ont surgi dans la construction de navires et du refroidissement des rapports avec l'Algérie.

    Le président Bouteflika devrait effectuer une visite officiel à Moscou, début janvier, avec comme objectif de mettre un terme aux tensions entre les deux pays sur les contrats d’achats d’armes.


  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Quote Originally Posted by Al-khiyal View Post

    Jeudi 27 Décembre 2007 -- Le général major Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major, se trouve depuis hier en Ukraine dans le cadre d’une visite qui, selon une source bien informée, s’inscrit dans le cadre de la finalisation du contrat d’armement conclu par le ministère de la Défense avec les usines de fabrication d’armes russes, alors qu’une source diplomatique a nié l’existence d’une crise sur la « la mauvaise qualité des armes russes ».

    Un communiqué du ministère de la Défense a indiqué que la visite intervient suite à l’invitation du chef d’état-major général des forces armées ukrainiennes, Sergey Kiritchenko, tout en indiquant : « Cette visite s’inscrit dans le cadre de la poursuite du développement des relations de coopération militaire bilatérale, et elle va permettre aux deux parties d’étudier les questions d’intérêt commun ».

    Une source bien informée a précisé que la mission de Gaïd Salah en Ukraine a rapport avec la finalisation du marché conclu avec la Russie en mars 2006. Actuellement, une partie de la commande est élaborée dans les usines de sous-marins et de frégates militaires en Ukraine.

    Le déplacement de Gaïd Salah coïncide avec la publication d’articles dans la presse russe qui évoquent un sommet attendu entre les présidents Vladimir Poutine et Abdelaziz Bouteflika à Moscou, au mois de janvier prochain. Selon la presse russe, cette rencontre devrait traiter du contentieux entre les deux parties à propos de « la mauvaise qualité des armes russes », acquises par l’Algérie grâce à une transaction militaire de plus de 7 milliards de dollars.

    Cependant, des sources de l’ambassade de Russie à Alger, ont nié à El Khabar, l’existence d’une quelconque crise sur la qualité des armes russes.


  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 27 Décembre 2007 -- Le général de corps d’armée Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée, effectue depuis hier une visite en Ukraine à l’invitation du chef d’état-major général et commandant en chef des forces armées ukrainiennes. Une visite qui revêt un caractère important dans la mesure où elle doit être liée au projet de modernisation et de renouvellement des équipements de l’ANP.

    Dans le communiqué de la défense, il est précisé que cette visite officielle s’inscrit dans le cadre de la poursuite du développement des relations de coopération militaire bilatérales.

    Toutefois, cette visite peut prêter à débat sinon à polémique tant elle coïncide avec la période où les rapports avec la Russie, le fournisseur traditionnel de l’Armée algérienne, sont des plus distendus. Cela, sachant également que le complexe militaro-industriel de l’Ukraine post-Union soviétique demeure compétitif malgré sa reconversion.

    Ukrspetsexport et sa filiale Ukroboronservice, organisme d’exportation d’armements, se place comme alternative, notamment en matière d’avions de transport, l’Antonov et ses variantes, les moteurs, les missiles pour équiper les avions russes, Mig et Sukhoï. Ce marché d’avions de transport pourrait atteindre 1,8 milliard de dollars selon les prévisions des experts. Une aubaine pour l’Ukraine, et qui ne manquera pas de faire réagir la Russie qui pourrait déjà enregistrer un recul de 1 milliard de dollars sur ses exportations d’armes. Donc un motif valable d’inquiétude pour la Russie.

    Cette visite intervient à un moment où l’Algérie a émis des critiques sur le matériel militaire fourni par la Russie et qui n’est pas conforme aux clauses contractuelles, d’où le gel des livraisons hormis le contrat sur les Sukhoï. Et elle intervient à peine quelques semaines, un mois, avant la visite annoncée du président Bouteflika à Moscou.

    Pour autant, est-ce que le contrat avec la Russie, estimé à 7 milliards de dollars, est tombé à l’eau ? Probablement, et c’est là que se situe la lecture de la visite de Gaïd Salah à Kiev. Elle est plus un message explicite à l’endroit du Kremlin qu’une volonté de changer aussi brusquement de fournisseur en effaçant une longue et historique relation de coopération.

    Signe d’un mécontentement ? Certes, mais surtout significatif de l’intransigeance de l’Algérie dans les négociations sur les Mig 29 dont les premières livraisons n’ont satisfait ni l’ANP ni le contrat. Cela sans oublier la mésentente entre Sonatrach et Gazprom sur les objectifs du mémorandum qui n’a d’ailleurs pas vu le jour. C’est en ce sens également que le choix du général de corps d’armée Gaïd Salah est en soi un message fort.

    En effet, le chef d’état-major de l’ANP, un expert en armement russe et russophone de surcroît, n’est pas inconnu des écoles militaires russes. La visite du général en Ukraine, un fournisseur concurrent, ne devrait pas passer inaperçue par les Russes dont l’inquiétude de perdre un de leur gros marché devrait inciter à assouplir leur position, lâcher du lest lors des négociations.

    Les Russes ayant tout intérêt à entretenir un client historique pourraient néanmoins remettre sur la table l’argument de la dette dont l’effacement a été justement subordonné au contrat militaire.

  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tayeb :


    Jeudi 27 Décembre 2007 -- Le chef d'état-major de l'ANP, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, effectue depuis hier une visite de travail en Ukraine. Il est accompagné d’une délégation militaire algérienne. A son arrivée, il a été reçu par le Chef d’état major et le ministre ukrainien de la défense.

    Selon nos sources, les deux parties vont notamment évoquer le développement de la coopération militaire bilatérale. Aucun contrat important d’achat d’armes n’est à l’ordre du jour même si les Ukrainiens sont d’importants fournisseurs de plusieurs types d’armes à l’Algérie : des missiles pour chasseurs de combat pour l’Algérie, des hélicoptères (Mi-24), des Tanks (T-72), des Mig-29 (l’armée algérienne en acheté 5 d’occasion), des véhicules blindés de combat d'infanterie de type BMP-2…Une réunion est toutefois prévue le vendredi 28 décembre avec les responsable Ukrspetseksport, la société ukrainienne d’exportation d’armement, l’équivalent du russe Rosoboronexport.

    Des représentants de la délégation militaire algérienne ont prévu de visiter le Bureau d’étude militaire de design recherche & développement "Lutch". Enfin des représentants de la délégation militaire algérienne vont visiter l'Académie nationale de défense de l'Ukraine, pour découvrir le système de formation et le matériel de base de l’académie, les agents de formation ainsi le Centre de simulation de la formation des officiers multinationaux. La visite s’achèvera le samedi 29 décembre.


  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mardi 5 Février 2008 -- L'Algérie se fâche avec la Russie. Les relations entre les deux pays sont au point mort depuis la décision de l'Algérie de suspendre le contrat de fourniture d'une trentaine d'avions militaires de type Mig29 de nouvelle génération, conclu en 2006 dans le cadre d'un contrat militaire global algéro-russe de plusieurs milliards de dollars. Cette suspension a été décidée par les Algériens suite à la réception des 14 premiers Mig 29. Ces derniers ont été livrés modernisés et dotés de la technologie de ravitaillement en l'air, mais ils avaient déjà servis. Or, le contrat d'achat de Mig29 porte sur des avions neufs. Résultat : la commission technique du ministère de la défense nationale refuse de valider le contrat qui se retrouve du coup suspendu.

    En fait, les Russes ont livré des Mig29 avec quelques kilomètres au compteur, faute d'en fabriquer de nouveaux à cause des difficultés financières du constructeur de Mig. La plupart des chaînes de montage de l'avionneur militaire russe sont en effet à l'arrêt, faute de moyens financiers. Le contrat de vente de Mig29 à l'Algérie devait d'ailleurs relancer le célèbre avion de combat russe.

    Vexés par l'attitude algérienne, les Russes décident de riposter en gelant quasiment la coopération militaire avec l'Algérie. Moscou a en effet suspendu la fourniture des pièces de rechange et la livraison d'avions de type Sukhoï SU30, ultramodernes et classés comme avions de suprématie aérienne.

    La crise militaire entre Alger et Moscou prend alors des proportions inquiétantes. Le programme de renouvellement de la flotte militaire aérienne se retrouve bloqué et l'Algérie songe à remplacer les Mig par des Sukoï. Mais ces avions sont plus chers (40 millions de dollars l'unité) que les Mig. Et leur acquisition pose des problèmes politiques dans la mesure où ces avions ultramodernes sont capables d'atteindre des cibles lointaines ce qui dérange les voisins de l'Algérie comme le Maroc, voire des pays européens comme la France et l’Espagne.

    Cette affaire risque également d'avoir des répercussions sur la position de la Russie comme principal fournisseur de l'Algérie en équipements militaires. L'Algérie envisage en effet de diversifier ses partenaires militaires pour ne plus dépendre de la Russie comme fournisseur exclusif.

    Mais cette diversification déjà en vigueur dans d'autres secteurs comme les hydrocarbures n'est pas facile à réaliser dans le secteur de la défense. La raison ? En dehors de la Russie, peu de pays sont disposés à vendre des armes sophistiqués à l'armée algérienne. Pour des raisons historiques, la France refuse de vendre des armes sensibles à son ancienne colonie. « La France ne vendra jamais d’avions Rafales ou du matériel ultramodernes à l'Algérie », affirme un spécialiste des questions militaires.

    Les Etats-Unis sont plus exigeants que la Russie en matière de conclusion de contrats d'armements. Les Américains exigent souvent des contreparties politiques en échange de ses armes et l'Algérie n'est pas le meilleur allié des Etats-Unis dans le monde arabe. Les Algériens refusent l'installation d'une base militaire US dans le sud du pays et repoussent les propositions américaines de prendre part directement aux opérations anti terroristes dans le Grand sud. L'Algérie ne reconnaît pas Israël et s'est opposée à la guerre en Irak. Pis, Alger fréquente des régimes honnis par les Américains à l'image de l'Iran du président Ahmadinedjad ou du Vénézuela de Chavez.

    Selon des sources russes, le président Bouteflika devrait se rendre prochainement à Moscou pour tenter de dénouer la crise.

  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts