+ Reply to Thread
Page 18 of 20 FirstFirst ... 8 16 17 18 19 20 LastLast
Results 120 to 126 of 136
  1. #120
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    تمكنت مصالح المديرية العامة للمراقبة اللاحقة للجمارك، خلال الخمسة أشهر الماضية، في إطار محاربة السوق السوداء، من توقيف نشاط 132 مستورد عبر ولايات عديدة، بينها عين تيموشنت، تلمسان ورفلة والطارف، وأدرجت أسماؤهم ضمن البطاقية الوطنية للمدانين بالغش. وسلطت المديرية عقوبات في شكل غرامات مالية فاقت 11 مليار دينار على متعاملين اقتصاديين آخرين نظير جرائم التهريب ومخالفة التشريع والتنظيم الخاص بالصرف وحركة تنقل رؤوس الأموال، وأخرى خاصة بتصاريح مزورة عن قيم مالية.

    أوضح الرف بن عمر، مدير مركزي بمديرية المراقبة اللاحقة للجمارك، أن الفرق المشتركة للجمارك تمكنت، عبر عدد من الولايات، خلال الخمسة أشهر الماضية، في إطار عملها الرقابي المندرج تحت إطار مكافحة ومحاربة النشاط التجاري الموازي، من توقيف 132 مستورد متهرب من الرقابة، وتم وضع حد لنشاطهم التجاري الخارجي. وقد أدرجت أسماؤهم ضمن البطاقية الوطنية للمدانين بالغش، وشطبت أسماؤهم من قبل البنك الجزائري ومن قبل مديرية التجارة وكذا مديرية الضرائب والجمارك، إذ تم توقيف 13 مستوردا متهربا من الرقابة بولاية تلمسان و41 بولاية ورفلة و31 آخرين بولاية غرداية، فيما تم توقيف 28 مستوردا بولاية عنابة.

    تحقيقات جارية بشأن مستوردي شاحنات...

    ويؤكد المسؤول ذاته أن مئات التحقيقات ما تزال جارية بشأن ملابسات نشاط أصحابها، بينها 35 تحقيقا ما يزال جاريا بولاية عين تيموشنت والبعض الآخر بولاية الطارف. وطالت التحقيقات، في السداسي الأول، حسب المتحدث، وحدات إنتاج الحليب. واكتشفت مصالح الرقابة اللاحقة أن أغلب وحدات منتجي الحليب محترمة للقانون، باستثناء نحو عشرة ملفات هي محل منازعة، خاصة بوحدات يقوم أصحابها باستيراد مسحوق الحليب من الخارج، إلا أنه حسب المعلومات التي قدمت لنا من قبل المدير المركزي للمراقبة اللاحقة، فإن الأشهر المتبقية من السنة الجارية ستكون موعدا للقضاء نهائيا على جيوب الإجرام التجاري، على اعتبار أن مصالح هذه المديرية باشرت 8 تحقيقات بشأن ملابسات نشاط عدد من كبار المستوردين، ممن يقول عنهم المدير المركزي إنهم يحوزون على أرقام أعمال هامة، ولاسيما المستوردين أو المتعاملين الذين ينشطون في قطاع البناء ومختلف تجهيزات الإعلام الآلي.

    وفي سياق ذلك، لم يتردد المسؤول ذاته في الإشارة إلى أن مصالح المديرية اللاحقة باشرت تحقيقات أيضا مع عدد من مستوردي الشاحنات المستعملة في الأشغال العمومية، وسلمت نحو 71 ملفا للعدالة. وستتواصل التحقيقات لتطال باقي الشاحنات التي استوردت خلال سنتي 2010 و2008 لاكتشاف ملفاتها، ويتعلق الأمر بشاحنات استوردها متعاملون بولايات غرب البلاد، بينها ولاية وهران.

    ... وأخرى خاصة بتهريب الماشية إلى المغرب

    كما ينتظر أن تباشر مصالح الرقابة اللاحقة بولايات غرب البلاد، ولاسيما مصالحها بولاية تلمسان، خلال الأيام المقبلة، تحقيقات تتعلق، لأول مرة، بعمليات تهريب الماشية إلى المغرب. والهدف من وراء سلسلة التحقيقات هذه التي طالت وستطال المستوردين، يكمن في الحفاظ على احتياطيات الصرف، من خلال إيصال كل مستورد إلى التصريح بالقيمة الحقيقية للمنتوج الذي استورده، كل ذلك لأجل التحكم في مراقبة الاقتصاد الوطني، وكذا تنظيف محيط ومناخ نشاط المستوردين النزهاء، طالما أن طرق تسيير التجارة الخارجية حاليا، على نحو ما يقول الرف بن عمر، هي طرق بيروقراطية لابد من تغييرها، حيث هناك فئة من المستثمرين جاءت من أجل البزنسة فقط.

    وفي سياق الرقابة اللاحقة، سلطت عقوبات في شكل غرامات مالية فاقت الـ11 مليار دينار في حق عدد من المتعاملين ممن ينشطون في مجالات مختلفة، حيث سلطت غرامة مالية إجمالية قدرها 2 مليار و600 ألف دينار على متعاملين ينشطون في إطار وكالة دعم الاستثمار والوكالة الوطنية لدعم تشغيل الشباب، وملف القضية ما يزال محل متابعة، فيما سلطت غرامة مالية على عدد من المتعاملين عبر عدد من ولايات الوطن قاموا بمخالفات للتشريع والتنظيم الخاص بالصرف وحركة رؤوس الأموال من وإلى الخارج، قدرها مليار و680 ألف دينار.

    كما سلطت غرامة مالية إجمالية على عدد من المتعاملين في إطار التجارة الخارجية عبر عدد من الولايات، بعد اكتشاف تصاريح مزورة، وقدرت الغرامة بـ2 مليار و296 مليون دينار. أما في إطار المراقبة العامة لمختلف القضايا، كالحقوق العامة والوثائق المزورة، فقد سلطت غرامة مالية قيمتها مليار و680 ألف دينار، في حين قدرت الملفات التي توجد قيد منازعات بالمئات.

  2. #121
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samir Rahim :


    Vendredi 19 Novembre 2010 -- Depuis octobre 2008, date de la mise en application de la carte magnétique à présenter obligatoirement pour toute opération liée aux activités d’import-export, plus de 8.000 entreprises algériennes ont cessé leur activité. Ce chiffre représente près d’un tiers du total des entreprises d’importation recensées à la fin 2008. Elles se sont retrouvées dans l'incapacité de se soumettre à la nouvelle règlementation, a-t-on appris de sources proches du ministère des Finances. Ces entreprises activaient majoritairement avec de faux registres de commerce. Selon les mêmes sources, l’Algérie comptait 25.502 entreprises d’import-export au 31 décembre 2008. Sur ce nombre, 7.656 activent dans 15 wilayas de l’Est du pays principalement à Sétif, Constantine Oum El Bouaghi et Batna. C’est dans ces mêmes wilayas que les cessations d’activité -sans radiation du registre du commerce- ont été les plus nombreuses. Les nouvelles dispositions qui seront annoncées, notamment celles portant sur le renouvellement tous les deux ans du registre de commerce, devraient entraîner la disparition de centaines d’autres RC, estiment les mêmes sources.

  3. #122
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Mardi 14 Décembre 2010 -- Exporter les pâtes et le couscous n’est plus interdit pour les producteurs algériens. Le gouvernement a décidé, dimanche 12 décembre, de lever l’interdiction d’exporter ces produits alimentaires, a-t-on appris mardi auprès de Laid Benamor, PDG du groupe agroalimentaire Benamor. La décision du gouvernement avait été prise pour empêcher l’utilisation de blé subventionné dans la production de pâtes et couscous destinés à l’exportation. Elle a été contestée par les acteurs concernés. La nouvelle a été annoncée lundi aux acteurs du secteur qui l’ont accueillie favorablement. «Nous sommes très satisfaits. Cette décision va nous permettre de nous développer à l’international. En octobre dernier, lors de notre participation au Salon international de l'agroalimentaire à Paris, nous avons rencontré des clients intéressés par les pâtes et le couscous algériens», explique Laid Benamor. Fondé en 1980, le groupe agroalimentaire Benamor, basé dans l’est algérien, emploie 1.000 personnes pour un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros en 2010, selon son PDG. Il est spécialisé dans la transformation de blé, la production de concentré de tomate, les piments (harissa) et les confitures.

  4. #123
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lounes Guemache :


    Mercredi 15 Décembre 2010 -- L’Algérie a décidé de supprimer les préférences tarifaires pour 36 produits importés de l’Union européenne, selon un document du ministère des Finances daté du 2 décembre et dont TSA a obtenu une copie. La décision entrera en vigueur le 1er janvier 2011. Elle intervient «suite à la décision prise par les pouvoirs publics portant gel des préférences tarifaires pour les produits agricoles, objet de la requête algérienne auprès de la commission européenne, confirmée par l’envoi n°703/PM du 24/11/2010 de Monsieur le Premier ministre», précise le document de deux pages.

    Les droits de douane seront rétablis pour l’ensemble des quantités importées de produits concernés par la décision du gouvernement, à savoir des produits agricoles bruts et des produits agricoles transformés. On y trouve notamment le sucre, les vaches laitières, les génisses pleines, les différents types de poussins, des légumes, des fruits, de la margarine, des fromages... Selon l’accord d’association, signé à Valence (Espagne) le 22 avril 2001 et entré en application le 1er septembre 2005, pour les produits agricoles originaires de la communauté européenne, «les droits de douane et des taxes d’effet équivalent à l’importation en Algérie sont réduits dans des proportions allant de 20 à 100% mais dans les limites de contingents tarifaires préfixés». Les mêmes réductions s’appliquaient aussi aux produits agricoles transformés.

    Depuis quelques mois, le gouvernement multiplie les critiques et les réserves concernant l’accord d’association avec l’Union Européenne. «Cet accord a bénéficié à l’Union Européenne. L’Algérie a perdu deux milliards de dollars de revenus douaniers. On pensait qu’on allait exporter des produits vers l’UE, mais cela n’a pas eu lieu. Nos produits comme les engrais de Fertial rencontrent des difficultés pour s’exporter vers l’UE. Il existe de nombreux obstacles techniques qui empêchent nos produits d’atteindre les marchés européens en dépit de cet accord», a expliqué le 30 novembre dans un entretien à TSA Mustapha Benbada, ministre du Commerce. Mais la décision du gouvernement va provoquer une hausse des prix sur les produits concernés.

  5. #124
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Mardi 28 Décembre 2010 -- Nouveau tour de vis dans la politique algérienne de change. La Banque d’Algérie a décidé, il y a quelques jours, d’interdire la réexportation des fonds avancés par les groupes étrangers à leurs filiales locales. But de cette décision qui suscite de fortes inquiétudes parmi plusieurs sociétés étrangères implantées sur le marché algérien : lutter contre l’endettement extérieur de l’Algérie. La dette extérieure de l’Algérie était de 3,7 milliards de dollars à la fin du mois de juin 2010, selon le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci. Le gouvernement, via cette mesure, compte également mettre fin à certaines pratiques des groupes étrangers qui consistent à créer des filiales en Algérie avec un capital social minimum pour ensuite les financer à coup de dizaines de millions de dollars sous forme de prêts. Or, «cette pratique fait que la dette extérieure de l’Algérie augmente alors que les groupes étrangers ne prennent aucun risque dans le pays. Ce n’est pas normal de créer une filiale avec un petit capital social et ensuite de lui envoyer des millions de dollars pour la financer. Cet argent est ensuite déclaré par ces filiales comme un endettement extérieur à rembourser», explique un banquier. La décision de la Banque d’Algérie vise notamment les sociétés étrangères spécialisées dans l’importation. Elle concerne les sociétés déjà établies et les futures entreprises. «La rétroactivité de la décision pose problème aux sociétés qui ont déjà fait des déclarations d’endettement à la Banque d’Algérie», ajoute le banquier. À défaut de les réexporter, la Banque d’Algérie a suggéré aux filiales des groupes étrangers d’intégrer les fonds avancés par leurs maisons-mères dans le capital social. La décision de la Banque d’Algérie signifie que les filiales algériennes des groupes étrangers ne demanderaient plus à leurs maisons-mères des financements. Ces filiales vont devoir trouver des financements en Algérie, auprès des banques locales. «Mais le marché est dominé par le secteur public qui obéit à des injonctions politiques», regrette un chef d’entreprise.

  6. #125
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mardi 25 Janvier 2011 -- Quelle est la facture réelle des importations de l’Algérie ? Selon les chiffres officiels, cette facture avoisinait 40,21 milliards de dollars en 2010 contre 39,29 milliards en 2009. Le chiffre comprend les importations de marchandises et les services. Mais en réalité, l’Algérie importe annuellement pour un montant bien supérieur aux 40 milliards de dollars déclarés. En fait, les chiffres des douanes correspondent aux transferts de devises effectués par la Banque d’Algérie pour le compte des fournisseurs étrangers. Des économistes et des députés contestent ce chiffre qui ne reflète pas la réalité du terrain. «La facture de l’importation dépasse largement les 40 milliards de dollars déclarés officiellement», affirme Boubekeur Derguini, député RCD. «Cette facture ne prend pas en compte les montants en devises transférés illégalement et qui proviennent du marché parallèle», explique-t-il.

    En fait, de nombreux importateurs de produits finis ne déclarent pas la valeur réelle de leur marchandise aux douanes algériennes, et ce afin de réduire au maximum la taxe douanière. Les importateurs s’entendent avec leurs fournisseurs pour sous‑facturer les marchandises afin que les taxes douanières ne soient pas élevées. «Le montant mentionné sur la facture est transféré par le canal bancaire, le reste, est transféré via le marché noir. L’importateur achète les devises sur le marché parallèle pour payer cash ses fournisseurs», explique un économiste qui a requis l’anonymat. Le recours au marché parallèle des devises explique la flambée de l’euro dont le taux de change a atteint 130 dinars pour un euro. La facture officielle des importations ne prend pas non plus en compte les transferts de devises effectués par les Algériens lorsqu’ils voyagent à l’étranger. Les touristes algériens ouvrent droit à une allocation touristique ne dépassant pas 150 euros, une somme insuffisante pour passer des vacances en France ou en Tunisie. Les Algériens ont également recours au marché noir pour acheter les devises dont ils ont besoin pour voyager à l’étranger.

  7. #126
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Vendredi 4 Février 2011 -- La Banque d’Algérie poursuit sa politique visant à durcir les conditions d’importation. Les entreprises importatrices de produits finis ou de matières premières ne sont plus autorisées à avoir des crédits fournisseurs supérieurs à 60 jours. La mesure entrée en vigueur début janvier est officiellement destinée à lutter contre l’endettement extérieur de l’Algérie. En réalité, elle vise à compliquer davantage les opérations d’importation. Les chefs d’entreprises se plaignent de ses conséquences sur leur trésorerie. «Avant on pouvait obtenir des crédits fournisseurs de 120 jours de la part de nos partenaires. La Banque d’Algérie a décidé de limiter ce délai à 60 jours. Cette mesure va accentuer l’asphyxie financière des entreprises», se plaint le patron d’un groupe privé. «Cette mesure va accentuer les difficultés financières des entreprises importatrices de produits finis ou de matières premières», ajoute‑t‑il. Déjà asphyxiés financièrement par l'instauration de la lettre de crédit comme unique moyen de paiement des importations, de nombreux importateurs risquent de disparaître au profit de nouveaux monopoles, puissants financièrement et influents politiquement. Dans une note signée par Mustapha Ali, directeur général des changes à la Banque d’Alger et envoyée aux banques, la Banque d’Algérie a écrit : «il nous a été donné de constater que la dette extérieure à court terme enregistre une croissance à un rythme non souhaitable». Dans cette note dont TSA a obtenu une copie, la Banque centrale a ajouté : «dans le cadre du suivi de cet indicateur, et afin d’éviter l’accroissement de cette dette à court terme de l’Algérie, alors que la stratégie adoptée en matière de désendettement a permis de réduire fortement la dette extérieure à moyen et long terme, nous vous invitons à prendre toutes dispositions pour réduire ce type d’engagement». La Banque d’Algérie n’a pas spécifié si la mesure concernait uniquement les importateurs de produits finis ou l’ensemble des entreprises.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts