+ Reply to Thread
Page 1 of 5 1 2 3 ... LastLast
Results 1 to 7 of 33
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 6 Février 2008 -- La dernière visite de travail à Oran de son Excellence l’ambassadeur de Turquie à Alger s’est concrétisée par d’importants contrats et plusieurs projets, dont la construction d’une usine de cosmétiques. En effet, dans le domaine pharmaceutique et parapharmaceutique, l’entreprise Farmasi et Hupharm ont signé un contrat pour la construction d’une usine au niveau de la zone industrielle sur une surface de 40 000 m2. Cette unité, en plus de la création d’emplois, fabriquera 600 produits de la gamme du géant du paramédical turc, Farmasi, dont le produit est très prisé dans plusieurs pays.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 13 février 2008 -- La visite de Son Excellence l’ambassadeur de Turquie à Oran a permis le renforcement des relations commerciales et économiques entre nos deux pays. Dans le domaine pharmaceutique, Monsieur l’ambassadeur de Turquie s’est réjoui de la signature d’un contrat de réalisation d’une usine de fabrication de cosmétiques dans la zone industrielle, sur une surface de 40 000 mètres carrés dont 20 000 seront couverts, entre le représentant du géant turc des cosmétiques, Farmazi, et le PDG de Hupharm.

    Cette unité, la première du genre à Oran, de par son importance et la gamme de produits qui y seront fabriqués, soit 600 produits de la gamme mère, distribue ses produits, très prisés, dans 83 pays. C’est en raison de la forte demande de sa production en Algérie qu’une unité de fabrication a été installée à Oran pour faire face à la demande et pourquoi pas exporter vers les pays africains. Hupharm, qui commercialise aussi la gamme «Bebe» à travers sa filiale Parafarmazi.Cos, participera à résorber une partie du chômage en contribuant ainsi à raffermir l’investissement à Oran et les bonnes relations qui existent depuis toujours entre la Turquie et l’Algérie.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 23 Février 2008 -- Colgate Palmolive vient de lancer sur le marché algérien des cosmétiques sa dernière formule de soins et de beauté féminine, Palmolive Habba Saouda, à la nigelle (connue sous le nom de sanoudj). Il s’agit d’un nouveau shampoing révolutionnaire, aux multiples vertus selon sa composition et ses ingrédients naturels, qui nourrit les cheveux et les fortifie. Destiné aux cheveux ternes et foncés, ce shampoing est le fruit d’une longue recherche scientifique, voire historique, notamment concernant cet ingrédient magique utilisé à travers les temps. Très prisée dans l’Égypte antique, la nigelle a toujours constitué l’un des secrets de la beauté féminine depuis la nuit des temps. Présent en Algérie depuis 2004, Colgate Palmolive fabrique une gamme assez variée de produits cosmétiques, d’hygiène buccodentaire et d’entretien ménager. Soucieux de répondre aux attentes de sa clientèle, une série d’études a été effectuée afin de déterminer les besoins des consommateurs algériens. Du coup, le lancement de ce tout nouveau produit constitue un autre challenge pour le groupe Colgate Palmolive qui compte se déployer davantage sur un marché très concurrentiel que celui des cosmétiques.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 26 février 2008 -- Un parfum sur deux vendus à Alger provient de la contrefaçon. Près de la moitié des produits cosmétiques commercialisés de la capitale en 2007 ne sont pas conformes aux normes requises, selon le ministre du Commerce, El Hachemi Djaâboub. «Sur 500 échantillons analysés (par des laboratoires) en 2007, 238 sont non conformes aux normes requises, ce qui représente un taux de 48 % de produits contrefaits ou périmés», a souligné M. Djaâboub, hier à Alger lors de l'ouverture de la Journée d'étude sur les produits cosmétiques et d'hygiène corporelle et les produits toxiques, organisée par la direction du Commerce de la wilaya d'Alger.

    Le succès des cosmétiques contrefaits en Algérie est dû principalement aux prix bas de ces produits. En raison d'un faible pouvoir d'achat, les Algériens et les Algériennes ne sont pas en mesure d'acquérir des parfums d'origine souvent disponibles dans les magasins franchisés des grandes marques étrangères. «Nous avons constaté que le consommateur algérien se dirige vers les produits cosmétiques à bas prix en raison de la baisse du pouvoir d'achat», a indiqué à l'APS Ismaïl Benkaïdali, professeur au service dermatologie à Mustapha-Pacha. Président de la Société algérienne de dermatologie, le Pr Benkaïdali propose la création d'une institution de cosméto-vigilance pour lutter contre les produits cosmétiques contrefaits. Il s'explique: «Les prescripteurs, les ministères du Commerce, de la Santé et des Finances et les associations de consommateurs ont un rôle à jouer en matière de lutte contre la fraude. Les différentes parties doivent créer une institution de cosméto-vigilance à l'instar des pays d'Europe, en collaboration avec un laboratoire national de contrôle des cosmétiques. Nous sommes là pour protéger la santé des consommateurs. Nous pourrons, de ce fait, éviter ces réactions allergiques pouvant imputer le budget de la santé».

    Vendus sans aucun contrôle, les produits cosmétiques contrefaits ou imités constituent une menace pour la santé des citoyens. Les parfums de contrefaçon peuvent être à l'origine de plusieurs maladies. L'utilisation de shampoings contrefaits a par exemple provoqué chez certaines personnes d'importantes chutes de cheveux. «Il s'agit des dermites d'irritation, des eczémas et surtout des dermatoses par photo-sensibilisation aggravées par le soleil et certains facteurs d'environnement, comme les parfums, les teintures capillaires, les shampoings, les déodorants et les produits antirides», a ajouté le Pr Benkaïdali. «Certains produits contre l'acné sont vulgarisés et se vendent sans contrôle alors que nous disposons de spécialistes que les patients peuvent consulter. Certains produits ne répondent pas à la composition figurant sur l'étiquetage», a expliqué le président de la Société algérienne de dermatologie.

    Le nombre de victimes de l'utilisation des cosmétiques contrefaits ou imités ne cesse d'augmenter ces dernières années. «Nous recevons des cas catastrophiques. Ils sont victimes des produits écoulés sur les trottoirs sans aucun contrôle. Ces produits provoquent des réactions de toxidermies graves, généralisées à tout le corps, touchant généralement le visage, le cuir chevelu et le cou. En ce sens, des produits comme les anti-solaires ne doivent pas être considérés comme étant des produits de confort ou de luxe car ils sont à la limite entre le cosmétique et le médicament. Il s'agit, en fait, de photo-protecteurs devant être remboursés par la Sécurité sociale, car faisant partie de l'arsenal thérapeutique», a ajouté le Pr Benkaïdali qui a déploré l'absence des importateurs et des fabricants de cosmétiques à la Journée d'étude.

    Le ministre du Commerce a relevé, pour sa part, que le nombre d'opérateurs inscrits au Registre de commerce au niveau de la wilaya d'Alger et activant dans les cosmétiques dépasse les 1.200 importateurs, alors que les producteurs sont au nombre de 371.

    Pour ce qui est des produits toxiques qui constituent, a-t-il dit, un «danger», particulièrement les produits d'entretien, les batteries, la colle, la peinture et la teinture, le ministre a fait savoir que le nombre d'opérateurs activant dans ce créneau à Alger est de 2.210 dont 1.940 importateurs et 270 producteurs locaux. «Les pratiques commerciales et anarchiques auxquelles recourent les spéculateurs et les fraudeurs sont les principales causes de la prolifération des produits non conformes et périmés», a indiqué M. Djaâboub. «Nous refusons que l'Algérie devienne un dépotoir des produits périmés ou contrefaits», a-t-il affirmé.

    En plus de la faiblesse du pouvoir d'achat soulevée par le Pr Benkaïdali, la prolifération sur le marché algérien des produits cosmétiques contrefaits ou faussement imités profite aussi du manque d'agents de contrôle du ministère du Commerce et du manque de formation des douaniers. «Nous avons 180 agents pour 148.000 commerçants toutes activités confondues y compris celles relatives aux produits cosmétiques», a déploré le chef du service de contrôle et du contentieux au niveau de la direction du Commerce à la wilaya d'Alger, Malek Kemmache. «Les services des Douanes ont du mal à faire la différence entre les produits des marques authentiques et des marques imitées», a avoué Fadéla Ghodbane, de la sous-direction de la lutte contre la fraude des Douanes.

    Les Douanes algériennes ont saisi près de 900.000 produits contrefaits en 2006 et plus de 1,6 million de produits non conformes dont des cosmétiques en 2007, selon Fadéla Ghodbane. «Ces produits proviennent généralement des pays asiatiques», a-t-elle précisé. «Le nouvel organigramme des Douanes prévoit la mise en place d'une sous-direction de la lutte contre la fraude et la contrefaçon, précisant qu'elle (la sous-direction) dépendra directement de la direction des Renseignements douaniers», selon Mme Ghodbane.

    Pour mieux lutter contre la contrefaçon, les Douanes algériennes ont signé des conventions dans le domaine de l'expertise des produits avec des sociétés étrangères et algériennes spécialisées dans la lutte contre la fraude.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 9 Mars 2008 -- L’Oréal professionnel a comme devise : « Rêver, exceller et réussir... ensemble ! » C’est du moins ce qu’a tenu à préciser le coordinateur agent zone Afrique-Orient-Pacifique, Jérôme Gautier, lors d’une rencontre-débat, hier matin, en marge du 7e Jouvençal. L’Oréal est le leader sur le marché mondial en matière de coloration. Cette marque propose des produits à la technologie innovante, des collections de coloration inspirées des dernières tendances ainsi que des événements artistiques.

    Ainsi, à travers sa présence en Algérie, l’Oréal a mis tout en œuvre pour valoriser la profession de coiffeur en Algérie. Le conférencier a rappelé à l’assistance que l’objectif de cette première participation de la marque au Jouvençal est d’aller au-devant des professionnels de la coiffure pour leur donner un support qualitatif. En plus des produits haut de gamme qui sont proposés, les coiffeurs se doivent de suivre une formation assurée par deux encadreurs. Le stage en question se décline sous la forme de cursus de trois jours où les coiffeurs apprennent les techniques de la coloration et à fidéliser leur clientèle. Aider les coiffeurs à trouver le bon prix par rapport aux prestations est également un des créneaux de l’Oréal. En tout, pas moins de 170 personnes ont bénéficié de stages complets et complémentaires pour atteindre, justement, l’excellence.

    M. Gauthier s’est dit ravi de constater que la femme algérienne est coquette et a soif de beauté. « Les femmes sont demandeuses de bons produits. C’est pour le bien-être de toutes ces dames que nous devons garantir une efficacité et revaloriser la profession », dit-il sur un ton connaisseur. Après son implantation à Alger, la firme compte se développer à travers d’autres wilayas du pays. Il est à noter que l’engagement de l’Oréal, depuis dix ans, vis-à-vis des femmes est de récompenser des chercheuses en leur octroyant un fonds d’aide conséquent pour leur études. De plus, la fondation « L’Oréal, Femmes du monde », accorde une importance primordiale aux arts plastiques. Des expositions individuelles sont parrainées annuellement.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nacima Chabani :


    Jeudi 13 Mars 2008 -- Après 35 ans d’absence, l’Oréal professionnel a réinvesti le marché national en 2005. Rencontré en marge du 7e Salon du Jouvençal qui s’est tenu la semaine dernière à Alger, le coordinateur agent des zones Afrique, Orient et Pacifique, Jérôme Gautier, nous explique cet intérêt pour l’Algérie, en s’attardant sur les grands axes de développement de la marque Oréal professionnel.

    L’Oréal professionnel a pour mission d’accompagner les coiffeurs dans le développement des services en salon. Sa devise est de rêver, d’exceller et de réussir ensemble...

    L’Oréal professionnel propose, effectivement, aux professionnels de rêver, d’exceller et de réussir ensemble. Rêver via les meilleurs technologies qui donnent naissance aux meilleurs services et rêver notamment grâce aux collections que nous proposons. A cet effet, nous proposons 2 collections de coloration chaque année : automne/ hiver et printemps/été. C’est une occasion pour les coiffeurs de se mettre à la page par rapport aux grandes tendances qui viennent de Paris, centre mondial de la mode. Notre vocation à l’Oréal, c’est de former des coiffeurs professionnels pour qu’ils soient capables de diagnostiquer auprès de leurs clientes ce dont elle ont besoin, de les faire parler sur leurs attentes. Ils doivent apporter un service personnalisé grâce à une technique performante. Nous avons formé à cet égard, à peu près 160 personnes en Algérie, l’année dernière.

    Justement, vous avez décidé de réinvestir le marché algérien en revalorisant la profession de coiffeur...

    Notre ambition, c’est aujourd’hui avec 100 salons partenaires qui référencent nos produits de qualité, de faire suivre à leur personnel tout un cursus de formation pour devenir de vrais coloristes. C’est à dire des gens qui savent discuter avec leurs clientes pour comprendre ce dont elles ont besoin. Nous ne passons pas par des grossistes. Nous vendons directement aux coiffeurs. Ceci pour justement protéger, entre autres, nos coiffeurs de la contrefaçon. Déontologiquement, nous avons des produits professionnels. Nous avons un centre de formation à Draria dans deux formateurs. En tout, nous avons formé plus d’une centaine de coiffeurs. Ces derniers suivent des modules de 3 jours avec différentes spécialités. L’objectif prioritaire en direction de l’Algérie, c’est avant tout de soutenir nos partenaires en les professionnalisant dans leur métier.

    Je pense qu’il y a vraiment une demande de la part des Algériennes. Il suffit d’observer les grands salons de coiffure qu’on trouve à Alger. Ils sont remplis de femmes qui ont des mèches, qui lissent leur cheveux avec de l’ x-tenso. Elles veulent soigner leurs cheveux. Les Algériennes sont très coquettes. Elles sont très bien renseignées, sans doute à cause de la proximité avec la France. Elles voyagent beaucoup, regardent la télévision. Elles lisent beaucoup. Nous sommes en face d’une population de femmes avisées et exigeantes. Elles demandent des produits et des services de qualité.Je pense qu’on peut avoir les meilleurs produits du monde mais si on fait de mauvais choix, forcément le résultat n’est pas à la hauteur des attentes. Si vous mettez, par exemple, un shampooing volumateur à une femme qui a déjà une épaisse chevelure, elle ne sera pas satisfaite même si la formule est excellente. Mais là où nous faisons un effort particulier, c’est sur la coloration et l’enseignement de tout le métier de coloriste qui ne demande qu’à être développer en Algérie. Je pense qu’on commence à avoir de bons coloristes.

    Quelles sont les nuances les plus prisées par la femme en générale et par la femme algérienne en particulier ?

    Il y a quelques années, la tendance était au rouge. Globalement aujourd’hui, ce sont les marrons froids et chauds qui sont en vogue. Au hit parade, ce sont souvent des duos et des trios de couleurs. On ne fait plus de couleurs uniformes. Cela permet de redonner une certaine naturel à la coiffure en apportant des contrastes. En Algérie, cela va être plutôt les blonds, les cendrés et les marrons qui sont prédominants. Cependant, les nuances les moins appréciées sont les cuivrés. C’est du moins ce que l’on constate. Peut-être est-ce lié au fait que pour se distinguer du henné, les femmes font une vraie coloration et non pas une teinture. Du coup, elle se démarque par rapport au cuivré. Spontanément, on pouvait penser que c’était quelque chose de très présent sur le marché algérien. En tout cas, le cuivré n’est pas apprécié par nos clientes algériennes.

    Quelles sont les marques de coloration les plus usitées chez Oréal professionnel ?

    Nous utilisons la marque de coloration « Majirel ». On dit que c’est l’absolu des soins, de couleur et de brillance. C’est une gamme complète de 8 familles de nuances. A l’intérieur, il y a tout un complexe technologique dont le Ionène G qui permet de renforcer la fibre au fur et à mesure des colorations. On peut citer également Richesse de diacolor qui est une marque de coloration sans ammoniac qui permet de réaliser en salon un service de traitement de brillance longue durée. Là, on n’éclaircit pas les cheveux mais on apporte beaucoup de brillance sur un cheveu qui est déjà éclairci. Sur un cheveu éclairci on peut révéler une couleur. Sur un cheveu foncé, on va plutôt apporter un léger reflet et couvrir les cheveux blancs. On peut citer également Platinium qui est la crème de décoloration qui respecte le capital lipidique du cheveu. A travers ces différentes marques de coloration ou d’éclaircissement, l’Oréal est à chaque fois obnubilé par la qualité du cheveu. On pense exactement comme pour une peinture. Le support est très important. Si vous n’avez pas une belle qualité de cheveu, vous ne pouvez pas avoir une belle couleur.

    Les hommes semblent de plus en plus prendre soin de leurs cheveux...

    Tout à fait, nous avons pour les hommes des produits qui marchent très bien, comme les produits pour le cuir chevelu, notamment l’anti-chute. Nous avons chez l’Oréal une molécule brevetée Laminéxille, qui est d’ailleurs issue de la pharmacie. Nous avons un autre service pour les hommes, qui se développe très rapidement en ce moment en Algérie, c’est l’x-Tenso : une crème de lissage des cheveux. Il est vrai que les hommes sont à la recherche de cheveux plus faciles à coiffer donc plus lisses. Avec des cheveux lisses, on peut faire des looks plus tranchés par rapport à un cheveu frisé qui va être plus flou. Nous avons vu que quelques clients développent ce service de manière assez impressionnante. Il est vrai qu’en Algérie, la femme est une très grande consommatrice.

    Mondialement, l’homme est un marché intéressant mais c’est un marché qui demande encore à être développé davantage. On constate qu’il se développe pour les soins de la peau. La couverture des cheveux des blancs n’est pas encore un énorme marché pour nous. Nous sommes en train de le développer.

    Pour le marché algérien, nous avons aujourd’hui des propositions qui permettent de répondre à ses propres besoins aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Dans l’esprit de l’Oréal professionnel, c’est la beauté de la femme qui est prioritaire dans notre développement, surtout sur le marché algérien se pose la question de la mixité des salons. Aujourd’hui, en clair et en termes de distribution, nous visons les salons pour femmes. Si des salons pour hommes de qualité et d’élite émergent, nous serions intéressés. Mais aujourd’hui, ils sont peu nombreux.

    Après la capitale, comptez-vous vous implanter dans d’autres wilayas du pays ?

    Pour l’instant, c’est un peu tôt pour en parler. Il y a beaucoup de difficultés sur le marché algérien. Nous sommes, certes, présents sur le grand Alger, mais il y a encore beaucoup de choses à faire. Nous pensons nous étendre sur Oran et peut-être sur Constantine.

    Quels sont les projets en perspective de l’Oréal professionnel pour 2008 ?

    L’objectif de l’Oréal, c’est de toujours aider les coiffeurs à se développer et à apporter des services nouveaux. Nous croyons à l’innovation . Je ne peux pas vous dévoiler tout notre plan d’action pour des raisons confidentielles. Nous avons toute une panoplie de nouveaux services internationaux et vers l’Algérie. Je peux vous promettre qu’il y aura beaucoup de nouveautés cette année et les années suivantes.

+ Reply to Thread
Page 1 of 5 1 2 3 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts