+ Reply to Thread
Page 2 of 6 FirstFirst 1 2 3 4 ... LastLast
Results 8 to 14 of 36
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 10 Avril 2008 -- Pas de vainqueur dans la bataille entre Sud-coréens et franco-tunisien pour la conception de la ville nouvelle de Hassi-Messaoud, la plus grande base pétrolière du pays. Les offres du consortium sud-coréen Hassi Messaoud Korea Consortium (HMKC) et du groupement franco-tunisien Losim international-Studi international ont en effet été jugées insuffisantes par l'Etablissement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (EVNH).

    L'annonce a été faite, mercredi 9 avril, par cet établissement dépendant du ministère de l'énergie et des mines. «L'appel d'offres pour la réalisation des études et exécution des prestations de suivi, contrôle et coordination des travaux du projet de construction de la ville nouvelle de Hassi Messaoud est déclaré infructueux », a annoncé l'EVNH dans un communiqué. La décision, précise le communiqué, a été prise après évaluation des offres techniques et financières des deux candidats. L'EVNH, qui n'a pas indiqué les raisons de cette annulation, lancera un nouvel appel d'offres sera lancé dans les prochaines semaines.

    Les deux candidats étaient en lice pour ce projet gigantesque qui consiste à construire une ville nouvelle pétrolière près de Hassi Messaoud pour 6 milliards de dollars. Les sud coréens ont soumis une offre financière de 490 millions d'euros environ et le groupement franco-tunisien a proposé un montant de 320 millions d'euros, selon l'EVNH.

    Couvrant une superficie de 4.483 hectares, le "Nouveau Hassi Messaoud", destiné à une population de 80.000 habitants, comprend un « îlot énergie » qui constituera le quartier général des compagnies pétrolières opérant sur les champs pétroliers avoisinants. Le projet prévoit des immeubles administratifs, des instituts universitaires, des centres de formation, de recherche et de développement, des lieux et centres de culte, des infrastructures, équipements et établissements sportifs.

    L'Algérie a décidé de délocaliser la ville pétrolière de Hassi Messaoud pour sécuriser ses installations pétrolières et éloigner les populations des puits de pétrole. Les sites pétroliers et gaziers comme Hassi R'mel, Arzew, Skikda sont concernées par des opérations de protection des installations d'hydrocarbures. La Sonatrach a décidé de dépenser des dizaines de milliards de dollars pour assurer la sécurité de ses sites pétroliers et gaziers de production et d'exportation. Cette décision a été prise au lendemain de l'explosion d'un train de GNL à Skikda qui a fait une vingtaine de morts et d'importants dégâts matériels. L'explosion a failli détruire toute la ville de Skikda.

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 20 Avril 2008 -- La commission nationale des marchés a déclaré infructueux l’appel d’offres lancé par l’ENVH pour les études d’exécution et de suivi des travaux de réalisation de la nouvelle ville de Hassi-Messaoud, a indiqué un responsable du secteur. Les deux candidats à l’issue de la phase commerciale : les offres du consortium sud-coréen HMKC et du groupement franco-tunisien conduit par Iosis ont été rejetées, l’un pour n’avoir pas présenté une offre financière détaillée, le second pour omission d’un document, selon la même source. Un nouvel appel d’offres sera lancé dans quelques semaines. Ce marché est estimé à plusieurs centaines de millions de dollars.

  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 12 Mai 2008 -- La réception des grands chantiers lancés dans le cadre du développement local pour lequel l'Etat a consacré des enveloppes financières énormes, allant jusqu'à 2,2 milliards de dollars pour certaines wilayas, reste une question récurrente, les voies des citoyens s'élèvent à chaque fois pour dénoncer le retard ou l'annulation de certains projets. C'est le cas de la wilaya de Ouargla, où les citoyens vivent la contradiction entre, une région qui est le cœur de la richesse nationale grâce aux hydrocarbures et pauvre en matière de développement local.

    C'est depuis cette wilaya du Grand Sud que le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, avait lancé le programme spécial du Grand Sud en 2005. Et depuis, la wilaya reste en retard et pourtant, elle a bénéficié d'une enveloppe financière de 160 milliards de DA dans la période de 2005 à 2007 ainsi que d'autres enveloppes, dont 50 milliards de DA pour la 1re partie de la ville de Hassi Messaoud, 21 milliards de DA pour la lutte contre la montée des eaux et 4 milliards de DA pour la construction de 10 stations de dessalement d'eau. Cette wilaya a connu à deux reprises des émeutes violentes dénonçant le chômage. La première en 2004 et la dernière en 2007. Il y a lieu de souligner que les plus grands dossiers de cette wilaya sont la construction de la nouvelle ville de Hassi Messaoud, la crise du chômage et les travaux publics. Invité de forum de l'ENTV, le wali de Ouargla a expliqué que le dossier de l'emploi est pris en charge par les agences de l'emploi, notamment l'Anem à travers laquelle passe les offres d'emploi de la Sonatrach. A ce titre, il a rappelé la directive du chef du gouvernement qui oblige les entreprises nationales et étrangères a donné la priorité aux jeunes de la région en matière d'emploi.

    D'ailleurs, parmi 5 000 offres d'emploi 3 200 jeunes ont été placés dans les entreprises d'hydrocarbures, selon M. Melfouf qui a critiqué la tendance à vouloir embaucher uniquement dans ces entreprises et négliger les autres secteurs, notamment l'agriculture qui souffre d'un grand retard malgré un budget de soutien agricole évalué à 195 milliards de DA. Interrogé sur la situation insupportable des routes, il a indiqué que 60% des travaux ont été achevés et les projets seront finalisés en septembre 2008, tout en mettant en exergue l'absence de grandes entreprises de travaux publics nationales ou étrangère dans la région. En outre, cette wilaya riche en gaz, n'est alimentée qu'à 56% de cette énergie. A noter que la réduction de 50% en matière de tarification de l'électricité est entrée en vigueur, selon le wali.

    S'agissant du dossier relatif à la construction de la nouvelle ville de Hassi Messaoud, M. Melfouf a annoncé qu'un dossier lié au recensement des biens de la ville de Hassi Messaoud sera soumis au gouvernement pour être examiné dans un Conseil interministériel. A rappeler que la commission nationale des marchés a déclaré récemment infructueux l'appel d'offres lancé par l'ENVH pour les études d'exécution et de suivi des travaux de réalisation de la nouvelle ville de Hassi-Messaoud. Les soumissions des deux candidats retenus à l'issue de la phase commerciale, le consortium sud-coréen HMKC et le groupement franco-tunisien conduit par Iosis, ont été rejetées. Le premier pour n'avoir pas présenté d'offre financière détaillée, le second pour avoir omis un document exigé dans le cahier des charges. Un nouvel appel d'offres sera lancé dans quelques semaines. Le ministre de l'Energie et des Mines avait annoncé que l'Algérie consacrera 6 milliards de dollars au projet de construction d'une nouvelle ville sur le bassin pétrolier de Hassi Messaoud.

    Notons que l'Etat n'assumera pas seul le coût du transfert pour des raisons de sécurité de la ville actuelle de Hassi Messaoud vers un site distant d'une centaine de kilomètres. Les compagnies pétrolières travaillant dans la région, dont la compagnie publique algérienne Sonatrach, participeront au financement des travaux de réalisation de leurs nouveaux sièges sur le nouveau site.

  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 25 Juin 2008 -- Le ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, vient de donner le feu vert pour le lancement des travaux d’étude pour la réalisation de la nouvelle ville de Hassi-Messaoud. En effet, un avis d’appel d’offres a été lancé par le département de Khelil et comporte quatre chapitres, les plus importants, nous dit-on. Il s’agit de l’étude de l’avant-projet détaillé, de l’étude de l’avant-projet sommaire et de celui relatif aux ouvrages de bâtiment, de l’élaboration d’un schéma d’aménagement du plan d’occupation du sol ainsi que de la zone d’activité logistique et, enfin, le contrôle, le suivi et la coordination de l’exécution des travaux de cette nouvelle ville annoncée en grande pompe par le gouvernement.

  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 4 Septembre 2008 -- Une étape importante sera franchie la semaine prochaine dans la délocalisation de la ville de Hassi Messaoud où se trouve le plus grand champ pétrolifère du pays. Le bureau de maîtrise d’œuvre pour la réalisation des études et l’exécution des prestations de suivi pour la construction de la nouvelle ville de Hassi Messaoud sera connu dimanche prochain, date prévue pour l’ouverture des plis techniques. L’Etablissement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (EVNH) a rendu publique hier cette information.
    Le bureau sur lequel sera porté le choix aura comme principales missions l’exécution des prestations relatives à la réalisation d’études d’avant-projet détaillées (APD) et d’exécution des voiries et réseaux divers (VRD) du site de cette ville et assistance à la passation des contrats de travaux du lot VRD.

    Les études d’avant-projet sommaires (APS) et d’APD des ouvrages des bâtiments (logements individuels, logements collectifs et équipements d’accompagnement) de la future ville nouvelle ainsi que l’assistance à la passation des contrats des études d’exécution et des travaux du lot ouvrage de bâtiments seront également à la charge de ce bureau d’expertise. Lequel aura par ailleurs à élaborer le plan d’aménagement, le plan d’occupation des sols (POS) et des études d’ADP et d’exécution des VRD de la zone d’activités logistique ainsi que l’assistance à la passation des contrats de travaux du lot VRD. Le suivi, le contrôle et la coordination de l’exécution des travaux du projet de la ville nouvelle (VRD et ouvrages de bâtiments) et de la zone d’activités logistique (VRD) seront aussi confiés au bureau sélectionné, a expliqué (EVNH). Pour l’ensemble de ces prestations, le bureau aura un délai global d’exécution de 96 mois, soit huit ans, à compter de la date de notification du marché comme indiqué dans l’appel d’offres.

    A titre indicatif, 19 bureaux d’études ont affiché leur volonté d’assurer ces prestations en retirant le dossier d’appel d’offres relatif à ce projet. Il s’agit de compagnies algériennes et étrangères (Allemagne, Tunisie, France, Liban, Corée du Sud, Etats-Unis, Canada, Chine, Grande-Bretagne, Espagne, Brésil et Portugal). C’est le deuxième appel d’offres pour le même projet puisque le premier, lancé pour rappel il y a moins d’une année (27 octobre 2007), était déclaré infructueux en mars dernier. La décision de délocaliser la ville de Hassi Messaoud remonte, pour mémoire, à décembre 2004 suite au conseil interministériel du 30 novembre de la même année. C’est l’actuel Chef du gouvernement qui a avait pris le dossier en main en mettant en place un plan d’action visant à «la sécurisation du champ pétrolifère de Hassi Messaoud et au transfert de la ville» hors du périmètre pétrolier. Ainsi, une instruction (n°5) et une décision (n°6) datées du 4 décembre 2004, furent adressées à l’ensemble des membres de l’Exécutif. Mais leur application sur le terrain a mis beaucoup de temps. Ce qui pèse lourd sur la sécurité de la population locale. Laquelle sera transférée vers le «nouveau Hassi Messaoud» qui sera réalisé sur une superficie de 4 483 hectares.

  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 8 septembre 2008 -- Le projet de la ville nouvelle de Hassi Messaoud a reçu l'offre de cinq groupements internationaux et de deux sociétés étrangères pour la réalisation des études et l'exécution des prestations de suivi, de contrôle et de coordination des travaux de ce projet, constate-t-on à l'issue de l'opération d'ouverture des plis techniques effectuée, hier, par l'Etablissement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (EVNH). Ces plis émanent de AECOM (chef de file-USA), The Louis Berger Group (USA) et Dar Al Handasah consultants (Liban), SNC Lavalin International (Canada, chef de file), SNC Lavalin Maghreb, IOSIS International (chef de file, France), EGIS (France), Shangai Xian Dai Architectura Design (chef de file, Chine), CCCC First Highway consultant (Chine), Korea Land Corporate, KLC (chef de file, Corée du Sud), Saman-KT-Kunwon Heerim (Corée du Sud), Sogreah (France), CSCEC (Chine), Parquexpo (Portugal).

    L'évaluation de ces offres techniques durera entre 6 et 8 semaines à partir du 8 septembre en cours, a indiqué le directeur général de l'EVNH, M. Mourad Zeriati. Ces soumissions interviennent après un deuxième appel d'offres; le premier ayant été déclaré infructueux, en mars dernier, par la Commission nationale des marchés publics en raison de la non-conformité des offres financières émanant des deux groupements soumissionnaires KLC et IOSIS. D'un coût global de 6 milliards de dollars, le projet de la nouvelle ville de Hassi Messaoud sera réalisé dans un délai de 96 mois (8 années) dont 16 mois pour les travaux d'engineering. Couvrant une superficie de 4.483 ha, le «nouveau Hassi Messaoud» est destiné à une population de 80.000 habitants et comprend un «îlot énergie» qui constituera le quartier général des compagnies pétrolières opérant sur les champs pétroliers avoisinants. Il est également prévu des immeubles administratifs, des instituts universitaires, des centres de formation, de recherche et de développement, des lieux et centres de culte, des infrastructures, des équipements et des établissements de sport et pour la jeunesse. La ville nouvelle du plus grand champ pétrolier du pays comprendra aussi des zones d'activités destinées à la production de biens et services liés aux activités énergétiques et universitaires.

  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 8 Septembre 2008 -- Le financement de la nouvelle ville de Hassi- Messaoud est en cours de finalisation. C’est du moins ce qu’a souligné hier, M. Mourad Zeriati, directeur général de l’ENVH, Epic en charge de superviser la réalisation de la future cité, invité de la rédaction, une émission de la radio Chaîne III, “Nous prévoyons un conseil interministériel dans les prochaines semaines à l’effet de définir clairement le montage financier”, a annoncé M. Mourad Zeriati, confirmant la volonté des pouvoirs publics à mener à bien ce projet. L’Établissement de la ville nouvelle de Hassi-Messaoud (EVNH) a été doté par l’État d’une enveloppe de 50 milliards de dinars destinée au lancement des travaux, notamment la partie engineering, liée à la réalisation des études et la mise en œuvre du suivi, du contrôle et de la coordination des travaux de ce projet. “50 milliards de dinars ne permettront que de prendre une partie de prestation d’étude et des travaux”, précise le directeur de l'Établissement de la ville nouvelle de Hassi-Messaoud. L’EVNH a procédé hier, à Alger, à l'ouverture des plis techniques pour la sélection d'un bureau de maîtrise d'œuvre pour la réalisation des études et l'exécution des prestations de suivi, contrôle et coordination du projet de construction de la ville nouvelle de Hassi-Messaoud (wilaya de Ouargla). 19 bureaux d'études candidats ont procédé au retrait du dossier d'appel d'offres relatif à ce projet. Il s'agit de compagnies algériennes et étrangères (Allemagne, Tunisie, France, Liban, Corée du Sud, États-Unis, Canada, Chine, Grande-Bretagne, Espagne, Brésil et Portugal).

    “Nous allons consacrer quatre à cinq semaines pour l’évaluation des offres techniques, puis nous passerons aux offres financières”, explique M. Mourad Zeriati. Le directeur général de l’ENVH, en évoquant le montage financier pour la construction de la nouvelle ville, précise qu’il n’y aura que les interventions de l’État et de la Sonatrach. Le groupe Sonatrach est en effet partie prenante du financement de l’opération. Le groupe financera tous les équipements qui lui reviendront. L’État, de son côté, prendra en charge le financement de toutes les infrastructures de base et les équipements d’accompagnement. Mais le désir de l’Établissement de la ville nouvelle de Hassi-Messaoud est d’inviter les autres investisseurs, des promoteurs privés, à financer une partie des logements prévus, les équipements commerciaux, les hôtels, les centres commerciaux… “Il n’est pas question que l’État puisse engager des opérations de financement pour de tels équipements. Notre objectif et d’intéresser et de ramener des investisseurs privés pour prendre en charge tous les équipements commerciaux”, souligne M. Mourad Zeriati. Interrogé sur le devenir de l’ancienne ville de Hassi-Messaoud, le directeur général de l’ENVH, “selon sa compréhension”, elle pourrait être “transformée en zone industrielle au même titre que les zones de Skikda et Arzew”. M. Mourad Zeriati, souhaite que “ce type d’opération soit élargie à la ville de Hassi R’mel”. Cependant, estime-t-il, les problèmes au niveau de Hassi R’mel sont moins importants qu’à Hassi- Messaoud.

    La ville nouvelle de Hassi-Messaoud sera située à une distance d’environ 70km de Ouargla, de Touggourt et de la ville actuelle de Hassi-Messaoud. Le terrain a été choisi sur la base des informations qui font état de la l’absence de trace d’hydrocarbures. En outre, la ville sera assise sur la nappe albienne, ce qui facilitera l’alimentation en eau. Adopté en Conseil interministériel en juin 2007, le schéma d’aménagement de la nouvelle agglomération est conçu pour accueillir 80 000 habitants avec dégagement d’espaces d’extension. La nouvelle ville s’étendra sur une superficie de 4 483 ha dont 3 205 pour l’urbanisation et l’aménagement. Le délai global d'exécution des prestations fixé dans l'appel d'offres est de 96 mois, soit huit ans, à compter de la date de notification du marché. En d’autres termes, si le marché est notifié cette année, la nouvelle ville, devrait être réceptionnée début 2017. “Un challenge”, souligne M. Mourad Zeriati. Pour rappel, lors du premier appel d’offres lancé en 2007 par l’Établissement de gestion de la ville de Hassi-Messaoud, 32 candidats ont retiré les cahiers des charges, quatre ont été retenus lors de la remise des offres techniques et deux seulement lors de la remise en mars dernier des offres financières. Il s’agit du groupement sud-coréen, Hassi-Messaoud Consortium HMKC, et du groupement franco-tunisien Iosis International, Studim International qui devaient prendre en charge la partie engineering dans le projet de construction de la ville nouvelle de Hassi- Messaoud. Mais la commission d’évaluation des offres a annulé les résultats de cette sélection.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts