+ Reply to Thread
Page 4 of 6 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 LastLast
Results 22 to 28 of 36
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Vendredi 24 Avril 2009 -- À moitié moderne avec des grands buildings à la Dubaï, à moitié traditionnelle façon « ksour » : voilà à quoi ressemblera la nouvelle ville de Hassi Messaoud dont le modèle de construction s’inspirera des villes sahariennes. Les noms des cinq groupements d’études internationaux en lice pour la réalisation des études, l’exécution et le suivi du projet ont été révélés cette semaine. Le projet est ambitieux : 3205 hectares de construction, 18 000 habitations, deux théâtres, un palais des sports, 22 écoles primaires, un Institut de technologies, deux marchés de gros… pour un délai de réalisation de 76 mois et un coût total de 6 milliards de dollars sans compter les futures extensions prévues sur quelque 1000 hectares. Cette oasis urbaine de 80 000 habitants poussera en pleine zone désertique, sur le site de Oued el Meraâ, délimité par un cordon dunaire à l’est. Pour protéger la ville des vents du sud, une ceinture verte de 6 km de long et 500 m de large sera plantée de 70 000 tamaris, 64 000 palmiers dattiers dont des variétés sont en voie d’extinction et 4000 washingtonia, le palmier le plus couramment cultivé des Tropiques aux pays tempérés. Quant aux constructions, l’essentiel des maisons devrait être construit en R+1, R+2, architecture typique des ksour, basse pour limiter l’exposition des façades au soleil et introvertie pour laisser passer les courants d’air autour d’un patio. Si le modèle saharien est respecté, les matériaux choisis devront aussi obéir à un cahier des charges : terre, toub, argile et pierre, qui limitent les déperditions thermiques, jusqu’au crépi granuleux pour les façades des maisons. Une technique qui permet, par le relief, de créer des points d’ombre et de participer à la protection contre le soleil, qui en plein été dans le désert, rayonne à la verticale…

  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Jeudi 9 Juillet 2009 -- SNC Lavalin a décroché un nouveau contrat de 31,2 milliards de dinars (312 millions d'euros) en Algérie. Le groupe canadien de construction et d'ingénierie a été retenue par l'Etablissement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (EVNH) pour réaliser les études et l'exécution des prestations de suivi, contrôle et coordination des travaux du projet de construction de la ville nouvelle Hassi Messaoud, a annoncé jeudi cet établissement dans un communiqué.

    L'EVNH dépend du ministère de l'Energie et des mines. Le groupe canadien a été engagé pour une période de 96 mois, à l'issue de laquelle la nouvelle ville de Hassi Messaoud devrait être entièrement achevée pour devenir la première ville pétrolière moderne d'Algérie.

    Cinq groupements internationaux étaient en lice pour la réalisation des études de la ville nouvelle de Hassi Messaoud. Il s'agit du groupement algéro-tunisien (Urbaco-CNIC-GIC), avec une offre de 7,4 milliards de dinars (74 millions d'euros), le sud coréen (KLC-Saman-Kun Won) avec 32,98 milliards dinars, l'espagnol (Arnaiz-ERV) avec 38,37 milliards de dinars et le groupement français (Iosis-Egis) avec une offre de 40,17 milliards de dinars.

    La ville nouvelle de Hassi Messaoud, dont le coût de réalisation est estimé à six milliards de dollars, devrait être réalisée dans un délai de 96 mois sur une superficie de 4.483 hectares, selon les prévisions officielles.

    Le futur "Hassi Messaoud" destiné à une population de 80.000 habitants comprend notamment un "îlot énergie", qui constituera le quartier général des compagnies pétrolières opérant sur les champs pétroliers avoisinants. Il comprendra aussi des immeubles administratifs, des instituts supérieurs, des centres de formation, de recherche et de développement, des lieux et centres de loisirs et de culte et des zones d'activités destinées à la production de biens et services liés aux activités énergétiques et universitaires.

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    MONTREAL, July 9, 2009 — Canadian engineering giant SNC-Lavalin Group has won one of the largest services contracts in its history with a $508 million deal to design and oversee the construction of Algeria's largest modern city focused on the oil and gas sector. The contract, awarded in recent days, is expected to be signed within a few weeks, a company spokeswoman said Thursday. "We're delighted about the announcement," Gillian MacCormack said in an interview. "We will be signing the actual contract within a few weeks and will have plenty of details to provide at that point."

    Montreal-based SNC-Lavalin secured the contract to help build the city of Hassi Messaoud over eight years in a tendering process beating four competitors. It bid 31.2 billion dinars or $508.3 million for the deal, according to tsa.algerie.com, a French-language news site in Algeria. MacCormack wouldn't confirm this figure. Bids were also submitted by an Algerian-Tunisian consortium and companies from South Korea, Spain and France. The bidding process was restarted last October after U.S. company Aecom complained to an Algerian government agency that its Canadian rival didn't follow the tender guidelines. Ironically, Aecom didn't submit a new bid. MacCormack said the contract is one of the largest services contracts in SNC's history.

    The 98-year-old engineering firm, with 21,300 employees, is one of Canada's most global companies, with operations in North America, Europe, Africa, Asia and Latin America. The company is also a major owner of infrastructure such as power plants and pipelines and has been cashing in on the boom in growth in Algeria's energy sector, where new oil and natural gas fields have been discovered in recent years. Hassi Messaoud in east-central Algeria is in the centre of the largest oilfield in the African country and where production is being expanded sharply with each new oil and gas discovery, with energy exports destined for markets in Italy, Germany and France.

    Algeria's oil sector has been open to foreign investors in partnership with Sonatrach, Algeria's state-owned oil and gas company, since the mid-1990s, and foreign companies now own a sizable chunk of crude oil production in the country. Services contracts are the least risky and most profitable projects, typically garnering margins of between 25 and 30 per cent, said Desjardins Securities analyst Pierre Lacroix "It's a big deal," he said in an interview. The contract represents one third of the company's existing $1.5 billion backlog. Unlike lower margin construction contracts, services deals don't carry the risk of having to absorb cost overruns. That was the case with SNC-Lavalin's involvement the Goreway thermal power project in Ontario when a subcontractor went bankrupt.

    While details are still to be disclosed, Lacroix said SNC-Lavalin will likely design the city of 4,483 hectares for 80,000 people including infrastructure, roads, urban lands and probably some buildings. It would also oversee procurement and manage construction. "The bottom line with SNC is their prospect list is very deep and this is another example of how busy this company is." The entire project is expected to cost US$6 billion. Services contracts typically represent about 10 per cent of that amount, he said.

    Besides offering a low bid, SNC-Lavalin has worked for more than 40 years in the North African country, and built the famed Martyr's Tower in Algiers. It was recently awarded a $1.2 billion contract from Algeria's national oil company. The natural gas infrastructure contract was announced last month by Algeria's energy minister and confirmed by the company on June 15. For the first time in its history, the company was the target of a terrorist attack as 12 of its employees were killed last August in a bus bomb blast in Algeria. The attack at Bouira, 90 kilometres southeast of Algiers, was made on a bus carrying SNC-Lavalin's employees to work on the Koudiat-Acerdoune water-treatment plant and distribution project.

    The engineering and construction giant, with 21,260 employees and a stock market value of more than $6.3 billion, operates around the world in project management and engineering. The company also owns infrastructure assets such as power plants, pipelines and buildings. SNC-Lavalin's shares fell 52 cents to $40.97 in afternoon trading on the Toronto Stock Exchange. Lacroix said he believes investors will respond to the Algerian contract by boosting the company's share price.

  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    July 9, 2009 -- It's not every company that can boast it built a city. SNC-Lavalin Group Inc. has won a contract to handle design and engineering, and manage construction, at a new city that will house 80,000 people in eastern Algeria. The deal for La Ville Nouvelle de Hassi Messaoud, near Algeria's biggest oil field, is one of the biggest services contracts ever for the Montreal-based engineering giant, a spokeswoman for the company said Thursday. The contract is expected to be signed within a few weeks, she said, adding that details on the project are being withheld until the deal closes.

    Brenda McCabe, a professor of civil engineering at the University of Toronto, said SNC-Lavalin is in a special position, getting a crack at designing every aspect of a new urban community. “It's exciting,” she said. “It's not every day you get to build something like this from scratch.” There are challenges with such a project. “It's a huge project that will require a huge effort. The challenge will be to take all the technologies that are known and create something that is sustainable.” And there are risks that come with the higher margins that usually go with services contracts, such as the types of warranties that are put on designs and whether a company is willing to take a chance on innovative technologies rather than sticking with the tried and true, she said.

    SNC-Lavalin beat four rivals from Europe and North Africa with a winning bid of $31.2-billion dinars ($508.3-million), according to tsa-algerie.com, a French-language news site in Algeria. “This is something, for our homegrown expertise to be recognized in this way. Eighty-thousand people, that's a lot of people,” said Michel Boisvert, an urban planning professor at the Université de Montréal. “What is important to keep in mind here is ensuring that a new city of this size is a place where quality of life is top of mind. It must not simply turn out to be a kind of satellite to the oil fields.” There is an existing town with a similar name, Hassi Messaoud, which means “blessed well” in Arabic.

    Pierre Lacroix, an analyst with Desjardins Securities, said he believes this is the largest project ever of this kind for SNC-Lavalin. He doesn't anticipate that the company faces any major challenges with something of this size and scope. SNC-Lavalin has the resources to combine its expertise in such areas as infrastructure, water treatment, transportation and bridges, he said. “Obviously, from the logistics point of view, this is huge.” According to tsa-algerie.com, the new city will be Algeria's first modern oil field city. It is to be built over an eight-year period. Total cost of the new city of Hassi Messaoud has been estimated at about $6-billion (U.S.). The massive urban-planning project is part of a boom in Algeria's rapidly expanding oil and gas sector.

    SNC-Lavalin, whose presence in the country goes back 40 years, has been a key player in the energy business there. Last month, it was chosen by Algeria's state-owned oil and gas company – Sonatrach – to build a natural gas processing facility, a contract valued at $1.2-billion (Canadian). SNC-Lavalin is also a significant owner of such facilities as power plants and pipelines in the country. Foreign energy companies have benefited over the past 15 years from the opening up of the country's energy sector to outsiders. SNC-Lavalin has also been the target of terrorism in the country. It was the victim of a terrorist attack last August in which 12 of its employees were killed in a bus bomb blast. The company has offices across Canada and in over 35 countries around the world and has projects in about 100 countries.

  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 11 Juillet 2009 -- SNC-Lavalin, groupe canadien de construction et d’ingénierie, a été retenu par l’Établissement de la ville nouvelle de Hassi-Messaoud (EVNH) pour la réalisation des études et l’exécution des prestations de suivi, de contrôle et de coordination des travaux du projet de construction de la ville nouvelle Hassi-Messaoud. Le montant du contrat, d’une durée de 96 mois, s’élève à 312 millions d’euros, apprend-on de sources crédibles. Lors des offres commerciales, cinq groupements internationaux étaient en concurrence pour la réalisation des études de la nouvelle ville de Hassi-Messaoud qui devrait devenir la première ville pétrolière moderne d’Algérie. Il s’agit de l’Urbaco-Cnic-Gic (algéro-tunisien), avec une offre de 74 millions d’euros, de KLC-Saman-Kun Won (Corée du Sud), avec 32,98 milliards de dinars, d’Arnaiz-ERV (Espagne), avec 38,37 milliards de dinars, et du groupement Iosis-Egis (France), avec une offre de 40,17 milliards de dinars. Pour rappel, le coût du projet global est estimé à 6 milliards de dollars. La nouvelle ville devrait occuper une superficie de 4 483 hectares. Elle est destinée, nous dit-on, à abriter environ 80 000 habitants. En sus d’un “îlot énergie”, qui fera office de quartier général des compagnies pétrolières et parapétrolières, il est prévu dans la ville nouvelle de Hassi-Messaoud des sièges administratifs, des instituts supérieurs et autres centres de formation, de recherche et de développement, des infrastructures de loisirs et des zones d’activités. Un chantier susceptible d’endiguer un tant soit peu le chômage dans la région.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :


    Samedi 11 Juillet 2009 -- SNC Lavalin a indiqué, jeudi 9 juillet, avoir remporté le contrat d'aménagement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud. Un porte-parole du groupe canadien a confirmé à des agences de presse et aux journaux locaux les informations révélées plus tôt dans la matinée par tsa-algerie.com. Mais il s'est refusé à tout commentaire concernant le montant du contrat qui s'élève à 312 millions d'euros, soit plus de 500 millions de dollars. Il s'agit de l'un des plus importants contrats de services de l'histoire du groupe canadien.

    Cinq groupements internationaux étaient en lice pour la réalisation des études de la ville nouvelle de Hassi Messaoud. Outre SNC Lavalin, il s'agit du groupement algéro-tunisien (Urbaco -CNIC-GIC), avec une offre de 7,4 milliards de dinars (74 millions d'euros), le sud coréen (KLC-Saman-Kun Won) avec 32,98 milliards dinars, l'espagnol (Arnaiz-ERV) avec 38,37 milliards de dinars et le groupement français (Iosis-Egis) avec une offre de 40,17 milliards de dinars. Curieusement SNC Lavalin n'est pas le moins disant parmi les cinq groupements qui ont présenté des offres. Avec 7,4 milliards de dinars (76 millions d'euros), le groupement algéro-tunisien (Urbaco-CNIC-GIC) avait proposé l'offre la moins chère. Mais il n'a pas été retenu. Dans ce contrat, le patriotisme économique a une nouvelle fois été oublié. Urbaco-CNIC-GIC est en effet le seul groupement algérien à avoir présenté une offre. Le gouvernement n'a même pas pensé à lui réserver une petite part du contrat préférant confier tout en bloc au canadien.

    Certes, le montant de l'offre n'est pas l'unique critère retenu par les autorités algériennes pour le choix de SNC Lavalin. Le groupe canadien possède sans doute une meilleure expérience que le groupement algéro-tunisien dans l'aménagement de grandes villes. Mais à la lecture des avis de spécialistes qui ont suivi la publication de l'information, il ressort que l'offre du canadien est exagérée. En effet, selon le bureau d'analyses financières canadien Valeurs mobilières Desjardins, SNC Lavalin peut espérer entre 25% à 30% de marge bénéficiaire brute sur son contrat algérien, soit entre 125 et 160 millions de dollars. Sans compter que le contrat, comme tous les projets passés ces dernières années avec des groupes étrangers, va sans doute connaître une révision à la hausse pour prendre en compte de nouveaux éléments qui devraient surgir durant les prochaines années. SNC Lavalin va en effet travailler sur ce projet pendant huit ans.

  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :


    Mardi 1 Septembre 2009 -- Depuis quelques mois, le gouvernement multiplie les projets d'études de villes nouvelles. Dernier contrat en date : celui attribué, début juillet, à SNC Lavalin pour 31,2 milliards de dinars (312 millions d'euros). Le groupe canadien de construction et d'ingénierie a été choisi pour réaliser les études et l'exécution des prestations de suivi, contrôle et coordination des travaux du projet de construction de la ville nouvelle Hassi Messaoud. Officiellement, la ville nouvelle de Hassi Messaoud, dont le coût total de réalisation est estimé à 6 milliards de dollars, devrait être livrée dans un délai de 8 ans. Elle devrait devenir la première ville moderne d'Algérie. Le futur "Hassi Messaoud" destiné à une population de 80.000 habitants comprend notamment un "îlot énergie", qui constituera le quartier général des compagnies pétrolières opérant sur les champs pétroliers avoisinants. Il comprendra aussi des immeubles administratifs, des instituts supérieurs, des centres de formation, de recherche et de développement, des lieux et centres de loisirs et de culte et des zones d'activités destinées à la production de biens et services liés aux activités énergétiques et universitaires.

    Mais en dépit des sommes colossales engagées dans les études, ce projet, comme ceux des autres villes nouvelles - Boughezoul, Bouinane, Sidi Abdellah, Dounia Parc - risque de ne pas voir le jour. La cause? « Construire une ville nouvelle doit être précédé par la mise en place de nouvelles lois sur lesquelles va s'appuyer l'administration pour travailler», explique un expert en urbanisme. Actuellement, les lois existantes sont adaptées aux seuls cas de promotions immobilières. Aucune dispositif n'est prévu pour les projets de villes nouvelles. Plus inquiétant, « certaines lois actuelles sont en contradiction avec les projets de villes nouvelles. Elles constitueront des éléments de blocage au moment du lancement des travaux », ajoute-t-il.

    En plus de l'inadaptation des lois actuelles, les projets de villes nouvelles risquent de se heurter rapidement à l'incapacité de l'administration algérienne à piloter des projets traverses d'une telle envergure. En plus du coût exorbitant des projets, la construction d'une ville nouvelle suppose une étroite collaboration entre une quinzaine de ministères : Aménagement du territoire, Urbanisme, Travaux publics (routes), Intérieur (commissariats), Education nationale (écoles), Enseignement supérieur (Université), Santé (hôpitaux, pharmacies...), Commerce, Energie (électricité et gaz), Transports, Ressources en eau, Télécoms... Or, en plus de la difficulté à gérer simultanément une quinzaine d'administrations qui manquent de souplesse, chaque ministère possède ses propres programmes et ses échéances. Qui va construire les écoles? Les commissariats? Sur quels budgets seront-ils comptabilisés? Autant de questions auxquelles les lois actuelles n'apportent aucune réponse. « Faire des études est une chose, mais rendre les choses opérationnelles en est une autre. Nous n'avons ni les compétences ni l'expérience nécessaires dans la gestion de ce type de projets », conclut l'expert.

+ Reply to Thread
Page 4 of 6 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts