+ Reply to Thread
Page 6 of 14 FirstFirst ... 4 5 6 7 8 ... LastLast
Results 36 to 42 of 92
  1. #36
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Djamila Loukil :


    Mercredi 4 Février 2009 -- Le programme Optimexport, chargé du renforcement des capacités exportatrices des PME algériennes hors hydrocarbures, a fait l’objet d’une présentation, hier, au siège de la CCIO d’Oran au profit des directeurs des Chambres de commerce et d’industrie de l’Ouest et du Sud-Ouest. L’objectif des représentants de la Caci et d’Algex, animateurs de la rencontre et qui sont les deux partenaires au sein de ce programme, est de parvenir à mobiliser le maximum de PME exportatrices de l’ouest du pays ou de PME aux potentialités exportatrices avérées. En effet, le 18 février doit se tenir à Oran “une journée d’information et de sensibilisation orientée sur le thème de la logistique à l’export”, a expliqué M. Djebara d’Optimexport.

    Il faut dire que le programme intitulé “Challenge Optimexport” se fixe comme objectif de trouver un groupe pilote de 40 PME algériennes intervenant hors hydrocarbures pour bénéficier d’un accompagnement. Jusqu’ici, ce programme n’a pas eu d’écho dans la région de l’Ouest et du Sud-Ouest, ajoute l’intervenant : “Nous avons recensé très peu de PME de l’Ouest, c’est insignifiant. C’est pourquoi nous sollicitons les CCI pour effectuer un travail de sensibilisation auprès de leurs adhérents.” Ces 40 entreprises seront triées en fonction de leurs capacités exportatrices et bénéficieront pendant deux ans d’un programme personnalisé d’accompagnement à l’export par le biais de formations, information professionnelle à l’export, amélioration des performances des entreprises sur les marchés internationaux, etc. Cela permettra également aux dirigeants et cadres de ces entreprises sélectionnées de bénéficier gratuitement de l’assistance d’experts institutionnels et privés.

    Un vrai “challenge” économique en effet, et qui nécessitera un travail de fond important. Et pour cause, les PME exportatrices hors hydrocarbures ne représentent que 3% du total des entreprises exportatrices, soit 400 en tout à l’échelle nationale. Des données fournies par la Direction des douanes à Oran, lors de la journée mondiale des douanes, montrent qu’en 2008, la valeur des exportations à partir des ports d’Oran, Mostaganem, Ténès, Arzew était de 48 milliards de dollars, soit 62,65% du total national mais dans ce bilan, les exportations hors hydrocarbures ne représentent même pas 1%. À noter que le programme Optimexport est doté d’une enveloppe de 2,100 millions d’euros de la part du gouvernement français et exécuté par l’Agence française de développement.

  2. #37
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 5 Février 2009 -- Comment booster les exportations algériennes hors hydrocarbures ? Celles-ci restent marginales, malgré les nombreux plans de relance initiés par le gouvernement afin de développer l’économie et inverser la balance du commerce extérieur qui, hors hydrocarbures, reste déficitaire. Ces efforts n’ont pas eu l’effet recherché. Les hydrocarbures continuent à dominer les exportations algériennes à hauteur de 97,5%.

    Les exportations hors hydrocarbures ne représentent que 2,5% du volume global. D’un montant de 1,77 milliard de dollars en 2008, elles sont constituées principalement de produits parachimiques dont des dérivés d’hydrocarbures. L’Algérie exporte également une quantité presque dérisoire de produits sidérurgiques, essentiellement des déchets ferreux et non ferreux. Les chiffres officiels émanant de l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex) et qui concerne le commerce extérieur en 2008, sont là pour illustrer l’incapacité de l’Algérie à placer ses produits dans les marchés internationaux. Seules les exportations en hydrocarbures ont pris une courbe ascendante à la faveur de la hausse des cours du baril de pétrole.

    La parachimie, qui représente un taux de 51% des exportations dites hors hydrocarbures, dont 42% de solvants naphta (dérivés des hydrocarbures), a connu aussi une tendance à la hausse, excepté les engrais qui ont entamé une chute libre depuis 2005. La sidérurgie vient en seconde position avec un taux de 28%, dont 64% de déchets ferreux et non ferreux. Les produits agricoles, alimentaires et de la pêche, quant à eux, représentant une proportion estimée à 7% du volume global des exportations hors hydrocarbures ne dépassant pas le niveau des 30 millions de dollars, s’insérant ainsi au plus bas niveau de la pyramide. Près de 75% des dattes algériennes destinées à l’exportation sont vendues en France, tandis que 99,7% des crevettes sont exportées à destination de l’Espagne. Les pâtes alimentaires, les eaux minérales et gazéifiées ne sont, elles, exportées que vers certains pays d’Afrique, à l’instar de la Guinée, le Ghana, le Sierra Leone, La Gambie, le Niger, la Mauritanie et le Bénin.

    Quelle place pour l’Algérie ?

    Les dérivés des hydrocarbures (exportations hors hydrocarbures) ont réalisé des recettes de quelque 300 millions de dollars seulement en 2008, même valeur que celle des produits sidérurgiques. Les produits parachimiques sont exportés exclusivement par Fertial (entreprise détenue à 66% par le groupe espagnol Villar Mir et 34% par Asmidal), tandis que les produits sidérurgiques sont l’apanage de ArcelorMittal à 100%. Certains autres produits sont exportés aussi de façon monopolistique par des sociétés étrangères implantées en Algérie, à l’image du français Michelin qui exporte près de 25 millions de dollars de pneumatiques.

    L’évolution des exportations algériennes hors hydrocarbures par zone géographique fait ressortir une tendance à la baisse vers les pays de la zone euro, ainsi que ceux de l’Amérique du Nord et de l’Asie (hors pays arabes). Les exportations vers les Maghrébins, dominées essentiellement par les dérivés des hydrocarbures, ont connu une évolution à la hausse en 2008. Même tendance des échanges avec les pays arabes, où l’on constate une stabilité des échanges depuis 2005. Vers les pays du Maghreb (Tunisie, Maroc, Mauritanie et Libye), les exportations algériennes ont atteint 1,324 milliard de dollars, contre 760,39 millions de dollars en 2007, si l’on tient compte des statistiques rendues publiques récemment par le CNIS. Cependant, les produits exportés sont constitués principalement du butane liquéfié avec 693 millions de dollars, du gaz naturel (331 millions), du propane liquéfié (116 millions) et, enfin, des produits laminés plats en fer et en acier (34 millions).

    Cependant, les importations en provenance des pays magrébins qui se sont chiffrées à 387,49 millions de dollars en 2008 sont constituées de remorques et semi-remorques de transport de marchandises avec 32 millions de dollars, le phosphate de calcium (26 millions) et les préparations de lessives et de nettoyage (23 millions). La différence est de taille. Autant dire que la balance est en faveur des voisins immédiats de l’Algérie. Même constat relevé dans les échanges entre l’Algérie et les pays arabes. Les produits exportés sont constitués principalement du butane liquéfié avec 1,35 milliard de dollars, du gaz naturel à l’état gazeux (331 millions), du propane liquéfié (156 millions), des huiles de pétrole ou minéraux bitumeux (64,18 millions) et, enfin, des produits laminés plats en fer et en acier avec 33,5 millions.

    Les principaux produits importés par l’Algérie des pays arabes en 2008 étaient surtout les médicaments avec 114,4 millions de dollars, le polyéthylène (37,3 millions) et les constructions et parties de construction (27,4 millions). Les entreprises algériennes, elles, déstructurées et laminées au profit d’un secteur pétrolier dominant et des lobbies « indomptables » de l’importation, continuent à subir depuis les mêmes politiques et les mêmes responsables.

  3. #38
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 17 Février 2009 -- La 3ème journée de présentation et d'information du programme Optimexport au profit des opérateurs économiques de l'Ouest et du Sud-Ouest, prévue le 18 février à Oran, sera consacrée à finaliser les candidatures d'une cinquantaine d'entreprises économiques. Les experts du programme vont développer durant ce rendez-vous le thème de la «logistique» dite d'entreprises qui ne se limite pas seulement à la gestion de production et à l'organisation des approvisionnements de matières premières mais tend en réalité à asseoir les bases d'une gestion globale de la chaîne logistique dans un but d'améliorer les performances en termes de coût, de qualité de service et surtout de délais de livraison à l'international. La rencontre cible les entreprises économiques ayant un potentiel dans les exportations hors hydrocarbures en particulier dans le secteur agroalimentaire et manufacturier. La rencontre sera ainsi axée sur «la logistique et le transport» avec des interventions sur «l'environnement logistique des opérations à l'international» et les «principales procédures douanières et fiscales».

    Les experts étaleront les pistes de développement que les futurs exportateurs pourront prospecter à l'international. Ils s'attarderont également sur les contraintes et blocages qui risquent d'entraver la conquête du marché extérieur en Algérie ou à l'étranger et en particulier en matière de procédures douanières et fiscales ainsi que du transport des marchandises par fret. Les «heureuses» entreprises économiques sélectionnées par les experts du programme bénéficieront d'un accompagnement effectif sur les marchés étrangers et les salons spécialisés. Selon les organisateurs, le programme vise à générer «une nouvelle dynamique d'échange» dans le secteur hors hydrocarbures entre l'Algérie et la France en particulier.

    Il y a lieu de noter que le projet Optimexport initié en partenariat avec l'Agence française de développement (AFD) ambitionne de booster les exportations algériennes hors hydrocarbures. Ce programme est cofinancé par l'Algérie et par l'AFD pour un investissement de 2,1 millions d'euros. Il concerne surtout le développement de l'offre d'informations commerciales, la formation aux techniques du commerce international et le soutien des PME algériennes dans leur «conquête» de l'international.

  4. #39
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 14 Avril 2009 -- Le 1er Salon de l’exportation Djazaïr Export se tiendra du 31 mai au 3 juin au Palais des expositions des Pins-Maritimes (Alger). Organisé conjointement par la Société algérienne des foires et des exportations (Safex) et l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), cette manifestation a pour objectif principal de faire connaître les entreprises algériennes et de les aider à placer leurs produits sur le marché international, a déclaré hier le directeur général d’Algex, M. Mohamed Bennini, lors d’une conférence, ajoutant que 120 exposants sont attendus à ce rendez-vous d’affaires.

    Pour M. Bennini, ce premier Salon, dédié aux sociétés exportatrices, est plus important pour les opérateurs algériens que celui de la Foire internationale d’Alger (FIA), pour la simple raison que durant les FIA, les entreprises nationales sont souvent «étouffées» par les grandes firmes internationales. «Les FIA qui se tiennent chaque année à Alger permettent beaucoup plus la promotion des produits étrangers que ceux nationaux, qui restent méconnus sur le marché international», a-t-il indiqué, précisant que l’Algérie compte plus de 400 exportateurs réguliers. Un potentiel que l’Algex veut réunir pour l’encadrer et l’aider à se faire une place sur le marché international. Ce Salon permettra également aux opérateurs algériens de se situer par rapport aux opérateurs étrangers, car il y a une certaine rigueur à observer sur la traçabilité des produits et le respect des délais de livraison. Pour sa part, M. Marc Martina, responsable du programme Optim-Export consacré au renforcement des capacités exportatrices des PME, a recommandé une mise à niveau des entreprises algériennes aussi bien en termes de conformité aux normes qu’en termes de logistique.

    Il convient de rappeler que les exportations nationales hors hydrocarbures demeurent marginales malgré une certaine progression ces dernières années. À la fin de 2008, elles ont totalisé 1,89 milliard de dollars, contre 1,3 milliard en 2007 et 930 millions en 2006. Malgré cette croissance appréciable, les exportations hors hydrocarbures restent dominées par les dérivés du pétrole et la part des produits agricoles frais et des produits manufacturiers reste marginale. Le Salon de l’exportateur, qui veut lancer les sociétés activant dans des secteurs jugés à forte capacité exportatrice comme l’agroalimentaire, les produits agricoles et certains produits manufacturés, verra la participation des organisations patronales, l’Association des banques et des établissements financiers, les Douanes algériennes et l’ANDI. Des visiteurs étrangers sont également conviés à cet évènement tels les représentants commerciaux de firmes étrangères en Algérie.

  5. #40
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 9 Mai 2009 -- Le groupe Sim, spécialisé notamment dans l’agroalimentaire, exporte ses produits (couscous, pâte, eau minérale, jus…) vers 19 pays dont la France le Canada, les USA, l’Angleterre et la Suède. Dans un bilan établi par ce groupe, le montant représentant les opérations d’exportation entre 2004 et 2008 se chiffre à un milliard d’euros. « Nous avons pu quand même exporter vers la Suède, un pays connu pour ses mesures draconiennes quant à la commercialisation des produits alimentaires sur son territoire. Dans ce sens, il aura fallu avoir l’agrément du ministère suédois de la Santé, lequel comporte des conditions très strictes pour qu’on puisse exporter vers ce pays », nous dira Abdelkader Tayeb Ezzraïmi, PDG du groupe Sim, dont le siège se trouve à Blida. Notre interlocuteur nous fera savoir, également, que ses produits sont commercialisés au Sahara occidental et ont pu détrôner les produits marocains. Le groupe explore d’autres marchés. Il participe actuellement à la Foire internationale de Saint-Pétersbourg (Russie), ces jours-ci, afin de conquérir de nouveaux pays de la région. « On possède une plate-forme à Nouakchott, et ce, pour mieux écouler nos produits, notamment en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et évidemment au Sahara occidental. Nous comptons aussi cibler le marché irakien, considéré comme porteur via la Syrie où nous sommes en négociation avec des distributeurs syriens qui ont l’habitude d’exporter vers l’Irak », ajoutera-t-il.

    Le secret de cette réussite est lié, selon M. Tayeb Ezzraïmi, au rapport qualité-prix de ses produits, dont le couscous qui est très prisé non seulement par notre communauté établie à l’étranger mais surtout par les Occidentaux. Le groupe Sim est en pourparlers, par ailleurs, avec 3 groupes espagnols, leaders dans leur domaine, afin de concrétiser d’ambitieux projets en Algérie. Ces projets concernent la production intensive de céréales ainsi que de l’huile d’olive tout en bénéficiant de l’apport technologique et savoir-faire des Espagnols, la fabrication locale de la sauce tomate en partenariat avec le groupe Baiere, la mise en place d’une plate-forme en Algérie par un grand exportateur espagnol. Cette logistique permettra une fois installée chez nous d’exporter des produits espagnols et algériens vers des pays maghrébins et subsahariens. Cela sera favorisé grâce à la concrétisation de l’important tronçon routier Alger-Niamey et Tunis-Nouakchott. Signalons enfin qu’un autre projet relatif à l’élevage bovin (lait et viande) liant le groupe Sim avec des Canadiens vient d’avoir l’accord du Conseil national de l’investissement. Il sera implanté aux environs de Tiaret et considéré comme l’une des plus importantes exploitations agricoles à l’échelle arabe et africaine.

  6. #41
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Dimanche 10 Mai 2009 -- En 2009, les exportations hors hydrocarbures de l'Algérie seront moins importantes que l'année écoulée. Cette prévision est faite par Mohamed Benini, directeur général de l'Agence Nationale de Promotion du Commerce Extérieur (Algex), invité de la chaîne III. En valeur, ces exportations seront inférieures à 1,5 milliards de dollars, résultats enregistrés en 2008. La dépréciation du dollar et la crise économique qui frappe de plein fouet l'Europe, principal débouché des produits algériens, sont avancées comme des freins à la vente à l'extérieur.

    Mohamed Benini a reconnu la faiblesse de l'accompagnement des entreprises algériennes sur les marchés étrangers et il a appelé à la réforme du statut de l'Algex. "L'agence a besoin de plus de souplesse pour soutenir les opérateurs algériens sur les marchés extérieurs. Ceux-ci manquent d'expérience et ont besoin d'être soutenus pour surmonter la frilosité, prospecter et connaitre les concurrents. Il faut une professionnalisation de l'acte d'exporter", a-t-il estimé soulignant que les exportateurs doivent maîtriser les nouvelles technologies de la communication. L'utilisation du Fonds spécial pour la promotion des exportations (FSPE), qui existe depuis 1996, doit, selon Mohamed Benini, être revue en ce sens que la prise en charge de 25% des frais de transport est appelée à disparaître à la fin 2009. L'argent doit, d'après lui, être orienté vers le soutien à la mise à niveau des entreprises exportatrices, à l'amélioration des règles de conditionnement et d'emballage, au respect des normes et à la participation des hommes d'affaires dans les foires et salons. Le responsable d'Algex a évoqué la création d'un pavillon algérien à l'étranger.

    L'organisation du Premier salon algérien de l'exportation Djazair Export, prévu du 31 Mai au 3 Juin 2009 à Alger, est perçue comme un premier pas vers la concrétisation du projet du pavillon. Djazaïr Export, qui va coïncider avec la tenue de la Foire Internationale d'Alger, verra la participation d'une centaine d'entreprises exportatrices algériennes. Lors du salon, des journées Business to Business (B to B), des rendez-vous d'affaires personnalisés et des conférences animées par des experts seront organisés au niveau du Palais des expositions de la Safex au Pins maritimes à l'Est d'Alger. "La présence, durant le salon, de représentants d'institutions et auxiliaires du commerce extérieur pourra apporter des réponses précises aux demandes des exportateurs sur des mesures pratiques tels que les régimes économiques douaniers à l'export, les dispositions financières et fiscales, les aspects bancaires, la logistique à l'export, les normes, les certifications et les emballages", a précisé Mohamed Benini.

  7. #42
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Safia Berkouk :


    Lundi 11 Mai 2009 -- Ce n’est vraisemblablement pas cette année que les exportations algériennes hors hydrocarbures dépasseront la barre de 2 milliards de dollars. Selon le directeur général de l’Agence nationale de promotion des exportations (Algex), M. Mohamed Bennini, d’après les estimations, le montant de ces exportations à la fin de 2009 sera «en deçà de celui de 2008», soit moins de 1,77 milliard de dollars. M. Bennini a affirmé, hier, que l’Algérie exporte essentiellement vers la zone euro, mais que les prix sont convertis en dollars. Or aujourd’hui, «le dollar a repris sa place et donc le gonflement exceptionnel de 2008 va être reflué», a-t-il clarifié sur les ondes de la radio Chaîne III. Pour tenter d’expliquer les raisons de cette faiblesse, le DG d’Algex a estimé que «l’accompagnement des entreprises sur les marchés extérieurs reste insuffisant et manque de professionnalisme». Sans compter qu’il y a «une frilosité des entreprises à aller sur les marchés extérieurs y compris pour faire de la prospection, connaître l’évolution des marchés et les nouvelles pratiques». La défaillance, selon lui, est observée à tous les niveaux, «qu’il s’agisse des administrations publiques qui doivent faciliter les déplacements des hommes d’affaires à l’étranger, de l’accompagnement financier de l’Etat pour amortir les frais de déplacement ou des entreprises elles-mêmes qui ne se déplacent pas facilement mais souhaitent souvent être totalement prises en charge».

    Par ailleurs, a souligné le responsable, «jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons pas eu suffisamment de volets exportation, aussi bien au niveau des dispositifs d’investissement, des dispositifs de mise à niveau avec l’UE, que des accompagnements des institutions comme la nôtre, pour pouvoir dire que nous avons effectivement aidé l’entreprise à se mettre à niveau pour accéder au marché extérieur dans les mêmes conditions que les concurrents étrangers». Conséquence de ce manque d’intérêt, «la balance commerciale hors hydrocarbures est d’une manière chronique déficitaire, puisque, hors hydrocarbures, nous couvrons à peine 4 à 5 % de nos importations». Face à la nécessité de trouver de nouvelles solutions, le dossier «des exportations devrait être ouvert au niveau du gouvernement le mois prochain avec à la clé un changement de statut pour Algex pour la rendre flexible et plus proche des exportateurs vu qu’elle n’apporte pas un accompagnement suffisant, ainsi que l’amélioration du fonctionnement du fonds spécial de promotion des exportations hors hydrocarbures», a révélé l’invité de la radio. Selon lui, ce fonds «est en cours de réforme. Une réforme que nous avons souhaitée et qui devrait se faire avant la fin de l’année». Jusqu’à présent ce fonds n’est intervenu que dans le soutien au transport, mais la réforme prévoit, selon lui, «que beaucoup d’aide sera accordée à la mise à niveau, à l’emballage, à l’étiquetage, à la mise aux normes, au conditionnement et au déplacement des hommes d’affaires sur les foires en général et sur la prospection commerciale en particulier». Pour le DG d’Algex, «les financements du fonds sont suffisants pour supporter toutes les opérations d’exportation. Ils sont même supérieurs à ce qui est sollicité par l’entreprise c’est-à-dire 4 milliard à 5 milliards de dinars par an». Toutefois, a-t-il dit, «il reste à mettre cet argent à la disposition des entreprises».

+ Reply to Thread
Page 6 of 14 FirstFirst ... 4 5 6 7 8 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts