+ Reply to Thread
Page 3 of 5 FirstFirst 1 2 3 4 5 LastLast
Results 15 to 21 of 31
  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Samedi 6 Février 2010 -- Les effets de l’application des mesures contenues dans la loi de finance complémentaire (LFC) 2009 ne se sont pas faites attendre. L’activité industrielle tant publique que privée a connu une baisse sensible les trois derniers mois de l’année écoulée, selon une étude réalisée par l'Office national des statistiques (ONS). Plus de 26 % des industriels ont estimé que l'approvisionnement en matières premières a été inférieur aux besoins exprimés, une conséquence des retards de paiement après l'introduction du crédit documentaire. Les ruptures de stocks ont touché 38 % des entreprises privées et 21 % des entreprises publiques. Cela a été à l’origine des arrêts d’activité de plus de dix jours dans près de 85 % des entreprises privées. Ces arrêts ont touché 52 % des entreprises publiques. Autre frein à l’activité industrielle : les pannes de l’énergie électrique qui ont causé des suspensions d’activité de plus d’une semaine. Cela a touché 56 % des entreprises privées. S’ajoute à ce tableau noir, les coupures d’eau qui ont été générales puisque 96 % des chefs d’entreprises privées et publiques se sont plaints de cette situation.

  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 7 Avril 2010 -- La production industrielle du secteur public a enregistré une hausse de 1,3% au quatrième trimestre 2009, selon l’Office national des statistiques (ONS). Cette progression est survenue après une hausse similaire au premier trimestre et deux baisses consécutives aux deuxième et troisième trimestres (-1,3% et -1,2%). La croissance a concerné les industries hors hydrocarbures qui ont enregistré une progression de 1,4% au dernier trimestre 2009, et une hausse relativement importante de 3% au cours de toute l’année par rapport à 2008. Les industries manufacturières ont enregistré une légère progression de 0,7% pour toute l’année grâce à une hausse de 1,4% au cours du dernier trimestre. La tendance annuelle de la production industrielle pour 2009 est marquée essentiellement par une «chute importante» des niveaux de production des hydrocarbures aux trois premiers trimestres (-9,9%), (-8,7%) et (-3,6%) avec une reprise au 4e trimestre (+1,1%) pour totaliser un chute globale de 5,4% pour toute l’année, contre une baisse de 2,4% en 2008. Cette baisse, rappelle-t-on, est due à la réduction des quotas de production décidée par l’OPEP en décembre 2008 lors de la réunion d’Oran. Le dernier trimestre de l’année écoulée s’est caractérisé essentiellement par des hausses importantes des niveaux de production des secteurs chimie, caoutchouc et plastique (+21%), énergie (+5,2%) et matériaux de constructions (+4,1%). L’office note, par ailleurs, une baisse de production de pétrole brut et gaz naturel de 7,1%, et de la liquéfaction de gaz naturel de 3,4%.

    L’ONS relève toutefois une croissance importante du secteur de l’énergie qui a réalisé l’année dernière une hausse de 7,2%. Il en est de même pour le secteur des mines et carrières qui a connu une hausse de 3,4% durant l’année précédente. L’évolution dans ce secteur est caractérisée par des variations au niveau de l’extraction de pierres, argile et sable (14,6%), l’extraction de sel (5,1%) et de minerais de fer avec 1,1%. Les industries sidérurgique, métallique, mécanique, électrique et électronique ont connu une hausse relativement importante avec 6,4% en 2009. La croissance a concerné toutes les branches de la filière, mais les plus importantes sont celles de la sidérurgie, des transformations de fonte et acier (+52,7%), de la construction de véhicules industriels (+36,3%), de la fabrication des biens d’équipements mécaniques (+44,5%) ainsi que des biens d’équipements métalliques avec 45,2%. L’industrie de la chimie, caoutchouc et plastique a réalisé une croissance de 2% en 2009, grâce à la hausse de la production des branches peintures (+7,1%), produits pharmaceutiques (+10,4%) et industries chimiques minérales de base avec 11,3%. Le secteur des textiles a connu une évolution positive avec 1,2% en 2009, grâce notamment à la filière biens de consommation qui a augmenté de 10,9%. Le niveau de production dans le secteur des matériaux de construction a légèrement fléchi en 2009 affichant une baisse de 1%, en raison exclusivement de la baisse (-15,8%) de fabrication des produits en ciment et matériaux de construction divers. Parmi les branches qui ont connu le plus de difficultés au cours de l’année écoulée, figurent les industries du bois, liège et papier (-21,4%), des cuirs et chaussures (-12,1%) et les industries agroalimentaires (-9,1%), selon l’ONS.

  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 7 Avril 2010 -- La production industrielle nationale a enregistré à fin 2009 une timide hausse de 1,3%, loin des niveaux escomptés pour un secteur qui emploie près de 40% de la main-d'œuvre algérienne, tous secteurs confondus. Le secteur industriel public a pu dégager un résultat positif au 4e trimestre 2009, après deux baisses consécutives aux 2e et 3e trimestres (-1,3% et -1,2%), et une progression au 1er trimestre de l'année. Globalement, les clignotants de l'industrie du secteur public restent encore «ternes», les hausses étant entrecoupées de baisses drastiques pour plusieurs branches stratégiques. Les industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) ont connu une hausse relativement importante avec 6,4% en 2009. Toutes les branches de la filière ont connu des hausses, les plus importantes étant celles de la sidérurgie, transformations de fonte et acier (+52,7%), construction de véhicules industriels (36,3%), fabrication de biens d'équipement mécaniques (44,5%) ainsi que les biens d'équipement métalliques avec 45,2%. Sur le même sillage, le secteur de la chimie, caoutchouc et plastique a tiré son épingle du jeu et confirme la bonne santé de ses différents produits avec une croissance de 2% en 2009, grâce à la hausse de la production des branches «peintures» (+7,1%), «produits pharmaceutiques» (+10,4%) et industries chimiques minérales de base avec 11,3%. Le textile est également repassé dans le vert avec une hausse de la production de 1,2% en 2009, porté par la filière «biens de consommation» qui a augmenté de 10,9%.

    Cependant, la production dans le secteur des matériaux de construction a baissé en 2009 à -1%, affectée par la chute de la production des ciments et matériaux de construction divers (15,8%). En outre, les industries du bois ont connu une année difficile, avec des chiffres en nette baisse, notamment pour le liège et papier (-21,4%). En 2009, les recettes des ventes de liège ont baissé à 50,73 millions de dinars, contre une moyenne annuelle de 300 millions de dinars au plus fort de la demande mondiale de liège. La production nationale a été de seulement 51.075 quintaux en 2009, contre 90.321 q en 2008. «La crise économique mondiale de 2009 a fortement influé sur les ventes de liège sur le marché international», selon M. Tahar Mahdid, directeur de la Gestion forestière à la direction générale des Forêts (DGF). Les secteurs des cuirs et chaussures (-12,1%), et industries agroalimentaires, avec une chute de 9,1%, étaient également en berne en 2009, selon l'Office national des statistiques (ONS). Pour autant, le secteur des industries hors hydrocarbures a enregistré une progression de 1,4% au dernier trimestre 2009, et une hausse relativement importante de 3% durant l'année écoulée par rapport à 2008, précise l'Office.

    Sur l'année, l'ONS constate une «chute importante» des niveaux de production des hydrocarbures aux trois premiers trimestres de l'année avec respectivement -9,9%, -8,7% et -3,6% et une reprise au 4e trimestre (+1,1%). Mais pour l'année en cours, les résultats sont négatifs avec une chute globale de 5,4% contre -2,4% en 2008. La chute de la production de pétrole brut et gaz naturel (-7,1%) et liquéfaction de gaz naturel (-3,4%) a tiré à la baisse presque toute la production industrielle du secteur public. Même si, d'une manière générale, le secteur de l'énergie a enregistré une hausse moyenne de 7,2% en 2009. En 2008, la production industrielle du secteur public national a enregistré une hausse de 1,9%, avec 4,3% hors hydrocarbures et 1,9% pour les industries manufacturières, selon l'ONS. Mais, pour le CNES (Conseil national économique et social), la production industrielle en 2009 a été «moyenne». Le CNES relève dans son rapport de conjoncture pour 2009 que «le niveau de production demeure en deçà des projections avancées ces dernières années par les responsables du secteur», ajoutant que «le secteur industriel ne profite pas assez des avantages que lui offre le marché national». Les estimations du CNES indiquent que la croissance du secteur industriel public, avec des investissements de près de 78% de l'Etat, a atteint seulement 3,5%. Un niveau qui ne favorise pas assez l'émergence d'un véritable marché national de l'emploi et une reprise économique qui tire à la hausse les grands indicateurs.

  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 11 Avril 2010 -- Les prix à la production industrielle hors hydrocarbures ont augmenté de 3,4 % pour le secteur public et de 1,3 % pour le secteur privé en 2009 par rapport à l’année 2008, indiquent les derniers chiffres de l’Office national des statistiques (ONS). Pour ce qui concerne les prix dans les industries manufacturières, ils ont évolué de 3 % dans le secteur public et de 1,2 % dans le secteur privé au cours de l’année écoulée, précise l’ONS. La hausse des prix de la production du secteur public est due à une augmentation générale des coûts de production qui a touché tous les secteurs, à l’exception des industries des bois qui ont connu une légère baisse de 0,1 %.

    La plus forte hausse des prix à la production industrielle a été enregistrée dans le secteur des mines et carrières avec 16,2 % précise l’ONS, ajoutant qu’une hausse de moindre ampleur a touché les autres secteurs : industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE avec 5,5 %), textiles (3,6 %), chaussures et cuirs (3,2 %), matériaux de construction (2,7 %), énergie (2,7 %), chimie, caoutchouc et plastiques (2,3 %) et agroalimentaire (1,7 %). Pour le secteur privé, tous les secteurs ont également connu des hausses de prix à la production industrielle, notamment pour les secteurs des mines et carrières (25,6 %) et des ISMMEE (6,8 %), selon l’ONS. Les autres groupes ont enregistré de légères hausses des prix avec 1,2 % pour les matériaux de construction et 0,4 % pour l’industrie des bois et liège. Les prix à la production des textiles et industries diverses ont enregistré chacun un accroissement de 0,1 %, alors que ceux de la chimie, des cuirs et chaussures ont connu une stagnation, détaille l’ONS.

    Pour ce qui concerne l’évolution des prix au quatrième trimestre 2009, ceux de la production industrielle hors hydrocarbures du secteur public ont enregistré une croissance de 2,7 % par rapport au quatrième trimestre de l’année 2008. Le secteur privé s’est caractérisé par une quasi-stagnation des prix au dernier trimestre 2009 avec une légère hausse de 0,5 % par rapport à la même période 2008. Il est à rappeler que les prix à la production industrielle hors hydrocarbures avaient progressé de 5,7 % en 2008 pour le secteur public par rapport à 2007. Les industries manufacturières, quant à elles, avaient augmenté de 4,8 % pour le secteur public et de 1,6 % pour le secteur privé en 2008.

  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGER, Mardi 20 Avril 2010 -- L'activité industrielle a enregistré une hausse dans le secteur public et une stabilisation dans celui du privé durant le 4e trimestre 2009 par rapport au trimestre qui l'a précédé, indique la dernière enquête d'opinion réalisée par l'Office national des statistiques (ONS) auprès des chefs d'entreprises industrielles. L'enquête, qui porte sur le type et le rythme de l'activité industrielle et non pas sur la production, révèle que la grande majorité du potentiel de production du secteur public a utilisé à plus de 75% de ses capacités de production tandis que le secteur privé les a utilisées à un taux inférieur. Selon les résultats de l'enquête qui a touché 740 entreprises dont 340 publiques et 400 privées, le niveau d'approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés, selon presque le quart des industriels publics et privés interrogés.

  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 20 Avril 2010 -- La dernière enquête menée par l'Office national des statistiques (ONS) auprès des chefs d'entreprises industrielles a révélé une hausse de l'activité industrielle dans le secteur public et une stabilisation dans celui du privé, durant le 4ème trimestre de l'année 2009 par rapport au trimestre qui l'a précédé. Selon presque le quart des industriels publics et privés interrogés durant cette enquête qui a touché 740 entreprises, le niveau d'approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés. En conséquence, près de 27% du potentiel de production du secteur public et plus de 60% de celui du privé ont enregistré des ruptures de stocks ayant causé des arrêts de travail de plus de 10 jours à plus de 27% des entreprises concernées du secteur public, et de plus de 30 jours pour 90% de celles du privé. Malgré une légère augmentation des prix de vente enregistrée durant le dernier trimestre de l'année écoulée, la demande en produits a enregistré une hausse pour les représentants du secteur public, et une stabilité pour le secteur privé.

    L'enquête de l'ONS a aussi révélé que la majorité des chefs d'entreprises du secteur public et près de la moitié de ceux du privé ont déclaré avoir satisfait toutes les commandes reçues. En outre, près de 80% des chefs d'entreprises du secteur public et 75% du privé déclarent avoir des stocks de produits fabriqués, la plupart des chefs d'entreprises publiques jugeant que la situation des stocks est «normale», contrairement au secteur privé. Quant aux effectifs, ils continuent de chuter en raison des départs en retraite (non remplacés), selon les représentants du secteur public. En revanche, ils ont augmenté suite à l'installation de nouvelles capacités, selon plus de 27 % de représentants du secteur privé. Environ 59% des chefs d'entreprises du public et près de 34% de ceux du privé déclarent, d'autre part, trouver des difficultés à recruter surtout le personnel d'encadrement et de maîtrise. Quelque 56% des patrons publics et plus de 32% privés jugent que le niveau de qualification du personnel «est insuffisant». Près de 63% des industriels publics et 53% de ceux du privé jugent qu'en embauchant du personnel supplémentaire, les entreprises ne vont pas produire davantage.

    Par ailleurs, l'enquête précise que 56% du potentiel de la production du secteur public et près de 81% de celui du privé ont connu des pannes d'équipements. Des pannes qui ont été à l'origine des arrêts de travail de plus de 6 jours pour plus de 74% des entreprises publiques interrogées au cours de cette enquête, et pour plus de 30 jours pour près de 44% des entreprises privées. Plus de 73% des chefs d'entreprises du public et plus de 64% de ceux du privé déclarent pouvoir produire davantage en renouvelant l'équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Pour le dernier trimestre de l'année 2009, 56% des chefs d'entreprises du public jugent la trésorerie des entreprises «bonne», alors qu'elle est jugée «normale» selon 73% du privé. Selon la même enquête, près de 25% du potentiel de production du secteur public et plus de 31% de celui du privé ont eu recours à des crédits bancaires, et dont la majorité affirme qu'elle n'a pas trouvé de difficultés à les contracter. Concernant les prévisions, les chefs d'entreprises du secteur public prédisent de bonnes perspectives de la production, de la demande, des prix de vente et des effectifs, ainsi qu'une amélioration de leur trésorerie. Ceux du secteur privé prévoient également une hausse de la production, de la demande et des prix de vente mais en revanche, une baisse de leur trésorerie.

  7. #21
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 10 Juillet 2010 -- La production industrielle du secteur public national a baissé de 2,7 % au premier trimestre 2010 à cause des mauvais résultats enregistrés par les secteurs des mines et carrières et des industries manufacturières, indique l’Office national des statistiques (ONS) dans son rapport trimestriel. Après une très légère hausse de 0,4 % en 2009, la production industrielle du secteur public national «a chuté au premier trimestre 2010 enregistrant un taux de croissance négatif de 2,7 %», selon le rapport sur l’activité industrielle du premier trimestre élaboré par l’ONS. Cette tendance à la baisse, est-il indiqué, «est due aux contre-performances enregistrées par les secteurs des mines et carrières avec –9,7 % de croissance et des industries manufacturières avec près de –7 %». Cette baisse est due notamment, précise-t-on encore, aux importantes baisses des niveaux de production de l’extraction de minerai de fer (–58 %), de l’extraction de pierre, argile et sable (–19,9 %) et du sel (–19,8 %).

    En effet, la production des industries manufacturières a, selon l’ONS, «fortement baissé» au premier trimestre 2010. Sa croissance a chuté de 6,9 %, après une hausse importante de 5,7 % réalisée durant la même période de l’année précédente. À l’exception du secteur des bois et papier avec une hausse de 16,2 %, tous les autres secteurs des industries manufacturières ont chuté, notamment les industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) avec –15,5 %, les matériaux de constructions (–13,9 %), l’agroalimentaire (–7,3 %) et la chimie, le caoutchouc et le plastique (–5,1 %), détaille l’ONS. Cependant, après des contre-performances enregistrées depuis le troisième trimestre 2008, le secteur des hydrocarbures a enregistré une hausse de 2,5 % au premier trimestre 2010, note l’ONS, en précisant que cette tendance est due essentiellement à une hausse de 57,9 % enregistrée par la branche raffinage de pétrole.

    En revanche, la branche production de pétrole brut et de gaz naturel a continué sa baisse en réalisant un taux de croissance négatif de 4,5 %. Par ailleurs, après une hausse moyenne de 2,5 % l’année précédente, le secteur de l’énergie a continué de croître fortement au cours des trois premiers mois de 2010 avec un taux de 4,9 %, toutefois, avec une légère baisse du rythme de hausse, puisque le secteur a connu un taux de croissance de 7,2 % en 2009, toujours selon la même source.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts