+ Reply to Thread
Page 4 of 5 FirstFirst ... 2 3 4 5 LastLast
Results 22 to 28 of 31
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 10 Juillet 2010 -- La production industrielle du secteur public national a chuté de 2,7% au premier trimestre 2010, en raison des mauvais résultats enregistrés par les secteurs des mines et carrières et des industries manufacturières, selon l'Office national des statistiques (ONS). Seul le secteur des hydrocarbures est à la hausse. Après une «légère» hausse de 0,4% en 2009, la production industrielle du secteur public national, «a chuté au premier trimestre 2010 enregistrant un taux de croissance négatif de 2,7%», indique l'Office dans un rapport sur l'activité industrielle du 1er trimestre. Cette tendance à la baisse, explique l'institution, «est due aux contre-performances enregistrées par les secteurs des mines et carrières (-9,7) et des industries manufacturières avec près de (-7 %)». Cette baisse est due notamment aux importantes baisses des niveaux de production de l'extraction de minerai de fer (-58%), de l'extraction de pierre, argile et sable (-19,9%) et du sel (-19,8%). En effet, la production des industries manufacturières a «fortement baissé de 6,9%», après une hausse importante de 5,7% réalisée durant la même période de l'année précédente. Que s'est-il passé dans ce secteur qui donnait l'apparence d'une dynamique soutenue ? On ne sait d'ailleurs pas si la libéralisation du secteur des mines, menée à cadence soutenue ces dernières années sans que l'on en perçoive les contrecoups positifs, n'est pas étrangère au recul de la production du secteur public. À titre indicatif, il y a quelques jours, l'Agence nationale du patrimoine minier (ANPM) a attribué 18 titres miniers pour l'exploitation et l'exploration de substances minérales industrielles pour un montant de 133,92 millions de dinars, au titre de la 34e session d'adjudication de la petite et moyenne mine. Les 18 sites attribués sur les 51 proposés à l'adjudication lors de cette troisième opération de l'exercice 2010 couvrent 13 wilayas et portent essentiellement sur des substances destinées à la production de matériaux de construction comme le calcaire, l'argile, le sable et le marbre. Le recensement économique de 2011 aidera certainement à connaître ce qui se passe vraiment dans le secteur privé des mines, tant au plan économique que social et quel impact cela pourrait avoir sur le secteur public.

    Le silence des services de la communication

    Pour ce premier semestre 2010, le secteur public industriel dans les branches des industries manufacturières, a chuté, notamment les industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) avec -15,5%, les matériaux de constructions (-13,9), l'agroalimentaire (-7,3%) et chimie, caoutchouc et plastique (-5,1%), indique encore l'ONS. Est-ce à cause de l'institution du Credoc qui aurait pu ralentir l'importation de matières premières, ou pour d'autres raisons ? Les Sociétés de Gestion et de Participation (SGP) dont dépendent ces industries sont muettes et ne communiquent pas sur les activités des entreprises qui juridiquement dépendent d'elles mais qui dans la pratique sont dans le giron direct des tutelles ministérielles, connues pour ne pas privilégier la communication. Même lorsque le résultat est positif, comme c'est le cas pour le secteur du bois et papier qui est en hausse de 16,2%, au premier semestre de cette année, ce chiffre positif n'est pas valorisé auprès des partenaires et des opérateurs économiques. Tout n'est pas sombre dans le tableau ponctuel que dresse l'ONS. L'Office indique d'autre part que le secteur des hydrocarbures a enregistré une hausse de 2,5% au 1er trimestre 2010, précisant que cette tendance est due essentiellement à une hausse de 57,9% enregistrée par la branche «raffinage de pétrole». Voilà aussi, un aspect sur lequel ni la Sonatrach, ni le ministère n'ont vraiment communiqué. Ces derniers indicateurs signifient-ils, par exemple, que l'Algérie s'auto suffit en carburants pour véhicules ? Il y a quelques années ce n'était pas le cas et l'on avait recours à des importations d'appoint d'Italie ou de Lybie. Une hausse de 57,9% au premier semestre de cette année mériterait bien que la Sonatrach, à travers sa «direction communication et stratégie d'image», s'en explique. Objectivement, cela ne pourrait que contribuer à améliorer son image. En revanche, la branche «production de pétrole brut et de gaz naturel» a continué sa baisse en réalisant un taux de croissance négatif de 4,5% a constaté l'ONS, sans autre précision.

  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hakim Arous :


    Samedi 10 Juillet 2010 -- La production industrielle publique a baissé de 2,7% au premier trimestre 2010, selon les derniers chiffres publiés par l'ONS. Cette baisse est principalement due aux mauvaises performances du secteur des mines et carrières (-9,7%) et du secteur des industries manufacturières (-6,9%). Dans le détail, l'ONS indique que la production de l'extraction de minerai de fer a chuté de 58%, l'extraction de pierre, d'argile et de sable de 19,9% et de sel de 19,8%. La production des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) ont elles chuté de 15,5%, celle des matériaux de construction de 13,9 et l'agroalimentaire de 7,3%. Seules petites satisfactions, le secteur du bois et papier a connu une hausse de sa production de 16,2%, tandis que le secteur des hydrocarbures continue sa croissance, avec une augmentation de 2,5%, notamment due à la hausse de 57,9% de la branche raffinage et pétrole.

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 12 Juillet 2010 -- Les prix à la production industrielle hors hydrocarbures ont enregistré une hausse de 1,9 % pour le secteur public et de 1,3 % pour le secteur privé au premier trimestre 2010 par rapport au quatrième trimestre de 2009, selon l’Office national des statistiques (ONS). Par rapport au premier trimestre 2009, les prix à la production industrielle ont connu une hausse plus prononcée au premier trimestre de 2010, soit 3,9 % pour le secteur public et 0,9 % pour celui privé, toujours selon les statistiques de l’ONS. Au premier trimestre de 2010 et par rapport au trimestre précédent, l’évolution des prix à la production industrielle du secteur public s’est caractérisée essentiellement par une baisse de 0,4 % pour le secteur de l’énergie, après une hausse de 1,9 % au dernier trimestre de 2009. Le secteur des mines et carrières a enregistré une croissance de 2,2 % suite à l’évolution de l’extraction du minerai de fer (+ 9,6 %) et de celle du minerai des matières minérales (+ 4,8 %).

    La même tendance a été constatée pour le secteur des matériaux de construction (+ 11 %). Cela s’explique, notamment, par la forte augmentation des prix des liants hydrauliques (+ 18,2 %). La même tendance a été enregistrée pour le secteur de la chimie (1,3 %) en raison de la hausse des prix de la fabrication de la résine synthétique pour matériel en plastique (+ 9,8 %) et pour celui des industries agroalimentaires (+ 1,5 %) en raison exclusivement de la forte hausse des prix du sucre, soit 26,4 %. Au premier trimestre de 2010 et par rapport à la même période de 2009, les hausses les plus importantes dans le secteur public ont été enregistrées par les matériaux de construction (18 %), les industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) avec 4,9 %, les chimie et caoutchouc (4,4 %), les cuirs et chaussures (4,1 %), les textiles (2,6 %) et l’agroalimentaire (2 %).

    Pour le secteur privé, les prix des industries manufacturières ont connu une hausse de 1,2 % au premier trimestre 2010 par rapport au quatrième trimestre de 2009, précise l’ONS. À l’exception des secteurs des mines et carrières, des industries agroalimentaires et des ISMMEE, qui ont réalisé des hausses respectives de 6,5 %, 3,9 % et 2,4 %, les autres secteurs ont connu pratiquement une stagnation, selon l’ONS. Par rapport aux trois premiers mois de 2009, les prix des industries manufacturières du secteur privé ont connu une légère hausse de 0,7 % au premier trimestre de 2010. La plus importante hausse a été enregistrée par les industries des mines et carrières (31,4 %), l’agroalimentaire (5,1 %) et les textiles avec 1,3 %. Les prix à la production industrielle hors hydrocarbures ont progressé de 3,4 % pour le secteur public en 2009. Les industries manufacturières, quant à elles, ont augmenté de 3 % pour le secteur public et de 1,2 % pour le secteur privé au cours de l’année dernière, rappelle-t-on.

  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 20 Juillet 2010 -- L’activité industrielle a poursuivi sa progression au premier trimestre de 2010 dans les entreprises publiques et privées par rapport au quatrième trimestre 2009, selon l’enquête d’opinion réalisée par l’Office national des statistiques (ONS) auprès de 340 chefs d’entreprise publique et 400 de ceux du privé. L’enquête révèle toutefois que le secteur reste toujours tributaire des équipements délabrés et d’un personnel compétent, confirmant ainsi l’urgence de poursuivre l’application du programme de mise à niveau entamé par le ministère de l’Industrie. L’enquête, qui porte sur le type et le rythme de l’activité industrielle sans inclure la production, révèle que plus de 61 % du potentiel de production du secteur public et près de 80 % de celui du privé ont utilisé leurs capacités de production à plus de 75 %. Le niveau d’approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés, selon 19 % des industriels publics et plus de 17 % de ceux privés. En conséquence, près de 17 % du potentiel de production du secteur public et plus de 14 % de celui du privé ont enregistré des ruptures de stocks ayant causé des arrêts de travail de plus d’un mois à près de 69 % des entreprises publiques et à près de deux mois pour 89 % de ceux du privé. En outre, les pannes d’électricité ont provoqué des arrêts de travail inférieurs à six jours pour la majorité des entreprises des deux secteurs. Par ailleurs, la consommation d’énergie a connu une augmentation, selon les industriels privés, et reste relativement stable selon les industriels du secteur public. Les prix de vente ont enregistré une légère hausse durant le premier trimestre 2010, alors que la demande en produits a baissé, selon les industriels des deux secteurs. Plus de 69 % des chefs d’entreprise publique et 96 % de ceux du privé ont déclaré avoir satisfait toutes les commandes reçues, détaille l’enquête.

    Les surstocks encombrent les industriels

    La majorité des chefs d’entreprise des deux secteurs déclarent par ailleurs qu’ils ont des stocks de produits fabriqués. Une situation jugée «anormale» par près de 38 % des entrepreneurs publics et par la moitié des privés. En termes d’exportation, la situation n’est pas meilleure : seulement 0,3 % des entreprises privées ont exporté durant les trois premiers mois de cette année et près de 3 % de celles du secteur public ont déclaré avoir des contrats d’exportation à satisfaire pour les prochains mois. Quant aux effectifs, les chefs d’entreprise du secteur public annoncent qu’il est en continuelle baisse en raison des départs en retraite de travailleurs qui n’ont pas été remplacés. Contrairement aux chefs d’entreprise du secteur privé qui annoncent une augmentation du nombre de leur personnel suite à l’installation de nouvelles capacités et à la hausse du volume des commandes.

    Equipements délabrés et manque de compétence

    Les chefs d’entreprise avouent par ailleurs qu’ils ont du mal à recruter des personnes répondant au profil demandé. Les auteurs de l’enquête révèle, en effet, que près de 12 % des chefs d’entreprise du public et 17 % de ceux du privé trouvent des difficultés à recruter notamment le personnel d’encadrement et de maîtrise. En outre, 13 % des patrons publics et près de 16 % des privés jugent que le niveau de qualification du personnel est insuffisant. Même en embauchant du personnel supplémentaire, «les entreprises ne vont pas produire davantage». Par ailleurs, l’enquête précise que 66 % du potentiel de la production du secteur public et 27 % de celui du privé ont connu des pannes d’équipements, dues principalement à la vétusté et au manque de maintenance, causant des arrêts de travail de plus de six jours pour plus de 77 % des entreprises publiques et à plus d’un mois pour 65 % de celles du privé. Plus de la moitié des entrepreneurs publics affirment avoir remis en marche l’équipement en panne, en plus d’une extension et d’un renouvellement partiel, alors que plus de 89 % des privés déclarent que leurs équipements ont fait l’objet d’une extension. Plus de 27 % des patrons du secteur public et 17 % de ceux du privé affirment pouvoir produire davantage en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension. Selon la même enquête, plus de 25 % du potentiel de production du secteur public et plus de 17 % de celui du privé ont eu recours à des crédits bancaires, et la majorité affirme qu’elle n’a pas trouvé des difficultés à les contracter. Les chefs d’entreprise des deux secteurs sont optimistes quant à la croissance de la production, de la demande et des prix de vente. Toutefois, les industriels du secteur public s’attendent à une baisse des effectifs contrairement aux industriels privés qui prévoient un accroissement des postes d’emploi à l’avenir.

  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Samedi 16 Octobre 2010 -- Les difficultés se multiplient pour l’industrie algérienne. Les prix à la production industrielle hors hydrocarbures ont augmenté de 3,4% pour le secteur public et de 1,1% pour le secteur privé au cours du premier semestre 2010 par rapport à la même période de 2009, a indiqué samedi l'Office national des statistiques (ONS). Les prix des industries manufacturières ont évolué de 3,8% dans le secteur public et de 1% dans le secteur privé au cours des six premiers mois de l'année en cours, a précisé l’ONS à l’APS. La hausse des prix de la production du secteur public est due à une augmentation générale des coûts de production qui a touché tous les secteurs, à l'exception des industries divers (-5,4%), des mines et carrières (-2,6%) et de l'énergie -0,1% qui ont connu de légères baisses, selon la même source.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    عرف الإنتاج الصناعي للقطاع العمومي تراجعا بنسبة 6,2 بالمائة خلال السداسي الأول من سنة 2010 بالمقارنة مع نفس الفترة للسنة الفارطة بسبب النتائج السيئة المسجلة في الصناعات المصنعة حسبما جاء في تقرير للديوان الوطني للإحصائيات.

    وأوضح الديوان في تقرير له أنه بعد تسجيل ارتفاع ''طفيف'' بنسبة 4,0 بالمائة في سنة 2009 عرف الإنتاج الصناعي للقطاع العمومي الوطني ''انخفاضا خلال السداسي الأول من 2010 مسجلا بذلك تراجعا بنسبة 6,2 بالمائة بتغيرات مماثلة خلال الفصلين الأول والثاني على التوالي7,2 بالمائة و6,2 بالمائة.

    ويوضح الديوان أن هذا التوجه نحو الانخفاض ''راجع إلى النتائج السلبية المسجلة ولاسيما من قبل الصناعات المصنعة التي تراجعت بنسبة 1,6 بالمائة خلال السداسي الأول للسنة الجارية بعد زيادة ''معتبرة'' بـ1,3 بالمائة خلال نفس الفترة للسنة الفارطة وحسب ذات المصدر فإنه باستثناء قطاع الخشب والورق الذي يسجل زيادة بنسبة 8,9 بالمائة فإن كل القطاعات الأخرى منها صناعات الحديد والصلب والصناعات المعدنية والميكانيكية والكهربائية والإلكترونية عرفت تراجعا بنسبة - 5,15 بالمائة والكيمياء والمطاط والبلاستيك - 5,11 بالمائة والصناعة الغذائية - 3,9 بالمائة ومواد البناء بنسبة - 8,2 بالمائة، إلا أنها سجلت ارتفاعا هاما خلال الفصل الثاني بـ+2,7 بالمائة.

    بالمقابل سجل قطاع المحروقات زيادة بنسبة 9,0 بالمائة خلال السداسي الأول 2010 بتغير سلبي خلال الفصل الثاني 8,0بالمائة وبعد زيادة متوسطة بنسبة 2,7 بالمائة خلال سنة 2009 استمر قطاع الطاقة في النمو خلال السداسي الأول من 2010 بـ+3,4 بالمائة، إلا أنه شهد تراجعا في وتيرة الزيادة خلال السنة الفارطة +2,7 بالمائة

  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samy Cherroud :


    Dimanche 13 Février 2011 -- Les prix à la production industrielle hors hydrocarbures ont augmenté de 3,2% pour le secteur public et de 1,4% pour le secteur privé au cours des neuf premiers mois 2010 par rapport à la même période de l'année 2009, indique ce dimanche 13 février, l'Office national des statistiques (ONS), cité par l’APS. La plus forte hausse des prix à la production industrielle a été enregistrée par les matériaux de construction, avec une progression de 18%. Les industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) et Chimie, caoutchouc et plastiques ont grimpé de 2,9% chacune, précise l'organisme des statistiques. Concernant les prix des industries manufacturières, elles ont évolué de 3,5% dans le secteur public et de 1,3% dans le secteur privé au cours des trois premiers trimestres de l'année dernière, selon la même source. La hausse des prix de la production du secteur public est due à une augmentation générale des coûts de production qui a touché tous les secteurs, à l'exception des industries des mines et carrières (‑0,4%) et divers (‑3,3%). Une hausse de moindre ampleur a également touché les autres secteurs : l'agroalimentaire (2,1%), l'industrie des cuirs (1,4%) et textile avec 1,1%, selon les chiffres de l'Office. Quant au secteur privé, la plus importante hausse a été enregistrée par les industries des mines et carrières (19,5%) et l'agroalimentaire (5,4%), selon l'ONS qui relève de légères hausses pour les matériaux de construction (2,7%), textile (1,3%) et enfin 0,9% pour les ISMMEE, selon l'organisme. Au 3e trimestre de l'année dernière et par rapport à la même période de l'année 2009, la hausse des prix à la production industrielle s'élève à 2,9% pour le secteur public. Le secteur privé observe, quant à lui, une hausse de 1,9%. Les prix à la production industrielle hors hydrocarbures ont augmenté de 3,4% pour le secteur public et de 1,3% pour le secteur privé en 2009 par rapport à 2008.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts