+ Reply to Thread
Page 3 of 4 FirstFirst 1 2 3 4 LastLast
Results 15 to 21 of 22
  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Lundi 3 Août 2009 -- Les deux plus grands projets autoroutiers lancés depuis 2005 dans le cadre de la relance économique accusent des retards considérables. Comme nous l'annoncions hier, l'autoroute Est-Ouest ne sera pas livrée avant 2013 alors qu'elle devait être achevée à la fin 2009 ou début 2010, comme l'a annoncé à maintes reprises le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul. Le second projet en difficultés est la deuxième rocade autoroutière d'Alger. En chantier depuis 2006, cette autoroute qui reliera Boudouaou, à l'est d'Alger, à Zeralda sur 65 km devrait contenir une partie du trafic routier du périphérique de la capitale, actuellement saturée. La livraison de ce projet, prévue initialement fin 2008, ne doit pas se faire avant fin 2011, selon une source proche du dossier. Confiée en 2006 au groupe espagnol OHL pour 450 millions d'euros, la construction de cette rocade bute notamment sur beaucoup d'obstacles, notamment la déviation des réseaux électriques et téléphoniques, de conduites d'eau et l'expropriation des terres qui se trouvent sur le tracé du projet, selon la même source. Ces retards dans les principaux projets autoroutiers du pays étaient prévisibles. Ils illustrent l'incapacité des différentes structures de l'Etat à coopérer entre elles pour la réussite d'un projet. Une autoroute implique en effet une coopération étroite entre plusieurs ministères : travaux publics, finances, énergie, ressources eau...

  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Jeudi 10 Septembre 2009 -- La deuxième rocade d'Alger va coûter plus cher que le montant initialement annoncé. Le coût du projet en chantier depuis 2006 devrait augmenter de 21 milliards de dinars (210 millions d'euros) pour dépasser 660 millions d'euros, a appris TSA de source proche du dossier. « Il y a trois avenants d'un montant total de 21 milliards de dinars en attente de validation », affirme notre source. La construction de la deuxième rocade de la capitale entre Boudouaou et Zeralda sur 65 km a été attribuée en 2006 au groupe espagnol OHL pour 450 millions d'euros. Les surcoûts de la deuxième rocade d'Alger sont dus essentiellement à des travaux supplémentaires qui n'étaient pas prévus dans la maquette initiale du projet. « Il y cinq pénétrantes et six échangeurs qui n'étaient pas prévus au départ », ajoute la même source. Aussi, une partie de cette autoroute projetée en 2X2 voies sera intégrée à l'autoroute Est-ouest qui est réalisée en 2X3 voies. « Cette intégration n'était pas prévue au départ. L'autoroute Est-ouest devait emprunter une partie de l'actuelle rocade d'Alger, mais cette solution a été écartée et c'est la deuxième rocade d'Alger qui partagera un tronçon avec l'actuel périphérique aux enivrons de Dar El Beida », explique notre source. En outre, le projet de la deuxième rocade a vu son coût augmenter à cause du manque de coordination entre le ministère des Travaux publics et celui des Ressources en eau. Résultat : la jonction de la deuxième rocade d'Alger avec l'actuelle autoroute près de Boudouaou a nécessité la réalisation d'un échangeur de plusieurs centaines de mètres sur un terrain difficile pour plus d'un milliard de dinars. « Au début, il était prévu un petit échangeur avec des passages souterrains, mais la réalisation de cet ouvrage nécessitait le déplacement d'une conduite d'eau, ce que l'Agence nationale des barrages avait refusé. Le ministère des Travaux publics n'a pas pu les convaincre », ajoute la même source. La livraison de l'axe principale de cette rocade pourrait intervenir en 2010, mais les échangeurs et les pénétrantes vers l'aéroport d'Alger ne seront pas prêts avant deux ans.

  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 15 Septembre 2009 -- La livraison de la deuxième rocade de la capitale est imminente. Si l’on croit le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, ce grand projet, appelé rocade sud d’Alger, sera livré, dans sa totalité, au plus tard d’ici à la fin de l’année en cours. M. Amar Ghoul qui a effectué, hier, une visite de travail et d’inspection lors de laquelle il s’est enquis des différents chantiers de la rocade sud, a cependant fixé la priorité de livrer le tronçon Birtouta-Rouiba dans un délai ne devant pas dépasser un mois. Ce projet structurant de la capitale, une fois livré, devra, selon le ministre, permettre la décongestion de l’ancienne rocade d’un peu plus de 70 % du flux de véhicules qu’elle supporte seule à présent. Le flux de véhicules de l’ancienne rocade allant de Ben Aknoune à Dar El-Beïda est actuellement estimé à 200 000 véhicules par jour. D’un linéaire global de 200 km – l’axe principal est de 75 km – la rocade sud devra assurer la jonction entre les quatre wilayas du Centre, à savoir Blida, Tipasa, Alger et Boumerdès. Dans l’immédiat, le ministre exhorte les responsables d’entreprises chargées de la réalisation de ce grand projet à procéder à l’ouverture à la circulation progressive des tronçons achevés. L’objectif étant de permettre de désengorger relativement les routes de la capitale plus que jamais saturées. Dans ce sillage, le ministre a mis à profit sa visite d’hier pour procéder successivement à l’inauguration de deux pénétrantes vers Douéra et Rahmania et la cité AADL à l’ouest de Douéra. Cependant, seulement 1,5 km ont été livrés de la première pénétrante devant s’allonger jusqu’au pôle universitaire de Sidi-Abdellah, sur un linéaire globale de 13,5 km. En attendant l’achèvement de la totalité de ce projet (il reste 12 km), un sens giratoire y est provisoirement installé pour permettre aux automobilistes d’emprunter le premier tronçon de la rocade sud Zéralda-Douéra déjà ouvert à la circulation. À l’approche de l’Aïd qui coïncide cette année avec la rentrée scolaire, les usagers appréhendent certainement les interminables bouchons de la circulation dans la capitale. Outre les pénétrantes, ponts et échangeurs, la rocade sud intègre par ailleurs un grand tunnel dans la localité enclavée de Ben Chaâoua. D’une longueur de 260 mètres, ce grand tunnel comptera 2 fois 4 voies dans son axe routier. Mais la nouveauté viendra cette fois-ci au-dessus du tunnel : un grand stade (100X40m) y sera construit et sera entouré d’un grand espace vert. Selon les prévisions du ministre, ce projet ambitieux sera accompagné par toutes les commodités nécessaires. L’objectif recherché de projet intégré étant, selon le ministre, non seulement le désenclavement de la localité de Ben Chaâoua, mais aussi d’offrir une aire de repos aux usagers. Dans un autre registre, le ministre des Travaux publics n’a pas manqué l’occasion de rappeler que la réalisation du projet du siècle, l’autoroute est-ouest, se poursuit dans la sérénité. «L’autoroute est en train de se réaliser vite et bien !»

  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Lundi 4 Janvier 2010 -- Les travaux de réalisation de la deuxième rocade autoroutière d'Alger entre Boudouaou et Zeralda s'éternisent. Le projet qui devait être achevé en 2009, n'est pas encore terminé. Pourtant, il y a deux ans, Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, annonçait un taux d'avancement de plus de 70%. En mars dernier, M. Ghoul avait même parlé d'un taux d'avancement des travaux de 87%. Mais seul un tronçon de 12 km sur 65 km prévus a été ouvert à la circulation. La réalisation de certains ouvrages comme le tunnel à ciel ouvert près de Douera vient d'être entamée. La gestion du projet commence aussi à susciter des interrogations sur certains choix techniques comme par exemple la nécessité de réaliser des ouvrages d’art à l’image de l'échangeur de Berrahmoune, destiné à relier la deuxième rocade à l'autoroute de l'Est-Ouest, près de Boudouaoua (Est d'Alger). « Cet échangeur n'est pas justifié techniquement, affirme un ingénieur algérien. Un remblai aurait largement suffit. Un ouvrage d'art coûte beaucoup d'argent et nécessite aussi de l'argent pour son entretien ».

    L'entreprise italienne en charge de la réalisation de ce viaduc - que le ministre des Travaux publics se plait à appeler le plus grand d'Algérie - a opté pour la solution technique la plus moins difficile, mais la plus coûteuse. En fait, sur cette rocade, l'optimisation des travaux fait défaut. « Le groupement en charge de la réalisation propose souvent des solutions très coûteuses pour régler des problèmes techniques très simples », déplore le même ingénieur. Par ailleurs, une zone d'ombre entoure l'attribution du marché du suivi des travaux au bureau d'études américain Luis Berger. Au départ, le contrôle et suivi avaient été accordés à la Saeti (bureau d'études algérien). Mais, deux ans après, « le marché donné à la Saeti a été déclaré non conforme par la Commission nationale des marchés pour être attribué à Louis Berger », explique un proche du dossier. La réalisation de la deuxième rocade sud d'Alger a été confiée en 2006 au groupement espagnol OHL pour 450 millions d'euros. Un surcoût de 21 milliards de dinars (210 millions d’euros) est prévu pour la prise en charge de travaux supplémentaires, notamment la construction de bretelles autoroutières qui n'étaient pas intégrées dans l'étude initiale.

  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Mercredi 9 Juin 2010 -- La réalisation de la deuxième rocade d'Alger, reliant Boudouaou (est) à Zeralda (ouest) sur 65 km, sera entièrement achevée avant la fin 2010, a déclaré, mercredi 9 juin, le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, au cours d'une visite de travail sur ce chantier. Deux tronçons ont déjà été ouverts à la circulation. Le premier, livré en 2009, relie Zéralda à Douéra sur 12 km. Le second, Meftah-Khemis El Khechna sur 12,5 km, a été ouvert à la circulation en avril dernier. Un troisième tronçon Douéra-Birtouta sur 10 km sera ouvert au trafic routier cet été, selon les prévisions du ministre. La réalisation de la deuxième rocade d'Alger a été confiée en 2006 au groupement espagnol OHL pour 450 millions d'euros. Un surcoût de 210 millions d'euros est prévu pour la prise en charge de travaux supplémentaires, notamment la construction de bretelles autoroutières qui n'étaient pas intégrées dans l'étude initiale.

  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Mercredi 21 Juillet 2010 -- Les automobilistes en provenance de l’est du pays pour la capitale pourront désormais éviter le barrage de gendarmerie de Reghaia où se forme quotidiennement un embouteillage monstre. Un tronçon de 13 km du projet de la deuxième rocade d'Alger, reliant Ouled Moussa à Larbâtache dans la wilaya de Boumerdes, a été ouvert en effet à la circulation mercredi 21 juillet, en présence du ministre des travaux publics Amar Ghoul. Désormais, les automobilistes se déplaçant entre l'est et l'ouest de la capitale pourront emprunter ce tronçon à hauteur de la localité de Kherrouba, près de Boudouaou tout en contournant le centre-ville de Réghaia, où se forme quotidiennement une circulation automobile très dense ces dernières années, a expliqué M.Ghoul à la presse. Cette circulation est causée par le barrage de gendarmerie de Reghaia où les automobilistes passent parfois des heures entières. Le tronçon inauguré aujourd’hui devra permettre de décongestionner la circulation automobile sur les axes routiers situés à l'est de la capitale notamment au niveau de Réghaia et Boudouaou, a expliqué M. Ghoul lors d'une visite d'inspection de plusieurs ouvrages d'art en construction du projet de la rocade Zéralda-Boudouaou (65 km). Reste à savoir si des barrages fixes de gendarmerie ne seront pas installés sur ce tronçon de la deuxième rocade sud d’Alger.

  7. #21
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 22 Juillet 2010 -- Les usagers de la RN 5 pourront, enfin, éviter le calvaire de l’interminable file de véhicules, causée notamment par le barrage de la gendarmerie dressé au niveau de Réghaïa, à l’est d’Alger. Cela est rendu possible grâce à l’ouverture, hier, d’un tronçon de 13 km de la rocade sud d’Alger. La mise en service de ce tronçon a été faite officiellement par le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, qui s’est enquis des différents chantiers de cette deuxième rocade d’Alger, dont le taux d’avancement des travaux est estimé à 93 %. Le tronçon allant des limites de la commune de Larbatache à celle d’Ouled Omar permet aux usagers venant des wilayas de l’est de contourner l’harassant bouchon de l’itinéraire allant de Boudouaou à Réghaïa. Les automobilistes peuvent ainsi quitter la RN 5 à partir de l’échangeur de Boudouaou pour emprunter la route d’El-Kharouba (CW 222) avant d’atteindre le nouveau tronçon (13 km) de la rocade sud d’Alger, pour ensuite regagner la RN5 via les échangeurs de Khemis El-Khechna, d’Ouled Omar ou encore de Dar El-Beida. Ce qui permettra une fluidité sur la RN 5 qui passe par Rouiba et Réghaïa.

    La maîtrise parfaite des flux de véhicules sur le réseau routier de l’Algérois ne pourra cependant avoir lieu avant l’achèvement de la totalité des projets lancés par le secteur des travaux publics. D’où l’insistance du premier responsable du secteur sur la nécessité de «diversifier» les dessertes essentielles, telles que les liaisons entre l’aéroport et la ville d’Alger, les pôles industriels et les grandes agglomérations. Entre autres priorités, le ministre a insisté sur la nécessité d’achever les travaux des grands axes routiers, notamment ceux de la liaison de l’autoroute est-ouest au niveau du grand viaduc de Berrahmoune, dans la wilaya de Boumerdès. Par ailleurs, M. Amar Ghoul a mis l’accent sur l’importance d’accompagner les projets routiers par un aménagement approprié de l’environnement. Il citera, entre autres, le boisement des alentours des routes et l’installation de l’outil de l’énergie (solaire) renouvelable. Sur un autre plan, le ministre a recommandé aux responsables des entreprises de «mettre le cap sur le recrutement de nouvelles compétences».

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts