+ Reply to Thread
Page 1 of 4 1 2 3 ... LastLast
Results 1 to 7 of 22
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Le projet de la deuxième rocade d’Alger :


    Mercredi 14 mai 2008 -- Depuis quelques mois, l'autoroute reliant Alger à Boumerdès du pays est saturée. Les automobilistes qui empruntent chaque jour cet important axe routier, l'unique liaison routière entre la capitale et l'est du pays, sont régulièrement confrontés à des bouchons interminables. Lundi, ils ont mis plus d'une heure pour faire les quelques kilomètres de trajet entre Boudouaou et Reghaia, dans la wilaya de Boumerdès. Un accident de la circulation et un barrage de la gendarmerie en pleine autoroute ont bloqué la circulation dans les deux sens. Des files de camions, de bus et de voitures roulaient à 20km/h sur une autoroute.

    «Ce qui s'est passé hier n'est pas exceptionnelle. C'est comme cela tous les jours. Il faut deux heures de temps pour faire 50 km et aller à Boumerdès à partir d'Alger », témoigne Laid, 35 ans, habitant à Boumerdès. En fait l'accroissement spectaculaire du parc automobile ces dernières années, grâce à des offres alléchantes des concessionnaires couplées à des formules de crédit, n'a pas été accompagné de l'élargissement des routes et de la réalisation de nouvelles autoroutes pour désengorger Alger.

    Les projets lancés par le gouvernement comme la deuxième rocade de la capitale, entre Boudouaou et Zeralda sur 65 km, accuse un important retard. Confié au groupe espagnol OHL, ce projet de plus de 400 millions de dollars risque de ne pas être livrer dans ses délais, c'est-à-dire avant fin 2008. «Les Espagnols ont sous-traité avec des entreprises locales tous les travaux. Cette méthode a montré ses limites et le projet est en retard. Le choix par OHL de ses sous-traitants n'a pas été judicieux pour beaucoup de gens impliqués dans le projet», explique un proche du dossier.

    Résultat : le retard dans la conduite des travaux de cette rocade a déjà fait tomber une tête, celle du responsable des rocades au niveau de l'Agence nationale des autoroutes (ANA). Il a été limogé par le ministre Amar Ghoul. Les Espagnols ont été également priés d’accélérer les travaux, sous peine de sanctions.

    L'autre dossier chaud entre les mains du ministre des travaux publics, la RN 5 entre Alger et Sétif, toujours encombrée au niveau de la Gare Omar. D'importants bouchons de plusieurs heures routiers se forment quotidiennement au niveau de cette localité située sur la route nationale n°5, la plus importante liaison routière du pays.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 25 mai 2008 -- Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a effectué hier une visite sur les chantiers structurant la 2ème rocade sud d’Alger qui reliera la capitale à Blida et Boumerdès. Le ministre s’est arrêté dans neuf chantiers qu’il répartit en trois genres. «Aujourd’hui, nous nous arrêtons sur les différents chantiers. Il y a des projets qui n’ont subi aucun changement, il y a des projets qui ont subi des modifications importantes et il y a les chantiers auxquels sont ajoutés des travaux supplémentaires», récapitule le ministre à la fin de sa tournée.

    Le ministre a observé sa première halte au niveau de l’échangeur de Zéralda avant d’emprunter le tracé de la route menant jusqu’au viaduc. «L’ouvrage est le plus important. Il faut faire très attention dans sa réalisation que vous devez achever au plus tard au mois de juillet», dira en substance Ghoul à l’adresse du directeur des rocades. A Draria, le ministre a été irrité par l’état des lieux présenté par le chef de l’entreprise réalisatrice du chantier. Révolté, Amar Ghoul a mis la pression sur ses interlocuteurs en déclarant : «Le terrassement doit se faire au plus tard la semaine prochaine. L’indemnisation aux propriétaires a été faite. Il faut passer au travail. Nous ne bricolons plus. Cet échangeur est prioritaire, c’est un point de jonction qui absorbera la pression notamment à l’approche de l’été qui va voir les gens se diriger en masse vers la mer.»

    A Birtouta, Amar Ghoul, tout en usant du même discours quant au respect des délais et à la qualité des édifices, n’y est pas allé par quatre chemins concernant la réalisation d’un tunnel de 2 kilomètres menant vers Baba Ali. Au directeur des rocades qui lui évoquait la possibilité de confier le projet à l’entreprise espagnole OHL, le ministre des Travaux publics s’est montré formel : «Je veux des solutions opérationnelles. Nous ne pouvons plus nous satisfaire des propositions.» Pour Ghoul, l’entreprise qui présente la solution idoine avec un respect des cahiers des charges aura le marché. «Il ne faut plus répéter les erreurs commises auparavant comme la trémie de Chevalley.»

    L’ultime étape de la visite de Amar Ghoul fut l’échangeur de Berrahmoune, situé dans la ville de Boudouaou, wilaya de Boumerdès. Après avoir écouté attentivement les explications du directeur des Travaux publics de la wilaya, le ministre a soulevé le point de la sismicité de la localité. En précisant dans sa réponse que «l’élément sismique a été pris en considération aussi bien dans l’étude que par le matériel utilisé», le maître d’ouvrage a rassuré le premier responsable du secteur. Amar Ghoul a par ailleurs rappelé les nouveautés apportées dans la réalisation des projets. Il a cité, entre autres, les 20 km de mur anti-bruit, les bassins de décantation et les aménagements qui accompagneront le réseau routier national. «Les tronçons qui intégreront l’autoroute Est-Ouest viennent d’être reclassés : la voix express comptera 3 lignes au lieu de 2 comme il était prévu initialement», révèle, réjoui, le ministre des Travaux publics.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 23 juin 2008 -- A la veille de son départ pour la capitale angolaise, Luanda, pour prendre part au deuxième Congrès africain de la route, le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, a effectué hier une visite d’inspection sur le chantier de la deuxième rocade sud d’Alger. Au cours de cette visite, le premier responsable du secteur a parcouru le tracé de la future autoroute entre Zéralda et Boudouaou et dont les travaux ont atteint un niveau d’avancement de 75%. Point par point, Amar Ghoul exhortera les responsables des différents chantiers à redoubler d’effort et accélérer le rythme des travaux particulièrement sur les trois tracés prioritaires, à savoir Zéralda-Douéra, Baraki- Méftah et Rouiba- Boumerdès. A l’issue de sa visite le long du tracé de cette deuxième rocade sud de la capitale, le ministre des Travaux publics, visiblement satisfait, donnera cependant des instructions fermes pour l’accélération de la cadence des travaux pour livrer le projet dans les délais, soit vers la prochaine rentrée sociale. Il soulignera à ce propos l’importance de relier cet axe autoroutier aux différentes villes, dont Sidi- Abdellah, à l’aéroport international ainsi qu’à la zone industrielle de Rouiba. Pour rappel, la nouvelle rocade sud d’Alger reliera Zéralda à Boudouaou sur plus de 61 km. Son couloir traverse le territoire de trois wilayas Alger, Blida et Boumerdès. Sa réalisation a été confiée au groupement algéro-lusoespagnol Gotera, (Engoa- Texeira-Duarte- OHL). A sa mise en service, cette nouvelle autoroute devra, selon Amar Ghoul, supporter 70% du trafic automobile absorbé actuellement par la première rocade de Dar-El-Beïda.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 30 Juillet 2008 -- Une montagne de terre par-ci, des excavations par-là. Le tracé de la 2e rocade sud reliant Boudouaou dans la wilaya de Boumerdès à Zéralda dans la capitale, prend forme et s’enfonce droit dans la ferme El Hedjim, plus connue sous le nom de « ferme de Khraïcia ». Initialement, la rocade sud devait prendre un autre itinéraire, à quelque 2,5 km de la ferme. Mais les responsables du projet ont décidé de dévier le tracé pour éviter des habitations. Le nouveau tracé devrait ainsi passer par la ferme El Hedjim. Une équipe d’ingénieurs a été dépêchée sur place, il y a plusieurs mois, pour procéder au relevé typographique du site. Mais les héritiers et propriétaires de la ferme étaient présents et ont dû renvoyer l’équipe. La raison ? Ils n’ont jamais été avisés. « Nous n’avons pas été informés de la décision de faire passer cette autoroute par notre propriété. Nous avons été surpris de voir cette équipe sur notre ferme, sans être munie d’une autorisation et sans que nous en soyons avisés à l’avance », s’indigne Ghalib El Hedjim, l’un des héritiers. La famille El Hedjim est « très attachée » à cette ferme, car elle représente à ses yeux une partie de leur histoire familiale. Mais aussi et surtout elle porte en elle un pan de l’histoire de la guerre de Libération nationale.

    Cette ferme, qui s’étend sur 5 hectares, partagée entre deux communes (Khraïcia et Baba Hassen), a abrité en juillet 1954 le séminaire de préparation du déclenchement de la Révolution. Parmi ceux qui ont participé à ce séminaire, on cite Mustapha Ben Boulaïd, Mourad Didouche, Larbi Ben M’hidi, Rabah Bitat, Abdelhafid Boussouf et Boudjemaâ Souidani. La maison, qui existe toujours dans cette ferme, avait servi aux moudjahidine comme lieu d’apprentissage des techniques de fabrication d’explosifs tels que la cheddite et la poudre noire. « Ils ont appris (dans cette maison) à fabriquer des bombes défensives et offensives incendiaires, à poser les bombes munies de minuterie et les bombes antipersonnel », est-il écrit dans un document historique signé par de grandes figures de la Révolution à l’image de Rabah Bitat, Zoubir Bouadjadj et Othman Belouizdad.

    Au vu de l’importance des événements qu’elle a abrités, cette ferme a été reconnue et répertoriée site historique national. Le projet de l’autoroute qui risque de traverser de long en large ce site inquiète la famille El Hedjim, qui affirme avoir œuvré depuis l’Indépendance à le conserver, refusant d’en vendre la moindre parcelle. « Nous avons eu plusieurs propositions pour vendre et nous les avons toutes rejetées », assure Ghalib. Après avoir résisté à toutes les offres alléchantes, la famille El Hedjim risque ainsi de subir une expropriation. Ghalib dit avoir frappé à toutes les portes. En vain. « Nous avons vu avec les présidents d’APC des deux communes sur lesquelles se trouve notre propriété, à savoir Khraïcia et Baba Hassen, nous avons adressé un recours au wali d’Alger et nous avons écrit au ministre des Moudjahidine et même au président de la République », a-t-il indiqué, précisant avoir été reçu par le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul.

    La famille El Hedjim dit avoir proposé au ministre une solution : céder la ferme contre un autre terrain dans les alentours. « Nous sommes conscients de l’importance du projet. Nous ne voulons pas l’entraver. Mais il est de notre droit de demander un transfert de propriété », a réclamé notre interlocuteur, indiquant que concrètement, rien ne leur a été proposé. Il faut dire que cette ferme a été convoitée par plusieurs parties dont l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), qui a voulu l’acheter pour y construire un musée et une maison de repos pour anciens maquisards. Face à l’incertitude sur le sort de sa propriété, la famille El Hedjim prend son mal en patience et continue d’espérer voir un jour le bout du tunnel.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 6 aout 2008 -- Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, en visite d'inspection au niveau de la wilaya de Boumerdès a justifié le retard enregistré dans la livraison totale du projet de la 2ème rocade autoroutière d'Alger-Est/Zeralda/Boudouaou par la restructuration globale du tracé qui était initialement de 61 km et est passé à 200 km linéaires. Cette nouvelle donne a été dictée par le souci de desservir 4 wilayas, à savoir Tipaza, Alger, Boumerdès et Blida. Pour ce faire, de nouvelles infrastructures et grands ouvrages sont venus se greffer dans ce projet. D'autre part, le département des travaux publics a jugé utile de classer les priorités concernant la livraison par étapes de la 2ème rocade.

    Le premier tronçon qui sera libéré sera celui qui relie Zeralda à Douéra. Ce dernier a une grande importance dans la mesure où il permettra de desservir l'ouest de la capitale. Le deuxième axe de la rocade, aussi utile que le premier, concerne le tronçon Birtouta - Ouled Omar qui se prolongera jusqu'à la zone industrielle de Rouiba. Pour ce qui est des autres étapes à réaliser, le premier responsable du département ministériel des travaux publics a indiqué que des instructions précises ont été données aux chargés des chantiers, notamment pour achever certains travaux en cours de réalisation. Aussi, 15 jours pour les couloirs d'évacuation des eaux de ruissellement et 21 jours de délais pour raccorder les routes de wilaya avec la 2ème rocade.

    D'autre part, le ministre a insisté sur la nécessité de renforcer les capacités de réalisation du tronçon Ouled Omar - Berrahmoune. L'un des grands ouvrages que le ministre n'a pas manqué d'inspecter avant-hier à Boumerdès est certainement celui du viaduc ou échangeur de Berrahmoune de Boudouaou auquel M. Amar Ghoul accorde une grande attention. Ce point de jonction entre la capitale et l'Est du pays est stratégique pour les flux des véhicules empruntant cet axe de la circulation routière à l'avenir. Enfin, le ministre a demandé aux responsables des projets de procéder immédiatement à la phase de goudronnage de tout tronçon routier une fois aménagé afin de procéder à sa réception définitive. Avant de quitter Boumerdès, M. Amar Ghoul a donné rendez-vous dans 21 jours aux chefs de projets pour amorcer un bilan de situation relatif au projet de la 2ème rocade d'Alger.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 19 Août 2008 -- Le monde évolue sans cesse. De plus en plus rapidement. Mais nulle évolution ne doit se faire au détriment de l’Histoire. Un projet, quelle que soit son ampleur, n’a pas le droit de piétiner les symboles de la révolution nationale. Des lois existent pour protéger le patrimoine historique. Des peines de prison et des amendes sont prévues pour les personnes qui détériorent des objets datant de l’ère romaine ou phénicienne. Que dire des sites où le sort de l’Algérie libre et indépendante a été scellé ?

    La ferme El Hedjim est incontestablement un symbole de la guerre de libération. A cheval entre les deux communes de Khraïcia et de Baba H’cen, elle s’étend sur 5 hectares. Propriété de feu El Hadjim Bachir, la ferme a accueilli, le 20 juillet 1954, 14 responsables du FLN. Organisée par Didouche Mourad, la rencontre avait pour but de préparer l’événement majeur de la révolution algérienne, le premier Novembre 1954. «La réunion avait pour optique d’unifier l’action révolutionnaire. Uniformiser, synchroniser les attaques et cibler les endroits stratégiques et névralgiques pour occasionner le plus de dégâts possible au colonisateur», raconte M. Abdelkader El Hedjim, le dernier survivant d’une famille de révolutionnaires composée de 6 frères et de leur père. Etaient présents à la réunion, entre autres, Didouche Mourad, Bouadjadj Zoubir, Rabah Bitat, Boussouf, Athmane Belouizdad, Ben M’hidi, Ben Boulaïd, les frères Kaci Abdellah Abderrahmane et Mokhtar, Souidani Boudjemaa, Ben Alla, Kuini Nacer, Kaddour El Hedjim. «Ils sont restés 3 ou 4 jours. Le peu d’armes dont disposaient les révolutionnaires de la région était entreposé ici. En plus de la réparation de ces armes, des stages pour la fabrication de bombes servant aux attentats du 1er Novembre ont été dispensés sur les lieux», poursuit Abdelkader. «La première bombe ayant ciblé le jardin d’Essais a été fabriquée à la ferme El Hedjim», témoigne un autre moudjahid.

    Malheureusement, depuis le mois de décembre de l’année dernière (2007), la ferme est menacée par le passage du grand projet de l’autoroute Est-Ouest (le tracé de la rocade sud reliant Boudouaou à Zeralda). «Dès l’annonce [du passage de l’autoroute par la ferme], nous avons contacté et sensibilisé tous les secteurs concernés sur l’importance du site. La direction des travaux publics d’Alger, les communes de Khraïcia et de Baba H’cen. On a même été reçus par le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, mais pour l’instant nous considérons que, comme promis par ce dernier, le dossier est à l’étude», déclare M. Abdelkader. «Au départ, raconte un descendant de la famille El Hedjim, le tracé ne devait pas passer par la ferme. Mais, selon des sources, les techniciens ont fait confiance à Google Earth [un logiciel qui donne des images satellites] pour modifier le tracé. Cependant, Google Earth ne connaît pas l’histoire d’Algérie.» Plus sérieusement, aami Abdelkader explique que c’est pour éviter de détruire plusieurs habitations érigées sur l’ancien tracé.

    «Nous ne sommes pas contre l’autoroute, au contraire. Ce que nous demandons, après avoir tenu une réunion familiale, c’est d’être indemnisés en nature. On a sensibilisé les gens sur l’importance du site, nous avons toujours refusé de vendre la ferme même à des prix faramineux. Mais aujourd’hui, nous sommes prêts à céder le site. Qu’ils en fassent ce qu’ils veulent. On demande qu’ils nous donnent en contrepartie la même superficie de terre (5 hectares) ailleurs, et avant le début des travaux», poursuit aami Abdelkader échaudé par des expériences antérieures où la famille a dû céder plus de 3 000 m² pour la construction d’une route pour désenclaver des habitations. «Malgré les promesses de l’ancien maire de Baba H’cen aujourd’hui décédé, nous n’avons eu aucune indemnisation.» Hier, un nombre impressionnant de moudjahidine étaient présents à la ferme El Hedjim. Ils étaient plus de 300 à se rencontrer pour la commémoration de la Journée du moudjahid. Le secrétaire général des Moudjahidine, M. Saïd Abadou, a tenu à mettre en valeur l’importance du site. L’absence des autorités locales et des élus est toutefois à signaler.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 11 Septembre 2008 -- Le taux d’avancement des travaux de la 2e rocade autoroutière d’Alger est à hauteur de 70 %. Ainsi, la réception du projet se fera dans les délais contractuels préalablement définis. Une partie de l’autoroute sera réceptionnée à la fin de 2008 et une deuxième au début de 2009. La réception se fera à fur et à mesure de l’achèvement des travaux au niveau des différents tronçons. C’est ce qu’a déclaré hier, M. Amar Ghoul, ministre des Travaux publics en marge d’une visite de travail sur le site de ce projet. Le ministre qui a qualifié l’avancée des travaux d’ « appréciable» a mis l’accent sur les priorités dans ce projet, en l’occurrence les échangeurs de Zéralda, de Birtouta, des eucalyptus dans la wilaya d’Alger et de Berrahmoune dans la wilaya de Boumerdès. Au niveau du tronçon de l’autoroute entre Ouled Omar et Berrahmoune, le ministre a recommandé plus d’attention puisque le tronçon nécessite une haute technicité dans l’aménagement vu la spécificité délicate du sol. En outre, le ministre a exhorté d’engager immédiatement la réalisation des bretelles notamment vers l’aéroport international d’Alger, Meftah, Douéra, Birtouta et Sidi Abdellah. Certaines ont été entamées d’autres nécessitent l’optimisation des études pour commencer les travaux, selon le premier responsable des travaux publics. Selon le ministre, l’échangeur de Brerrahmoune permettra de relier la deuxième rocade d’Alger à la RN 5. A la mise en service de la nouvelle autoroute, il y’aura la possibilité de relier l’aéroport international à la wilaya de Boumerdès sans passer par la RN 5 et de relier l’aéroport à Zéralda sans passer par l’autoroute de Benaknoun. Au niveau des sites visités Amar Ghoul a insisté sur l’impératif maillage du réseau routier. Ainsi, au niveau de l’échangeur des eucalyptus, il a fait part de la nécessité de relier la rocade autoroutière à la pénétrante nord sud pour réaliser le maillage avec l’autoroute est ouest et l’autoroute des hauts plateaux dans l’avenir. Il convient de noter par ailleurs que 34 chefs-lieu de wilayas ont été reliés avec l’autoroute est ouest, selon toujours le ministre.

+ Reply to Thread
Page 1 of 4 1 2 3 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts