+ Reply to Thread
Page 10 of 12 FirstFirst ... 8 9 10 11 12 LastLast
Results 64 to 70 of 82
  1. #64
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 24 Novembre 2010 -- Renault cherche à installer une usine de montage en Algérie. C'est du moins ce qu'affirme mercredi à Alger le ministre de l'Industrie et de la promotion de l'Investissement, Mohamed Benmeradi, selon lequel Renault "va s'impliquer davantage (en Algérie) avec des investissements directs". "Les détails de l'investissement ne sont pas encore arrêtés, mais le principe retenu lors des discussions entre les deux parties est d'arriver à produire 75.000 véhicules particuliers par an pour trois ou quatre modèles'', a-t-il déclaré le ministre. Ce dernier a précisé au passage que les discussions portent sur " la création dans une première étape d'une usine de montage, qui sera suivie dans une seconde étape par la fabrication de véhicules avec un taux d'intégration de l'industrie nationale de 40% étalée sur quatre ans". ''Si les négociations aboutissent, l'usine sera implantée sur les sites de la SNVI'', a révélé encore Benmeradi, qui a indiqué que Renault s'est proposé de ''livrer ses véhicules au marché algérien d'ici à 2012''. Mais, "nous sommes loin de parvenir à un accord, nous allons poursuivre aujourd'hui les négociations sur ce dossier", a-t-il néanmoins nuancé dans une déclaration reprise mercredi par l'APS.

  2. #65
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGIERS, November 25, 2010 (Reuters) -- French carmaker Renault is in talks to build a plant in Algeria, reviving a stalled plan to tap growing demand, local media reported an Algerian minister as saying on Thursday. Renault plans to produce 75,000 cars per year from 2012 for the north African country, Algerian Industry and Investment Promotion Minister Mohamed Benmeradi was quoted as saying by several newspapers. "The discussions concern the creation, in the first stage, of an assembly plant, which will be followed in a second stage by vehicle manufacturing," El Watan newspaper cited him as saying. "Renault has offered to supply its (locally assembled) vehicles to the Algerian market by 2012." Benmeradi made the comments on Wednesday before a meeting with former French Prime Minister Jean-Pierre Raffarin who was visiting Algiers in his capacity as President Nicolas Sarkozy's special envoy.

    Renault and the Algerian government have been in discussions over a factory for several years. In February, Renault Chief Operating Office Patrick Pelata said talks were "well advanced". Since then, the talks have stalled. Algerian government sources said this year officials were not happy with the amount Renault planned to invest, felt local partners were not sufficiently involved, and wanted the factory to export vehicles if it had surplus capacity. El Watan quoted Raffarin as saying Renault has "changed the scale of its project and redefined a number of characteristics."

    Renault operates a car plant in neighbouring Morocco and is building a second production complex there. Algeria imported 67,791 vehicles in the first half of this year, according to official figures. Renault says it sold 56,089 vehicles in Algeria in 2009 and has a 23.5 percent market share. Energy exporter Algeria, in an attempt to improve its trade balance, has imposed tough restrictions on vehicle imports including a ban on consumer credit for buying cars. As part of a shift towards economic nationalism, it has introduced a 49 percent ceiling on foreign ownership of businesses registered there.

  3. #66
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Jeudi 23 Décembre 2010 -- Renault et le gouvernement poursuivent leurs discussions pour l’implantation d’une usine de montage de la marque au losange en Algérie. Le ministre de l’Industrie, Mohamed Benmeradi, a déclaré jeudi que «ces discussions sont toujours en cours». Les deux parties tiendront «une rencontre à la mi-janvier 2011» sur le dossier, a-t-il ajouté. M. Benmeradi a souligné, dans une déclaration à l'APS en marge d'une séance plénière au Conseil de la Nation dédiée aux questions orales, qu' «il y a eu les premières manifestations de la volonté des Français de reprendre les négociations avec nous. Nous en sommes au stade d'échanges d'informations». «C'est un dossier qui est à l'étude. Renault est en train de préparer des dossiers pour répondre à un certain nombre de nos interrogations», a-t-il précisé.

  4. #67
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Dimanche 2 Janvier 2011 -- Le constructeur allemand Volkswagen veut investir dans l’automobile en Algérie. «Dans sa stratégie industrielle, Volkswagen se propose même de considérer l’Algérie comme un pied d’appui pour le marché africain. Il insiste beaucoup pour venir. Nous avons eu avec lui des échanges préliminaires intéressants dans le domaine du véhicule, de la sous‑traitance et du développement autour de ces projets d’un tissu de PME», a annoncé, dimanche 2 janvier, Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements au Forum d’El Moudjahid à Alger. Prudent, le ministre a indiqué qu’il est prématuré d’évoquer la concrétisation de projets automobiles en Algérie. «Les Allemands comme les Français veulent aller très vite. Nous prenons un peu de temps pour examiner tous les aspects», a-t-il noté.

    Revenant sur le dossier Renault, il a indiqué que le constructeur français montre de l’intérêt pour investir depuis trois ou quatre ans. «Un premier dossier a été déposé. Mais, l’investisseur Renault n’a pas satisfait les attentes. Le dossier, dans sa première configuration, a été rejeté par le gouvernement. Depuis six mois, Renault est revenu avec de nouvelles propositions», a précisé le ministre. Renault a, selon lui, examiné les demandes algériennes. «Nous attendons de l’investissement mais pas pour avoir juste une usine de montage de véhicules que nous importons. Il est vrai que le montage fera transférer une part de la valeur ajoutée, laquelle sera crée en Algérie, mais ce n’est pas ce qui est attendu», a-t-il relevé.

    Mohamed Benmeradi a expliqué que Renault voulait, dans un premier temps, venir en Algérie uniquement avec son label et ses licences sans engager d’investissements dans le capital. «Sur cette question, Renault a fait de nouvelles propositions qui nous paraissent intéressantes. Sur le volume de production, il a proposé une usine de 75 000 véhicules avec une gamme variée de quatre véhicules», a-t-il révélé. Il a indiqué que dans le premier dossier le constructeur français avait proposé une usine de 50.000 véhicules avec une gamme de deux véhicules.

    «Renault a accepté notre condition relative à un taux d’intégration plus important avec des engagements pour que ce taux augmente au fur et à mesure de la réalisation de l’investissement. Il a également accepté que nous puissions être associés à la commercialisation. Nous pensons qu’aujourd’hui, le dossier de Renault est plus acceptable», a déclaré M. Benmeradi. Selon lui, un comité de travail, composé de représentants des ministères, de la SNVI et de la Fédération des industries mécaniques de l’UGTA est chargé de suivre le dossier et de mener les discussions avec Renault et les autres partenaires.

  5. #68
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Lundi 3 Janvier 2011 -- Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, a révélé dimanche 2 septembre, l’existence de discussions avec Volkswagen pour l’implantation d’une usine automobile en Algérie. Le ministre n’a pas fourni les détails de ce projet qui est en concurrence avec celui du français Renault. Selon une source proche du dossier, le projet détaillé de Volkswagen a été présenté en octobre dernier au gouvernement algérien. Une délégation du groupe allemand, composée de neuf hauts cadres et menée par Christof Spathelf, Vice-président de Volkswagen en charge de la production mondiale, avait séjourné à Alger où elle a eu des entretiens avec Mohamed Benmaradi. Une deuxième rencontre a eu lieu entre les deux parties, début décembre en Allemagne à l’occasion de la visite officielle du président Bouteflika à Berlin. Une troisième rencontre est prévue courant janvier. Elle aura probablement lieu en Allemagne. Mais la date n’a pas encore été fixée.

    Volkswagen propose de mener son projet en trois phases. Une première concerne une production de 70.000 véhicules par an, destinée essentiellement au marché algérien. La seconde phase prévoit de porter cette capacité à 100.000 véhicules par an. Une troisième phase prévoit un développement des capacités pour l’exportation. Le projet prévoit la production de voitures Polo et Polo Classic. Dans une seconde étape, l’usine produira également des véhicules utilitaires. Volkswagen s’engage à atteindre un taux d’intégration local de 40% au bout de 30 mois. En fait, ce chiffre correspond aux exigences de la Zale (Zone arabe de libre échange) dont fait partie l’Algérie. Pour pouvoir exporter ses produits au sein de la Zale, le producteur doit attester que son produit est fabriqué avec une intégration de 40% de valeur ajoutée nationale. Le constructeur allemand s’est engagé à soutenir les PME algériennes qui vont participer à l’intégration, via notamment des programmes de formation. Car, au-delà du marché algérien – le deuxième en Afrique, avec 200.000 véhicules vendus par an – Volkswagen, déjà présent en Afrique du Sud, est intéressé par les marchés d’Afrique du Nord, d’Afrique australe et de pays arabes via la Zale.

    Si le projet aboutit, Volkswagen détiendra 49% de l’usine de montage en Algérie. Les 51% restants seront répartis entre l’Etat, via le FNI (Fonds national d’investissement) et Sovac, une entreprise privée, représentant exclusif de Volkswagen en Algérie depuis plusieurs années. Le projet représente un investissement de 150 millions de dollars pour le constructeur allemand. Les responsables de Volkswagen ont exclu d’implanter leur future usine à Rouiba, sur le site la SNVI, à l’est d’Alger. Pour eux, un tel site n’est pas «adapté». Le groupe a émis le souhait d’obtenir un terrain situé non loin d’un port. Le gouvernement algérien, qui négocie également avec Renault, n’a toujours pas fait connaître sa réponse. «Les Allemands comme les Français veulent aller très vite. Nous prenons un peu de temps pour examiner tous les aspects», a expliqué Mohamed Benmeradi. L’Algérie est en concurrence avec l’Arabie saoudite pour accueillir l’usine Volkswagen.

  6. #69
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hakim Arous :


    Lundi 10 Janvier 2011 -- Le projet d'installation d'une usine Renault en Algérie avance. C'est ce qu'a confirmé le directeur général adjoint et directeur commercial de Renault, Jérome Stoll ce lundi 10 janvier lors de l'annonce des résultats 2010 du groupe français. «Nous avons des discussions avec le gouvernement algérien et nous espérons avancer en 2011», a-t-il déclaré, précisant que le marché algérien «compte beaucoup pour le groupe», rapporte le site économique Leboursier.com. Ce projet de première usine de Renault dans le pays porte sur une capacité de 75.000 véhicules de quatre modèles différents qui seraient principalement destinés au marché local.

  7. #70
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Jeudi 20 Janvier 2011 -- Les deux projets d’investissement dans l’automobile présentés fin 2010 au gouvernement par Renault et Volkswagen avancent lentement en raison de la crise sociale qui affecte le pays depuis les émeutes contre la cherté de la vie, vécues par le pays du 6 au 10 janvier. Le gouvernement est occupé entièrement à gérer cette crise pour éviter une éventuelle contagion de la révolution tunisienne au moment où des citoyens multiplient les tentatives d’immolation par le feu. Selon nos informations, le gouvernement devait créer début janvier une commission chargée d’étudier les deux projets de construction d’usine de voitures pour les valider ensemble ou choisir l’un des deux. Cette commission n’a pas été encore créée en raison de la situation sociale qui prévaut actuellement dans le pays, affirme un proche du dossier. Les discussions entre le gouvernement et les deux constructeurs n’ont pas encore repris alors qu’une délégation algérienne doit se rendre courant janvier en Allemagne pour poursuivre les négociations avec Volkswagen. Le constructeur allemand a présenté en octobre dernier au gouvernement un projet de construction d’une usine de voitures en Algérie d’une capacité initiale de 75.000 unités par an, avec un taux d’intégration de 40%. Renault a également présenté un projet de fabrication de véhicules en Algérie. Le gouvernement doit étudier rapidement les deux projets et donner sa réponse s’il ne veut pas risquer de voir les deux constructeurs opter pour un autre pays pour réaliser leurs investissements.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts