+ Reply to Thread
Page 8 of 12 FirstFirst ... 6 7 8 9 10 ... LastLast
Results 50 to 56 of 82
  1. #50
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hakim Arous :


    Dimanche 14 Février 2010 -- Aabar Investments tiendra, mardi 16 février, une réunion de son conseil d’administration, a annoncé le fonds d'investissement public d'Abou Dhabi dans un communiqué. Parmi les dossiers à l’odore du jour figure le projet d'investissement dans la production automobile en Algérie, selon le communiqué. Le 10 août 2009, Aabar Investments avait annoncé la signature d’un accord avec le gouvernement algérien dans le domaine automobile. Le projet concerne la création d'une joint venture avec cinq firmes allemandes pour produire 10.000 véhicules par an en Algérie.

    L’allemand Daimler, dont Aabar Investments est actionnaire, est associé au projet ainsi que la firme allemande MAN Ferrostaal et les ministères algériens de l'Industrie et de la Défense, selon le communiqué. MAN Ferrostaal va diriger le projet qui implique outre Daimler, Rheinmetall, le fabricant de moteurs Deutz et MTU Aero Engines Holding. Le montant de l'investissement d'Aabar n'a pas été révélé. Trois sites de production sont prévus pour accueillir le projet : à Tiaret, Aïn Smara et Oued Hamimine. Certains seront créés et d'autres installés dans d'anciennes usines qui seront modernisées. La production de camions et de voitures pourrait démarrer dans les prochains mois. Une partie pourrait servir à équiper l'armée algérienne.

    Le projet automobile de Aabar Investments est le second dans le domaine avec celui de Renault. Jeudi dernier, le constructeur français a confirmé qu’il avait un projet d’usine en Algérie. Selon le journal français Le Monde, Renault devrait annoncer prochainement l’implantation d’une usine automobile à Rouiba, dans la banlieue-est d’Alger. La future usine du constructeur automobile français va assembler trois modèles de véhicules : la Logan, la Sandro et la Symbol. Le montant de l’investissement « dépassera plusieurs dizaines de millions d’euros », selon la même source.

  2. #51
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :


    Lundi 15 Février 2010 -- La première voiture algérienne pourrait ne pas voir le jour bientôt. Aabar Investments a annoncé hier la tenue, mardi 16 février, d’une réunion de son conseil d’administration qui sera consacré en partie à son projet d’usine automobile en Algérie. Selon nos informations, le fonds d'investissement public d'Abou Dhabi devrait annoncer le report ou le gel du projet d'investissement dans la production automobile en Algérie. La Cause ? Les difficultés financières auxquelles sont confrontés actuellement les fonds d’investissements publics d’Abu Dhabi, dont Aabar. « Les fonds d’Abu Dhabi devront sauver Dubaï de la faillite. Ils ont besoin de mobiliser 60 milliards de dollars à court terme puis au moins 300 milliards plus tard », explique notre source. Ces mêmes fonds devront également continuer à financer les projets locaux de développement. Un effort financier considérable à l’origine de l’abandon de nombreux projets d’investissements à l’étranger. « Même les projets de taille modeste passent à la trappe », affirme notre source.

    Le 10 août 2009, Aabar Investments avait annoncé la signature d’un accord avec le gouvernement algérien dans le domaine automobile. Le projet concerne la création d'une joint venture avec cinq firmes allemandes pour produire 10.000 véhicules par an en Algérie. Initialement, la production de camions et voitures devait démarrer en 2010, selon le communiqué. Une partie des véhicules produits en Algérie devait être destinée à l’armée. Pour sa part, Carlos Ghosn, PDG de Renault, s’est refusé dimanche à fournir une indication concernant la date de lancement du projet du constructeur en Algérie. S’exprimant à Dubaï, M. Ghosn s’est contenté de confirmer l’intérêt de son groupe pour le projet sans donner de précision sur les délais.

  3. #52
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Mardi 16 Février 2010 -- Le Conseil d’administration de Aabar Investments s’est réuni, mardi 16 novembre, à Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis. Parmi les dossiers qui étaient à l’ordre du jour de la réunion figure le projet d'investissement dans la production automobile en Algérie. Le Conseil a donné son accord pour une participation minoritaire de 24,5% pour la construction de la première usine sur les trois prévues. Les autres partenaires du projet seront le gouvernement algérien et cinq firmes allemandes : Ferrostaal, Rheinmetall, Daimler, Deutz et MTU. Le montant de l’investissement ainsi que les délais de réalisation pour cette première usine n’ont pas été précisés. De même que le nom du site qui l’accueillera n’est pas connu. Trois sites de production sont prévus pour accueillir le projet : à Tiaret, Aïn Smara et Oued Hamimine. Certains seront créés et d'autres installés dans d'anciennes usines qui seront modernisées.

    Le 10 août 2009, Aabar Investments avait annoncé la signature d’un accord avec le gouvernement algérien dans le domaine automobile. Le projet concerne la création d'une joint venture avec cinq firmes allemandes pour produire 10.000 véhicules par an en Algérie. Une partie de la production sera destinée à l’armée nationale. Le projet automobile de Aabar Investments est le second dans le domaine avec celui de Renault. Jeudi dernier, le constructeur français a confirmé qu’il avait un projet d’usine en Algérie. Selon le journal français Le Monde, Renault devrait annoncer prochainement l’implantation d’une usine automobile à Rouiba, dans la banlieue-est d’Alger. La future usine du constructeur automobile français va assembler trois modèles de véhicules : la Logan, la Sandro et la Symbol. Le montant de l’investissement « dépassera plusieurs dizaines de millions d’euros », selon la même source.

  4. #53
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    February 16, 2010 (Bloomberg) -- Aabar Investments PJSC, the Abu Dhabi fund that is the biggest shareholder in Daimler AG, said it’s board approved investing in Herrenknecht Tunnel-Boring International LLC. Aabar will hold 51 percent in the joint venture. The board also approved an investment in a joint venture with Ferrostaal and the Algerian government, according to a statement on the company Web site today.

  5. #54
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :


    Lundi 22 Février 2010 -- Le projet d’usine automobile de Renault en Algérie ne devrait pas être annoncé dans l'immédiat. « Renault possède un projet d’usine de montage automobile en Algérie pour y produire notamment des utilitaires destinés au marché algérien, mais le constructeur conditionne son implantation à la fin de la confusion actuelle », explique à TSA une source proche du dossier. Renault souhaite en effet avoir des garanties fiscales et juridiques en Algérie. « Il y a une confusion totale concernant les investissements en Algérie actuellement. Et puis il y a les relations algéro-françaises qui ne facilitent pas les choses », ajoute notre source. La décision d’implanter une usine de montage automobile en Algérie a été prise l’été dernier au cours d’un déjeuner à Paris entre Hamid Temmar, ministre de l’Industrie, et Carlos Ghosn, PDG de Renault. Yazid Sabeg, homme d’affaires d’origine algérienne et actuel commissaire à l’Intégration en France, a été à l’origine de cette rencontre. Depuis, le projet est entouré de la plus grande discrétion. Le constructeur français et le gouvernement algérien continuent de garder le silence. Renault a certes reconnu l'existence de discussions avec Alger sur cette usine mais sans donner de détails sur le montant exact de l'investissement. Ce qui est sûr c'est qu'il s'agira d'une usine de montage, un projet qui aura peu de conséquences pour l'économie algérienne. « Dans une usine de montage, seuls les ouvriers directement employés par l’usine sont concernés», explique un économiste. « Un tel projet va profiter davantage à Renault qu'aux Algériens. Ce constructeur va se contenter de faire le montage et de profiter d'un éventuel retour du crédit automobile pour les voitures fabriquées en Algérie », ajoute le même économiste.

  6. #55
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    March 3, 2010 (Bloomberg) -- Aabar Investments PJSC, the Abu Dhabi-based fund that is the biggest shareholder in Daimler AG, signed an accord with Algeria’s government to form a joint venture that will manufacture automotive products in the country. “The joint venture company is the first of three companies that will be set up between the parties,” the company said in a statement on its Web site today. “Aabar’s stake in the joint venture company is 24.5 percent of the company’s capital for which Aabar’s initial capital contribution is approximately 4 million euros.”

  7. #56
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ABU DHABI, March 3, 2010 (Reuters) -- Abu Dhabi's Aabar Investments, the largest shareholder of Daimler, said it signed an agreement with Algeria for a joint venture to manufacture automotive products in the north African country. Aabar will hold a 24.5 percent stake in the joint venture and its initial capital contribution is about 4 million euros ($5.46 million), Aabar said on its website. Aabar signed the agreement with the Algerian government and other parties, the website said, without naming the other parties. "The joint venture company is the first of three companies that will be set up between the parties," it said, without giving further details.

    In August, Aabar said it planned to set up vehicle and engine manufacturing plants in Algeria with five German firms including Daimler, that would be led by truck manufacturer MAN Ferrostaal and produce up to 10,000 cars and trucks a year. Aabar is an investment company controlled by the International Petroleum Investment Company (IPIC), which is wholly owned by the government of Abu Dhabi. IPIC is one of the investment vehicles used by the Abu Dhabi government to invest oil income. Abu Dhabi pumps most of the oil produced by the United Arab Emirates, the world's third-largest oil exporter.

+ Reply to Thread
Page 8 of 12 FirstFirst ... 6 7 8 9 10 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts