Lundi 20 octobre 2008 -- Le gouvernement, via le Conseil National de l’Investissement (CNI), va annoncer dans les prochains jours la fin du soutien de l’Etat à certaines filières dont le transport, les eaux minérales et les briqueteries, a appris Tout sur l’Algérie (tsa-algerie.com) de sources proches du chef du gouvernement. Cette décision est liée au fait que ces secteurs sont considérés comme «saturés», indiquent nos sources. Le dossier est actuellement au stade de finalisation au niveau du ministère de l’industrie et de la promotion de l’investissement (MIPI) pour le présenter prochainement au CNI, indiquent les mêmes sources.

Lors de sa dernière réunion, tenue le 8 octobre, le CNI avait déjà entériné la décision d’exclure la filière semoulerie/minoterie « du régime des avantages à l’investissement et ce du fait de la saturation de cette branche d’activité qui totalise désormais une capacité dépassant les 200% des besoins nationaux », avait expliqué le gouvernement dans un communiqué. Lors de ce même rendez-vous, le gouvernement avait « décidé de rendre éligibles au régime des avantages de la convention les investissements de production de semences et plants ainsi que celle des semences animales et d’embryons », avait indiqué le même communiqué.

Ces décisions s’inscrivent dans le cadre d’une refonte totale du système national d’octroi d’avantages aux investisseurs. Une démarche qui vient en application des nouvelles orientations décidées par les pouvoirs publics en matière d’investissement national et étranger. C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’il a été décidé de ne plus vendre le foncier industriel mais de consacrer le régime de la concession et de réserver une participation majoritaire à l’Algérie (à travers ses entreprises) dans tout projet financé par des fonds publics. Dans ce contexte, le code de l’investissement sera une nouvelle fois révisé en vue de consacrer la nouvelle politique de l’Etat en matière d’investissement.