+ Reply to Thread
Page 2 of 2 FirstFirst 1 2
Results 8 to 11 of 11
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    November 17, 2008 -- DuPont, one of the leading market-driven science companies, is participating at the International Algeria Oil & Gas Exhibition (ALOGE) 2008. DuPont will showcase comprehensive portfolio of its oil and gas solutions including clean technologies, high-performance materials, oil well productivity chemicals, personal protection equipment, pipeline solutions and safety management and consulting. DuPont will also present two technical sessions: “DuPont Clean Technologies” to be presented by Reda Rebbah, DuPont Business Development Consultant – Algeria and “Benchmarking Safety through Safety Perception Surveys” to be presented by Nicolas Brocherieux, DuPont Project Manager.

    “DuPont has leveraged over two centuries of scientific expertise and knowledge to create solutions that are relevant and have a significant impact on the marketplace. Driven by a passion for innovation and high technology, DuPont constantly takes inspiration from future challenges as we expand our portfolio of products and services. With the advent of global challenges related to oil shortages, the oil and gas industry has stepped up to address the widening supply gap and it is in this area where DuPont science works its wonders. Taking full advantage of the power of science and leveraging 206 years of experience in the business, we have developed technologies that not just increase productivity, but also ensure the highest levels of safety. In addition, we have created DuPont Clean Technologies, which is focused on developing technologies for clean air, clean fuel and sulphur management services,” stated Reda Rebbah.

    DuPont creates high performance oil and gas solutions that prevent pipe corrosion, materials to generate electricity from light, transformer insulation that doesn’t burn, and chemicals that thoroughly treat waste.

    “High technology plays a crucial role in cost-effective and sustainable means of extracting oil. Apart from offering solutions that support this process, DuPont has also developed several other science-based tools and applications that cater to various related fields of the energy sector. Our solutions cover an even wider range of areas that cater to the unique challenges of the oil and gas and renewable energy businesses including oil and gas extractions, solar and wind energy, biofuels and wire and cable. Being able to understand the distinct requirements of our partners and utilizing DuPont science to address these unique challenges have been among the key factors that have strengthened our reputation as a leading figure in the industry,” said Anil Menon, Middle East Oil & Gas Industry Leader.

    DuPont Clean Technologies provide integrated clean air solutions that enable refiners to reduce their environmental footprint through DuPont’s sulfur molecular science. The offerings of DuPont Clean Technology include Spent Acid Regeneration (SAR), and On-site Sulfuric Gas Regeneration (SGR). DuPont further enhanced its Clean Technology solutions with the acquisition of STRATCO, the leading provider of sulfuric acid alkylation technology; BELCO, a leading provider of world-class air quality control technology; and IsoTherming® Hydroprocessing Technology, a breakthrough technology that allows refiners to produce lower sulphur fuels at a fraction of the cost of conventional competing technology.

    The "Benchmarking safety through safety perception surveys" paper reviews nearly 10 years' worth of data from the Safety Culture Improvement Process (SCIP) Survey, a program initiated by DuPont to evaluate organisations' perceptions of their safety process and identify behaviours, attitudes and other factors that can derail a safety program. For ALOGE 4 and JST 8, DuPont focused on help executives; management and safety professionals in the oil & gas sector better understand and overcome the obstacles to world-class performance.

    "Safety at DuPont goes back to our founding in 1802 when E.I. du Pont designed and built his first gunpowder mills with the safety of his workers in mind. In the two centuries that followed, our company helped to write the book on industrial safety, and we became one of the safest companies in the world. Our commitment to safety also benefits our suppliers, customers, and the communities where we operate. Anyone who has ever had contact with DuPont knows that safety is a conscious part of everything we do. Safety is the very foundation and essence in everything we do at DuPont" said Nicolas Brocherieux.

    DuPont is also known as the innovator of most of the standard practices for coating pipe with epoxy used in the world today. DuPont has the most extensive portfolio of new coating technologies for oil and gas extraction. DuPont solutions for tubing, DuPont™ StreaMax™, a coating system is used in downhole production tubulars that provides flow assurance and corrosion protection in extreme environments at a wide temperature range.

    DuPont™ Zonyl® fluorosurfactants used in oil field pumping applications helps reduce foaming and penetration. DuPont personal protection including DuPont™ Nomex®, DuPont® Tyvek®, DuPont™ Tychem® and DuPont™ Kevlar® provide thermal, mechanical and chemical protection to the oil and gas workers while DuPont Safety Resources creates tailored solutions for production processes, refining and transportation facilities to the Oil & Gas industry. It provides energy companies with consulting on workplace safety and operational excellence to help achieve increased production and reduced incidents.

    ALOGE, which will be held in Algeria from November 15 to 19, 2008, offers a unique opportunity to network and discuss business opportunities between international investors and their Algerian counterparts.

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 17 Novembre 2008 -- L'industrie algérienne a besoin des sociétés étrangères pour son développement dans un partenariat fondé sur "l'équité" et avec "un esprit de bénéfice partagé", a déclaré lundi le président de l'agence algérienne du patrimoine minier (ANPM), Abdelkader Benyoub. Le partenariat avec des sociétés étrangères est "bien développé en Algérie" où il a "de très beaux jours devant, lui", mais "il faut qu'il soit réalisé avec équité, avec un esprit de bénéfice partagé dans le principe du gagnant-gagnant", a-t-il dit à l'issue de la 4e Conférence stratégique internationale (CSI-6) à Alger. Il a souligné la nécessité de ce partenariat, citant la société publique d'hydrocarbures Sonatrach ou Sonelagaz qui auront besoin de plusieurs milliards de dollars pour investir d'ici 2015, ce que l'Etat ne peut assumer en totalité. Mais "il y a certaine règles à respecter" et le partenaire étranger ne doit pas seulement "transférer des finances, il faut aussi transférer la technologie, le savoir", a ajouté M. Benyoub.

    La CSI-6 s'est déroulée durant deux jours dans le cadre de la 4e semaine de l'Energie (SEA-4), "carrefour" de rencontres et d'échanges d'expériences dans ce domaine frappé par la crise financière et économique mondiale. La CSI-6 avait pour objectif de présenter les opportunités d'investissement offertes par l'Algérie en matière d'énergie et permettre aux dirigeants et experts de compagnies pétrolières ou liées d'échanger leurs expériences et d'évoquer les opportunités de coopération dans ce pays.

    Près de 500 participants, 240 entreprises provenant de 35 pays, le prix Nobel de la paix sri-lankais et expert en changement climatique et développement durable, Mohan Munasinghé, ainsi que la commissaire européenne chargée de la concurrence, la Néerlandaise Neelie Kroes, participent à cette 4e semaine de l'Energie qui se terminera mercredi.

  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 18 novembre 2008 -- Près de cent milliards de dollars d’investissements sont prévus dans le secteur de l’énergie d’ici à 2013. C’est ce qu’a annoncé hier Ali Rezaïguia, conseiller auprès du président-directeur général de Sonatrach, en marge de la conférence stratégique internationale (CSI) tenue à la faveur de la semaine de l’énergie (Sea4) ouverte samedi dernier à l’hôtel Hilton, à l’est d’Alger. Ce volume d’investissements concerne en fait le dessalement de l’eau de mer, l’électricité, la pétrochimie, entre autres. Beaucoup de choses ont été dites au sujet du financement de projets, de manière générale. Ainsi, la formule Project Financing a fait l’objet de critiques de la part de certains intervenants, dont El Hachemi Siagh, consultant, ancien cadre au ministère des Finances, et patron de Strategica, un cabinet conseil. Celui-ci a estimé que tel qu’il se pratique aujourd’hui, en Algérie, le Project Financing n’obéit pas à toutes les règles en vigueur devant sous-tendre ce procédé de financement d’origine anglo-saxonne. C’est un mécanisme nouveau en Algérie. Il a été mis en application dans certains projets comme le dessalement de l’eau de mer. Au fond, le problème est lié au taux de change et au fait que l’Etat supporte une grande partie des risques qu’un projet pourrait engendrer. La question semblerait susciter débat. Aussi, une étude y sera consacrée par les autorités, selon les termes de Ali Rezaïguia.

    El Hachemi Siagh a par ailleurs noté que l’Algérie, absente des marchés financiers internationaux ces dernières années, pourrait y revenir maintenant qu’elle a payé par anticipation sa dette extérieure. Serait-ce facile ? Le patron de Strategica se montre confiant, soulignant que c’est possible, même si le pays n’a pas réellement de références pour se faire financer sur les marchés internationaux. Et sur la crise financière internationale actuelle ? El Hachemi Siagh, de même que l’ex-ministre des Finances, Abdelatif Benachenhou, présent à cette conférence, n’a pas rajouté grand-chose à ce que l’on savait déjà. Si elle s’étirait dans le temps, cette crise risquerait de «produite des effets négatifs» sur l’économie nationale, a-t-il dit en substance. Abdelatif Benachenhou a fait un long exposé sur la problématique de l’allocation des ressources, rappelant une réalité connue en économie de marché : à l’ouverture du marché, il y a cumul de la rente. Le conférencier a parlé en outre de la pauvreté en Algérie, avançant qu’elle se concentre dans les zones rurales, dans les contrées reculées.

    La conférence stratégique internationale dont il est question est l’un des temps forts de la semaine de l’énergie. Elle s’est articulée autour de huit axes fondamentaux que l’on peut résumer comme suit : la politique énergétique et les réalisations en matière de réformes dans le secteur de l’énergie ; le développement à l’international et les projets en partenariat ; la stratégie de diversification dans le domaine de l’énergie en Algérie et les opportunités d’investissement et de partenariat ; le développement des ressources humaines ; le financement de projets ; la protection de l’environnement et le développement durable ; la recherche et le développement, l’énergie nucléaire pour une utilisation pacifique. Une session entière a été consacrée à ce dernier axe. L’idée est de faire connaître la vision de l’Algérie concernant l’électronucléaire ainsi que les perspectives de cette industrie en Algérie, a souligné le ministre de l’Energie et des Mines, dans son discours d’ouverture de la semaine de l’énergie, une manifestation de dimension internationale qui réunit experts étrangers et nationaux venus parler énergie au sens large du terme. Cent cinquante communications orales et quatre-vingts par affiche ont été programmées pour cette quatrième édition de la semaine de l’énergie.

  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nabila Saïdoun :


    Mercredi 19 Novembre 2008 -- Quelque 43 000 employés, 8 000 vols/jour, une flotte de 250 appareils, 154 destinations et 75 pays à desservir pour transporter 30 millions de passagers par an. Indéniablement, il s’agit de l’un des plus puissants pavillons au monde. British Airways n’a, cependant, pas été épargnée par la crise économique actuelle qui plane sur toutes les activités, provoquant une baisse de 75% du chiffre d’affaires par rapport à celui de l’année dernière, même si au 1er semestre de l’année en cours, la compagnie britannique a réalisé 37 millions de pounds, ce qui est loin d’être négligeable, compte tenu des circonstances. C’est du moins ce qui a été expliqué hier sur un ton très rassurant par David Fordham, représentant de BA dans la région du Maghreb, rencontré au Palais des expositions des Pins-Maritimes où se déroule la 4e Semaine de l’énergie.

    Notre interlocuteur s’est dit très optimiste quant à l’avenir, notamment auprès de l’Algérie qui génère à la compagnie des résultats très encourageants. “L’ouverture d’une liaison directe vers l’aéroport Heathrow a eu un très bel effet sur notre volume d’activités, et cela se ressent pour ce qui est des continuations, notamment vers les États-Unis”, explique M. Fordham, avançant une augmentation de 15% par rapport aux objectifs prévus sur l’année 2008 et une augmentation de 150% en termes de réservations par rapport à la même période de l’année dernière. “Il existe de grandes opportunités de travail en Algérie et British Airways entend accompagner ce développement”, a-t-il assuré tout comme les autres responsables de firmes anglaises rencontrées au pavillon central de la Safex.

    Plus de 1 700 participants et 240 entreprises provenant de 35 pays prennent part à cette manifestation, placée sous le thème : “Le nouveau monde de l’énergie : des défis mais aussi des opportunités”. Un événement d’envergure qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt de HSBC, fraîchement installée en Algérie. Preuve tangible que les potentialités du marché algérien sont définitivement reconnues par les plus grandes firmes de renommée internationale. Le plus intéressant réside, sans nul doute, dans le fait que cette banque aspire à s’inscrire véritablement dans le tissu économique algérien, accompagner les PME algériennes par des formules de crédits étudiées, sans négliger pour autant les particuliers, et ambitionner d’offrir en 2009 de nouveaux produits et très prochainement l’ensemble de la gamme de HSBC. Cette banque, qui n’a pas eu à subir les effets de la crise financière et n’a pas eu à recourir à la recapitalisation britannique, ne manque pas de faire valoir sa crédibilité et sa solvabilité aux yeux de celui qualifié de “partenaire de choix”. HSBC s’est peut-être installée récemment en Algérie mais ses relations avec les plus entreprises algériennes ne datent pas d’hier, à l’image de Sonatrach ou encore de la BEA avec laquelle HSBC vient de signer un accord pour le financement des projets, comme indiqué par M. Philippe Barbe, directeur commercial de la banque.

    Évidemment, il n’est pas question d’aborder la Semaine de l’énergie sans parler de la forte participation des firmes qui activent dans le domaine pétrolier et parapétrolier. Deux grandes entreprises activant dans le domaine ont été présentées hier sous l’œil bienveillant de Son Excellence M. Andrew Henderson, ambassadeur de la Grande-Bretagne à Alger qui n’a pas manqué de suivre toutes les présentations. Il dira en conclusion : “Le contexte actuel est très propice pour développer un climat d’affaires et d’investissement en Algérie, tant le marché algérien offre des potentialités, et j’entends bien le communiquer à mes concitoyens en Grande-Bretagne.” Et de qualifier la dernière rencontre sur “les opportunités d’investissement en Algérie”, organisée dans le pays de Sa Majesté, de très positive à même de “consolider les relations bilatérales” qui se veulent être du côté britannique plus intensifiées pour peu que les “conditions d’investissement soient meilleures”.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts