+ Reply to Thread
Results 1 to 2 of 2
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    L’Union nationale des investisseurs est née


    Samedi 15 novembre 2008 -- Une nouvelle association patronale composée d’investisseurs nationaux vient de voir le jour à la fin de la semaine dernière. L’Union nationale des investisseurs est le nom choisi pour cette nouvelle formation patronale qui a tenu mercredi dernier à Alger son assemblée générale constitutive, durant laquelle elle a adopté son règlement intérieur, choisi son président et désigné ses membres de bureau, a rapporté l’APS. Cette nouvelle union est composée de 17 membres fondateurs, mais pour l’heure, leur identité ainsi que celle du président de l’association demeurent inconnues. Le Jeune Indépendant a toutefois appris, auprès d’une source sûre, que l’Union représente des secteurs stratégiques pour le développement de l’économie nationale et reposerait, selon la même source, à 80 % sur le secteur hôtelier.

    La mission principale de l’Union nationale des investisseurs est de «dynamiser l’investissement et d’encourager la diaspora algérienne à investir dans le pays». Il s’agit notamment, selon la même source, de «mieux organiser les investisseurs, d’élaborer des études et d’arrêter des démarches pour faciliter l’investissement et le partenariat». Il est également question de «constituer une banque de données pour les investisseurs, d’encourager la communauté algérienne des affaires installée à l’étranger à investir en Algérie et de mettre en place un lobbying à l’échelle nationale et internationale pour promouvoir les investissements».

    L’Union nationale des investisseurs vise, en fait, à constituer un pôle d’investisseurs locaux capables de défendre leurs intérêts vis-à-vis de la concurrence croissante des investisseurs étrangers. Il s’agit également de former une force de propositions dans le cadre des relations avec les pouvoirs publics. Il faut rappeler que les opérateurs économiques nationaux se sont souvent plaint d’une certaine mise à l’écart dans la prise de décisions économiques, de même qu’ils ont déploré l’intérêt particulier accordé par le gouvernement aux investisseurs étrangers à leur détriment.

    Les opérateurs nationaux sont, faut-il le souligner, les principaux investisseurs du pays avec, entre 2002 et 2007, un total de 33 943 projets d’investissement d’un montant global de 2 650 milliards de dinars inscrits au niveau de l’Agence nationale de développement de l’investissement, sur un nombre global de 34 531 projets représentant une valeur totale de 3 397 milliards de dinars. Les investisseurs algériens résidents à l’étranger ont, quant à eux, inscrit durant la même période 32 projets pour un montant de 7,6 milliards de dinars.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Salah Benreguia :


    Samedi 15 novembre 2008 -- Après le FCE et les différentes organisations patronales, les investisseurs algériens viennent de se doter de leur association, qui leur permettra de fédérer et d’unir leurs efforts, notamment durant les périodes délicates. En effet, un groupe d’investisseurs activant dans plusieurs secteurs a mis sur pied mercredi dernier à Alger une organisation appelée Union nationale des investisseurs (UNI). Cette nouvelle entité, qui a pour principal rôle de «dynamiser l’investissement et d’encourager la diaspora algérienne à investir dans le pays», a tenu ainsi son assemblée générale constitutive, mercredi dernier, et ce, en présence de 17 membres fondateurs au cours de laquelle, a indiqué hier l’APS, il a été question de l’adoption de son règlement intérieur, ainsi que la désignation de son président et des membres de son bureau. Parmi les objectifs de cette Union, ajoute la même source, figurent, entre autres, «la meilleure organisation des investisseurs, l’élaboration des études et démarches pour faciliter l’investissement et le partenariat, et surtout dynamiser l’investissement au niveau national». «Elle va constituer une banque de données pour les investisseurs, encourager la communauté algérienne des affaires installée à l’étranger à investir dans le pays et mettre en place un lobbying à l’échelle nationale et internationale pour promouvoir les investissements», a laissé entendre un membre fondateur.

    Par ailleurs, le nombre de projets inscrits auprès des pouvoirs de la part des investisseurs avoisine les 34 000, pour la période allant de 2002 à 2007. En effet, les hommes d’affaires algériens ont inscrit pas moins de 33 943 projets auprès de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), soit un montant global de 2 650 milliards de dinars (près de 39 milliards de dollars). Il est à rappeler que ce chiffre (nombre de projets), démontre, à lui seul, la dominance des investisseurs algériens dans tous les projets effectués ou en voie de réalisation, puisque le nombre global de projets, selon les statistiques de l’ANDI, avoisine les 34 531 (investisseurs nationaux et étrangers), soit d’un coût de 3 397,1 milliards de dinars (près de 50 milliards de dollars). Quant aux investisseurs algériens non résidants, ils ont inscrit sur la même période 32 projets pour un montant de 7,6 milliards de dinars. Pour ce qui concerne les investissements en partenariat entre des sociétés algériennes et étrangères, leur nombre a été, sur la même période, de 254 projets pour un montant de 349,92 milliards de dinars (5,1 milliards de dollars), toujours selon les chiffres de l’ANDI.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts