+ Reply to Thread
Results 1 to 7 of 7
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 15 Décembre 2008 -- L'Algérie va importer un million de lampes à basse consommation pour quatre millions de dollars, afin d'inciter les ménages à réduire leur consommation de l'électricité. Ces lampes seront distribuées aux particuliers dans les agences de Sonelgaz, a déclaré lundi 15 décembre le directeur général de l'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'énergie (APRUE, Mohamed Salah Bouzeriba, sur les ondes de la Chaîne III.

    «Une première quantité de 125.000 lampes sera bientôt réceptionnée et distribuée aux ménages dans les agences de Sonelgaz», a expliqué M. Bouzeriba. Ces lampes à basse consommation d'une durée de vie de dix ans seront subventionnées et cédées à 250 dinars l'unité au lieu de 800 dinars, leur coût réel. «Les prix des lampes à basse consommation disponibles actuellement sur le marché commencent à partir de 280 dinars l'unité. Mais beaucoup de ces lampes proviennent de la contrefaçon. Nous avons décidé de vendre nos lampes à 250 dinars, c'est à dire à un prix inférieur à celui du marché, pour inciter les gens à acheter des lampes d'origine», a-t-il justifié.

    L'Aprue compte sur cette opération pour inciter les ménages à utiliser les lampes à basse consommation au lieu des lampes à incandescence, moins chères, mais énergétivores. «Nous avons besoin d'une trentaine de millions de lampes à basse consommation pour doter tous les foyers», a expliqué M. Bouzerina. Outre le remplacement graduel des lampes à incandescence par des lampes à basses consommation, l'Aprue envisage de mettre en place une réglementation interdisant l'importation et la fabrication d'appareils électroménagers énergétivores. Les climatiseurs, gros consommateurs d'électricité, sont dans la ligne de mire de cette agence.

    La Sonelgaz qui ne produit pas suffisamment d'électricité pour faire face à la hausse de la demande nationale est obligée d'opérer des délestages durant les périodes de pointe de l'hiver et de l'été, où la consommation de l'électricité atteint des pics. La société publique a lancé depuis 2001 d'importants investissements pour augmenter ses capacités de production de l'électricité.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 16 Avril 2009 -- L'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (APRUE) lancera dimanche prochain, son «programme Eco-Lumière». Le coup d'envoi de cette opération, qui consiste à diffuser des lampes à basse consommation auprès des ménages, aura lieu au niveau de la Société de distribution d'électricité et du gaz d'Alger (SDA) en présence du ministre de l'Energie et des mines, Chakib Khelil, annonce un communiqué de l'Agence. «Le programme a, pour principaux objectifs, de faire connaître et promouvoir un équipement d'éclairage favorisant les économies d'énergie (les lampes économiques), et faciliter l'accès des particuliers à cet équipement», précise l'Aprue.

    Un accord a déjà été conclu entre l'Aprue et la Sonelgaz pour que cette dernière mette en vente, au niveau de son réseau de distribution, les lampes à basse consommation à ses clients. Le programme est financé par le Fonds national pour la maîtrise de l'énergie (FNME). Il concernera, dans un premier temps, cinq wilayas du centre du pays (Alger, Tipaza, Blida, Boumerdès, et Tizi Ouzou). Ce qui représente environ 1,2 million de ménages, affirme l'Agence. Selon les données fournies par l'Aprue, l'éclairage représente environ 32 % de la consommation annuelle d'électricité d'un logement. D'où la nécessité, estime l'Agence, de recourir à la lampe à basse consommation «qui présente, par rapport à une lampe classique, des avantages économes et performants, notamment une durée de vie 15 fois plus longue et 4 fois moins d'électricité consommée». «Les lampes économiques proposées par l'Aprue répondent aux normes internationales en termes de qualité lumineuse, d'économie en électricité et de respect de l'environnement», affirme l'Agence, sans donner d'autres détails.

    Une vaste campagne de communication, en vue de faire connaître le programme Eco-Lumière auprès du consommateur, sera menée dès le 19 avril dans la région centre. Il sera question d'affichage au niveau des agences Sonelgaz, d'Algérie Poste, et dans les stations d'essence, ainsi que des «affichages mobiles sur 36 véhicules» et «un autocollant apposé sur chaque emballage». Les médias seront également de la partie, puisque le programme prévoit la diffusion de spots publicitaires à la radio, des annonces dans la presse écrite. Pour toucher les internautes, les sites Web de l'Aprue, du ministère de l'Energie et des mines et de la Société de distribution d'Alger prendront part également à la campagne de sensibilisation et d'information.

    En fait, l'avenir de ce programme d'économie d'énergie se jouera sur le terrain de la communication et, surtout, celui des... prix des lampes économiques. Des lampes à plus de 600 DA l'unité ne vont pas emballer beaucoup de monde, même si elles ont l'avantage d'être très économiques et de plus longue durée. Le risque est que cette campagne profite aux lampes basse consommation et, de surcroît, de basse qualité, dont les prix varient de 120 à 300 DA sur le marché. Conscient de cet handicap majeur lié au prix, le DG de l'Aprue, Mohamed Salah Bouzriba, avait déclaré en décembre dernier, dans une émission de la radio Chaîne III, que l'Agence allait importer un million de lampes qui seraient cédées à 250 DA au lieu de 800 DA (prix réel). Le million de lampes devaient être importées, en deux tranches, d'un pays européen (qui n'a pas été précisé), pour un montant global de 4 millions de dollars. Quant au volet communication, c'est le domaine où il ne faut surtout pas faire d'économie. Le challenge est de pouvoir s'adresser à un large public dans un langage compréhensible par tous. Penser, par exemple, à traduire «Le petit guide de la famille économe», disponible sur le site de l'Aprue, et autres supports (dont le site Web) en langue arabe.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Fazila Boulahbal :


    Lundi 27 Avril 2009 -- Une opération de commercialisation de 17 000 lampes à basse consommation a été lancée hier par l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE), au niveau de la Société de distribution d’électricité et du gaz d’Alger. Cette série alimentera le marché de trois wilayas, à savoir Alger, Tipasa et Boumerdès. C’est ce qui a été annoncé, hier, par le directeur général de l’APRUE, M. Bouzriba, en présence du secrétaire général du ministère de l’Energie et des Mines, M. Abbass, du P-DG de la Société nationale de l’électricité et du gaz, M. Bouterfa, ainsi que du P-DG de la Société de distribution d’électricité et du gaz d’Alger, M. Boussourdi. Ce rendez-vous s’inscrit dans le cadre du lancement du programme Eco-lumière, mené par l’APRUE. Cette agence propose, selon M. Bouzriba, un produit quatre fois plus économique que la lampe classique. La lampe à basse consommation doit coûter 250 DA. «À l’horizon 2011, nous contribuerons à préserver l’environnement et à économiser de l’énergie et de l’argent», a-t-il estimé. M. Bouzriba a rappelé que la consommation annuelle d’électricité liée à l’éclairage d’un logement représente environ 32 % de la facture d’électricité. Selon lui, l’opération consiste à mettre à la disposition des consommateurs un million de lampes économiques, vendues à des prix concurrentiels grâce au soutien apporté par le Fonds national pour la maîtrise de l’énergie. «Le programme cible les ménages dans la mesure où la consommation électrique de ce secteur représente 35 % de la consommation nationale d’électricité et l’éclairage domestique 32 % de la consommation totale des ménages», a-t-il dit. Et de préciser que l’éclairage domestique représente quelque 1 330 MW, soit 26 % de l’appel de puissance nationale en période de pointe. Pour sa part, le P-DG de la SDA, M. Boussourdi, a fait savoir que son entreprise a mis en place un réseau composé de 42 services commerciaux, implantés dans les wilayas d’Alger, de Tipasa et de Boumerdès, qui sont à la disposition du consommateur.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    April 28, 2009 -- To conserve electricity and reduce costs for consumers, Algeria's National Society for Electricity and Gas (Sonelgaz) launched a campaign to promote the use of economical light bulbs.

    On April 24th, the National Agency for Promoting and Rationalising the Use of Energy (APRUE), affiliated with Sonelgaz, began selling one million energy-saving bulbs to residents of Algiers, Tpiaza, Boumerdes, Blida, and Tizi Ouzou.

    As an incentive for citizens to make the switch to the unfamiliar bulbs, the price was reduced to 250 dinars instead of 500. The programme will be expanded to all 48 provinces over the next two years.

    "The new lamps can save up to 80% of power, compared to regular lamps, " APRUE official Lila Houidef said.

    According to APRUE director Mohamed Salah Bouzeriba, nearly 26% of national electric consumption goes to household lighting.

    Sonelgaz is counting on the new campaign to cut down on this consumption. To make it a success, Malika Ait Khelifa, head of the communications department at APRUE, believes that awareness campaigns will provide citizens with detailed instructions on how to conserve energy.

    To this end, the new measure was highlighted in local media, encouraging citizens to purchase the discounted bulbs and use them for all lighting purposes.

    Ahmed, a 70-year-old retiree, asked how electricity could be so costly in a country like Algeria, which produces oil and gas. He said that he has to pay more than 20% of his pension for power.

    "I am going to buy the new lamps since they will help reduce the power bills," he said.

    Salima, a 50-year-old housewife, shared the same sentiment. Power bills are just another scare to be added to water, gas and rent bills, she said.

    Algerian television routinely airs commercials to promote energy conservation; these campaigns are stepped up in winter or summer, when heating and air conditioning needs increase consumption.

    For the past three years, Sonelgaz has demanded an increase in electricity prices, allegedly to cover new investments and power plants to cope with rising demand due to urban expansion. However, with families already spending 15% of their budgets to pay for electricity, the government has intervened to stabilise electricity prices, turning down the request to reconsider the current price.

    Sonelgaz plans to allocate $6 billion for the establishing of 10 power plants by 2013.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Safia Berkouk :


    Samedi 16 Mai 2009 -- Dans le souci d’intégrer l’efficacité énergétique dans le secteur de l’habitat, les directeurs généraux de onze offices de promotion et de gestion immobilière ont signé, avant-hier à Alger, une convention de partenariat avec l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’énergie (APRUE). Cette convention, qui entre dans le cadre d’un programme appelé «Eco Bat», a pour objectif de «démontrer les possibilités d’intégration de l’efficacité énergétique dans la construction, quelles que soient les conditions climatiques», a expliqué le ministre de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, présent à la cérémonie de signature en compagnie du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Noureddine Moussa. Ainsi, en vertu de ce document, 600 logements à haute performance énergétique seront réalisés à travers 11 wilayas, dont 82 à Mostaganem, 80 à Blida, Djelfa et Oran, 54 à Sétif, 50 à Alger et à Skikda, 32 à Laghouat et El- Oued et 30 à Béchar et Tamanrasset. Ces wilayas ont été retenues car la convention cible toutes «les zones climatiques du pays afin de réaliser des variantes de logements bioclimatiques en fonction des conditions de chaque région». Pour sa part, le ministre de l’Habitat a précisé que cette opération, qui va cibler le logement locatif financé par l’Etat, devrait permettre de faire baisser la consommation énergétique des ménages jusqu’à 40 %. Il faut savoir que, selon l’APRUE, la consommation électrique du secteur des ménages représente 35 % de la consommation nationale d’électricité.

    Le ministre de l’Energie a expliqué que le programme Eco Bat devrait avoir «un effet de levier à l’échelle nationale, confirmant les potentialités de réduction des consommations d’énergie liées au chauffage en régions froides et à la climatisation en régions chaudes pour un surcoût de construction acceptable». Le lancement de ce programme intervient quelques jours après le lancement d’un programme similaire, Eco Lumières, destiné à réduire la consommation des ménages en matière d’éclairage domestique à travers la mise en vente d’un million de lampes économiques. L’éclairage domestique représente, faut-il le souligner, un tiers de la consommation électrique des ménages. Les deux opérations, Eco Lumières et Eco Bat, seront généralisées pour intégrer l’efficacité énergétique dans d’autres secteurs. Elles font partie de cinq programmes identifiés par l’APRUE aux côtés des programmes Prop Air qui vise à promouvoir le gaz de pétrole liquéfié comme carburant, Al-Sol qui cible le chauffe-eau solaire et Top Industrie qui vise les secteurs grands consommateurs d’énergie. Ces programmes reposent, selon l’APRUE, sur «plusieurs actions d’information, de sensibilisation et de mesure avec l’objectif final de modifier quelque peu les comportements des consommateurs en leur faisant adopter des gestes simples d’économie d’énergie en matière d’éclairage, de chauffage, de climatisation, de réfrigération, d’eau chaude et froide et de divers autres usages électriques.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 18 Juin 2009 -- L'Association «Bariq 21» pour la promotion des énergies renouvelable et du développement durable a investi l'hôtel de ville de Skikda, où elle organise du 16 au 19 juin 2009 des portes ouvertes. On a noté à cette occasion la présence de l'APRUE, de la firme OSRAM, producteurs de lampes à basse consommation Thermokad, Cleanski, Association pour l'environnement Mebdoue de Constantine et l'association de la femme rurale (Skikda). Selon le président de l'Association «Bariq 21», M. Tabbouche Mohamed, l'objectif recherché par la manifestation de poursuivre l'effort visant à inculquer aux enfants la culture environnementale, sensibiliser les citoyens à oeuvrer pour améliorer la propreté de leur ville, susciter chez les jeunes le choix de spécialités se rapportant aux énergies renouvelables, convaincre les décideurs de privilégier l'investissement dans les énergies renouvelables, car non polluantes, économiques et renouvelables. Il soulignera à ce titre que l'Algérie est le deuxième pays au monde après l'Australie à disposer d'une réserve inépuisable d'énergie provenant de l'ensoleillement avec 2.800 kw/h/m² par an. Quant à l'utilisation de lampes à basse consommation, il dira que l'utilisation de lampes basse consommation permet une économie d'énergie de 80 % et présente l'avantage d'être moins polluantes (moins de CO²). Enfin, M. Tabbouche tiendra à mettre en exergue l'aide précieuse fournie par la DG de NAFTEC (Alger) sur le plan matériel. De son côté, la représentante de l'APRUE a souligné l'importance du programme national de maîtrise d'énergie initié avec le soutien du fonds national pour la maîtrise de l'énergie dans le cadre du programme «Eco-Lumire», dont l'objectif vise à doter les ménages d'un million de lampes économiques qui, selon le prospectus distribué au public, consomment 4 fois moins d'électricité et d'une longévité 15 fois plus importante que les lampes habituelles. Il reste que le prix de vente fixé à 150 DA la lampe semble quelque peu cher et risque de faire tourner le dos à ce nouveau type de lampe. Une appréhension largement partagée par le public présent qui impose la revue à la baisse du prix de cession. D'autres exposant ont présenté leur prestations et produits, à l'image d'une entreprise de Béjaïa, la seule pour l'heure sur le plan national à produire des chauffe-eau solaires Thermokad.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Lundi 7 Février 2011 -- L’Entreprise de fabrication industrielle de lampes (Filamp), filiale de l’Eniem, va fabriquer des lampes électriques à basse consommation. Pour y parvenir, elle a lancé dimanche 4 février un appel d’offres international pour la fourniture de composants de ces lampes. Filamp veut ainsi se positionner sur un marché nouveau, mais en pleine expansion. L’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE), dépendante du ministère de l’Energie et des mines, a attribué en octobre 2010 un contrat de fourniture de 250.000 lampes à la société allemande Der Spezialist pour plus de 77 millions de dinars. Ces lampes basse consommation étaient destinées à être vendues au prix de 250 dinars l’unité dans les agences de la Sonelgaz. L’objectif de l’opération est d’encourager les Algériens à remplacer les lampes à incandescence classiques qui consomment beaucoup d’électricité par rapport aux lampes basse consommation.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts