+ Reply to Thread
Page 1 of 3 1 2 3 LastLast
Results 1 to 7 of 15
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 15 Mars 2009 -- Le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, M. Hamid Bessalah, a annoncé dimanche à Alger que le service de commerce électronique sera lancé en avril prochain. S’exprimant en marge du séminaire sur "la contribution des nouveaux services de la poste à l’amélioration de la qualité de la vie des citoyens" organisé par Algérie poste, le ministre a indiqué que le lancement de ce nouveau service se fera dans le cadre d’un séminaire qui sera organisé du 17 au 19 mai en coopération avec l’entreprise MEDITEC. Cette opération (e-commerce) se fera, selon le ministre, en collaboration avec le ministère du Commerce. Le commerce électronique ou le e-commerce est un service facilitant la tache au citoyen afin d’effectuer ses achats via internet.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 16 Mars 2009 -- Le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication (TIC), M Hamid Bessalah a annoncé hier que pas moins de 10 000 autres TPE (terminaux de paiement électroniques) seront installés durant cette année 2009 à travers l'Algérie. L'installation qui sera généralisée au fur et à mesure, permettra désormais aux citoyens de régler, du moins en théorie, leurs achats, payer une note d'hôtel ou de restaurant grâce à cette carte magnétique. M.Bessalah précise que le service de commerce électronique (achat par Internet) sera lancé à partir de mai prochain, à l'occasion la tenue, (du 17 au 19 mai) d'un séminaire en coopération avec l'entreprise MEDITEC. Cette opération (e-commerce) se fera, selon le ministre, en collaboration avec le ministère du Commerce.

    Intervenant en marge d'un séminaire organisé par Algérie Poste à l'hôtel El Aurassi à Alger sous le thème «La contribution des nouveaux services de la poste à l'amélioration de la qualité de vie des citoyens, le ministre qui souligne que la poste joue un rôle social irremplaçable, a assuré que la « réhabilitation des mécanismes d'Algérie Poste conduira au développement socio-économique du pays». Ainsi, selon lui, le service et la qualité de service seront beaucoup améliorés durant le prochain plan quinquennal, particulièrement après la signature hier du «contrat de performance entre l'état et Algérie Poste» qui sera, a-t-il ajouté une sorte de «tableau de bord» pour l'entreprise Algérie Poste. Le contrat paraphé par le PDG d'Algérie Poste et le ministre de la Poste et des TIC, permettra à l'Etat d'intervenir directement dans cette entreprise en lui facilitant notamment l'accès à des infrastructures mais aussi à travers le financement de certains «services universels», indique t-on.

    Il faut noter qu'Algérie Poste, l'année dernière, a réalisé un chiffre d'affaire de 25 milliards de DA et a pu étendre son réseau postal à quelque 3310 bureaux de poste dont 3190 informatisés. Le nombre de titulaires de compte CCP a atteint 11 millions alors que le fonds manipulé durant la même année (2008) est de l'ordre de 24 mille milliards de Dinars, souligne-t-on à Algérie Poste pour qui la modernisation de ses services a apporté ses fruits, notamment en ce qui concerne leur mode de fonctionnement et leur organisation. L'acquisition, en 2008 par les services d'Algérie Poste d'une machine de tri automatique ainsi que 500 machines à affranchir et la localisation d'une cinquantaine de points postaux à créer à travers l'Algérie, entre dans le cadre de cette modernisation, estime-t-on encore en ajoutant que durant cette année les services financiers postaux ont procédé également à l'ouverture des comptes CP, au lancement de l'opération de changement d'adresses ainsi qu'au lancement du virement interbancaire à partir des bureaux de poste avec la personnalisation et le déploiement de quelque 5,8 millions de cartes de retrait à travers le territoire national.

    Dans le cadre de la réforme engagée par Algérie Poste, cette dernière et dans le but d'améliorer sa productivité, a procédé à l'extension des systèmes centraux, à l'acquisition de 1500 PC et 250 serveurs, de 1000 TPE et de 400 GAB (guichets automatiques de billets), au déploiement du système de personnalisation des cartes monétiques, l'acquisition de 4000 imprimantes guichets ainsi qu'à l'extension de la plate-forme IP, ce qui place ainsi Algérie Poste parmi les entreprises les plus avancées en matière d'utilisation des TIC, souligne-t-on dans une note distribuée à la presse.

    Le même document fait état par ailleurs de la distribution en 2008 de plus de 5 millions de cartes de retrait attribuées aux détenteurs de comptes CCP, soit un taux de 47%. Il reste que l'utilisation de cette carte par ses détenteurs n'a pas dépassé les 31%. Algérie Poste ne donne pas les raisons de ce peu d'engouement pour les cartes de retrait mais promet, pour y remédier, d'engager des «actions de sensibilisation plus efficaces». Interrogé sur la mauvaise qualité de service dont se plaignent les citoyens dans les bureaux de poste et les queues interminables observées malgré toutes les réformes et les moyens mis à la disposition de cette entreprise publique, le ministre avoue que le réseau d'Algérie Poste n'est pas tout à fait performant mais promet cependant des jours meilleurs, dans le futur.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    March 16, 2009 -- Algeria will soon launch nationwide service for electronic commercial transactions, ICT Minister Hamid Bessalah announced Sunday (March 15th) in Algiers, El Watan reported. Details on the e-commerce initiative to facilitate online purchases will be unveiled in mid-May.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 11 Mai 2009 -- Le paiement par Internet de transactions commerciales au moyen de la carte à puce interbancaire (CIB) sera lancé en Algérie à partir de juillet 2009, a annoncé hier la Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim). Première du genre en Algérie, cette opération «permettra d’introduire un nouveau mode de paiement en Algérie et de diversifier les moyens immatériels de règlement universels, sachant que le nombre d’internautes augmente de manière significative d’année en année et que l’Internet est devenu un canal incontournable pour les grandes enseignes, et ce partout dans le monde», explique la Satim dans un communiqué. Ce nouveau service offert aux clients détenteurs de la carte CIB, qui permet déjà d’effectuer le retrait d’espèces sur Distributeur automatique de billets (DAB) et le paiement électronique sur Terminal de paiement électronique (TPE) auprès des commerçants, sera disponible à la faveur d’une plate-forme de paiement dédiée au e-commerce mise en place par la Satim. De même, un pilote technique et commercial sera lancé au courant de ce trimestre en étroite collaboration avec une entreprise à grand réseau et une banque publique. Opérateur technique interbancaire en Algérie, la Satim sera l’interface entre le commerçant et le porteur de la carte CIB à travers la plate-forme e-commerce.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 11 Mai 2009 --Le paiement par Internet sera possible dès le mois de juillet 2009 pour les clients détenteurs de la carte à puce interbancaire (CIB). Ainsi, la Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim) met en place un nouveau service au profit des détenteurs de la CIB. Cette carte permet déjà d’effectuer des retraits d’espèces sur les distributeurs automatiques de billets (DAB) et le paiement électronique sur le terminal de paiement électronique (TPE). Un pilote technique et commercial sera lancé au courant de ce trimestre, avec la collaboration d’une entreprise à grand réseau et d’une banque publique. En attendant des informations complémentaires de la Satim, on évoqué la participation du Crédit populaire d’Algérie (CPA) pour l’aspect commercial et d’un opérateur de téléphonie mobile, avec lequel les négociations sont avancées, pour le volet technique. Cela étant, les porteurs de la carte et les commerçants pourront régler leurs transactions via une plate-forme virtuelle e-commerce mise en place par la Satim. Le traitement de la transaction est sécurisé, assure-t-on, avec authentification du porteur de la carte. Et l’opérateur technique interbancaire indique que «la sécurisation des transactions sera similaire à celle utilisée par les grands organismes de paiement internationaux pour contrecarrer les différentes formes de tentative de fraude ou de piratage». Selon la Satim, cette opération, «la première du genre sur le territoire national», s’assigne comme objectif «d’introduire de nouveaux modes de paiement en Algérie et de diversifier ces moyens immatériels universels, sachant que le nombre d’internautes augmente de manière significative d’année en année et qu’Internet est devenu un canal incontournable pour les grandes enseignes, partout dans le monde».

    Une opération pertinente, mais…

    Cela même si cet objectif reste quelque peu irréalisable d’autant que la capacité à prévenir la cybercriminalité reste problématique. Et ce, d’autant que la contrefaçon de logiciels informatiques prend de l’ampleur et que le net suscite une attitude prudente de la part des utilisateurs, une méfiance quant à la sécurité de leurs données personnelles. Au-delà du fait que l’utilisation du chèque reste encore problématique, d’autant que les détenteurs de comptes bancaires attendent des mois, voire plus d’une année, pour pouvoir renouveler leurs carnets de chèques, le développement de la monétique et des systèmes de paiement modernes reste encore bridé en Algérie. En fait, cette opération de paiement virtuel dépend de trois facteurs : l’existence sur le net d’un contenu commercial, l’existence de moyens de sécurisation, traçabilité et conservation des transactions, ainsi que l’engouement des clients, tant particuliers que les entreprises et autres grands comptes à s’identifier sur le réseau virtuel et à acheter ou vendre sur Internet. Mais aussi la disponibilité des TPE au niveau des surfaces commerciales et des services, même si la Satim avait prévu, dès 2008, l’installation de plus de 2 000 TPE à travers le territoire national, voire plus du double dès la fin 2009. En notant également que plus de 400 000 cartes CIB et plus de 50 000 cartes gold sont en circulation, avec une prévision de 850 000 cartes CIB à la fin 2009. Si plus de 600 DAB sont exploités actuellement au niveau des agences bancaires, soit un taux de disponibilité de l’ordre de 90%, les prévisions attendues pour fin 2009 font état de 720 opérationnels.

    À propos de la Satim

    La Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim) est une filiale de 8 banques algériennes (BADR, BDL, BEA, BNA, CPA, CNEP, CNMA et Al Baraka). L’activité principale de la Satim porte sur le développement et la gestion d’un système monétique interbancaire basé sur l’utilisation d’un réseau de transmission de données et la personnalisation des cartes à puce.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    May 11, 2009 -- Beginning in July, Algeria will enable internet payment of business transactions using bank cards (CIB), state-owned automated inter-bank transaction company SATIM announced on Sunday (May 10th). According to Technology Minister Hamid Bessalah, Algeria's e-commerce initiative calls for some 10,000 electronic payment terminals to be installed across Algeria in 2009, Le Quotidien d'Oran reported.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 19 Mai 2009 -- L’Algérie se dotera bientôt d’un arsenal juridique et législatif qui permettra d’encadrer le commerce électronique ou e-commerce. C’est ce qu’a laissé entendre, hier, Hamid Bessalah, ministre de la poste et des technologies de la communication en marge de l’ouverture officielle du Salon international sur les technologies de l’information (MED-IT), organisé au Palais de la culture à Alger. « Il y a un texte en cours de préparation pour améliorer l’environnement du e-commerce », a-t-il précisé, en estimant que la révision de la loi sur les télécommunications sera présentée au gouvernement avant l’automne prochain.

    Selon lui, cette révision vise le renforcement du cadre législatif afin de permettre la protection et la sécurisation des données et des transactions en ligne. M. Bessalah, pour rappel, avait souligné, dimanche dernier, que le service de commerce électronique sera lancé en avril prochain. El Hachemi Djaâboub, ministre du Commerce, a rappelé pour sa part la nécessité d’une mise en place d’un encadrement juridique relatif au e-commerce. « Il faut faire appel aux experts pour l’élaboration des textes juridiques afin de sécuriser les transactions en ligne.

    La mise en place du e-commerce devrait être aussi accompagnée d’un cadre législatif », dira-t-il non sans préciser que le e-commerce « peut présenter des inconvénients si des mesures de régulation et de contrôle ne sont pas mises en place ». M. Djaâboub, qui note l’utilité de définir les mécanismes et les lois dans le cas d’éventuels différends, souligne que la sécurisation de cette activité commerciale électronique concerne de nombreux départements ministériels. Par ailleurs, de nombreux exposants que nous avons pu approcher soulignent « le retard accusé par l’Algérie dans la mise en place du commerce électronique. Il y a tout un environnement juridique et législatif à mettre en place. Dans ce cas, les pays voisins ont pris une longueur d’avance », résume un membre de l’Association algérienne des technologies de l’information (AITA).

    Georges Ayoub, directeur des ventes à Delta-Bank, fournisseur de prestations basées sur une technologie de pointe, soutient que les banques algériennes devraient « se mettre à niveau » pour un meilleur usage du e-banking. Un visiteur, mordu des TIC, nous a confié son amertume : « Avant de parler du e-commerce, le gouvernement devrait mettre au service des familles algériennes des PC abordables et une connexion internet de qualité. Mais après l’échec du projet Ousratic et le dernier épisode opposant Algérie Télécom à l’Epaad, on n’est pas sortis de l’auberge ! ». Il y a lieu de remarquer que ce salon, qui s’étalera jusqu’au 20 mai, a enregistré la participation de 150 sociétés d’Algérie, Tunisie, Maroc et France. Les organisateurs prévoient plus d’une centaine de conférences et des rendez-vous d’affaires entre les exposants.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts