+ Reply to Thread
Page 1 of 5 1 2 3 ... LastLast
Results 1 to 7 of 29
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 24 Mai 2009 -- La 42e Foire internationale d’Alger (FIA) se tiendra du 30 mai au 4 juin au palais des Expositions (Pins Maritimes) avec la participation d’une quarantaine de pays ainsi que près de 400 entreprises algériennes, a appris hier l’APS auprès de la Société algérienne des foires et exportations (Safex). Le thème de cette manifestation économique internationale annuelle sera consacré à «un moment fort pour l’émergence d’une économie compétitive et performante», note la Safex sur son site Web. La nouveauté de cette édition est l’organisation simultanée du premier Salon algérien de l’exportation, du 31 mai au 3 juin, pour promouvoir les exportations hydrocarbures, et ce en partenariat avec la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI).

    La 42e édition de la FIA va consacrer une superficie totale de 51 591 m² aux différents stands et expositions, dont 16 354 m² à la participation étrangère officielle et 1 930 m² aux firmes étrangères participant à titre individuel, soit 30 % de la superficie globale. Concernant la participation étrangère, cette manifestation abritera les stands de 36 pays à titre officiel, tandis que 34 sociétés étrangères de cinq autres pays seront présentes à titre individuel. Par région, c’est l’Europe, principal partenaire économique et commercial de l’Algérie, qui vient en tête avec une douzaine de pays participants, suivie respectivement des pays arabes, de l’Asie et des Amériques avec huit pays participants pour chacune de ces régions. Quant à la participation nationale, elle sera largement dominée par le secteur privé avec 321 sociétés (82 % de la participation nationale) contre 69 sociétés publiques (18 %). Elle sera représentée à travers une dizaine de secteurs d’activité, notamment les services (banques, assurances, transports, formation...), les industries électroniques, l’agroalimentaire, les cosmétiques, la pétrochimie, l’industrie pharmaceutique, le textile et l’habillement ainsi que le bâtiment et les matériaux de construction.

    Par ailleurs, il est prévu la signature, en marge de cette foire, d’un protocole d’accord de partenariat entre la Safex et la Société de la foire internationale de Damas. De même, plusieurs visites de responsables étrangers sont annoncées lors de cette 42e FIA, dont celles du président du Sénat de l’Indonésie, du vice-ministre chinois chargé du Commerce et du directeur général de la Foire internationale de Sanaa (Yémen). De nombreux exposants étrangers prévoient, quant à eux, d’organiser des journées techniques et des conférences, alors que des ventes promotionnelles grand public seront programmées par les exposants nationaux. Il est à préciser que les 36 pays participants à la 42e FIA sont l’Allemagne, la France, l’Italie, le Portugal, la Belgique, la Suisse, Les Etats-Unis, le Canada, la Chine, le Japon, la Tunisie, la Libye, le Maroc, la Jordanie, l’Egypte, la Syrie, l’Iran, la Palestine, le Venezuela , le Brésil, l’Inde, l’Indonésie, l’Argentine, la Suède, Cuba, la Bosnie Herzégovine, le Sénégal, le Vietnam, les Pays-Bas, le Chili, la Pologne, le Mexique, la Roumanie, Turquie, Malaisie et le Pakistan.Quant aux sociétés participant à titre individuel, elles viendront des Emirats arabes unis, de la Grande-Bretagne, de la Corée du Sud, du Liban et de l’Espagne.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Mardi 26 Mai 2009 -- La 42ème édition de la foire internationale d'Alger (FIA) sera de courte durée. Elle se déroulera au Palais des expositions de la Safex du 30 mai au 4 juin 2009 sous le thème «Ensemble pour une émergence économique durable». La participation de 40 pays a été confirmée. Avec 141 entreprises, la chine a réussi à déclasser, pour la première fois, la France, laquelle participe avec « seulement » 135 entreprises.

    Plus d'un tiers des pays participants sont européens. Si la participation asiatique est en hausse, celle de l'Afrique est curieusement en baisse. Hors Maghreb, seul le Sénégal a confirmé sa présence à la 42ème FIA. Huit pays arabes seulement seront également présents. Les entreprises algériennes seront au nombre de 390, en majorité du secteur privé. Le secteur public sera représenté par 69 entreprises.

    La foire internationale d'Alger coïncidera avec la tenue du premier salon de l'exportation prévu du 31 mai au 3 juin 2009. Selon Mohamed Bennini, directeur général de l'Agence Nationale de Promotion des Exportations (ALGEX), l'organisation de cette manifestation à la même période a pour objectif de profiter de l'effet médiatique et de la présence d'un nombre important d'entreprises étrangères. « On n'exporte pas forcement mieux qu'avant mais les procédures ont tendance à s'assouplir, même si ça reste insuffisant. Exporter, c'est avoir plus de produits. C'est loin d'être le cas actuellement du fait de l'insuffisance de l'investissement en Algérie, que ce soit privé, public ou étranger », a-t-il estimé lors d'une rencontre avec la presse.

    Mohamed-Cherif Zaaf, Directeur des relations extérieur au ministère du commerce, a, lui, appelé à une plus grande contribution des représentations diplomatiques de l'Algérie à l'étranger. « Au niveau de nos ambassades, les moyens accordés à la promotion du commerce extérieur sont insuffisants », a-t-il relevé. Mais cela ne doit pas être un obstacle, selon lui, car toute la responsabilité incombe aux exportateurs algériens. « Des exportateurs qui ne sont pas assez présents à l'étranger », a-t-il observé. Les producteurs algériens, selon Mohamed Bennini, préfèrent le confort du marché local à l'aventure de l'exportation.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 27 Mai 2009 -- À l’occasion de la 42e édition de la Foire internationale d’Alger, qui se déroulera du 30 mai au 4 juin 2009 au palais des Expositions de la Société algérienne des foires et exportations, le Canada sera présent à travers la participation de dix entreprises, a annoncé l’ambassadeur canadien en Algérie, M. Patrick Parisot, dans un communiqué rendu public hier. Le programme quinquennal 2009-2014 pour lequel le président de la République consacre un montant de 150 milliards de dollars ne laisse pas les Canadiens indifférents. Leur présence à la FIA s’inscrit dans la perspective de nouer des affaires ou de décrocher des contrats pour prendre part au programme de soutien à la croissance à travers divers canaux et dans différents secteurs. «L’Algérie s’est engagée dans un ambitieux programme de soutien à la croissance économique, crucial pour son développement. Le Canada est en mesure de répondre aux besoins des Algériens parce que nous maîtrisons les technologies de pointe nord-américaines et que nous pouvons les transmettre en français. Le fait que les compagnies canadiennes ne se contentent plus de vendre simplement des produits, mais qu’elles décident d’investir en Algérie, en y créant des partenariats durables ou des filiales, confirme l’importance des relations économiques algéro-canadiennes. Les compagnies canadiennes ont démontré leur fiabilité et leur volonté de partager leur savoir-faire et leurs technologies avec leurs partenaires algériens», a déclaré l’ambassadeur M. Patrick Parisot.

    Bombardier à la Foire internationale d’Alger

    Parmi les grandes entreprises canadiennes qui prendront part au rendez-vous annuel incontournable qu’est la Foire internationale d’Alger, il y a lieu de citer la présence, encore une fois, du constructeur spécialisé dans le transport aéronautique et ferroviaire Bombardier. La participation canadienne couvre différents secteurs d’activités et illustre «un leadership caractérisé par le sens de l’innovation et les technologies de pointe» dans différents secteurs d’activités : la construction, l’ingénierie et le conseil, le transport, l’industrie, les services et les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les autres entreprises sont SNC-Lavalin (construction), Rio Tinto Alcan (aluminerie), Canac (services ferroviaires), Dessau (ingénierie-construction), Genivar (ingénierie et environnement), Ultragen international (ingénierie en hydrocarbures), Cedron-SNI, (agrégation de presse), BBC, représentant officiel de Smart Technologies (outils intuitifs et didactiques de communication) et Pan-ISOX, spécialisée dans la construction, précise-t-on dans la même correspondance, avant de rappeler que «plus de 60 entreprises canadiennes d’envergure internationale sont versées dans le monde des affaires» dans notre pays. Les firmes canadiennes exposeront leurs technologies et leur savoir-faire au pavillon G. Il convient de noter que l’Algérie est, depuis plusieurs années, le premier partenaire commercial du Canada en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. En matière d’échanges commerciaux à l’échelle mondiale, l’Algérie est le 9e pays partenaire du Canada et le Canada est le 6e partenaire de l’Algérie. Le montant des échanges bilatéraux a connu «un bond significatif» de + 54 % en 2008 par rapport à 2007, pour se situer à 6,4 milliards de dollars.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 27 Mai 2009 -- Entre 400.000 et 500.000 visiteurs sont attendus à la 42e édition de la Foire internationale d'Alger (FIA), dont le coup d'envoi devrait être donné samedi 30 mai. C'est du moins ce que prévoit M. Slimani, l'un des responsables de la Société algérienne des foires et expositions (SAFEX), qui organise chaque année cet événement économique international qui a pris de l'importance ces dernières années en termes de participation étrangère et nationale. Au cours d'une conférence de presse animée hier à la salle El-Djazaïr, aux Pins maritimes à Alger, M. Slimani a fait savoir que cette année le programme d'animation sera axé sur la thématique de l'exportation. Un salon dédié exclusivement à l'exportation des produits hors hydrocarbures sera organisé en marge de cette 42e édition et sera chapeauté par l'Agence nationale pour la promotion du commerce extérieur (ALGEX). L'Objectif étant bien évidement la promotion de nos exportations hors hydrocarbures qui sont à la traîne malgré toutes les réformes engagées et surtout en dépit des accords d'association passés avec l'Union européenne (UE) depuis septembre 2005.

    Interrogés par Le Quotidien d'Oran sur les bilans des précédentes éditions, les organisateurs ont été incapables de donner un quelconque chiffre ou détail sur les partenariats conclus entre les entreprises locales et étrangères et qui ont vu le jour justement suite à cet événement. Les entreprises participant aux différentes éditions ne sont pas trop bavardes sur le sujet, affirment les responsables de la SAFEX qui précisent que chaque année, un questionnaire est pourtant adressé aux participants mais ces derniers restent, semble-t-il, muets sur les contacts noués et les contrats qui seraient conclus à l'occasion des différentes FIA. «Nous sommes très loin des objectifs fixés», a avoué pour sa part M. Zaaf, responsable au ministère du Commerce, mais également responsable de la délégation algérienne qui négocie depuis des années l'adhésion de notre pays à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

    Même si les exportations hors hydrocarbures, essentiellement des produits miniers et de pétrochimie, ont connu une hausse ces dix dernières années pour passer de 300 millions de dollars à 1,9 milliard de dollars l'année dernière, il n'en demeure pas moins qu'on est encore loin et même très loin du compte, de l'avis même des responsables en charge du dossier. M. Zaaf est convaincu cependant que la FIA représente «un événement économique important pour notre pays». En témoigne, poursuit-il, le degré de développement de l'économie nationale. Il a plaidé hier pour une «diversification de nos produits», notamment manufacturiers, et assuré que le salon qu'organise l'ALGEX à cette 42e FIA va «booster nos exportations».

    Une quarantaine de pays, dont 37 à titre officiel, participent cette année à la Foire internationale d'Alger, placée sous le thème « Ensemble pour une émergence économique durable ». Avec 141 exposants, les Chinois ont détrôné cette année les Français (135 participants) qui avaient l'habitude d'occuper le haut du podium en terme de participation à cette foire. Cela s'explique, a déclaré M Slimani, par la présence de plus en plus importante des Chinois sur le marché algérien. « La FIA demeure, pour l'Algérie comme pour tous les pays qui s'intéressent au marché algérien, un baromètre et un espace de mise en valeur des capacités des uns et des autres à répondre aux exigences et à la rigueur, dont le programme de développement, conçu et mis en oeuvre par le président de la République, a permis d'asseoir les règles incontournables et nécessaires », est-il souligné dans un communiqué distribué à la presse.

    Enfin, il y a lieu de signaler que l'Espagne ne participe pas cette année à la FIA. Les organisateurs de la 42e FIA n'ont pas donné d'explications sur cette défection de l'Espagne, mais suggèrent en parallèle que cette absence serait liée à la crise économique qui frappe le continent européen et toute la planète.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Vendredi 29 Mai 2009 -- Du taxi clandestin au petit restaurant de la Madrague en passant par les étudiantes : ils sont nombreux à profiter de la Foire internationale (FIA) d’Alger et de ses représentants étrangers. Quelles en sont les retombées économiques ? Elles se chiffrent en milliards de dinars. El Watan Vendredi a enquêté...

    Transports : complet sur Alger !

    « Après le pèlerinage, c’est la deuxième période de l’année que je préfère ! Les étrangers ? Ils payent bien ! » À l’aéroport, les taxis et les clandestins se frottent les mains. Damien, un chef d’entreprise belge, participe chaque année à la Foire international d’Alger, il confie : « Je prends le même chauffeur depuis cinq ans. Je l’ai rencontré ici à l’aéroport, je le paye 5000 DA jour. » Les prix diffèrent d’une destination à une autre : l’hôtel Sheraton est proposé à 3000 DA, le Hilton à 2000 DA, le Mercure à, moins de 3 km… 1500 DA ! «Et on accepte les euros !», ironise un clandestin. Avant eux, les compagnies aériennes sont les premières bénéficiaires de l’événement. « Avec un taux de remplissage qui avoisine les 90% et atteint parfois les 100% », nous confirme un cadre d’Air Algérie. Trois jours avant, un émigré, rencontré à l’aéroport Houari Boumediène, s’étonne du va-et-vient. « Je vois qu’il y a beaucoup de touristes », remarque-t-il. En réalité, les chefs d’entreprise et autres représentants des entreprises étrangères se bousculent déjà pour accomplir les formalités d’entrée. 5 Etoiles et poisson à la Madrague. Juste derrière pour accueillir les invités et leur argent : les hôtels. Pendant les six jours que dure la foire, il est quasi impossible de trouver une chambre vide. « Le taux d’occupation atteint 100% », nous assure-t-on à l’hôtel Hilton jouxtant le Palais des expositions. Même succès pour les autres grands hôtels 5 étoiles algérois. « Les salles de réunions et de conférences sont déjà louées bien à l’avance », nous informe un employé du Hilton. À leur tour, les hôtels classés 4 et 3 étoiles affichent eux aussi complet, avec à leur tête, l’hôtel Albert 1er, situé au centre de la capitale, offrant une superbe vue sur la mer. « C’est mon hôtel favori », témoigne Klaus, un entrepreneur hollandais qui préfère le centre-ville au standing de banlieue. Côté restaurants, c’est à la Madrague (ouest d’Alger) que l’on attend le plus impatiemment la foire. À côté de la plage et réputé pour son poisson que les étrangers préfèrent déguster avec un bon vin, le Petit Port est la destination favorite pour le dîner. Pour l’occasion, Mourad fait sortir ses couverts « de luxe ». La raison : « Ce sont des invités de marque, explique-t-il. La plupart sont des chefs d’entreprise de renommée ! »

    Des centaines de milliers de dinars pour la sécurité

    « Pour un meilleur accueil et une sécurité maximum et des exposants et des visiteurs, la Safex engage des sociétés de nettoyage et de gardiennage », explique un cadre de l’organisation. Des centaines d’agents sont mobilisés, et le coût est estimé à des centaines de milliers de dinars. Ces sociétés dépensent à leur tour des sommes importantes pour la fourniture en équipements de sécurité et uniformes nécessaires au bon travail de leurs agents.

    Jackpot pour les publicitaires

    Pour les agences de communication, les affaires fleurissent. Les publicitaires se livrent d’ailleurs une bataille acharnée pour prendre les plus belles parts du gâteau. « Nous sommes submergés par les commandes, je suis obligé d’en refuser quelques-unes, révèle Sofiane, responsable d’une agence de publicité. Mais le jackpot revient aux imprimeurs et aux agences d’événementiels. » Les besoins en affichage et autres supports publicitaires en papier sont énormes, car la FIA attire des milliers de visiteurs. « Nous travaillons jour et nuit pour satisfaire nos commandes, nous sommes dépassés, la foire c’est dans deux jours ! », confie Fouad, un imprimeur. Les aménageurs des stands se disputent également le marché. Depuis des mois, ils proposent leurs services soit aux entreprises installées en Algérie, soit aux ambassades et aux chambres de commerce étrangères présentes en Algérie, supposées aider les exposants une fois sur place. « L’aménagement d’un stand de 50 m2 peut coûter jusqu’à 2 millions de dinars. Cela dépend des matériaux utilisés, plexiglas ou aluminium, mobiliers en bois ou en tissu », explique Farid, gérant d’une agence de décoration. Et de poursuivre : « La FIA est l’événement le plus important de l’année où nous réalisons plus de 30% de notre chiffre d’affaires. » Les médias ne sont pas en reste, sollicités, pour la diffusion des spots publicitaires et l’insertion de placards dans les journaux. « La FIA à elle seule représente 10 à 15% du portefeuille publicitaire en Algérie », analyse Rabia, consultant en communication. D’après notre analyste, les dépenses publicitaires globales pendant la FIA s’élèvent à 500 millions de dinars.

    Du bonus pour les étudiants et les hôtesses

    La FIA est également une source de revenus pour les étudiants, engagés à raison de 2000 DA par jour, pour les plus chanceux. Les critères de sélection, une bonne présentation et la maîtrise de l’anglais. Même les agences de mannequinnat offrent leurs services « hôtesses d’accueil », « blondes » ou « sans accent » peut-on lire sur certains fascicules. Rémunération : 4000 DA par jeune fille et par jour. Voire plus si ses services se poursuivent en soirée…

    Le business de la Safex

    Au-delà de l’effervescence autour des entreprises de services, la Société nationale des foires et des exportations (Safex) reste le grand gagnant. La surface globale, de 55 000 m2 environ, se partage entre les Algériens et les étrangers. Les premiers ont droit à 35 000 m2. Les seconds, 16 000. Les prix sont bien sûr calculés au mètre carré et en dollars pour les étrangers. À raison de 30 dollars le mètre carré et un supplément de 150 dollars pour l’électricité. Les droits d’inscription sont estimés, eux, à 300 dollars. Les Algériens paient quant à eux 2000 DA le mètre carré et 8000 DA de droits d’inscription. (Source : formulaires d’inscription de la Safex). La Safex empoche aussi l’argent des tickets des quatre parkings. Le prix de stationnement : 50 DA, à ajouter au prix d’accès de 30 DA. Un vrai business.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Vendredi 29 Mai 2009 -- C’est en 1934 qu’un comité composé de diverses personnalités algériennes du commerce et de l’industrie prit l’initiative, avec l’appui des autorités françaises, de créer à Alger une foire annuelle. Après des succès consécutifs durant plus de huit ans, la Foire officielle d’Alger obtint le titre de foire métropolitaine et il fallut deux autres années pour qu’elle s’inscrive au calendrier des grandes foires internationales. Dès ses débuts, la Foire d’Alger a donc eu le caractère d’une foire « d’importation » où étaient présentés les produits manufacturés offerts à l’agriculture en particulier, et au grand public en général : machines agricoles, tracteurs, batteuses, moissonneuses, charrues, silos, moteurs fixes, pompes, puis réfrigérateurs, TSF, matériaux de construction, automobiles, camions, cycles, sans oublier l’aviation et la construction nautique « Foire d’importation, foire d’équipement », tel était le sens logique de cette manifestation annuelle qui voyait défiler des milliers de personnes qui venaient aussi trouver une documentation abondante, assister à des présentations ou à des démonstrations. Des affaires s’engageaient et des contacts entre vendeurs et acheteurs se poursuivaient longtemps après la Foire. La manifestation était organisée les premières années sur les terre-pleins du nouveau port d’Alger. Lorsque l’emplacement du nouveau port fut rendu indisponible, la ville d’Alger proposa les terrains de l’ancien Champ de manœuvre. On vit alors autour du Foyer civique englobé dans la manifestation, les pavillons des grandes marques, les pavillons officiels des territoires du sud, de l’Ofalac, des chemins de fer, la Cité coloniale, la Tunisie, I’AOF, la Ville d’Alger, Le Méditerranée-Niger, Air France, les Chantiers de jeunesse… Après une interruption d’une année en 1941 à cause de la Seconde Guerre mondiale, la Foire reprit timidement. On y a vu dans le domaine de l’industrie de remplacement des gazogènes - une participation d’ailleurs très importante - des fours à carboniser, des pièces de fonderie, de nombreux échantillons de produits de l’artisanat indigène (ficelles et cordages en alfa et palmier nain), des travaux du cuir, etc. Mais aussi des ventes de produits coloniaux, rhum, vanille, bananes séchées, ananas. Enfin, tout un programme de manifestations était prévu : conférences techniques, projections cinématographiques, compétitions sportives et galas artistiques.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Vendredi 29 Mai 2009 -- Le suspens quant à la participation du Maroc à la 42e Foire internationale d’Alger (FIA) s’est finalement dissipé. Au moment où les annonces de participation des pays étrangers ne cessaient d’augmenter à quelques jours de la tenue de la FIA prévue ce samedi. En effet, le Maroc vient d’annoncer sa participation à cette manifestation commerciale de niveau international, avec une trentaine d’entreprises représentant plusieurs secteurs d’activité, à savoir les services (TIC, ingénierie, secteur bancaire), industrie (agro-inventaire, textile, chimie et parachimie, BTP et matériaux de construction, IMME, pêche), l’artisanat et tourisme. La majorité de ces entreprises participe pour la première fois à cette Foire internationale. La participation à cette édition, réalisée avec le concours de l’ONMT et de la Maison de l’artisan, est l’occasion pour «Maroc Export» de communiquer sur «l’offre Maroc», et pour les entreprises exposantes d’illustrer le dynamisme et la performance d’une économie marocaine en mouvement. Dans ce sens, I’ensemble des politiques sectorielles nationales seront mises en exergue (Plan Maroc Export Plus, Plan Emergeance, Plan Maroc Vert, Plan Azur...). En revanche, une délégation d’hommes d’affaires marocains fera le déplacement à Alger, dans le cadre d’opportunités d’affaires entre les deux pays voisins.

    En marge de l’exposition, des rencontres B to B entre entreprises marocaines et algériennes sont programmées. Ces entretiens individualisés permettront aux exposants marocains de mieux connaître les opportunités d’affaires qu’offre le marché algérien. Car, faut-il le signaler, malgré une croissance remarquée ces dernières années, les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Algérie restent bien en deçà des potentialités offertes par chacun des deux pays. En tout cas, la 42e Foire internationale d’Alger peut contribuer de façon significative au renforcement et à l’enrichissement des échanges économiques entre les deux pays, en offrant aux entrepreneurs marocains et algériens l’occasion de nouer des contacts directs.

    Par ailleurs, la 42e édition de la FIA va consacrer une superficie totale de 51.591 m2 pour les différents stands et expositions, dont 16.354 m2 pour la participation étrangère officielle et 1.930 m2 pour les firmes étrangères participantes à titre individuel, soit 30% de la superficie globale. Concernant la participation étrangère, cette manifestation abritera les stands de 36 pays à titre officiel, tandis que 34 sociétés étrangères de 5 autres pays seront présentes à titre individuel. C’est l’Europe, principal partenaire économique et commercial de l’Algérie, qui vient en tête avec une douzaine de pays participants, suivie respectivement des pays arabes, de l’Asie et des Amériques avec huit pays participants pour chacune de ces régions.

    Une quarantaine de pays

    La 42e Foire internationale d’Alger (FIA), qui se tient du 30 mai au 4 juin au Palais des expositions, verra la participation d’une quarantaine de pays ainsi que près de 400 entreprises algériennes. Le thème de cette manifestation économique internationale annuelle s’intitule: «Un moment fort pour l’émergence d’une économie compétitive et performante». La nouveauté de cette édition est l’organisation simultanée du premier Salon algérien de l’exportation, du 31 mai au 3 juin, pour promouvoir les exportations hors hydrocarbures, et ce, en partenariat avec la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI).

+ Reply to Thread
Page 1 of 5 1 2 3 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts