+ Reply to Thread
Page 4 of 10 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 ... LastLast
Results 22 to 28 of 69
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ILLIZI, Jeudi 4 Février 2010 -- Les travaux de réalisation d'une station d'épuration et de traitement des eaux usées (STEP) de la ville de Djanet seront lancés cette année, a-t-on appris mardi de la direction des ressources en eau de la wilaya d'Illizi.

  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    HAVANA, Cuba, February 15, 2010 (acn) Abdelmalek Sellal, Water Resources Minister of Algeria, praised this Monday the professionalism of Cuban technicians in this sector during their cooperation in the African country. In a meeting with Cuban Ambassador Eumelio Caballero, both officials reviewed the current situation of the bilateral relations and especially the cooperation in the water sector, reported the Cuban Foreign Ministry’s website. The Minister expressed his country’s interest into continuing strengthening the cooperation and exchange between the two countries. Meanwhile the Cuban diplomat said the Caribbean nation was willing to increase significantly the relations in this sector, which vital for Algeria’s agricultural development. Caballero underscored Cuba’s interest for the knowledge acquired by Algerian experts in the use and treatment of underground waters. The ample experience of the Caribbean nation in the building and maintenance of reservoirs have allowed the Cuban Técnica Hidráulica S.A. company to win several contracts in the African nation.

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Global Water Intelligence, Vol 11, Issue 2 (February 2010):


    The lurch towards economic nationalism in Algeria is heralding ‘Algerianisation’ in the country’s desalination sector. It has already claimed its first victim. Algerian Energy Company and Biwater Construction have agreed to terminate Biwater’s contract to build, own and operate a new 100,000m3/d seawater reverse osmosis plant at Oued Sebt in Algeria. The decision follows the failure of the sponsors to close the project’s financing by the July 2009 deadline, and comes amid a major reversal in AEC’s desalination procurement strategy. “It took a year of negotiations on various aspects of the contract for the project before eventually failing to achieve a financial closure,” Biwater said in a statement. “The Algerian Energy Company has taken the decision to terminate the association agreement signed with the Biwater Construction consortium and to dissolve the project company set up to meet the needs of the project. This decision was accepted by Biwater Construction Ltd. and endorsed by the extraordinary general meeting of the project company Tahlait Oued Sebt SpA on 20 January 2010.”

    Neither Biwater nor AEC would clarify why an agreement could not be reached, although sources believe that Algeria’s new finance law was a significant factor. The Loi de Finances Complémentaire (Supplementary Finance Act), passed in July 2009, places an upper limit of 49% on the stake a foreign investor can hold in an Algerian company or entity. The remaining 51% must be held by Algerian-owned companies or consortia. Although Biwater and AEC signed the Oued Sebt project agreements before the new law was passed, the financing was not closed prior to that point. Biwater is understood to have refused to relinquish its majority stake in the project company. However, the contrasting success of AEC and Hyflux, which agreed to restructure the project company behind the privately financed 500,000m3/d Mactaa SWRO project last year, demonstrates the feasibility of the new framework in major Algerian desalination build-own-operatetransfer (BOOT) projects. This fact has failed to assuage the apparent doubts harboured by AEC towards the privately financed approach, and its next pair of large SWRO projects, both with capacities of 100,000m3/d and including Oued Sebt, will be tendered on an EPC basis. An AEC spokesman told GWI that the reversal will facilitate the development of Algerian expertise in delivering major desalination projects. “We have done 11 projects in partnerships; we have lots of experience now and we would like to put it into practice and do things ourselves,” the spokesman explained. The sentiment fits into a growing trend towards economic nationalism in Algeria.

    Upping the stakes

    The Oued Sebt plant was part of Algeria’s 2.5 million m3/d SWRO desalination programme, which fuelled a major boom in business for international desalination developers during 2007 and 2008. Biwater won the hotly contested Oued Sebt contract with a low tariff of $0.6794/m3 in April 2008, at which time the plants procured under Algeria’s programme were contracted using a common template, whereby the private project developer owned 51% of the project company, with AEC holding the remaining 49%. The Loi de Finances Complémentaire is not retroactive, and as such, the only other desalination project to have been affected is Mactaa. In that instance, developer Hyflux agreed to reduce its stake in Tahlyat Myah Magtaa SpA from 51% to 47% prior to financial close being reached in April 2009. The reduction evidently proved more palatable than forsaking all involvement in the crown jewel of Algeria’s desalination programme. AEC (43%) and national water utility Algérienne des Eaux (10%) hold the remainder of the Mactaa project company.

    The Oued Sebt project is due to be relaunched and procured on an EPC basis by an all-Algerian cast led by AEC (36%), and also including state oil and gas company Sonatrach (34%), state gas and electricity company Sonelgaz (15%), and AdE (15%). AEC is also planning to revive the 100,000m3/d El Tarf SWRO project under the same procurement and ownership framework. AEC deemed the prices for the previous BOT contract for El Tarf (then carrying a capacity of 50,000m3/d) to be too high, and subsequently cancelled the tender in 2008. Two further 100,000m3/d SWRO plants are also in the pipeline at AEC. Slated for Jijel and Béjaïa, AEC has indicated that a definitive procurement strategy for those projects has yet to be formulated.

    Algeria’s creeping economic nationalism

    Algeria’s latest government measures may prove politically expedient, but may not serve its longer-term interests, argues Emilie Filou. The Loi de Finances Complémentaire threatens to make it much more difficult for international companies to bid for projects successfully in Algeria. It is a worrying trend in a country that has been one of the strongest growth markets in the global water industry in recent years. A recent amendment to the ‘préférence nationale’ mechanism in the Code des Marchés – Algeria’s national procurement framework – is another measure designed to boost the competitive advantage of Algerian companies. The amendment increases from 15% to 25% the advantage offered to Algerian bids during international tender processes. It will help to reduce Algeria’s bill for foreign services, which rocketed from $4 billion in 2004 to $11 billion in 2008 (remunerated in dollars and therefore more exposed to oil price fluctuations).

    The Ministry of Water Resources is going a step further, ring-fencing via national tenders all projects for which Algerian skills are judged to exist. Such projects include medium-sized dams, the rehabilitation and extension of water and wastewater networks, pumping stations, and wastewater treatment plants with individual capacities of less than 30,000 p.e. Larger projects will still be procured internationally, but with the national preference system in place. Algeria is not the first MENA economy to look to protectionism as a means of promoting local business, and in a country with a young population and a high unemployment rate, one can understand where the government is coming from. However, when a country takes a decision that expertise and value for money should not count as much as local connections in awarding contracts, it is only a short time before the right connections become the only criteria for awards.

  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 18 Février 2010 -- Le ministre des Ressources en eau, M. Abdelmalek Sellal, a affirmé hier que la réserve totale des ressources hydriques superficielles emmagasinées dans les 63 barrages en exploitation avoisine les 4 milliards de m3, soit un taux de remplissage de 68 %. Dans un entretien accordé à l’APS, Abdelmalek Sellal a précisé que cette situation laisse augurer d’une bonne année hydrologique et de conditions avantageuses en matière de couverture des différents besoins en eau (AEP et irrigation). «Il ressort de ces différents éléments que si l’année hydrologique 2008-2009 a été une bonne année de reconstitution des réserves, celle de 2009-2010 s’annonce comme une année de remplissage des barrages», a-t-il encore souligné. Le ministre a ensuite donné une évaluation de l’expérience de la gestion de l’eau confiée aux différentes entreprises étrangères. Il a indiqué dans ce sens que de 2005 à 2007, la gestion des services publics de l’eau et de l’assainissement dans les villes d’Alger, d’Oran, d’Annaba et de Constantine a été déléguée à des sociétés par actions (50 % ADE et 50 % ONA) dont le management a été confié à de opérateurs internationaux de renom sur la base de contrats à objectif incluant le transfert de savoir-faire. «Les résultats de la démarche de délégation de gestion du service public de l’eau et de l’assainissement sont relativement acceptables. Mais on insiste beaucoup sur la formation et le transfert de savoir-faire car l’encadrement national devra, nécessairement, prendre en charge la gestion d’un service public qui devra être performant, et c’est là notre principal objectif», a-t-il dit. Néanmoins, il a précisé qu’à Constantine par exemple, la Société des eaux et de l’assainissement, SEACO, a connu «quelques problèmes de démarrage qui ont été fermement pris en charge par la tutelle afin de garantir la réussite de ce contrat». Le même cas est constaté à Annaba où «des insuffisances ont été signalées et le partenaire va être aussi rappelé à l’ordre pour améliorer sa présence qualitative».

  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 22 Février 2010 -- Le barrage de Kef Eddir qui devait être initialement réceptionné en janvier 2009 ne sera finalement achevé qu’à la fin de cette année, soit un retard de 18 mois avec en sus, un surcoût de plus de 3,1 milliards de DA sur le montant initial du marché conclu avec le groupement italien Pizzarotti/Todini. Suite à des contraintes soulevées par l’entreprise de réalisation, les délais d’achèvement des travaux sont passés de 31 à 49 mois et le montant du marché de 7,5 à 10,6 milliards de DA. Pourquoi ? Le Jeune Indépendant s’est approché de M. Nasreddine Benzerga, directeur général de l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) avant d’effectuer une visite sur le site de réalisation de ce projet situé sur le point de conjonction de trois wilayas : Tipaza, Chlef et Aïn Defla. M. Benzerga reconnaît qu’»effectivement, la réalisation de ce projet avait rencontré quelques problèmes suite aux contraintes techniques soulevées par le groupement italien en charge de sa réalisation». «Les solutions nécessaires ont été fournies par l’ANBT via notamment son partenaire, le bureau d’étude canadien TESCULT et le projet avance actuellement d’une façon normale», ajoute-t-il sans autres détails. Il a indiqué que «le taux global d’achèvement des travaux est actuellement à plus de 60%», assurant que «les travaux seront achevés et le projet réceptionné dans les délais prévus où avec un glissement de délais n’excédant pas les deux mois».

    In situ, le chef du projet Abdelkader Benabdellah, a confirmé les déclarations de son chef hiérarchique mais en fournissant plus de précisions sur les raisons du retard enregistré. Après les études nécessaires appelées par les professionnels du domaine, avant-projet sommaire (APS) puis l’avant-projet détaillé (APD) les travaux de réalisation du barrage ont débuté en juin 2006. «La réalisation a été confiée au groupement italien Pizzarotti/Todini pour un montant de 7,5 milliards DA, et le délai de réalisation était initialement de 31 mois», explique M. Benabdellah. Toutefois, poursuit-il, «au cours de l’exécution des travaux, des problèmes et des contraintes d’ordre géologique et géotechniques ont été soulevés par les italiens en début d’été dernier». Il serait utile de noter qu’il s’agit là d’un stratagème utilisé par toutes les entreprises réalisatrices qui, en soulevant des contraintes réelles ou supposées, cherchent en réalité à décrocher des travaux supplémentaires dans l’objectif d’arracher les rallonges budgétaires qui vont avec. «Les italiens n’ont pas eu tout ce qu’ils ont visé. L’ANBT, via des experts et des bureaux d’études étrangers dont notamment le canadien TESCULT et le groupement algéro-suisse Stucky/INHYD chargé de l’assistance technique, a fourni les solutions nécessaires et conclu que la majorité des contraintes soulevées par les italiens ont été bel et bien prises en considération dans l’étude de faisabilité du projet», affirme encore M. Benabdellah qui reconnaît, cependant, qu’»entre-temps, les travaux ont connu un grand ralentissement durant 3 mois».

    Suite à cela, il a été procédé à la révision des clauses du marché conclu avec les italiens de Pizzarotti/Todini. «Les délais de réalisation sont passés à 49 mois au lieu de 31 mois et le montant du marché a été réévalué à 10,6 milliards de DA au lieu de 7,5 milliards de DA», révèle encore le chef de projet qui précise que selon les nouveaux termes contractuels, le «barrage de Kef Eddir devra être réceptionné en octobre 2010». «Le projet avance normalement et il n’y a aucun problème majeur susceptible d’entraver l’avancement des travaux. Les délais seront normalement respectés et si glissement de ceux-ci il y’aura, ils ne seront pas important», assure M. Benabdellah. En effet, en plus des problèmes soulevés par les italiens, le projet est en bute à des contraintes d’un autre ordre, relatives notamment aux retards bureaucratiques enregistrés dans l’expropriation des terres. Un problème aggravé par la multiplication des tutelles administratives engageant les trois wilayas citées plus haut. «L’essentiel dans ce genre de projets importants est que les travaux doivent être effectués selon les normes requises et loin de toute précipitation dont les retombées pourraient être dramatiques dans l’avenir», conclut M. Benabdellah.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samir Rahim :


    Dimanche 21 Mars 2010 -- Avec la réalisation du barrage de Henkouche à Chetaïbi dans la wilaya de Annaba, ce sont plus de 20.000 ha de terres agricoles, dont 4.000 pour le seul lac Fezzara, qui seront réhabilitées. L’annonce a été faite par Ali Hamam, directeur de l’hydraulique et des ressources en eau de la wilaya de Annaba. L’apport de ce barrage d’une capacité de 34 millions de m3 dont les travaux devraient être lancés par l’Agence Nationale des Barrages dans les prochains mois, sera renforcé par deux autres barrages de même capacité à Boulatan et Cheffia. Ils sont inscrits pour être réalisés dans la wilaya d'El Tarf en 2011.

    Bougous, un autre barrage de 90 millions de m3 réceptionné en 2009, est déjà opérationnel tout autant que celui de Mexa légèrement en amont dans la même wilaya de El Tarf. Ces deux derniers barrages ainsi que la réalisation de deux grosses conduites d’adduction ont réglé le problème de l’eau potable à Annaba, dont 96% des 640.000 habitants est alimentée H/24 en eau potable. «Il s’agit du résultat des efforts consentis ces dernières années pour l’amélioration de la distribution de l’eau potable et la gestion des eaux usées. Des efforts qui nous ont permis de réaliser 800 opérations nécessaires à la mise en place ou la réhabilitation du réseau d’eau potable et des eaux usées pour une enveloppe financière engagée de 34 milliards de da » a précisé Ali Hamam. Il s’est prononcé à l’occasion de la journée mondiale de l’eau appelée à être célébrée ce lundi.

    Ainsi, grâce aux travaux réalisés par la société algéro allemande des Eaux de Tarf et Annaba, les 12 communes et les localités rurales bénéficient d’une dotation en eau l’équivalent de 166 litres/jour. Alimentation en eau potable des populations mais également irrigation des terres agricoles avec la mise en exploitation du réseau agro-hydraulique grâce à l’apport en eau des barrages. Les unités industrielles de production comme le complexe sidérurgique de El Hadjar, celui pétrochimique de Fertial et la centrale thermique bénéficieront d’un apport en eau à la mesure de leurs besoins. Elle proviendra du recyclage des eaux usées récupérées par la station d’épuration qui sera mise en service au mois d’avril. Qualifiée d’une des plus importantes stations d’Afrique, implantée au lieu dit Allelick elle a coûté au trésor public 5,4 milliards de dinars.

  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Lundi 22 Mars 2010 -- Dix-neuf nouveaux barrages hydrauliques seront réalisés en Algérie dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014, a annoncé, dimanche 22 mars, Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau dans un entretien au quotidien El Watan. «Nous sommes ainsi passés d’une quarantaine de barrages à la fin des années 1970 à 66 aujourd’hui, dont 63 sont déjà en exploitation. Nous avons prévu, dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, un nouveau lot de 19 autres barrages. Nous allons bientôt lancer les appels d’offres pour la réalisation et nous attendons la livraison, pour l’année en cours, de 3 autres infrastructures hydrauliques à Tizi Ouzou, Relizane et Souk Ahras. À ce tissu d’infrastructures s’ajoute une pépinière de retenues collinaires, destinée en grande partie au secteur agricole», a précisé le ministre qui s’exprimait à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau. Concernant le dossier de la gestion de la distribution de l’eau, M. Sellal a indiqué que le gouvernement compte opter pour des modèles de gestion «basés sur des systèmes de management autonomes». «Ce sont ceux qui assurent aujourd’hui le suivi des grands ouvrages hydrauliques qui se colleront, en partie, la mission d’assurer la gestion des infrastructures. C’est un choix qui a été fait et il faudra aujourd’hui assurer le bon transfert de gestion», a-t-il précisé.

+ Reply to Thread
Page 4 of 10 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts