+ Reply to Thread
Page 5 of 10 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 ... LastLast
Results 29 to 35 of 69
  1. #29
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Lundi 22 Mars 2010 -- L'Office national de l'assainissement (ONA) va lancer courant 2010 des appels d'offres pour la construction de neuf stations de traitement et d'épuration de l'eau à travers le pays, avec une préférence aux entreprises algériennes, a appris lundi TSA auprès de la direction de cet établissement. Quatre de ces stations seront réalisées dans la wilaya de Mila pour la protection du barrage de Beni Haroun. Les cinq autres seront construites à Tipaza, Blida, Adrar et Biskra et Batna. Les capacités de ces stations varient entre 7.500 équivalent habitant à Bougherdaine dans la wilaya de Mila et 444.603 équivalent habitant à Biskra, selon l'ONA. "Les stations dont la capacité est inférieure ou égale à 30.000 équivalent habitant seront confiées à des entreprises nationales. Pour les stations dont la capacité est supérieure à 30.000 équivalent habitant, les appels d'offres seront ouverts aux étrangers, avec une préférence pour les entreprises algériennes", a indiqué à TSA, la directrice de communication de l'ONA, Nacera Medebbeb. La réalisation d'une station d'épuration coûte au minimum deux milliards de dinars.

  2. #30
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 23 Mars 2010 -- «C’est aux autorités publiques algériennes de décider de la bonne suite à donner à la Société de l’eau et de l’assainissement d’Alger (Seaal). L’évaluation des prestations de cette entreprise est prévue prochainement». C’est en des termes que s’est exprimé, hier, à Alger lors d’un point de presse, le directeur général de la Seaal, le Français Jean-Marc Yhann, en réponse à une question sur l’avenir de cet établissement commercial. Dans la foulée, il l’ajouté que «les choses sont bien encadrées par un contrat de 5 ans». À rappeler que le ministre des Ressources en eau a critiqué, lors de sa dernière sortie médiatique dans la wilaya de Khenchela, les prestations qu’assure Suez pour la gestion des eaux d’Alger. Le ministre a reconnu certes que «l’engagement de Suez a été respecté pour ce qui est de la distribution d’eau dans la capitale, mais il existe des défaillances en matière d’assainissement». «Je crois que le constat est clair, les résultats sont presque satisfaisants quant à la distribution de l’eau, mais pour ce qui est de l’assainissement, les objectifs ne sont pas encore atteints», avait précisé Sellal. À rappeler, en outre, qu’un contrat de partenariat a été conclu avec la société française spécialisée dans la gestion de l’eau Suez, le 28 novembre 2005, pour une durée de cinq ans pour la gestion de l’eau au niveau d’Alger.

    Revenant sur les activités de la Seaal, son directeur général a affirmé que quelques cas de contentieux existent notamment pour des personnes qui n’honorent pas leurs redevances. «Nous avons engagé une responsabilité sociale envers nos clients», a signalé M. Yhann. Il a expliqué en substance que l’entreprise est en train d’installer des compteurs d’eau au niveau d’Alger pour bien comptabiliser les dépenses de l’eau, notamment celles des ménages. «Nous allons installer 260 000 compteurs d’eau à Alger d’ici 2011», a-t-il indiqué. Pour cela, le responsable de la Seaal a annoncé la mise à la disponibilité de ses clients d’un nouveau numéro d’appel pour avoir des explications sur les factures estimées souvent excessives par les ménages. Au sujet des coupures répétitives d’eau au niveau de l’Algérois, le même responsable a expliqué que son établissement répare une moyenne de 20 000 fuites d’eau, ce qui oblige la Seaal à recourir à ces coupures.

  3. #31
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Jeudi 25 Mars 2010 -- Le gouvernement n’a pas l’intention pour l’instant de résilier les contrats de gestion déléguée des eaux d’Alger, d’Oran, de Constantine et de Annaba. “Il est prématuré de dire que les contrats seront résiliés. On nous reproche de vouloir aller vite mais nous exigeons de nos partenaires d’aller vite et bien. Nous les avons mis en demeure car nous avons constaté qu’à l’heure actuelle ils ne vont pas atteindre leurs objectifs. Nous observons et nous gardons toute la vigilance nécessaire. Le citoyen a besoin d’un service à long terme”, a déclaré Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, invité jeudi de la chaîne 3 de la radio nationale. La Société des eaux de Marseille, qui gère les eaux de Constantine, et l’allemand Gelsen Wasser AG en charge des eaux de Annaba, ont reçu des mises en demeure du gouvernement pour respecter les clauses contractuelles relatives à cette gestion. Un audit sera engagé pour évaluer cette gestion. Le français Suez et l'espagnol Akbar qui gèrent, respectivement, les eaux d’Alger et d’Oran depuis 2005 semblent aller dans le bon sens. “La gestion déléguée est une expérience nouvelle. Il ne s’agit pas d’une concession. Il y a amélioration au niveau d’Alger. Des outils modernes de gestion ont été introduits. Nous avons demandé à notre partenaire de consolider cette gestion. Les choses évoluent correctement à Oran”, a soutenu le ministre. Selon lui, le projet de gestion déléguée devait concerner au départ 15 wilayas. “Nous nous sommes donnés un temps de réflexion. Nous analysons ce qui se passe dans les quatre grandes villes. Après, on verra s’il faut élargir ce système ou pas”, a-t-il expliqué.

  4. #32
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Mardi 30 Mars 2010 -- Les fuites et les vols d'eau potable coûtent cher à l’Algérie. Sur plus de 2,5 milliards de m3 d’eau potable produits annuellement, seulement 800 millions de m3 sont facturés, a déclaré lundi soir au cours d’une émission de Canal Algérie, Messaoud Terra, directeur chargé de l’alimentation en eau potable au ministère des Ressources en eau. « Nous facturons entre 30% et 40 % de l’eau que nous produisons. Le reste est perdu, soit dans les fuites, soit dans les vols », a-t-il précisé.

    M. Terra a indiqué que 70% de la population algérienne est alimentée quotidiennement en eau potable, avec des plages horaires variables de 4 heures à 24 heures.. En moyenne, les Algériens ont une dotation annuelle de 600 m3 par habitant alors que la norme internationale est de 1.000 m3 par an et par habitant. « Théoriquement, nous sommes dans une situation de stress hydrique, mais dans notre pays une ration de 600 m3 par an et par habitant est très acceptable », a ajouté M. Terra.

    L’Algérie, pays semi-aride a dû recourir au dessalement massif de l’eau de mer pour améliorer la distribution de l’eau potable et pallier le manque des eaux conventionnelles mobilisées dans les barrages et par les forages. Depuis les années 1970, la pluviométrie a baissé en Algérie. Les eaux superficielles sont passées de 17 milliards de m3 en 1970 à 10 milliards de m3 actuellement alors que la population a quasiment triplé durant cette période, selon M. Terra. «Toutes les villes du littoral seront dotées de station de dessalement, ce qui permettra d’utiliser l’eau des barrages et des forages pour alimenter les villes de l’intérieur », a expliqué M. Terra.

    Par ailleurs, l’Algérie multiplie les projets pour utiliser les eaux usées épurées dans l’agriculture. « Actuellement, il y a 4.000 hectares de terres agricoles irriguées avec des eaux usées épurées dans des stations d’épuration. Nous voulons atteindre 40.000 hectares à court terme et 100.000 hectares à moyen terme », a expliqué de son coté Ahcène Ait Amara, directeur de l’assainissement et de la protection de l’environnement au ministère des Ressources en eau. L’Algérie a décidé d’investir 20 milliards de dollars durant la période 2010-2014 dans le secteur de l’hydraulique afin d’améliorer l’alimentation en eau potable de la population et l’irrigation de l’agriculture.

  5. #33
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Dimanche 4 Avril 2010 -- China Geo-engeeneering corporation a décroché un contrat de près de 1,6 milliard de dinars (16 millions d’euros) dans le secteur de l’eau en Algérie. L’Algérienne des eaux (ADE) a annoncé avoir attribué à cette entreprise chinoise la réalisation des travaux d’augmentation des capacités de stockage d’eau potable de la wilaya de Constantine dans le cadre du transfert du barrage de Beni Haroun. Le marché comprend aussi le renouvellement d’un tronçon de la conduite Boumerzoug, selon ADE. Le projet doit être livré dans un délai de 20 mois à partir de l’attribution définitive du projet qui interviendra après son examen par la Commission nationale des marchés publics.

  6. #34
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Barcelona, Spain, April 5, 2010 -- Severn Trent Services-Apliclor, in partnership with ACCIONA AGUA and SCN-Lavalin, has designed, constructed and installed a Tetra LP Block dual parallel underdrain filters for pre-treatment of the Fouka SWRO desalination plant in Tipaza, Algeria. SCN-Lavalin also signed a JV agreement with ACCIONA AGUA to operate and maintain the plant for 25 years. The plant will have a daily capacity of 120,000 m3/day and will provide water to more than 500,000 people. Due for completionduring 2010, the Fouka SWRO plant is part of the Algerian government’s desalination programme, which includes the construction of 12 desalination plants producing a total of 2.2 million m3/day. The underdrain filter is one of the most important factors contributing to a desalination pre-treatment system’s overall performance and operation. The TETRA LP Block dual parallel underdrain filters from Severn Trent Services are a proven design of underdrain filter offering superior distribution of both backwash air and water, either separately or concurrently.

    In the Fouka SWRO plant installation, the LP Blocks cover the floor of the gravity filters supporting the filter media. The LP Blocks feature the unique Grout Grip design, which increases the adhesion of the filter base and eliminates buoyancy issues commonly found in competitive technologies. Air is distributed evenly across the entire filter bottom area to scour the media and to provide an air lift, which, with the water, removes the released solids from the filter. Effective media cleaning is the key requirement for a filter to function efficiently under all loading conditions. The backwash system ensures efficient cleaning for reduced operating costs. An additional advantage of the LP Block is the block length and construction, which makes handling easy and ensures reduced installation cost. The block is durable and offers a low maintenance solution with no clogging nozzles and no moving parts to wear. The wide profile design of the TETRA LP block means that fewer blocks are required to cover the filter floor. Therefore, fewer joints and less grout are required than with other systems.

  7. #35
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 15 Avril 2010 -- Le projet du barrage de Kef Eddir à la périphérie de Damous, à l’extrême ouest de la wilaya de Tipasa, enregistre un énorme retard. Alors qu’il devait être réceptionné en janvier 2009, il ne le sera finalement qu’à la fin de cette année, accusant ainsi un retard de 18 mois et n’enregistrant que 60 % de taux d’avancement depuis le mois de janvier dernier. Depuis le 20 mars dernier, l’ensemble des travaux sont à l’arrêt en raison de litiges et de contentieux provoqués par l’entreprise de réalisation italienne Pizzarotti/Todini, selon les explications de la wilaya de Tipasa basées sur les propos du responsable de l’ANBT chargé du suivi de cet ouvrage. Il est à préciser que le montant du projet est de 7,5 milliards de dinars. M. Mohammed Ouchen, wali de cette ville côtière, a déploré, dans une visite d’inspection sur les lieux effectuée hier, «le fait que l’entreprise italienne ait failli à son engagement compte tenu du retard accusé sur tous les fronts». Il s’agit, explique-t-on à la wilaya de Tipasa, des travaux de la tour de prise d’eau qui est à un taux de 84 %, de l’évacuateur de crues qui a atteint un taux de réalisation de 45,60 %, de la galerie d’injection sur un linéaire de 1 km d’un taux de 73,56 % et des remblais du barrage réalisés seulement à hauteur de 20,73 %. Par ailleurs, le wali de Tipasa a décidé, lors d’une séance tenante, d’affecter une assiette de terrain de 5 000 m2 à la demande de chef de projet de l’ANBT, pour lui permettre de dégager le terrain actuellement occupé pour les servitudes du barrage. L’objectif est de délocaliser les équipements des services publics à l’exemple d’une salle de soins, d’une école et de la construction de logements pour 25 bénéficiaires, lit-on dans le document de la wilaya de Tipasa. Une fois achevé, ce projet structurant, le 2e du genre dans la wilaya de Tipasa après le barrage de Boukerdane, situé dans la daïra de Sidi Amar, a une capacité de 125 millions m3 avec une superficie du bassin versant de 490 km2.

+ Reply to Thread
Page 5 of 10 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts