+ Reply to Thread
Results 1 to 2 of 2
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 7 Juillet 2009 -- Les instructions du président de la République, relatives à la restauration de la flotte maritime algérienne, qualifiée de mort-vivant par le Ministre des Transports, Amar Tou, seront mises en application, a annoncé le directeur de la marine marchande, au Ministère des Transports. D’après le même responsable, 95% des échanges commerciales de l’Algérie, sont effectuées par voie maritime. Ce qui rend, pour les responsables du secteur, la modernisation de la flotte, indispensable, et ce dans l’objectif de combler le déficit en terme de bateaux, qui ont diminué considérablement. Alors que l’Algérie possédait 78 navires, dans les 80, elle se retrouve en 2009, avec 30 seulement. En marge de la cérémonie de sortie d’une promotion d’officiers de l’école de Bousmail, le directeur de la marine marchande a ajouté que la stratégie de rénovation de la flotte marine comptera sur le partenariat avec des sociétés étrangères, avec un taux de participation de la partie algérienne, estimé à 51%. Dans ce sens, la stratégie du secteur se penchera sur la modernisation de la formation, qui ne pourra être réalisé qu’à travers la modernisation des instituts et des écoles, qui assurent la formation du personnel qualifié. Par ailleurs, le même interlocuteur a soutenu que les moyens d’intervention en haute mer seront renforcés, ajoutant que trois remorqueurs seront acquis, prochainement, d’autant plus 11 centres de contrôle régionale, ainsi qu’un centre national du contrôle de la navigation maritime, seront réalisés. Cette stratégie, adoptée par le secteur, est susceptible de mettre l’Algérie, en pole position, en termes de sécurité et de contrôle, dans le Méditerranée.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 7 Mars 2010 -- Les pouvoirs publics sont en passe de donner les moyens à la Compagnie nationale de transport maritime (CNAN) pour lui permettre de se repositionner sur le marché international et reconquérir sa place perdue ces dernières années. Au programme, 26 navires à commander. Le dernier conseil interministériel, qui a examiné le dossier, est attendu pour se prononcer définitivement, lors de sa prochaine réunion, sur ce programme de renouvellement du pavillon national. « Il y a une prise de conscience aujourd’hui. Ces navires vont être acquis dans le cadre du nouveau plan de relance économique 2010/2014 », a annoncé le directeur général de la CNAN MED, jeudi, à l’occasion d’une rencontre avec les opérateurs économiques et autres professionnels à Béjaïa. Beaucoup notent que cette volonté de redéploiement vient à contre-courant du déclin observé dans le monde par le secteur maritime, et dont les effets de la crise qui l’a secoué au deuxième semestre 2008 ne sont pas encore dissipés. «Effectivement, beaucoup de navires dans le monde sont partis en démolition. Mais la crise a touché les armements qui font dans le transport de conteneurs et dans les cargaisons homogènes. Elle n’a pas été aussi violente concernant les transporteurs de ligne. Cette crise n’a pas touché l’Algérie parce qu’à la fin 2008 et courant 2009, les importations ont augmenté du fait qu’on était dans un programme d’investissement», explique le DG de CNAN MED.

    Ce n’est pas la première fois, faut-il noter, que la CNAN fait l’objet d’un plan de redéploiement. Ceux qui ont précédé cet ultime programme annoncé par le DG de CNAN MED ont eu un goût d’inachevé. Il faut dire que cette compagnie a été secouée aussi par des vagues de désinvestissement, et ce, depuis le premier programme d’investissement datant des années 1970. L’essentiel de sa flotte a été acquise, d’ailleurs, entre 1977 et 1979 à la faveur du deuxième plan quinquennal avant que le Conseil des participations de l’Etat (CPE) ne décide, en 2003, d’un plan de restructuration. La prise de conscience que l’on souligne aujourd’hui est motivée par la perte d’une part de marché conséquente et le manque à gagner est également important en termes de surestaries payées au profit des transporteurs étrangers. « Le port de Béjaïa, à titre indicatif, a transporté 25 millions de tonnes de marchandises solides en 2009 (95% par des capacités étrangères). Le volume des surestaries payées par l’Algérie en 2009 est donc important, d’où la nécessité de développer le pavillon national », soutient de son côté M. Moussaoui, DG du port de Béjaïa. Ce responsable a fait savoir que les ports algériens viennent d’être destinataires d’une instruction du ministère de tutelle pour se doter en moyens de débarquement. Et d’ici 2013, les 12 quais du port de Béjaïa auront chacun sa propre grue automotrice.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts