+ Reply to Thread
Results 1 to 7 of 7
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 11 Octobre 2009 -- La 11ème édition de la Foire internationale d'Oran, qui sera lancée le mardi 13 octobre prochain et se poursuivra jusqu'au 19 du mois au palais des Expositions EMEC d'Oran, devra réunir une centaine d'exposants nationaux et étrangers, selon la chargée de communication de l'EMEC. Une soixantaine d'entreprises étrangères, venues de pays arabes et d'Europe, ont confirmé à ce jour leur participation à ce rendez-vous économique. Parmi les particularités de cette 11ème édition, la présence en force des entreprises marocaines. En effet, une quarantaine de sociétés marocaines annoncent leur participation à ce rendez-vous économique. Les Marocains seront à l'honneur avec un pavillon qui s'étalera sur une superficie de 500 m² réparti en stands individuels et par secteur d'activité (agroalimentaire, emballages, médicaments, cosmétiques, ameublement, décoration, confection textile, maroquinerie, artisanat, services...). Il s'agit de la première participation du royaume, organisée conjointement par l'Union générale des entreprises et professions du Maroc (UGEP) et l'agence Duocom. La participation algérienne, représentée par des entreprises publiques et privées, va constituer la majorité des exposants présents à cet événement, considéré comme le plus important rendez-vous économique à l'échelle régionale. Les stands de cette foire devront être dédiés à divers secteurs d'activité tels les travaux publics, l'hydraulique, l'emballage, l'électricité, l'électronique, l'informatique, les télécommunications, l'artisanat, la décoration, l'ameublement et le bâtiment. Les entreprises algériennes de différentes branches d'activités (artisanat, électroménager, industrie...) vont côtoyer durant une semaine les entreprises étrangères dans le but, d'un côté, de consolider les échanges et, de l'autre, bénéficier du savoir-faire des partenaires étrangers en matière de technologie, de logistique et de management.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 12 Octobre 2009 -- La cause de cette décision du moins inattendue, puisque les sociétés françaises étaient des habituées de cet événement économique, serait les dernières dispositions prévues dans la loi de finances complémentaire 2009. Le raffermissement des conditions d'investissements étrangers fâchent les entreprises françaises. En signe de mécontentement, les investisseurs français, chapeautés par la Chambre française de commerce et d'industrie en Algérie (CFCIA), semblent battre en retraite sur le marché algérien. Après leur participation jugée timide dans la dernière Foire internationale d'Alger (FIA) et la 13ème édition du Salon de l'automobile d'Alger (SIAA), les Français ont décidé carrément de boycotter la 11ème édition de la Foire internationale d'Oran. « Nous avons envoyé des invitations à la CFCIA et aux entreprises françaises, mais elles ont répondu qu'elles n'étaient pas prêtes pour participer à cette foire. Les Français n'ont donné aucune explication quant à leur refus de prendre part à cet événement économique», confie M. Abdoun, directeur de l'Algérienne des foires et manifestations économiques (AFEM), co-organisateur de cette foire avec l'EMEC. Cette réponse «diplomatique » des Français révèle une progression du mécontentement parmi les investisseurs français en Algérie devant les mesures protectionnistes prises par le gouvernement pour contenir l'explosion de la facture des importations. Le mariage forcé ou les 70/30 a été le coup de grâce pour les ambitions françaises en Algérie, considérée jusqu'à un passé proche, comme une chasse gardée de la France. Les sociétés françaises ne sont pas les seules à avoir boudé la Foire internationale d'Oran, d'autres sociétés européennes à l'exemple des Espagnols seront absentes cette année. «La nouvelle réglementation a dissuadé de nombreuses sociétés intéressées par l'investissement en Algérie», confie le responsable commercial à l'EMEC.

    À part l'Italie, un partenaire historique de l'Algérie et la Pologne, deuxième participation dans cette foire, les pays européens semblent se désintéresser à cet événement. Conséquence : la Foire internationale d'Oran sera dédiée en quelque sorte au Maghreb. La 11ème FIO est organisée, d'ailleurs, sous le thème «carrefour maghrébin». Il y aura ainsi une participation en avant-première de la Lybie et du Maroc. Le Royaume chérifien sera représenté par une délégation composée de 25 groupes d'entreprises et de sociétés spécialisées dans différents secteurs d'activité, à commencer par la confection, les pentures industrielles, les chaussures, les remorques... etc. Le pavillon marocain devra s'étaler sur une superficie de 300 mètres carrés, selon les organisateurs. «Notre présence à Oran est une première expérience pour tester le marché et se renseigner en matière de réglementation. Nous venons pour renouer des partenariats gagnant/gagnant avec les entreprises algériennes», affirme le chargé du pavillon marocain. Notre interlocuteur a regretté, à cette occasion, la fermeture des frontières terrestres entre les deux pays qui entrave, selon lui, le développement des échanges commerciaux entre les deux pays voisins. «La proximité géographique entre nos deux pays est un atout pour le raffermissement des échanges commerciaux puisque entre Oran et Casablanca il n'y a que six heures de route. Bien sûr la fermeture des frontières est trop gênante pour le commerce», signale notre interlocuteur. La participation marocaine est organisée conjointement par l'Union générale des entreprises et professions du Maroc (UGEP) et l'agence Duocom.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 14 Octobre 2009 -- La 11ème édition de la Foire internationale d'Oran, qui se déroulera entre les 13 et 19 octobre en cours au Palais des expositions de M'dina J'dida, a été inaugurée l'après-midi d'hier par le wali d'Oran. Une centaine de participants nationaux et étrangers ainsi que des établissements publics, à l'exemple de l'Agence algérienne de promotion du commerce extérieur (ALGEX) et le Centre national du registre de commerce (CNRC), tiennent des stands dans cette foire semi-professionnelle. Des entreprises nationales comme ENIE côtoient des sociétés étrangères venues du Maroc, de la Lybie, de la Pologne et de l'Italie, entre autres. Les Polonais, qui participent pour la deuxième fois à cet événement économique, participent avec un stand organisé par le service de la promotion du commerce et des investissements de l'ambassade de la Pologne en Algérie. Autre stand qui semble attirer les visiteurs est celui du géant de l'électroménager Philips, qui propose une gamme complète de produits électroménagers allant des centrifugeuses au téléviseur LCD 42 pouces avec une garantie d'une année et un service après-vente. Philips a d'ailleurs ouvert récemment un show-room à Oran pour proposer des produits de haute qualité à ses clients oranais. Selon la responsable Marketing & communication du groupe National Technologie, représentant officiel de la marque, le label Philips se vend très bien sur le marché algérien. «Nous sommes en train de carburer pour gagner une assez bonne part du marché malgré la rude concurrence des autres marques déjà présentes en Algérie », signale notre interlocutrice. Philips est revenue sur le marché algérien il y a seulement une année, après une absence de 13 longues années. La spécificité de cette marque c'est qu'elle propose des produits aux normes européennes contrairement à d'autres marques dans le créneau. L'Entreprise nationale ENIE vient de son côté au salon pour exposer ses téléviseurs LCD de 32 et 37 pouces. Selon le responsable du stand, les téléviseurs LCD ENIE se vendent très bien ces dernières années. Il faut avouer que les prix proposés par la société nationale restent parmi les moins chers sur le marché. Autre particularité de cette foire est le pavillon marocain composé d'une vingtaine de sociétés réparties en stands individuels et par secteur d'activité (agroalimentaire, emballages, médicaments, cosmétiques, ameublement, décoration, confection textile, maroquinerie, artisanat, services...). Il s'agit de la première participation du royaume, organisée conjointement par l'Union générale des entreprises et professions du Maroc (UGEP) et l'agence Duocom.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 15 Octobre 2009 -- La Foire internationale d'Oran (FIO), qui a démarré mardi au Palais des expositions, est un rendez-vous incontournable pour les opérateurs économiques locaux pour repérer la bonne occasion et se mettre au diapason des évolutions sur la scène économique mondiale. C'est dans cet état d'esprit que l'Agence algérienne de la promotion des exportations (ALGEX) est venue avec un stand bien fourni en documentation en matière de législation pour sensibiliser, informer et surtout inciter les sociétés locales à «se jeter dans le bain» du commerce extérieur. Pour le sous-directeur d'ALGEX, Astouati Idir, le rôle de cette agence ne se confine pas uniquement dans la promotion des exportations algériennes, mais va au-delà de cette mission pour accompagner, assister et faciliter le climat des affaires à toutes les entreprises locales mêmes celles qui ne se sont pas encore lancées dans le commerce extérieur. Avec moins de deux milliards de dollars, les exportations algériennes hors hydrocarbures restent au stade du balbutiement. «Les exportations hors hydrocarbures ne pourront décoller que sous la condition d'avoir une production locale fiable. Aujourd'hui, nous avons besoin de reculer pour mieux sauter et avec les dernières mesures prises par le gouvernement, le commerce extérieur sera assaini des faux importateurs qui importent tout et n'importe quoi», confie notre interlocuteur. Se montrant optimiste, il soutient qu'ALGEX a fait un bon chemin depuis sa création en 2004 pour l'accompagnement des sociétés algériennes sur les marchés étrangers. D'autre part, le stand de la Pologne animé par Jaroslaw JAROSZEWICZ, chef de service de la Promotion du Commerce et des Investissements de l'ambassade de ce pays en Algérie, est consacré au rapprochement entre les opérateurs des deux pays dans le but de booster les exportations polonaises en déclin sous les contrecoups de récession mondiale et de la nouvelle réglementation algérienne en matière de commerce extérieur. La nouveauté de la participation polonaise cette année est la présence de nombreuses sociétés polonaises et en particulier le géant du meuble «Black/Red/White». BRW Pologne est la recherche de partenaire pour investir en Algérie dans le créneau porteur de l'ameublement.

    «Le volume des échanges bilatéraux n'est pas énorme. Il tourne autour de 200 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2009 avec un recul de 21,45 %. Il y a eu un déclin du volume des exportations polonaises en 2009, par contre, les exportations algériennes constituées essentiellement de dérivés d'hydrocarbures sont parties en flèche», confie le chef service de la Promotion du Commerce et des Investissements à l'ambassade polonaise. Et d'ajouter : «ces chiffres ne reflètent pas le potentiel économique des deux pays c'est pour ça que nous sommes aujourd'hui à Oran pour être à l'écoute des propositions de partenariat et éventuellement sonder les besoins de cette partie de l'Algérie». Parmi les sociétés polonaises représentées à ce stand, il y a UNICO, spécialisée dans la prestation des services dans le domaine de l'Informatique et Automatique industrielles et POL-AQUA S.A., une entreprise de Travaux d'Ingénierie. L'autre stand qui attire l'attention des visiteurs est celui du géant hollandais de l'électroménager, Philips, qui vient exposer des articles de bonne qualité à des prix abordables. «Philips est revenu en Algérie il y a une année après une absence de treize ans. Nous proposons les produits vendus au marché européen. Nous ne fabriquons pas des produits spécifiques au marché algérien. Le client commence d'ailleurs à faire la différence entre nos produits et ceux des autres marques», affirme Mlle Haddad Nedjma Samira, responsable marketing et communication de National Technologies, le représentant exclusif de Philips en Algérie. Le passage de cette marque de renommée à Oran sera mis à profit pour le lancement du dernier appareil de café de cette marque en l'occurrence le Senseo. Les petits appareils électroménagers de cuisine (robots, centrifugeuses, batteurs...) seront également à l'honneur dans le stand de Philips au côté des téléviseurs LCD aux images de qualité haute définition à couper le souffle.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ORAN, Jeudi 15 Octobre 2009 -- La 11ème édition de la Foire internationale d'Oran s'est ouverte mardi soir avec la participation de plusieurs opérateurs économiques algériens et étrangers en provenance de neuf pays. Abritée par le Palais des expositions de Medina Djedida, cette manifestation économique regroupe, une semaine durant, 35 entreprises venues de Syrie, Egypte, Libye, Pakistan, Iran, Pologne, Sénégal, Inde et Maroc, aux côtés de 70 sociétés algériennes. Cette édition de la FIO est marquée par la participation, pour la première fois, de sociétés marocaines spécialisées notamment en artisanat, industrie de transformation et ameublement. Organisée par l'Entreprise publique des manifestations économiques (EMEC) en collaboration avec l'Algérienne des foires et manifestations économiques, cet événement permet aux visiteurs de s'enquérir des nouveautés mises en valeur à travers les différents stands d'exposition.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 15 Octobre 2009 -- La onzième édition de la Foire internationale d’Oran (FIO) s’est ouverte avant-hier soir avec la participation de plus d’une centaine opérateurs économiques algériens et étrangers en provenance de neuf pays. Abritée par le palais des Expositions de Medina Djedida, cette manifestation économique regroupera, une semaine durant, 35 entreprises venues de Syrie, d’Egypte, de Libye, du Pakistan, d’Iran, de Pologne, du Sénégal, d’Inde et du Maroc, aux côtés de 70 sociétés algériennes. Cette onzième édition de la FIO est marquée par la participation, pour la première fois, de sociétés marocaines spécialisées notamment dans l’artisanat, l’industrie de transformation et l’ameublement. Organisée par l’Entreprise publique des manifestations économiques, en collaboration avec l’Algérienne des foires et manifestations économiques, cet événement permet aux visiteurs de s’enquérir des nouveautés mises en valeur à travers les différents stands d’exposition. Les produits présentés à cette occasion sont issus de divers secteurs d’activités tels l’emballage et l’embouteillage de produits alimentaires, la pétrochimie, l’électricité, l’électronique, l’informatique, la mécanique, la sidérurgie, le transport, le tissage, l’habillement, le tourisme, les banques, les assurances, le tourisme et la communication. Cette manifestation économique est également marquée par une exposition de plaques lumineuses et d’équipements d’énergie solaire produits dans le cadre du partenariat algéro-italien, ont indiqué les organisateurs. Espace de promotion des échanges et des expériences, la Foire offre un cadre propice à la mise en relation des opérateurs économiques pour nouer des partenariats dans divers domaines de développement. L’événement économique et commercial constitue, à ce titre, une opportunité pour la promotion de l’activité industrielle algérienne qui est en plein essor depuis ces dernières années, suscitant l’intérêt croissant des investisseurs, a-t-on souligné.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 19 Octobre 2009 -- Les énergies renouvelables commencent petit à petit à faire leur percée en Algérie, mais leur coût encore élevé dissuade les écologistes les plus convaincus. Surfer sur la vague écolo a un prix, de nos jours, et pas des moindres. En dépit du potentiel exceptionnel de notre pays en particulier dans le solaire, l'Algérie reste à la traîne en matière d'énergies renouvelables. En cause : les prix subventionnés de l'électricité et du gaz. La Société italo-algérienne des Energies Renouvelables (IAER), qui tient un stand à la Foire internationale d'Oran (FIO), propose des solutions nouvelles pour les entreprises et les particuliers. «C'est un marché nouveau en Algérie. Il y a de plus en plus de commandes de la part des industriels, agriculteurs et particuliers. Nous avons un projet en cours pour la réalisation d'une unité industrielle de montage de panneaux photovoltaïques et de chauffe-eau solaires», affirme le responsable commercial de cette entreprise basée à Tébessa. Les énergies renouvelables sont désormais à la «portée» du grand public. Cette société propose, en effet, des installations de panneaux solaires photovoltaïques destinés à l'électrification domestique. L'Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) offre également des solutions pour l'électrification domestique ou industrielle à partir des énergies vertes. Dans le stand de la société nationale, les visiteurs découvrent une large gamme de panneaux solaires voltaïques destinés pour différentes applications (éclairage public, pompage solaire, unités industrielles, habitations isolées). «Nous avons déjà lancé un projet pilote à Sidi Bel-Abbès pour l'éclairage public à partir de l'énergie solaire. Nous avons également installé un kit complet pour l'électrification du siège de la commune de Aïn Touta dans la wilaya de Batna», signalent les responsables du stand de cette entreprise. Pour nos interlocuteurs, le marché des énergies vertes est en plein développement en Algérie, le seul problème est le prix excessif des équipements. Une installation complète pour une villa de deux étages coûte en moyenne entre 70 et 100 millions de centimes. Pourquoi dépenser des sommes aussi importantes sur ces équipements, alors que les énergies conventionnelles, qui sont fortement subventionnées, ne coûtent quasiment rien en Algérie ? Ils soutiennent à ce propos que le salut ne viendra que de l'Etat. Selon nos interlocuteurs, le gouvernement doit subventionner davantage les énergies alternatives. «Sans une réelle volonté politique, le marché des énergies renouvelables ne pourra jamais se développer en Algérie», regrettent nos interlocuteurs. Le vent du changement pourrait peut-être se lever bientôt grâce à l'extraordinaire potentiel solaire algérien, premier gisement du bassin méditerranéen avec 3.000 heures d'ensoleillement par an, capable de produire 6 kWh d'électricité par mètre carré au sud et 4 kWh au nord. L'Algérie s'est d'ailleurs fixée un objectif d'atteindre 5 % d'énergies vertes d'ici 2017.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts