+ Reply to Thread
Page 1 of 3 1 2 3 LastLast
Results 1 to 7 of 18
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Promotion et développement du secteur de l’artisanat :


    Jeudi 5 Novembre 2009 -- Les assises nationales de l’artisanat se tiendront du 21 au 23 novembre au palais des Nations à Club des Pins. Le ministre de la PME et de l’Artisanat, Mustapha Benbada, a animé hier une conférence de presse au siège de son ministère pour présenter le programme de cet événement, mais aussi celui de la Journée nationale de l’artisanat, dont la célébration coïncide avec le 9 novembre de chaque année. Dans un long exposé, M. Benbada a décortiqué son secteur, présentant les différents acquis concrétisés sur les plans des structures, mais aussi sur le plan juridique. Il a également évoqué les structures et les textes législatifs qui viendront renforcer dans un avenir proche ce créneau stratégique. Abordant les assises qui se tiendront sous le haut patronage du président de la République, le ministre a indiqué que celles-ci débattront 5 thèmes principaux dans autant d’ateliers, dont notamment celui relatif au financement des activités artisanales.

    À ce propos, le ministre a souligné qu’il est «nécessaire et même indispensable de trouver de nouveaux systèmes pour le financement des artisans», en plus de ceux existants actuellement. Il a préconisé dans ce sens «la micro-finance au profit des petits métiers», expliquant que cette formule «qui est un système de financement n’a rien à voir avec le micro-crédit qui est un simple produit bancaire». Quant aux objectifs de ces assises, il a indiqué qu’ils tendent tous dans le sens de «donner une dimension économique à l’activité artisanale». D’ailleurs, «selon les données actuelles et des prévisions quantifiables, le secteur de l’artisanat devra atteindre plus de 960 000 emplois créés et contribuer à hauteur de 344 milliards de dinars du PIB à l’horizon 2020», a affirmé le ministre, précisant que «ces assises seront sanctionnées par l’adoption de résolutions et de recommandations qui seront soumises au gouvernement».

    Parlant de la Journée nationale de l’artisanat, il a révélé qu’elle sera marquée notamment par l’organisation de cinq Salons nationaux thématiques : ceux du cuir à Jijel, de la céramique, de la poterie et du verre à Médéa, du tissage à Ghardaïa, de l’habit traditionnel à Tlemcen et enfin celui consacré à la région du Touat qui se tiendra à Adrar. Un sixième Salon consacré à la créativité se tiendra également au palais de la Culture d’Alger. Un prix national de l’artisanat d’art sera décerné à cette occasion à l’un des 152 artisans présélectionnés par des jurys locaux, de même que 454 autres artisans âgés tous de plus de 70 ans seront également honorés, a conclut le ministre.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    November 5, 2009 -- Algeria on November 21st will begin work on a new national strategy to support the handicraft sector, including loans and other funding solutions for craftsmen, Echorouk reported on Wednesday (November 4th). According to Mustapha Ben Bada, the Algerian minister of small and middle-sized enterprises, the sector's profit is expected to more than double by 2010. The sector will also employ 1 million craftsmen, compared to the current 363,000.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGER, Mercredi 11 Novembre 2009 -- Le ministre de la Petite et Moyenne entreprise et de l’Artisanat, Mustapha Benbada, a annoncé lundi la création de 17 nouvelles chambres de l’artisanat et des métiers à l'échelle nationale portant à 48 le nombre de ces chambres. Intervenant lors de la cérémonie de remise du prix national de l'artisanat et de l'artisanat d'art, M. Benbada a souligné que le ministère accordait "un intérêt particulier" à ces chambres compte tenu du rôle qu'elles jouent dans l'encadrement de proximité des artisans. "Ces chambres constituent un instrument de concertation et d'adaptation du travail aux exigences du domaine d'où le souci du ministère de hisser leur nombre de 31 à 48 à travers le territoire national, a ajouté M. Benbada.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ORAN, Lundi 8 Mars 2010 -- Des prémices d'une relance de la poterie sont visibles à Oran eu égard à l'engouement de jeunes pour l'artisanat et au soutien accordé par la Chambre d'artisanat et de métiers et certaines associations œuvrant pour la promotion de la femme rurale. Cette activité artisanale renaît après une éclipse qui a duré des années, notamment dans les villages à vocation agricole des communes de Misserghine, Boutlelis et Ain El Kerma (Oran), connus autrefois pour les produits d'artisanat qui aidaient les agriculteurs à améliorer et à diversifier leurs revenus.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 9 Mars 2010 -- Les prémices d’une relance de la poterie sont visibles à Oran, au regard de l’engouement de jeunes pour l’artisanat et compte tenu du soutien qui leur est accordé tant par la Chambre de l’artisanat et des métiers que par certaines associations œuvrant pour la promotion de la femme rurale. L’activité artisanale renaît, après une éclipse qui a duré des années, notamment dans les villages à vocation agricole des communes de Misserghine, de Boutlelis et d’Aïn El-Kerma (Oran), connues autrefois pour les produits d’artisanat qui aidaient les agriculteurs à améliorer et à diversifier leurs revenus. L’atelier de poterie, créé par l’association de promotion de la femme rurale Tamari d’Oran située à la forêt de M’sila, à 35 km du chef-lieu de wilaya, a le mérite de rassembler plusieurs artisans femmes résidant dans les villages et douars épars et qui ont acquis une expérience dans la poterie.

    Cet atelier est le premier noyau d’Oran de formation d’artisans femmes en poterie leur permettant d’acquérir les techniques nécessaires pour préserver cette activité manuelle, la développer et la redynamiser, a affirmé la présidente de Tamari, Mme Semmache Habiba. Il a été créé avec le concours de la Conservation des forêts de la wilaya, qui a mis à la disposition de l’association un espace pour abriter ce projet. Le manque de moyens de transport, de ces villages vers la forêt de M’sila, n’a pas découragé ces femmes artisans à parcourir de longues distances à pied, en hiver comme en été, pour arriver à temps et suivre les cours supervisés par une spécialiste en la matière. Les œuvres de poterie réalisées sont exposées au musée national Ahmed-Zabana de la capitale de l’Ouest algérien.

    La mission de l’atelier n’est pas limitée à la formation théorique d’un groupe de femmes. Un groupe composé de 13 femmes âgées entre 20 et 50 ans, actuellement. La pratique basée sur le remodelage d’une pâte à partir de la boue et sa transformation en de beaux ustensiles est aussi prévue, a indiqué la présidente de l’association. À ce sujet, elle a signalé que cette pratique s’articule autour de l’outil traditionnel en se démarquant autant que possible des machines modernes. La poterie exige un effort considérable. Le parcours des femmes artisans commence d’abord par la recherche de l’argile collectée dans plusieurs endroits de la forêt dont notamment la zone Bakouk. Ces stagiaires sont parfois obligées de la chercher dans d’autres lieux, surtout lorsqu’il s’agit d’acquérir de l’argile de bonne qualité, selon des membres de l’association Tamari.

    Après cette étape, ces artisanes se livrent à faire une pâte d’argile avec de l’eau et la laisser, ensuite, sécher un certain temps. Elles préparent la pâte jusqu’à ce qu’elle devienne molle et malléable, facile à façonner manuellement en formes traditionnelles inspirées du patrimoine. Etant donné que cette activité joue un rôle majeur dans l’amélioration des conditions de vie quotidienne des femmes rurales, l’association tente avec ses moyens de trouver des modes de commercialisation de ces produits, en cherchant un partenariat avec les femmes versées dans l’apiculture qui utilisent les ustensiles en poterie pour la conservation du miel, à la mode d’autrefois.

    Cette association a déjà créé un atelier de formation de stagiaires en élevage apicole par l’adoption de techniques modernes de production et qui ont touché certaines zones d’El-Karma, de Sidi El-Bachir, de Boutlélis, de Misserghine et d’Es-Senia. Les expositions organisées chaque année à l’occasion de la Journée internationale de la femme, en sus de la vulgarisation agricole, constituent des occasions pour ces artisanes de commercialiser leurs produits, très prisés ces dernières années par les citoyens désireux d’acheter des ustensiles de poterie. L’une de ces artisanes a estimé que ces produits du terroir ne sont plus seulement un décor traditionnel ornant les maisons, mais sont aussi utilisés dans la vie quotidienne, en particulier dans la préparation de plats traditionnels.

    Les marchés hebdomadaires ont encouragé, eux aussi, la relance de ce type d’activité artisanale en offrant des espaces pour l’étalage de ces produits provenant de différentes régions de la wilaya et même ceux fabriqués dans les wilayas voisines. Des manifestations organisées au palais des Expositions d’Oran, dont le Salon du shopping et le Salon du bien-être, consacrent des stands pour l’étalage et la commercialisation des produits en céramique. Pour promouvoir ce type d’industrie traditionnelle, la Chambre de l’artisanat et des métiers d’Oran organise chaque mois, au Complexe des activités traditionnelles situé au centre-ville, diverses expositions permettant aux artisans de faire connaître et d’écouler leurs produits.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 21 Mars 2010 -- Le secteur de l’artisanat bénéficiera d’un nouveau plan d’action devant s’étaler sur la période 2010-2014, qui est actuellement en cours d’élaboration, pour impulser un nouvel essor à cette activité. Ce nouveau plan d’action sera, en quelque sorte, dans la continuité de ce qui a été entrepris pour le secteur jusque-là. Le ministre de la Petite et Moyenne entreprise et de l’Artisanat, M. Mustapha Benbada, qui en a fait l’annonce en marge de l’inauguration du Salon international de l’artisanat, a indiqué que le nouveau programme sur lequel planchent les experts du secteur vise à consolider les acquis obtenus grâce à la mise en œuvre du programme précédent. M. Benbada a assuré que l’Etat accorde un grand intérêt aux produits de l’artisanat, qui contribue aussi au développement économique. Pour cela, il n’y a qu’à voir les réalisations des pays voisins en la matière et qui comptent, chaque année, des rentrées de devises grâce à l’exportation de ces produits.

    Le ministre n’a pas manqué, par ailleurs, d’évoquer les mesures prises par l’Etat pour encourager les métiers d’artisanat notamment depuis 2003, et ce dans le cadre du «plan d’action de développement durable en faveur de l’artisanat». Outre les nombreux encouragements dont bénéficient les artisans, dont des aides et des facilitations accordées aux promoteurs à travers, notamment, l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej) pour le lancement de leurs projets, le ministre a cité la réalisation en cours de près d’une centaine de structures d’artisanat, et ce à travers l’ensemble des wilayas du territoire national. Parmi ces structures, le ministre a cité, entre autres, les maisons d’artisanat et les centres de formation.

    Les artisans algériens devraient donc, selon le ministre, saisir les occasions telles que celle de ce Salon international, qui se déroule au palais des Expositions des Pins-Maritimes de la Safex jusqu’au 25 du mois en cours, pour faire connaître leurs produits qui ne manquent pas d’attrait, leur trouver des débouchés de commercialisation et également bénéficier de l’expérience des autres pays en la matière. Ce Salon, dont le coup d’envoi a été donné par M. Benbada en présence de son homologue congolaise, Mme Yvonne Adelaïde Mougany, qui est en visite en Algérie, voit la participation de plus de 330 exposants de 14 pays (Syrie, Tunisie, Congo, Niger, Espagne, Allemagne, Brésil, Vietnam, Inde, Pakistan, Malaisie, Iran) avec le Soudan comme invité d’honneur. Prennent part également à cette manifestation plusieurs entreprises en relation avec le secteur de l’artisanat, dont, entre autres, l’Ansej, la Caisse nationale d’assurances des non-salariés et les banques publiques.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 5 Avril 2010 -- Le ministre de la PME et de l’Artisanat, Mustapha Benbada, a préconisé de nouveaux mécanismes de financement pour l’artisanat et les petits métiers. Tout en soulignant le rôle du secteur de l’artisanat en tant que facteur de la croissance économique, le ministre a estimé que les artisans ont besoin de mécanismes d’appui financier permanent pour assurer la durabilité de leur activité. «Certes il existe des organismes d’aide à la création de PME tels que l’ANSEJ ou l’ANGEM, mais une fois créées, ces entreprises ont besoin de crédits d’exploitation pour l’achat de matières premières ou de logistique pour écouler leurs produits sur le marché local et international», a-t-il déclaré hier à la presse, en marge des travaux de la session ordinaire du Conseil national de l’artisanat et des métiers, qui se sont déroulés à la Chambre nationale de l’artisanat et des métiers. Le ministre a souligné qu’il est «nécessaire et même indispensable de trouver de nouveaux systèmes pour le financement des artisans». Il a préconisé dans ce sens «la microfinance au profit des petits métiers» en expliquant que cette formule, «qui est un système de financement, n’a rien à voir avec le microcrédit qui est un simple produit bancaire».

    Le ministre a souligné les efforts consentis par l’Etat pour développer l’artisanat en affirmant que plus de 4,2 milliards de dinars ont été investis lors du programme quinquennal 2005/2009. Il a expliqué que le programme quinquennal 2010-2014 sera focalisé sur l’amélioration des performances du secteur. «L’effort sera axé sur la formation et la valorisation des ressources humaines», a-t-il poursuivi, affirmant que le précédent programme a permis de cerner les besoins et les carences du secteur. Le ministre a évoqué par ailleurs les avantages que pourrait apporter le nouveau code des marchés publics pour l’artisanat. «Conformément à ce nouveau code, en cours de révision, les artisans peuvent soumissionner aux appels d’offres en justifiant de leur registre du commerce et de leur carte professionnelle», a-t-il assuré. «Les artisans auront leur chance pour postuler dans le cadre de la sous-traitance et travailler directement avec le maître d’ouvrage sans être obligés de passer par les entrepreneurs qui négocient les montants des projets à leur insu», a-t-il encore expliqué.

    Les artisans exposeront en marge du Forum du gaz à Oran

    Le premier responsable du secteur a annoncé que plus de 150 artisans prendront part à l’exposition de l’artisanat traditionnel, en marge du Forum international du gaz qui se tiendra à Oran du 16 au 21 avril, a annoncé hier le ministre de la PME et de l’Artisanat, Mustapha Benbada. «Nous avons pris attache avec Sonatrach et les autorités locales pour l’organisation de ce Salon lors de ce congrès international, car c’est l’occasion propice pour la promotion de l’artisanat traditionnel à l’étranger», a-t-il dit.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts