+ Reply to Thread
Results 1 to 5 of 5
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 16 Mars 2010 -- L’Algérie abritera aujourd’hui et demain la 7ème session des ministres des finances des pays membres de l’Union Maghrébine. Le Secrétaire Général de l’Union avait déclaré, hier, à son arrivée à Alger pour assister à cette réunion qu’elle sera l’occasion pour renforcer les relations de coopération économique et financière maghrébine. Il avait, entre autre, précisé que cette réunion intervient à la suite de la décision prise lors de la réunion de décembre des ministres des affaires étrangères dans la capitale libyenne Tripoli. M. Benyahia avait annoncé que le programme d’action de l’Union pour 2010 comporte un certain nombre de rencontres au niveau ministériel pour étudier les questions de l’heure, en plus de la poursuite des actions de raffermissement et de consolidation des actions visant la complémentarité et l’intégration économiques des pays de l’espace maghrébin. Dans le même contexte, M.Benyahia a déclaré que l’Algérie va abriter à la fin de l’année une réunion des ministres de l’Agriculture sous forme de « conférence qui réunit des intervenants dans le secteur pour avancer dans la quête de l’autosuffisance alimentaire ». La réunion sera présidée par l’Algérie et regroupera la Tunisie, la Maroc, la Mauritanie et la Libye autour d’un ordre du jour consacré au projet de création une banque maghrébine pour les investissements et le commerce extérieur.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 16 Mars 2010 -- Le projet de création de la Banque maghrébine d'investissement et de commerce extérieur (BMICE) a été finalisé. « Il est vrai qu’il a eu du retard dans le lancement de cette banque. Aujourd’hui, nous avons finalisé le projet. Les problèmes en suspens ont été réglés. Il s’agit notamment des financements, qui doivent être équilibrés entre régions, du contrôle interne et externe et de l'étude de la faisabilité des projets prioritaires. Les contraintes à la création de la banque ont été levées », a annoncé, mardi 16 mars, Karim Djoudi, ministre des Finances, en marge d’une réunion à Alger des ministres maghrébins des Finances. Selon lui, la BMICE sera dirigée d’après un système de rotation de ses responsables (directeur général et président). « La banque doit avoir une politique d’investissement précise. La libération du capital va se faire au cours de cet exercice. La banque a été crée sur un capital de 500 millions de dollars équitablement répartis entre les cinq pays du Maghreb », a-t-il précisé soulignant que 150 millions de dollars ont été déjà libérés. La BMICE, qui a son siège à Tunis, sera opérationnelle durant cette année, a précisé M. Djoudi. Le conseil ministériel maghrébin des finances avait lancé le projet d’une banque maghrébine en 2006, avec comme objectif de soutenir des projets d'intégration économique entre les cinq pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), à savoir, la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    March 17, 2010 -- Nearly twenty years after the Arab Maghreb Union decided to create a financial body, the Maghreb Bank for Foreign Trade and Investment (BMICE) will be operational before the end of 2010, Algerian Finance Minister Karim Djoudi said Tuesday (March 16th) in Algiers. Speaking on the sidelines of the 7th AMU Ministerial Council on Finance and Currency, Djoudi said the Tunis-based bank's capitalisation will be "equitably shared among the five member countries of the AMU".

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    March 18, 2010 -- The region's finance ministers will launch the Maghreb Bank for investment and trade this year, Algerian Finance Minister Karim Djoudi announced on Tuesday (March 16th). The bank's main focus will be to build an integrated Maghreb economy by financing joint industrial and agricultural projects, the minister said in Algiers during the seventh round of meetings of the Maghreb Ministerial Council of Finance. Tunisian Finance Minister Mohamed Ridha Chalghoum called the bank "one of the most important mechanisms in Maghreb co-operation in the field of finance, and a main pillar of boosting economic integration and achieving joint development". The bank will also encourage Maghreb countries to increase their capital flow while undertaking initiatives to boost trade and development. Projects proposed for bank financing will be scrutinised for their potential financial returns and economic feasibility. The bank's capital is now set at US$500 million, with each member country making an equal contribution.

    The creation of the bank will represent "tangible progress on the road to economic integration," said Abdelhafid Mahmud Zulaytini, who heads Libya's General Committee for Planning and Finance. Zulaytini also said the institution would be an "additional base for the investment and commercial finance capabilities of the [Arab Maghreb] Union countries". Ministers cautioned that the bank must be run responsibly in order to succeed. Zouhair Chorfi, director of Morocco's Treasury and External Financing, said that bank officials must maintain the balance of finances in the institution, and carefully consider the economic details of all proposed projects as well as the individual economic needs of each member country.

    Regional finance ministers first suggested the creation of a Maghreb financial institution at a meeting of the Arab Maghreb Union nearly 20 years ago. The launch of the bank was made possible by the gains made during talks held last December in Tripoli, during which Maghreb ministers "agreed to complete the institutional structure of the Arab Maghreb Union", according to Maghreb Shura Council secretary general Dr. Said Mkedem. Djoudi said four main points of contention were resolved at the Algiers conference: the division of finances necessary for maintaining a healthy balance; determination of the mechanisms of internal and external control; agreement on the rotation of the general manager and chairman posts among member countries; and the determination of the bank's investment policy.

    Economists consider the launch of the bank to be a critical first step on the path to Maghreb integration and the creation of a unified market of more than 100 million potential consumers. Full integration will depend on the political will of Maghreb leaders, but would have a tremendous economic impact if attained, economic expert Abderrahmane Mebtoul said in a March 16th statement to Magharebia. Salim Rahmani, another economic expert, said that the creation of the bank might provide greater security for investors entering the Maghreb market, which would boost both trade and financial returns.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 23 Mars 2010 -- Une banque maghrébine pour l'investissement et le commerce extérieur pour 2010. Une petite bonne nouvelle dans un Maghreb en stand-by. Prévue depuis 1991, la Banque maghrébine de l'investissement et du commerce extérieur (BMICE) sera opérationnelle durant l'année avant fin 2010. Décision prise à Alger le 16 mars 2010 lors des travaux de la 7ème session du conseil des ministres maghrébins des finances. Les représentants des principales institutions financières de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) ont souligné l'importance de cette banque dans la réalisation de la complémentarité économique dans l'espace maghrébin. «Il y a des exemples partout dans le monde où une banque commune au niveau régional peut aider au développement durable et pour le Maghreb le temps a assez coulé, maintenant il faut lancer cette nouvelle institution», a déclaré le secrétaire général de l'UMA, M. Lahbib Benyahia. La banque maghrébine dont le siège s'établira à Tunis, sera dotée d'un capital de 500 millions de dollars. Le capital «sera équitablement réparti entre les cinq pays membres de l'UMA dont 150 millions de dollars représentant un capital libéré», a indiqué le ministre des Finances Karim Djoudi. Le ministre a précisé également qu'il y aura un contrôle interne et externe du fonctionnement de la banque et que les postes de directeur général et de président de cette même institution seront assurés par alternance.

    Mettre à niveau les systèmes financiers

    Les cinq membres de la BMICE se sont entendus sur la politique d'investissement que devrait adopter la Banque sans pour autant préciser la nature des projets qu'elle pourrait financer. Pour l'économiste et financier algéro-suisse, Brahim Gacem, cette banque peut permettre le développement les activités exportatrices entre les pays de l'UMA et même coordonner les actions de ces pays dans l'exportation ou l'investissement en dehors du Maghreb. « Elle pourrait être une base pour concrétiser l'interconnexion bancaire entre les pays du Maghreb tout en harmonisant le cadre légal entre les diverses banques de la région», a-t-il estimé. Parmi les projets que la BMICE pourrait financer, l'expert cite l'investissement énergétique. «Ce sont des projets où l'investissement vient souvent de pays occidentaux et cette banque peut amener une certaine autonomie au pays du Maghreb», a-t-il noté. Le spécialiste évoquera notamment des financements de projets structurants comme le transport ou les télécommunications. Concernant le capital de la banque, Brahim Gacem a relevé la modestie des fonds dégagés. «Un demi-milliard de dollars, ce n'est pas grand-chose, c'est un apport de fond qui permettra peut-être de lever des fonds plus importants sur le marché des capitaux et à ce moment-là, ça peut être important», a-t-il expliqué. D'après l'économiste, la banque Maghrébine peut devenir crédible sur la scène financière internationale. Mais avant cela, la banque a une mission plus importante qui est celle de mettre à niveau les divers systèmes financiers des pays du Maghreb et réduire les écarts entre ces mêmes pays. Quant à la création d'une zone maghrébine de libre échange, Brahim Gacem estime que le lancement des activités financières de cette banque peut en accélérer sa mise en place.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts