+ Reply to Thread
Page 1 of 2 1 2 LastLast
Results 1 to 7 of 8
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 7 Juillet 2010 -- Le ministre des Travaux publics Amar Ghoul a demandé aux entreprises de son secteur de s'approvisionner auprès des entreprises nationales en matériaux et équipements utilisés pour la réalisation de certains projets routiers. M. Ghoul s’exprimait à Alger lors d'une rencontre d'évaluation regroupant les directeurs des travaux publics des 48 wilayas (DTP). Le ministre a indiqué avoir instruit les responsables du secteur « pour faire en sorte que les sociétés en charge de réaliser des projets routiers et d'ouvrages d'art s'approvisionnent en équipements préfabriqués (poutres, dalles en béton, ponts métalliques...) produits par des entreprises nationales, au lieu de les importer ». Cette décision s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique du gouvernement visant à réduire fortement les importations.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 8 Juillet 2010 -- La réalisation des projets routiers, et particulièrement les derniers tronçons de l'autoroute Est-Ouest, sera presque entièrement «algérianisée», selon des directives que le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a annoncées hier mercredi aux DTP des 48 wilayas du pays. Réunissant les directeurs des travaux publics et les responsables d'entreprises et bureaux d'études chargés de la réalisation de routes et autoroutes, le ministre a insisté pour que les approvisionnements en équipements et matériels lourds soient réalisés par les entreprises nationales spécialisées dans la construction de ce type d'équipements. Il a ainsi déclaré avoir donné instruction aux responsables du secteur «pour qu'ils prennent toutes leurs dispositions pour que les sociétés chargées de la réalisation de projets routiers et d'ouvrages d'art s'approvisionnent en équipements préfabriqués (poutres, dalles en béton, ponts métalliques...) auprès d'entreprises nationales dotées d'unités de fabrication de ces composants». Il a ainsi laissé entendre que les entreprises réalisatrices de projets routiers ne doivent plus importer ce type d'équipements et de matériel. Il a, à ce propos, souligné que «la Société algérienne des ponts et ouvrages d'art (SAPTA), qui possède à Reghaïa (Alger) une unité de fabrication de ces éléments, peut couvrir la demande exprimée par les entreprises chargées de réaliser des projets routiers à travers le pays». Selon M.Ghoul, «cette unité fournit des produits conformes aux normes internationales». Certifiée aux normes ISO, cette usine est spécialisée dans la préfabrication de poutres en béton destinées, entre autres, aux ponts et viaducs, ossatures de parkings à étages et passerelles pour piétons. «Nous allons mettre tous les moyens à la disposition des DTP pour qu'elles puissent se doter en équipements et matériels de travaux publics auprès des entreprises nationales», a-t-il précisé.

    Avec SAPTA, il y a également plusieurs entreprises nationales spécialisées dans la fabrication d'ouvrages d'art et viaducs, comme l'ENGOA, qui a participé, avec Cosider, à la réalisation de plusieurs centaines de kilomètres de l'autoroute Est-Ouest, depuis le lancement des travaux. Avec une enveloppe de quelque 3.100 milliards de dinars pour le programme d'investissements publics s'étalant sur la période 2010-2014, le secteur des travaux publics, qui s'est taillé la part du lion avec un peu moins de 100 milliards de dollars dans ce programme, donne de fait, selon les instructions du ministre, un plan de charge «en béton» pour les entreprises nationales. Autant celles spécialisées dans les équipements et matériels de travaux publics et hydrauliques, que celles de la production d'éléments de routes, ponts et viaducs. L'instruction de M. Amar Ghoul conforte en outre les objectifs du gouvernement d'améliorer le plan de charge des entreprises nationales les plus performantes, d'améliorer leur chiffre d'affaires et d'encourager l'emploi d'une main-d'œuvre spécialisée. Le ministre s'est ainsi félicité de la bonne qualité, répondant aux standards internationaux, des 1.187 ouvrages d'art (ponts et viaducs) construits entre 2005 et 2009. L'interdiction d'importation d'équipements de BTP sera également un autre moyen de limiter les paiements extérieurs et de donner plus de projets aux entreprises nationales, dont certaines sont agonisantes, comme la SONATRO, du fait même de l'absence de plans de charge. Par ailleurs, le ministre des Travaux publics a réaffirmé que le prix du péage sur l'autoroute Est-Ouest, en cours d'achèvement, sera «abordable et à la portée de toutes les bourses», sans pour autant donner un seuil ou un chiffre indicatif. Cette autoroute aura en principe 55 points de péage, 42 stations d'essence, dont 11 seront livrées en 2011 par Naftal, accompagnées d'aires de repos et de stationnement, ainsi que de postes de surveillance et de secours de la Gendarmerie nationale et de la Protection civile.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Lundi 20 Décembre 2010 -- Amar Ghoul, ministre des travaux public, a réuni lundi tous ses cadres, les chefs d’entreprises et les banques pour discuter des nouvelles décisions relatives à la préférence nationale en matière d’affectation des projets. «Nous allons lancer une opération d’envergure en mettant en application toutes les mesures incitatives», a-t-il annoncé dimanche au Conseil de la nation en marge d’un débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement. Il a rappelé la révision de la réglementation et du code des marchés publics qui donne priorité à l’outil national public et privé. «Le recours aux partenaires étrangers sera exceptionnel. Nous avons démarré le projet de l’autoroute Est-Ouest avec 30 ingénieurs algériens. Aujourd’hui, nous avons 5.000 ingénieurs, cadres et techniciens dans les grandes infrastructures», a-t-il dit. Il a noté que cet encadrement algérien s’occupera des projets de l’autoroute des Hauts plateaux et de la rocade Nord-Sud. «Là où nous avons un projet complexe comme un ouvrage d’art ou un risque majeur qui nécessite une prise en charge poussée, nous allons solliciter le partenariat étranger, un partenariat gagnant-gagnant bien balisé qui aura obligation d’investir», a-t-il souligné. Selon lui, ces nouvelles mesures ne vont pas dissuader les partenaires étrangers de venir en Algérie. «Actuellement, tous les pays élaborent des mesures économiques «nationalistes» pour protéger leurs productions nationales et l’Etat-nation. Même les pays les plus ouverts du monde, comme les Etats-Unis, le font. Il faut tirer tous les enseignements qu’il faut de la crise mondiale devenue économique et sociale», a-t-il noté.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Lundi 20 Décembre 2010 -- La politique de patriotisme économique du gouvernement Ouyahia commence à prendre forme dans les travaux publics. Une convention de financement entre la Société de gestion des participations de l’Etat (SDGP-SINTRA) et les deux banques publiques BDL et CPA a été signée, lundi 20 décembre au siège du ministère des Travaux publics, a-t-on appris auprès du docteur Omar Oukil, responsable de la communication de ce département ministériel. Coût de l’opération : 120 milliards de dinars, soit environ 1,2 milliard d’euros. Cette convention porte sur «l’assainissement financier de 51 entreprises publiques relevant du portefeuille des travaux publics, l’octroi de crédits d’investissement et de mise à niveau de ces entreprises et un programme spécifique d’amélioration de la gestion». «Cette convention permet de sauvegarder plus de 40.000 postes d’emplois», a précisé M. Oukil. Les entreprises concernées bénéficieront d’un plan de charge de la part du secteur des travaux publics et de moyens financiers pour moderniser leurs moyens de production. Cette initiative intervient au moment où le ministre des travaux publics veut limiter le recours aux partenaires étrangers pour la réalisation des projets. «Le recours aux partenaires étrangers sera exceptionnel. Nous avons démarré le projet de l’autoroute Est-Ouest avec 30 ingénieurs algériens. Aujourd’hui, nous avons 5.000 ingénieurs, cadres et techniciens dans les grandes infrastructures», a déclaré Amar Ghoul dimanche au Conseil de la nation en marge d’un débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Lundi 20 Décembre 2010 -- Deux ministres, un même dossier et deux positions contradictoires exprimées à 24 heures d’intervalle. Dimanche, Amar Ghoul, ministre des travaux publics, a annoncé une limitation du recours aux partenaires étrangers dans la réalisation des projets de son secteur. «Le recours aux partenaires étrangers sera exceptionnel. Nous avons démarré le projet de l’autoroute Est-Ouest avec 30 ingénieurs algériens. Aujourd’hui, nous avons 5.000 ingénieurs, cadres et techniciens dans les grandes infrastructures», a-t-il dit en en marge d’un débat au Conseil de la nation sur la déclaration de politique générale du gouvernement Ouyahia. Cette décision serait le résultat de la nouvelle politique de patriotisme économique du gouvernement. Mais, en visite en Bosnie, Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, a une autre vision des choses. Lundi, il a lancé un appel aux sociétés bosniennes pour participer davantage au programme quinquennal d'investissements publics qui s'élève à plus de 280 milliards de dollars. «Nous sommes venus ici pour inviter les entreprises (bosniennes) à être plus nombreuses encore chez nous», a déclaré le ministre des Affaires étrangères à l'issue d'une rencontre à Sarajevo avec son homologue bosnien, Sven Alkalaj. «Nous souhaitons de tout cœur que le volume des échanges, qu'il s'agisse des échanges commerciaux, de la participations aux appels d'offres du gouvernement algérien, ou bien des investissements directs d'entreprises (bosniennes) en Algérie, puissent bientôt atteindre un milliard de dollars et plus», a ajouté le ministre algérien. Une conférence devant rassembler des compagnies bosniennes et algériennes sera organisée «dans les prochains mois», pour les inciter à fonder des sociétés communes afin de mieux profiter du plan d'investissements. «Nous avons identifié les secteurs et les domaines dans lesquels la Bosnie et l'Algérie peuvent faire beaucoup en termes de projets communs (...)», a déclaré M. Alkalaj, précisant qu'il s'agit notamment de l'énergie, des industries du bois ainsi que du domaine pharmaceutique et alimentaire.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Samedi 29 Janvier 2011 -- Le groupe canadien SNC Lavalin a perdu un contrat d’un montant d’un milliard de dinars (10 millions d’euros) en Algérie. Il s’agit du projet d’études de la pénétrante autoroutière Annaba‑Souk Ahras sur 220 km. Le contrat attribué provisoirement à ce groupe n’a pas été validé par la Commission nationale des marchés publics (CNMP) qui l’a rejeté. Ce n'est pas la première fois que le groupe canadien perd un contrat en Algérie. Un autre appel d’offres sera lancé dans les prochains jours, selon nos sources. Cet appel d’offres pourrait être réservé uniquement aux bureaux d’études nationaux, comme le stipule le nouveau code des marchés publics.

  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Lundi 28 Février 2011 -- Quelque 700.000 postes d'emplois seront créés dans le cadre des projets inscrits au titre du quinquennat 2010‑2014 du secteur des Travaux publics, a annoncé lundi 28 février à Alger le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul. Le ministre s'exprimait lors d'une rencontre ayant regroupé les entreprises de réalisation, les bureaux d'études ainsi que les laboratoires de contrôle et de suivi du secteur public. Il a indiqué que son département «ambitionne de créer 700.000 postes d'emploi» dans le sillage des nombreux projets du quinquennat 2010‑2014 au niveau national. Parmi ces projets figurent notamment la réalisation de 22.000 km de routes et d'autoroutes, 2.000 ouvrages d'art, mais aussi 60 projets d'infrastructures maritimes et 30 opérations d'aménagement aéroportuaire.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts