+ Reply to Thread
Results 1 to 6 of 6
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mercredi 10 Novembre 2010 -- Le secteur du bâtiment termine l’année 2010 dans la difficulté. Les promoteurs et les entreprises de réalisation se plaignent en effet du manque de plan de charge. «Sur le terrain, tout est à l’arrêt», affirme à TSA, un promoteur immobilier. En cause, le retard pris dans le lancement des nouveaux programmes étatiques de logements prévus dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014. L’Algérie compte construire deux millions de logements durant les quatre prochaines années, selon le programme du président Abdelaziz Bouteflika. «Nous attendons tous le lancement des nouveaux programmes de logements. La majorité des entreprises dépendent de la commande publique», ajoute le même promoteur. Les entreprises de réalisation s’attèlent actuellement à achever les derniers travaux de finition des logements construits dans le cadre du plan quinquennal 2005-2009. «Nous avons mis beaucoup de travailleurs au chômage technique. Les ferrailleurs, les coffreurs et touts ceux qui interviennent au démarrage des chantiers sont au chômage», explique un entrepreneur. Le ministère de l’Habitat et de l’urbanisme tarde en effet à lancer les nouveaux programmes de logements sociaux participatifs et de logements aidés prévus dans le plan quinquennal 2010-2014. Il attend notamment l’adoption d’une nouvelle loi sur la promotion immobilière et la mise en place de la nouvelle formule du logement promotion aidé qui remplacera le logement location-vente.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Dimanche 21 Novembre 2010 -- Le groupe Cosider a obtenu le contrat de réalisation de 72 logements sociaux participatifs (LSP) à Ain Benian à l’ouest d’Alger. Le contrat d’un montant de 202 millions de dinars doit être exécuté dans un délai de 15 mois, a indiqué dimanche l’Office de gestion et de promotion immobilière d’Hussein Dey (Alger). Le groupe Cosider, via sa filiale Cosider Construction était l’unique soumissionnaire pour ce projet.

  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 27 Novembre 2010 -- «Nous leur donnons de l'argent, nous leur procurons les clients et eux se considèrent comme des promoteurs immobiliers. Ce n'est pas comme cela que les choses doivent se passer et cette nouvelle loi (sur la promotion immobilière) est venue remettre les pendules à l'heure», a déclaré jeudi, au Palais des expositions d’Oran, Noureddine Moussa, ministre de l’Habitat, à l'occasion de l'inauguration du Salon international du logement, bâtiment Batiwest 2010, qui se tient jusqu'à la fin du mois. «Au contraire, ces nouveaux textes, ajoute-t-il, protègent les promoteurs.» Outre les fabricants ou importateurs de matériaux de construction et d'équipements, nombre de sociétés spécialisées dans la promotion immobilière figurent parmi les exposants.

    Ces derniers ne partagent pas entièrement l'avis du ministre, même s'ils sont d'accord sur la nécessité de mettre de l'ordre dans la profession. «Nous approuvons entièrement l'idée d'assainir le milieu mais, pour nous, les véritables promoteurs, la nouvelle loi est contraignante car elle traduit une volonté de l'Etat à diriger le secteur au lieu de se contenter de le réguler», estime M. Chemloul, promoteur, qui donne comme exemple la nécessité de passer par un agrément. «Je suis un commerçant qui fabrique et vend un produit et, mieux que cela, en fonction des aléas du marché, je peux vendre mes parts dans ma société ou en acheter d'autres dans une autre société, etc.», explique-t-il en mettant en avant le dynamisme qui doit caractériser toute activité. «Où est la liberté d'entreprendre dans tout cela ?», s'est-il interrogé, en mettant en avant l'idée que l'Etat dispose d'assez de mécanismes pour lutter contre les contrevenants aux règles.

    Le bâtiment est l'un des secteurs où les entreprises algériennes sont impliquées en majorité. Celles-ci ont contribué, selon les organisateurs du Salon, à hauteur de 95% dans la réalisation des programmes initiés durant la dernière décennie et dont le nombre de logements (tous segments confondus) livrés au 31 décembre 2009 a atteint 1.045.000 unités. À la même date, le nombre de logements en cours de réalisation atteignait 557 000, dont 89% pris en charge par des entreprises algériennes. Depuis 2005, l'Etat a, selon la même source, investi plus de 618 milliards de dinars. Si les objectifs tracés dans le programme présidentiel sont atteints, il reste que les besoins en matière de logements sont encore immenses avec, notent les mêmes organisateurs, «561.000 habitats précaires recensés à travers le territoire national, soit près de 3 millions de personnes qui vivent dans des conditions insalubres et inacceptables». Dans ce domaine précis et face à une telle urgence, le concept de «préférence nationale» avancé dans ses déclarations par le ministre pour ce qui est des attributions des marchés publics paraît obsolète, ce qui sous-entend une priorité à la performance et l'efficacité.

  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Lundi 7 Février 2011 -- L’Organisme national de contrôle technique de la construction (CTC) vient d’être officiellement créé, selon un avis de constitution de cette société publiée lundi 7 février dans la presse. Le CTC a pour objet de mettre en place les procédures de normalisation des activités de contrôle technique de la construction en vue de l’unification des procédures, du développement des référentiels du contrôle technique et de son extension à tous les corps d’état du bâtiment. Il doit également veiller à l’économie dans la construction dans le respect de la qualité requise, participer à l’élaboration de la réglementation technique de la construction et développer les bases de données relatives à la qualité de la construction. Mohamed Cherif Mohamed Arezki a été désigné pour diriger cet organisme public détenu par l’Etat. Le contrôle technique de la construction en Algérie est assuré actuellement par de nombreux centres régionaux comme le CTC centre, le CTC ouest, le CTC est, le CTC Chlef, le CTH (contrôle technique de l’hydraulique). Parfois, ces centres n’appliquent pas les mêmes normes et réglementations de contrôle.

  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mardi 8 Février 2011 -- Depuis quelques mois, le patriotisme économique est au cœur du discours officiel. Mais dans les faits, même les promoteurs de ce concept ne semblent pas convaincus de son application. Le dernier exemple vient de l’UGTA, la centrale syndicale, dont l’une des missions est de défendre l’outil national de production : le Fonds national de péréquation des œuvres sociales (FNPOS), contrôlé par le syndicat, a décidé de solliciter les étrangers pour construire 744 logements sociaux participatifs (LSP) à Alger, financés par l’Etat et les travailleurs. Le FNPOS a en effet lancé un appel d’offres national et international pour construire des logements simples alors que les entreprises algériennes sont capables de le faire. Cette décision intervient au moment ou l’Etat a décidé de relancer des entreprises publiques du bâtiment, en leur octroyant d’importants aides financières.

    Le nouveau code des marchés publics, entré en vigueur en octobre 2010, a d’ailleurs limité le recours aux étrangers pour construire des logements et les infrastructures de base. Certains secteurs comme les ressources en eau ont décidé de lancer des appels d’offres réservés exclusivement aux entreprises algériennes. La commande publique doit en effet profiter aux entreprises algériennes. Autre anomalie, le FNPOS qui est financé grâce aux cotisations des travailleurs n’a pas le statut de promoteur immobilier. Comment peut-il mener des opérations de construction ? Les logements construits grâce à son argent demeurent pour la plupart vides en raison de son incapacité à établir les listes des bénéficiaires. En fait, les logements du FNPOS, sont devenus un moyen aux mains de l’UGTA, pour acheter la paix sociale et rester incontournable aux yeux des travailleurs.

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    March 2, 2011 -- Construction projects in Algeria will create up to 2.5 million jobs within the next three years, Housing Minister Noureddine Mousssa told APS on Tuesday (March 1st). The housing sector provides "an excellent opportunity for young people wishing to create their own businesses or form groups to undertake deals in the construction industry," Moussa said.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts