+ Reply to Thread
Results 1 to 2 of 2
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Yazid Slimani :


    Lundi 24 Janvier 2011 -- Après les produits alimentaires, la hausse des prix sur les marchés mondiaux touchent les matières premières. Ces deux derniers mois, le prix de l'acier a augmenté de 33%. Et selon une enquête publiée lundi 24 janvier par le Financial Times qui a interrogé une quinzaine d'experts internationaux du secteur, ce produit va connaître une hausse importante durant l'année 2011. Cette hausse pourrait atteindre 66% selon certains d'entre eux. La tonne d'acier pourrait atteindre 970 dollars en décembre prochain, un niveau record, dû au fait que les professionnels du secteur ont profité de l'envolée des coûts des matières premières pour augmenter leurs marges déjà affaiblies par la crise de 2008‑2009.

    Alors qu'une flambée des prix de l'acier se profile, l'Algérie n'a toujours aucun projet concret dans le domaine sidérurgique. Hormis le complexe d'El Hadjar d'Arcelor-Mittal, qui connaît des conflits sociaux incessants et des ruptures constantes de production, aucun investissement n'a été réalisé dans la sidérurgie. Pourtant la demande est forte et les acteurs intéressés se sont bousculés. Mais un seul projet a été concrétisé. Celui d'un groupe turc, qui doit lancer dans les mois qui viennent une usine de production d'acier et de fer à Oran. Un investissement de 450 millions de dollars. L'usine devrait être opérationnelle dans un an et demi ou deux ans selon l'ambassadeur de Turquie en Algérie, qui a fait cette annonce le 25 décembre dernier.

    L'exemple le plus éloquent est le feuilleton autour de la construction d'un site de production d'acier à Bellara, dans la wilaya de Jijel. Annoncé en 2004, date à laquelle le site a été déclaré zone industrielle d'intérêt régional, le projet n'a jamais vu le jour. Le groupe italien AFV Beltrame, un temps pressenti, s'est désengagé. Puis ce fut au tour de l'Egyptien El Ezz Industries. Selon certains, il réclamait des conditions inacceptables mais son retrait s'est opéré en pleine période de tensions entre l'Egypte et l'Algérie suite aux évènements autour des matchs de qualification pour le Mondial de football 2010. Arcelor-Mittal enfin, a jeté l'éponge en novembre dernier, selon les déclarations de son directeur général en Algérie Vincent Legouic au quotidien El Watan. «Comment investir dans une usine d’une grande capacité de production de rond à béton alors que nous sommes concurrencés par les importations depuis l’Europe du sud. En 2007, l’opportunité y était mais pas aujourd’hui où la donne a totalement changé», avait-il déclaré.

    Autre exemple, le groupe privé Cevital souhaite investir 2 milliards de dollars dans la construction d'un complexe sidérurgique de 10 millions de tonnes à Cap Djinet, près d'Alger pour un montant de 2 milliards de dollars. Les demandes d'autorisation ont été déposées il y a deux ans, mais jusqu'ici, le groupe n'a reçu aucune réponse, ce qui poussait Issad Rebrab, son PDG à dénoncer en août dernier «les lenteurs» que subit son projet. Il semble que l'Etat ne fasse rien pour accélérer le développement d'un véritable secteur sidérurgique. Pourtant l'urgence est là. L'Algérie risque dans ce contexte de payer le prix fort de ses hésitations à relancer le secteur sidérurgique. En bloquant ou en ne favorisant pas la réalisation de projets pourtant portés par des leaders du secteur, il condamne l'Algérie à continuer d'importer massivement un produit qu'elle serait parfaitement capable de produire.

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    March 16, 2011 -- Algeria’s imports of steel products may drop “significantly” this year following the completion of infrastructure projects in the country, said Mohamed-Laid Lachgar, secretary general of the Arab Iron & Steel Union. “This decline is attributed to the completion of most major infrastructures and public works projects launched by Algeria during the last five years,” Lachgar said yesterday in an interview in Algiers, the capital. He didn’t give a figure for the likely drop. Algeria’s steel imports rose about 10 percent in 2010 to 4 million metric tons, Lachgar said. The country produced 1.5 million tons of steel products in the year, of which 1.1 million came from Arcelor-Mittal (MT)’s Annaba unit and the rest from Algerian companies, he said. A 25 million-ton production estimate for Arab countries in 2011 will be revised downwards because of the political turmoil in some parts of the region, he said. Steel demand in Arab countries will be 30 million tons in 2011 and 35 million tons in 2012, Lachgar said. “Many plants are idle, notably in Egypt, Bahrain and Tunisia,” Lachgar said. “Others are outright shut down, such as the plant of Misurata in Libya.”

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts