Algeria.com Discussion Forum - Powered by vBulletin


+ Reply to Thread
Page 1 of 2 1 2 LastLast
Results 1 to 7 of 9
  1. #1
    Guest 123 is offline Quarantined Users
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Algeria's beloved goldfinch threatened by bird smugglers


    November 28, 2008 -- Algerians are passionate about their pets. While dogs, cats, rabbits, and tortoises prevail, the demand for more exotic fare is growing. Guinea pigs, white mice, squirrels and fish, including the notorious piranha, can be found in Algerian households. There is even the fennec, a small fox that lives in the Sahara.

    It is a local bird, however, which has become something of a household staple and generated interest on the other side of the Mediterranean.

    The colourful, little goldfinch brightens many Algerian homes with its pleasant song and cheerful plumage. It is also becoming a victim of its own popularity.

    Walk anywhere through the streets of Algiers and you can hear caged goldfinches chirping from the windows. It is not unusual to see a young person taking a pet goldfinch outside for some sunshine and to show it off to their friends.

    Rabah Amarou, who works for an advertising agency, has been a fan of birds since early childhood.

    "It’s my passion," he said. "I love birds."

    He is particularly enamoured of the goldfinch. "I have about fifteen now, but at times in the past I've had many more than that."

    "My wife can’t stand them because of all the cleaning-up," he said wistfully.

    A less-than-enthusiastic spouse is not his only problem. Having a pet also means another mouth to feed. Money must be set aside to buy seeds, bird vitamins, cages, and other things. A kilogram of millet, which goldfinches love, costs 100 dinars, while a cage costs 500 dinars.

    Like many other pet enthusiasts, however, Rabah has found a solution: selling birds to other people.

    "If I buy a young goldfinch for 200 or 300 dinars and rear it for a few months, I can sell it and make a good price – 3,000 dinars or more if it sings well," he told Magharebia.


    Hakim Mazar admits he is goldfinch-mad. Every Friday, he goes to the weekly market in El Harrach, an eastern district of Algiers, where everything you can think of is for sale – including pets. This tiny and unremarkable space pulls in huge crowds every weekend, amid the charming confusion of an Arab souk.

    Now that the old Place des Trois Horloges market in the Bab el Oued district offers little more than pirate CDs, it is even busier.

    "I go there early every weekend with a friend, because later on it gets too crowded and that makes it a pain to look around," Hakim said. "Goldfinches are what I’m most interested in, but I also buy canaries."

    Even if Hakim does not find a good deal, it is still an opportunity to buy the items he needs to rear his birds. Everything for sale at the market is much cheaper than in the shops, he said, so it is worth the trip.

    Mourad Alil, a fifty-something administration worker, also has a goldfinch but prefers more exotic avian breeds like his Gabonese parrot.

    He goes to the El Harrach market to swap bird-care stories with sellers. He wants to learn as much as he can about his feathered friends. "I gather information, I search the Internet and I come here to pick up some tips," even though, he notes, "real experts are rare here".

    On the other side of the Mediterranean, there are plenty of goldfinch-lovers willing to part with large sums of money to acquire the winged creature.

    Smugglers are also interested in the bird, but for reasons other than its pretty song and colours. They see the money-making potential.

    El Hadi Oldache, a forest agriculturist and teacher at the National Agronomy Institute, is frustrated by the illegal trade. "It's common knowledge that smugglers supply to the European markets, Spain and France in particular," he explained, adding that good specimens sell for several hundred euros. "It’s a well-established route and generally passes through Morocco," he said.

    "It's a real massacre," he told Magharebia about the consequence of these goldfinch smuggling operations. "Of every hundred birds captured, only three survive."

    Algerian police have carried out numerous operations to catch smugglers attempting to sell this protected species on the European market. Their work has led to the release of thousands of goldfinches.

    In 2007, forest rangers released 200 captured birds in Tlemcen, 600 in Meghnia and 400 in Ain Temouchent. Almost a thousand were freed in El Amria. These figures illustrate the scale of the bird-smuggling problem.

    Trapping and selling of protected species is punishable by law, but this does little to deter offenders. Smuggling encouraged and sustained by high demand, combined with environmental degradation, is jeopardising the goldfinch's survival.

    Of Algeria's 386 indigenous avian species, 108 are listed as protected. One of these at-risk birds is the European goldfinch (Carduelis).

  2. #2
    Bent_Bladi is offline Registered User
    Join Date
    May 2005
    Location
    In da hood
    Posts
    7,134
    omg... dang

    but it's true, even in syria they're obsessed w/ birds. my grandma's house is lined with bird cages... and all the stores have at least one cage hanging outside.....

    my uncle there has two cats and wanted to get a hamster, but they're like $100 in syria =/

    AHHHHHHHH i miss syria


    NEVER grow up
    Al Imran 147 - BE OPTIMISTIC!!
    your ≠ you’re

  3. #3
    Guest 123 is offline Quarantined Users
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 20 Juin 2009 -- Le chardonneret, cet élégant oiseau très apprécié pour son ramage et qui peuplait jadis la plaine de la Mitidja et les premiers contreforts de l’Atlas blidéen, est aujourd’hui menacé de disparition dans ces zones. Un oiselier, connu sur la place de Blida et jouissant d’une très longue expérience dans l’élevage du chardonneret tente une explication : « La chasse sauvage de cette espèce volatile, pratiquée à grande échelle à des fins lucratives, ainsi que l’avancée du béton qui a anéanti les zones d’habitat et de reproduction du chardonneret, sont à l’origine de sa disparition progressive. » Pour ce spécialiste, « le temps de la chasse à la glu est révolu et les chasseurs utilisent de nos jours le filet, une pratique dévastatrice qui menace sérieusement ce passereau, notamment dans les plaines où il reste très vulnérable ». Cet oiseau qui est menacé de disparition en raison de son succès d’animal de compagnie est également « chassé en période de reproduction, un autre facteur qui a grandement contribué à l’anéantissement de cette espèce ». Le mâle qui joue un rôle prépondérant dans la nichée a peu de chances de survivre quand il est chassé en période de reproduction et meurt souvent de stress, selon ce spécialiste qui lance un véritable SOS pour la sauvegarde de cette espèce, pourtant protégée par la loi. Cette protection passe, selon lui « par un contrôle sévère au niveau des marchés hebdomadaires où les amateurs d’oiseaux et même les étrangers, notamment des marins de passage en Algérie, font razzia sur le chardonneret ».

    Le marché des oiseaux de Blida attire, chaque vendredi, un grand nombre d’oiseliers venant des quatre coins de la wilaya et même des wilayas limitrophes, qui pour vendre, qui pour acheter, jetant plus particulièrement leur dévolu sur le chardonneret. Ces oiseliers, généralement des connaisseurs, usent à chaque fois de beaucoup de ruse et de patience pour choisir les oiseaux les plus beaux et les plus performants. Les prix du chardonneret varient selon l’âge, la taille, le plumage ainsi que la capacité de reproduction car il s’accouple généralement avec le canari pour obtenir des hybrides appelés communément « mulets » et qui produisent un chant particulièrement agréable. Ce passereau, dont le prix varie entre 1000 DA pour les jeunes et 15 000 DA voire 18 000 DA pour les chardonnerets dits «phénomènes» à cause de la couleur de leur plumage, bien différent des autres, fait l’objet également d’un vaste trafic vers l’Europe où il est cédé à un prix qui peut atteindre jusqu’à... 4000 euros (400 000 DA) l’unité, selon un oiselier. Il existe, selon un ornithologue, 122 espèces de chardonnerets dont les plus connus sont le Sizam qui se distingue par sa queue blanche, le Charbonnier dont le plumage noir est prédominant et qui sert à l’accouplement, le Févier, au plumage plutôt blanc, ainsi que le Cardielus major, originaire de Sibérie (Russie) et qui se distingue des autres par sa grande taille. Le chardonneret peut vivre jusqu’à 24 ans en captivité et plus en liberté. Le directeur du parc national de Chréa, Dehal Ramdhane, signale que le chardonneret est protégé par la législation algérienne au même titre que beaucoup d’espèces animales non domestiques à travers le décret 83-509 du 20 août 1983, mais que la défaillance réside au niveau de l’application des textes.

  4. #4
    Guest 123 is offline Quarantined Users
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Zineb A. Maiche :


    Mercredi 8 Juillet 2009 -- Braconnier, vendeur ou amoureux de l’oiseau le disent tous : « Le chardonneret s’est presque éteint. Quelques vendeurs se risquent à l’exposer à Bab El Oued en fin de journée, sûrs de trouver acheteur. Mais ils ne sont pas légion et les quelques cages vides témoignent à elles seules de l’extinction de l’espèce. Aujourd’hui, le chardonneret a même disparu de la cage. » Ceux qui en possèdent en captivité peuvent s’en vanter car pour en acquérir c’est devenu difficile. Acquérir un chardonneret du Kaddous ou de Dély Ibrahim est impossible. Ceux qui se vendent aujourd’hui sur le marché viennent « du Maroc » ; en fait, de la frontière avec le Maroc. Et sa réputation n’égale pas celle du chardonneret de l’est du pays. Beaucoup de fléaux sont pointés du doigt dont l’urbanisation galopante, voire même les changements climatiques.

    Hocine, un amoureux du chardonneret, rappelle que l’un des plus beaux chanteurs était celui provenant de la forêt de Baïnem. Aujourd’hui, à l’emplacement même où les chardonnerets étaient capturés à la glu, des tours AADL ont été élevées. Habitué des rues de Bab El Oued, où il se gare sans crainte, Hocine explique : « Les gens ont peur de vendre des chardonneret dans leur boutique. Ils mettent en devanture des canaris et des perruches, et les chardonnerets sont dans l’arrière-boutique recouverts, ou parfois ils se risquent à les mettre en boutique, mais surélevés sur des étagères. Même si la vente n’est pas interdite, ils préfèrent éviter les problèmes. Pour moi, les chardonnerets, c’est ma passion. Les jours où je ne bosse pas, je sors mon chardonneret avec moi à Bab El Oued. Il m’accompagne partout. Mon frère, lui, en a trois, et il est capable de savoir d’où vient le chardonneret à son chant. L’un des meilleurs est celui de la forêt de Baïnem. Il a un chant magnifique. C’est une vraie drogue le chardonneret quand on s’y intéresse. Mais aujourd’hui, ils ne savent pas le chasser. Avant, on les prenait à la glu et on relâchait les femelles. Aujourd’hui quand ils attrapent une femelle, ils la tuent pour être sûr de ne pas la retrouver dans leur filet. »

    L’information est confirmée par un vendeur situé à la place des Trois Horloges à Bab El Oued. « On ne trouve plus de chardonneret. C’est fini en Algérie, il faut le chercher du côté du Maroc, vers Maghnia. Sinon en Kabylie, et encore ! Car il faut être Kabyle pour pouvoir chasser là-bas. Et puis ceux qui les attrapent s’en foutent. Avant ils tuaient la femelle, maintenant ils la gardent et la vendent à ceux qui n’arrivent pas à les distinguer. Ils disent que c’est un mâle ‘face femelle’, car il arrive qu’il ait le plumage de la femelle, mais c’est rare. Pour eux, tout ce qui compte c’est faire de l’argent. Et puis, il faut voir dans quelles conditions ils les ramènent, ça fait mal au cœur. En une semaine, il peut en ramener environ mille du côté de Maghnia. S’il va chasser vers Alger, il en aura même pas une dizaine ». Les modes de capture laissent par ailleurs à désirer puisque peu de chardonnerets arrivent en vie à destination. Plus de 50% des oiseaux emmaillotés dans les filets meurent du stress lors du transport. Mais cela n’empêche pas les braconniers à poursuivre leur chasse. Car, l’argent récolté de la chasse reste important. La demande est importante et le restera, puisque le chardonneret se reproduit difficilement en cage, sauf avec le canari.

    Le vif attrait qu’ont les Algériens pour l’oiseau n’a cessé d’être important. Dans certains quartiers, on sort son chardonneret comme on se promène avec un ami. La cage est soigneusement posée sur le capot de la voiture ou accrochée à un clou à l’entrée du café, le temps de la promenade matinale ou d’une discussion. Azzedine, qui a un temps vécu à Bab El Oued, se souvient de cet homme qui possédait un chardonneret qu’il avait en cage, mais dont la porte n’était jamais fermée. « Il suffisait qu’il le siffle pour qu’il sorte de la cage et se pose sur son épaule. C’était incroyable », précise-t-il. Lui-même en a possédé et est persuadé que cet oiseau n’est pas comme les autres. «Le chardonneret a des sentiments. Il sait si tu l’aimes ou si tu ne l’aimes pas. Il peut mourir de chagrin parce que tu ne t’occupes pas de lui. On a vu des chardonnerets refuser de se nourrir. Il est très sensible, attention !», déclare-t-il. Une sensibilité que les braconniers n’ont pas, puisque de leur chasse où les techniques sont de plus en plus affûtées et dangereuses pour l’espèce ne tiennent pas compte du danger auquel l’espèce est exposée. C’est que le gain récolté est important. Le chardonneret n’est, en effet, pas uniquement prisé par la seule population algérienne. Tout le pourtour méditerranéen est amoureux du chardonneret. Plus particulièrement l’Espagne et la France où la demande est la plus importante.

    Certains spécimens sont vendus quelques centaines d’euros. Le chardonneret albinos, tout blanc, coûte 500 à 1000 euros, selon les sources. Le ramage est important, mais le chant également. Certains s’adonnent au plaisir de leur apprendre des chants. Certains, comme le chardonneret de Souk Ahras, est particulièrement prisé, puisqu’on lui attribue une grande facilité à assimiler tous les répertoires. « Il existe différentes méthodes pour faire apprendre un chant au chardonneret ; il faut d’abord l’avoir jeune et on peut lui faire passer une cassette d’un chant qu’on veut lui enseigner. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, on met le chardonneret dans une cage qu’on recouvre d’un carton qu’on a incisé à deux endroits. Puis, on place des écouteurs MP3 qu’on laisse fonctionner toute la nuit. Chaque éducateur a sa méthode. Grâce à son chant, un chardonneret peut être cédé autour de 50 000 DA. Rares sont ceux dont les scrupules leur font abandonner cette activité fort lucrative. J’en connais un qui les attrape. Il en avait attrapé une grosse quantité qu’il a mise dans un couffin et recouvert d’une toile. Il était content de sa ‘pêche’. Le lendemain, ils étaient tous morts, il ne sait pas pourquoi ; mais depuis, il n’en a plus jamais attrapé un seul », raconte Hocine. À défaut de miracle, des solutions sont appliquées à l’étranger permettant de sauver l’espèce. Réglementer la chasse ou créer les possibilités pour les accoupler en volière sont des pistes sur lesquelles des amoureux et spécialistes se sont pourtant déjà penchés.

  5. #5
    Guest 123 is offline Quarantined Users
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 8 Août 2009 -- Le chardonneret est prisé pour son plumage multicolore et son chant agréable. Son élevage a de tout temps fait partie des mœurs citadines des Algériens. On en trouve pratiquement dans toutes les villes. Il est appelé « maknine »à Alger, « boumziène » à Annaba et abrégé en « chardon » à Souk Ahras, ville réputée pour la qualité hautement appréciée de ces oiseaux et évidemment ses oiseleurs. Au marché hebdomadaire, des centaines de personnes débarquent des quatre coins du pays pour négocier l’achat d’un ou de plusieurs chardonnerets à la fois. On y voit des connaisseurs en la matière qui viennent monter leur petite affaire. Des profanes et de simples acquéreurs qui se perdent en négoce au milieu d’une foule compacte où se mêlent, dans un enchevêtrement d’objets hétéroclites, les étals réservés aux accessoires d’élevage, cages d’oiseaux et autres instruments et outillages utiles pour l’éleveur. Pour 3 000 DA, le client peut s’offrir le plaisir d’écouter un son autre que celui du ronronnement des machines ou des vrombissements des moteurs des véhicules. Mais pour se permettre une rareté, l’acquéreur doit débourser entre 4 000 et 6 000 DA. C’est le prix d’ « El-Hekkani », un chardonneret racé, d’un âge moyen et dressé par un maître. Une aubaine pour bon nombre de jeunes qui s’adonnent occasionnellement à cette activité pour les besoins de la rentrée scolaire ou pour se permettre un pécule sans recourir aux parents. Certains en font, par contre, un véritable gagne-pain. « Je ne peux subvenir aux besoins de la famille que grâce à ce commerce fort lucratif. J’ai beau chercher un travail, ce n’est pas évident », nous a confié un oiseleur. Son ami, un quinquagénaire, dans la force de l’âge, a transformé la passion en activité pécuniaire. Il explique ainsi cette conversion : « Féru de chardonnerets depuis ma tendre enfance, j’élevais un à deux couples sans jamais penser à en faire commerce. Hélas, les temps se font durs et mes 18 000 DA de retraite ne peuvent couvrir les dépenses des neuf personnes à ma charge. La vente de deux, jusqu’à trois chardonnerets chaque semaine épargne ma famille de la disette, el-hamdou lillah ». Des citoyens de Lakhdara, Sidi-Badr, Aïn Seynour, Zaârouria et autres régions où prolifère l’oiseau fanion de Souk Ahras, n’ont pas manqué de tirer la sonnette d’alarme quant aux risques de disparition de cette espèce d’oiseaux par l’effet d’une chasse qui ne connaît ni normes ni limites. Le nombre de chardonnerets (naguère omniprésents dans les régions de la wilaya) est aujourd’hui limité à des zones éparses qui se comptent sur les doigts d’un manchot. Son extinction est déjà visible à Mechroha et Ouled Driss.

  6. #6
    Guest 123 is offline Quarantined Users
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 29 Août 2009 -- Les oiseaux rares, notamment ceux recherchés pour leur chant ou leur plumage ou encore pour l'accouplement, sont devenus ces derniers temps, un marché juteux qui prend de l'ampleur d'année en année. À la sortie de Aïn Témouchent sur la RN 2, la brigade de la sécurité routière a, lors d'une fouille systématique d'un véhicule immatriculé à Alger, saisi pas moins de 100 chardonnerets et autres espèces, une marchandise destinée au marché algérois où les demandeurs sont de plus en plus nombreux. Les volatiles ont été, croit-on savoir, remis à la Conservation des forêts qui devaient les relâcher dans la nature. Il faut dire qu'une pièce de chardonneret coûte entre 5.000 à 8.000 dinars. Détail important dans un précédent bilan d'activité du groupement de la gendarmerie: les oiseaux proviennent du Maroc. Et en 2008, pas moins de 3.000 oiseaux rares ont été saisis par les forces de l'ordre lors des barrages fixes dressés sur les RN 35 et RN 2 reliant Oran et Tlemcen.

  7. #7
    Guest 123 is offline Quarantined Users
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Djamel Zerrouk :


    Mardi 4 Mai 2010 -- La journée du 1er mai a été marquée dans la ville d’Aïn Taya (Alger) par un concours du meilleur chardonneret. Le chant de ce passereau, un gazouillis fluide et répétitif, est un véritable régal pour les oreilles. Organisée par le centre culturel d’Aïn Taya, sous l’égide du président de l’APC M. Abdelkader Rekkas, cette manifestation n’a pas manqué de drainer une grande foule composée de connaisseurs et de curieux. Le chant, l’allure et l’entretien ont été les critères présidant à ce concours auquel une vingtaine de participants avaient pris part. En parallèle à cette manifestation ornithologique, une exposition de différentes espèces d’oiseaux a été organisée par un spécialiste de la région, M. Soudani. Des dessins réalisés par M. Touam, présentant toutes sortes d’oiseaux et accompagnés d’informations inhérentes à leur vie et aux différentes manières de les entretenir, ont suscité l’intérêt des visiteurs. À la fin de ce concours, des cadeaux et des coupes ont été remis aux lauréats des quatre premières places revenues respectivement à Karim Mekkaoui, Salah Tounsi, Ramel Benmekedem et Boualem Mokrani. Le jury était composé de personnes ayant des connaissances en ornithologie, à l’instar de MM. Mohamed Soudani, Brahim Bouktouf et Rabah Makhlouf dit «professeur».

    Force est de constater l’engouement et l’intérêt portés à cette manifestation dédiée exclusivement au chardonneret, connu chez nous sous le nom d’el-maknine et dont l’initiateur n’est autre que M. Hamid Doughmane, un féru de cette espèce d’oiseau chanteur protégée car en voie de disparition. L’idée a été concrétisée avec la précieuse collaboration de Mlle M. Drif. Le chardonneret est un élégant passereau, un peu plus petit qu’un moineau et qu’on reconnaît à son plumage composé d’un mélange de brun clair, de noir, de blanc, de doré et de rouge, produisant une cascade de couleurs au moindre mouvement. Les deux sexes sont semblables. Son dos est brun chamois, sa poitrine et son ventre sont bruns avec du blanc et son croupion blanchâtre. Il a des ailes noires avec barres jaune vif clair, particulièrement visibles en vol. Sa queue noire et blanche est fourchue. Il porte une tache cramoisie sur la face. Cette tache est un peu moins étendue chez la femelle.

    Les Algériens ont une passion maladive pour le chardonneret. Presque tous les foyers en possèdent un ou plusieurs. On peut entendre les gazouillis dans presque tous les balcons. «Il n’est pas rare de rencontrer un jeune promener son chardonneret pour lui donner un bain de soleil et, bien sûr, frimer devant les copains», relève un connaisseur. De nombreuses interceptions de contrebandiers tentant d’acheminer cette espèce protégée vers l’Europe ont été effectuées par la police nationale. Ainsi des milliers de chardonnerets ont pu recouvrer la liberté. En 2007, les employés de la Conservation des forêts ont relâché 200 oiseaux à Tlemcen, 600 à Maghnia, 400 à Aïn Temouchent et près d’un millier à El-Amria.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts