Algeria.com Discussion Forum - Powered by vBulletin


+ Reply to Thread
Page 16 of 32 FirstFirst ... 6 14 15 16 17 18 26 ... LastLast
Results 106 to 112 of 223
  1. #106
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    August 12, 2008 -- A change in Algeria's education policy this year will come as bad news to many students; top performers in the 2008 baccalaureate exams will no longer be granted scholarships to study abroad. Education Minister Boubakeur Benbouzid announced the decision just a few days after this year's bac results were published.

    The majority of top baccalaureate students who previously received scholarships did not return to Algeria after completing their university studies, Benbouzid said. Algerian President Abdelaziz Bouteflika's decision is aimed at keeping Algeria’s brightest youngsters at home and putting an end to a worsening brain drain, he added.

    According to figures revealed by Mustapha Khiati, President of Algerian NGO Forem, almost 40,000 Algerian researchers have left the country in ten years. There are over 12,000 Algerian doctors practising abroad, 8,000 of them in France, where a total of 72,000 Algerian graduates took jobs between 1994 and 2006. Philippe Georgeais, France's adviser on cultural co-operation and affairs at the embassy in Algiers, said 20,304 Algerian students are pursuing higher education courses in French universities.

    According to statistics released by the Higher Education and Scientific Research Ministry and reported by El Watan, 100 university students receive scholarships each year under agreements signed with a number of countries including China, the USA, France, Italy, the Lebanon, Canada and Egypt.

    "No measure, no matter how restrictive, will be able to stop Algerian students and school-leavers going abroad," said academic and political expert Karim Mohsein. He believes Algerian students need encouragement to expand their knowledge. "This doesn't always happen," he said.

    Boualam Tatah, a researcher and adviser to the Algerian Parliament, is sceptical: "The brain drain will go on for as long as the Algerian diaspora finds itself unable to prosper at home," he commented, citing the example of the "initiative launched in 2000 to create research labs, which has still not taken off".

    Tatah asserts that Algeria has no precise figures on the number of high achievers living abroad, saying: "Many of them prefer to cut off all contact with their homeland so that they can avoid military service."

    Algerian students appear to be drawn to the idea of going overseas. Many of them have submitted applications to foreign institutions, especially since the 2005 implementation of the Campus France-Algérie scheme, which has so far received 12,878 applications. This initiative is aimed at simplifying the process for Algerian students wishing to study in French universities.

    Sarha from Constantine, a second-year LMD student, is one of them. She hopes to study in Paris. Top of her year, she describes herself as a dedicated student and says she hopes to better herself by travelling overseas.

  2. #107
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    August 20, 2008 -- Now that the mayhem of the baccalaureate in Algeria is over and everyone knows whether they passed and how they scored, new high school graduates are gearing up to face another obstacle on the way to higher education: admission into university.

    According to numbers released by the Ministry of Higher Education, Algerian students performed very well overall on the baccalaureate examinations. Yet it is their widespread success which has stiffened the already fierce competition for admission into prestigious medical, polytechnic, public administration and veterinary science programmes.

    In response to the heightened demand, the ministry of education has raised the threshold for admission to several schools.

    "In previous years, Baccalaureate holders could enrol in the institutes of IT or Polytechnics with an average score of 12/20," said one frustrated student, Nadir. "Today I'm told that's impossible."

    Nadir now has to look for the next possible choice, but "the courses which are available don't interest me. I don't know what to do now," he added.

    Students like Nadir are being edged out by the greater-than-usual proportion of exceptional grades: in the 2008 bac exams, over 1,100 students received an "excellent" rating, with 11,500 "good" and some 64,000 "above average".

    According to official records, 33.6% of successful bac candidates (85,451 students) received their first choice course, while 186,628 others were directed to other programmes in their top five choices.

    Minister of Higher Education Rachid Harraoubia addressed the issue in a press conference on August 7th. Harraoubia said the government found it difficult to handle new student placements.

    The example of medical courses, he said, was the best illustration of the dilemma facing higher education authorities.

    "Twelve thousand spots are available in medical courses for the next university intake," he said, "but those passing the baccalaureate with 'excellent' or 'good' ratings number nearly 13,000.

    We didn't force the bac holders into taking one course or another, [but] even with an average score of 14/20, it would be difficult to get into a medical course."

    As for distribution across the different types of establishments, 80.84% of bac recipients will pursue studies at university, 40,866 others will go to university centres, 4,667 to national institutes and schools and 3,098 will go to higher national schools. The minister said that around 190,000 new seats will be taken up at the start of the new university year, whilst 141,000 students graduated this year.

    Because they cannot go into their preferred majors, some students are planning to retake the baccalaureate exam next year in order to improve their marks.

    One student plans to apply to the biology department at the Houari Boumediene University of Science and Technology, but was still considering re-taking the bac exams to achieve her dream of becoming a doctor.

    "I didn't get a good average score this year," she told Magharebia, "but I’m determined to work hard so that I can sign up for the medical course next year."

  3. #108
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Karima Mokrani :


    Lundi 19 Janvier 2009 -- Les candidats au futur examen du baccalauréat, session juin 2009, n’auront pas de grands soucis à se faire en ce qui concerne les conditions de déroulement de cette épreuve nationale. Et pour cause ! L’application de l’approche par compétence, annoncée pourtant pour cette année, est encore une fois reportée. En effet, assure un communiqué du ministère de l’Education nationale, transmis hier à notre rédaction, «les dispositions contenues dans l’arrêté ministériel du 21 janvier 2008, relatif aux épreuves du baccalauréat, n’ont fait l’objet d’aucun changement pour la session de juin 2009». Plus précis, les services du département de Benbouzid indiquent que «l’approche par compétence dans l’élaboration des sujets du baccalauréat ne sera pas appliquée à la session de juin 2009. Elle a été reportée sine die». Pour le reste, comme ça a été le cas l’année dernière, deux sujets d’examen seront soumis au choix des candidats et un temps supplémentaire de 30 mn leur sera accordé pour chaque matière afin de choisir le sujet le plus abordable. Pour ce qui est du contenu des sujets, la même déclaration du ministère en telle circonstance revient : «Les sujets que comportera l’examen du baccalauréat de la session de juin 2009 seront conformes aux contenus effectivement dispensés au niveau national.»

    Pour ce faire, le ministère de l’Education nationale assure que «des mesures appropriées ont été prises, dès le début de cette rentrée scolaire, pour un suivi de très près de l’état d’avancement des programmes pédagogiques, particulièrement au niveau des classes d’examen. Ce qui a permis d’enregistrer, au terme de l’évaluation pédagogique du premier trimestre, un meilleur état d’avancement des cours dispensés par rapport au premier trimestre de l’année scolaire 2008». Ainsi, le ministère de l’Education nationale semble prendre les mesures nécessaires pour le bon déroulement des épreuves du baccalauréat session juin 2009. Le ministère semble, par ailleurs, tirer les leçons de sa mauvaise gestion de la colère des élèves de terminale qui sont sortis, l’année dernière, dans la rue pour exiger un allégement du programme qu’ils jugeaient trop chargé, surtout après l’introduction de la nouvelle méthode d’enseignement appelée «approche par compétence». Une méthode qu’ils assimilaient mal malgré tous les avantages qu’elle procure aussi bien pour l’élève que pour l’enseignant. C’est donc une façon d’assurer une meilleure organisation de ces épreuves qui devraient atteindre, selon les ambitions de Benbouzid, des taux record mais aussi une manière d’anticiper sur d’éventuelles réactions négatives des futurs candidats.

  4. #109
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nassima Oulebsir :


    Lundi 16 Février 2009 -- Les lycées enregistrent actuellement un retard dans l’application des programmes pédagogiques au niveau de douze wilayas, à savoir Batna, Souk Ahras, Bordj Bou Arréridj, Msila, Naâma, Mostaganem, Aïn Defla, Illizi, Laghouat, Ghardaïa, Tamanrasset et Bouira. Ce retard enregistré dans les matières d’arabe, de philosophie et de mathématique concernent essentiellement les classes de terminale, a indiqué le ministre de l’Education nationale, précisant que les cours seront entièrement achevés avant le 15 mai prochain. Pas lieu de s’alarmer donc, selon M. Benbouzid qui présidait hier à Alger les travaux de la conférence nationale sur le suivi de la mise en œuvre des programmes, de soutien et de remédiation scolaires. Les retards accusés concernent seulement un à trois cours, toujours selon le ministre.

    Quelle que soit la situation, le ministre de l’Education a affirmé que les mesures exceptionnelles prises l’année dernière pour remédier à la surcharge des programmes seront reconduites cette année. Les candidats auront donc deux sujets au choix avec une demi-heure supplémentaire accordée pour une meilleure réflexion. «Tout ce qui a été décidé pour l’examen du bac 2008 sera appliqué cette année», a affirmé le ministre. La commission installée l’année dernière pour évaluer le suivi des programmes dans les lycées est donc appelée à assumer la même mission cette année. Il n’y aura donc pas de questions au baccalauréat du 7 juin prochain sur des cours qui n’auront pas été dûment dispensés en classe. Et la commission sillonnera le pays pour suivre de près l’état d’avancement des programmes dans les lycées. Entre-temps, les élèves concernés suivront des cours de remédiation pendant les heures creuses et les après-midi libres.

  5. #110
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nassima Oulebsir :


    Mercredi 18 Février 2009 -- Le ministère de l’Education nationale de rassurer les élèves ayant boudé les cours en signe de protestation contre la charge des programmes, en réitérant, circulaire ministérielle du 20 janvier 2009 à l’appui, qu’à l’instar de ce qui a été entrepris l’année dernière, des mesures exceptionnelles seront appliquées au profit candidats au baccalauréat du 7 juin prochain. Ainsi, il n’y aura pas de questions portant sur des cours qui n’auront pas été dispensés dans des lycées à travers le pays, les candidats auront deux sujets aux choix avec une plage horaire augmentée de 30 minutes, outre des temps de libre aménagés pour les révisions. L’équilibre entre les différentes wilayas en matière de programme sera pondéré à la fin du deuxième trimestre, souligne-t-on auprès du ministère.

    Dans la journée d’hier, un seul lycée d’Alger a enregistré quelques perturbations des cours, qui se sont vite atténuées. Elles sont dues à l’inquiétude des lycéens de «ne pouvoir terminer le programme avant l’examen. La plupart des élèves des classes de terminale qui avaient entamé mercredi dernier ce débrayage ne répondent effectivement plus au mot d’ordre de grève illimitée. Hier matin, seule une classe de terminale, celle du lycée Barberousse, a été désertée de ses élèves, qui se sont regroupés dans la cour de l’établissement pendant toute la matinée. L’académie d’Alger-Centre a néanmoins pu maîtriser la situation assez rapidement.

    Au lycée Saïd-Touati, l’administration a pu également maîtriser la situation. À 8 heures, les candidats au bac s’étaient regroupés à l’extérieur de l’établissement, avant que la direction du lycée ne les invite à tenir leur rassemblement dans la cour. «Une fois rentrés, la directrice nous a demandé de regagner nos classes», nous a confié un des élèves. «Nous avons alors rejoint nos classes dans la matinée», a-t-il ajouté. Plusieurs élèves disent tenir à leur plate-forme de revendications et affirment qu’ils sillonneront les autres lycées de la capitale pour convaincre leurs camarades de bouder les cours jusqu’à ce qu’une réponse favorable leur soit donnée quant à leurs doléances.

    Pour rappel, les candidats au bac 2009 demandent à ce que le ministère - ou l’académie - trouve une solution visant à conforter une assimilation parfaite des cours, estimant ne pouvoir supporter la charge des programmes pédagogiques actuels. Les élèves en question clament l’impossibilité d’achever les programmes avant la fin de l’année au regard des volumes horaires de cours. Une position soutenue également par les syndicats autonomes du secteur de l’éducation.

    Le ministre de l’Education nationale a pourtant été rassurant en début de semaine, assurant que les programmes scolaires seront achevés avant le 15 mai prochain et soulignant que seuls des retards de 1 à 3 cours sont signalés dans quelques wilayas. Et de faire remarquer qu’au niveau d’Alger-Centre où des élèves manifestent une certaine inquiétude, aucun retard dans les programmes n’est enregistré, tout en précisant que le rythme de travail adopté par les enseignants répond parfaitement aux normes pédagogiques.

  6. #111
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  7. #112
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nassima Oulebsir :


    Jeudi 26 Mars 2009 -- C’est un tableau noir que le CNAPEST vient de brosser au sujet du bac 2009. Non seulement le syndicat estime qu’il est quasiment impossible d’obtenir un taux de réussite supérieur à 30 %, mais il se dit également très inquiet des retombées de la violence en milieu scolaire sur le niveau des élèves. Les attentes du ministre de l’Education nationale quant à enregistrer un taux de réussite de 70 % au bac 2009 ont été particulièrement revues à la baisse par le CNAPEST. Le Conseil national autonome des professeurs d’enseignement secondaire et technique explique en effet, sous un angle pédagogique, pourquoi il estime que le taux de réussite à l’examen du bac de cette année ne dépassera pas 30 %. En ce sens, M. El-Arbi Nouar, coordonnateur national du CNAPEST, a indiqué hier lors d’une conférence de presse tenue à Alger, que 30 % seulement des élèves de terminale ont pu obtenir une moyenne égale ou légèrement supérieure à 10/20 lors des deux premiers trimestres de l’année scolaire en cours.

    Le syndicaliste a expliqué qu’à la lumière de ces «mauvais» résultats, nous ne pouvions, en principe, nous attendre à une heureuse surprise quant aux résultats du bac 2009. Et de préciser que ces candidats sont dans leur majorité des recalés du système fondamental, que l’école ne voulait exclure durant la période de transition relative au passage du système d’enseignement fondamental à celui du moyen. Ce qui fait, toujours selon M. El-Larbi Nouar, qu’il s’agit d’élèves ne justifiant pas d’un niveau scolaire acceptable. Et d’ajouter que ces élèves sont arrivés au lycée alors qu’un nouveau programme, «compliqué» et issu de la réforme, a été mis en œuvre. Et de souligner que les enseignants eux-mêmes ont du mal à suivre le programme tracé. Aussi, le codonateur du CNAPEST affiche-t-il un grand étonnement quant à l’hypothèse du ministre prévoyant un taux de réussite au bac 2009 de près de 70 %. «Je ne comprends pas par quels moyens il compte atteindre cet objectif», s’est-il exclamé.

    Sur un tout autre chapitre, le CNPAEST a réaffirmé, lors de cette conférence de presse, qu’il poursuivra sa lutte syndicale, précisant qu’un «large et radical» mouvement de protestation est en préparation. Un débrayage qui n’interviendra pas dans l’immédiat, a précisé M. El-Arbi Nouar, le temps, a-t-il souligné, d’organiser des assemblées générales au niveau de tous les lycées, puis des conseils de wilaya avant qu’un conseil national soit tenu à l’effet de valider la décision. Des démarches prévues après la rentrée des classes. En d’autres termes, la protesta du CNAPEST, connu pour sa représentativité, aura lieu après l’élection présidentielle. Entre-temps, le CNAPEST continue d’interpeller non seulement les candidats à la présidentielle mais aussi l’ensemble de la classe politique afin qu’ils fassent du devenir de l’école algérienne et du système éducatif un sujet phare de leur programme. Enfin, il convient de signaler que le CNAPEST revient à la charge avec d’autres revendications beaucoup plus sociales. Outre le régime indemnitaire, leur cheval de bataille, le syndicat insiste cette fois-ci sur la médecine du travail dont «les textes législatifs n’ont pas été respectés», ainsi que sur la nécessité d’une «distribution juste des logements au profit des enseignants dans le sud du pays».

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts