Announcement

Collapse
No announcement yet.

Quel avenir pour la langue amazighe ?

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #46

    November 4, 2008 -- Every three years since its creation in 1995, the World Amazigh Congress (CMA), an international NGO which defends the causes of Amazigh people in North Africa and abroad, has brought members together in a general council. The group successfully held its fourth congress in Nador, Morocco in 2005, but planning for this year's fifth congress has caused an internal fracture.

    The larger, mainstream faction of the CMA chose to hold the event in Meknès, Morocco, after Algerian authorities refused to allow the group to convene in the Kabyle city of Tizi-Ouzou.

    The second faction, led by former CMA President Rachid Raha and Ahmed Dgherni, Secretary-General of the PDAM (Amazigh Democratic Party in Morocco), a banned organisation, insisted that the congress be held in Tizi-Ouzou.

    Third-party initiatives to bring about a compromise were doomed to failure. The split in the CMA has now become a reality, solidified by the staging of parallel congresses in Morocco and Algeria.

    The Meknès faction held its three-day meetings in complete freedom, from October 31st through November 2nd. In contrast, the Tizi-Ouzou faction was barred from leaving the Algiers airport on arrival, and was ultimately sent to Casablanca. Despite the setback, however, the group took advantage of what time they had to elect Rachid Raha president and to choose a federal council.

    Sitting CMA President Lounes Belkacem of Algeria, first elected to the position in Nador and re-elected this year in Morocco, said only the Meknès congress was legitimate.

    "There are not two congresses," Belkacem said during the Meknès meetings. "Those who should have gone to Kabylie were unable to pass through the border controls."

    The president said the other group may have held impromptu meetings, "but by no stretch of the imagination are they the CMA congress... for such a congress to be legitimate, it must have been called by the approved body, the federal bureau."

    This bureau, he contends, decided by a majority vote that the fifth congress should be held in Meknès.


    Belkacem said the other group is a minority and has no right to speak on behalf of the CMA.

    "Ahmed Dgherni has no link with our organisation," he told Magharebia. "As for Rachid Raha, I think that he has a personal ambition to be president, which is legitimate, but it must be brought before the assembly. He must present himself to the congress, and not stage a coup."

    Kamira Naid Sid, chairwoman of the Kabylian Black Spring Women's Collective, said she was happy with the organisation of the fifth assembly in Meknès: "I believe the fifth assembly has still been very significant despite the destabilisation campaign being waged against the CMA. It was very well organised, despite everything."

    "I think those who wanted to hold their congress in Tizi-Ouzou were ill-informed about the situation in Algeria," she said. "Right from the start, we said there was no sense in organising such a major event without authorisation."

    For Touareg Chieck Ag Baye, attending from Mali, the Meknès congress was not ideal, but yielded some positive results: "In my opinion, the atmosphere was good."

    "The concerns of the Touareg people have been considered alongside other Amazigh concerns" he added. "It's important for us to feel there is solidarity towards the Touaregs from the other Berber communities of North Africa."

    A representative of the Libyan delegation, Fatmi Ben Khalifa, said the Libyan Amazigh movement had tried from the start of the dispute over the congress site to mediate between the two sides. "We certainly sympathise with the group that called for the fifth assembly to be held in Tizi-Ouzou, but you have to be realistic; we couldn't act in a cavalier fashion and challenge the Algerian authorities."

    The Meknès congress was an apparent success. Officials cited the presence of numerous international NGOs and representatives as proof. "We were honoured by the presence of a representative of the United Nations," said principal organiser Khalid Zerrari.

    Also in attendance were delegations from regional and ethnic groups, including the Basque parliament, Catalonia, and the Breton and Occitan peoples.

    Nevertheless, the Tizi-Ouzou faction said at a press conference in Rabat that legitimacy was on its side.

    Rachid Raha had attempted to demand the cancellation of the Meknès congress in local courts, but his claim was dismissed by the court, which said it lacks jurisdiction to rule on the issue, given that the CMA is an association created under French law.

    According to observers, the stand-off between the two opposing camps could end up back in court.

    Comment


    • #47

      Mardi 11 Novembre 2008 -- L’association des enseignants de tamazight de la wilaya de Béjaïa a organisé, hier, un sit-in de protestation devant les locaux de la direction de l’éducation. Les adhérents de l’association ont été, cette fois, nombreux à occuper l’entrée de l’immeuble administratif pour soumettre à la tutelle leurs problèmes socioprofessionnels. «Insuffisance des manuels scolaires, emploi du temps contraignant, déficit en postes budgétaires et absence d’une stratégie d’encouragement de cette filière» figurent parmi les principales revendications de l’association qui sollicite l’attention des responsables du secteur. La directrice de l’académie a exprimé à l’occasion sa disponibilité à écouter ses vis-à-vis et à faire de son mieux pour les satisfaire, mais souligne toutefois que les doléances de l’association relèvent, pour l’essentiel, des prérogatives du ministère de l’Education nationale. Les deux parties ont convenu cependant de se rencontrer pour examiner les problèmes posés et entreprendre en commun les démarches nécessaires à leur résolution.

      Comment


      • #48

        Mardi 2 Décembre 2008 -- Lors du colloque ayant traité de l'interculturalité, organisé les 19 et 20 novembre dernier à l'université Abderrahmane-Mira de Béjaïa, l'Agence nationale pour le développement de la recherche scientifique a lancé le Prix de la meilleure publication. L’article 7 du règlement stipule que les langues de rédaction retenues sont l’arabe, le français et l’anglais. Il est regrettable de constater, encore une fois, que tamazight, une langue par ailleurs nationale, vient d'être exclue d'une compétition rédactionnelle sous forme de texte et pour laquelle elle dispose de toutes les compétences linguistiques, lexicales et syntaxiques pour concourir.

        Comment


        • #49

          Lundi 15 Décembre 2008 -- Parmi les axes de travail arrêtés par le comité d’organisation du commissariat du festival du film amazigh qui se déroulera du 11 au 15 janvier prochain, “le regard sur les films doublés et réalisés en tamazight par la télévision algérienne en collaboration avec l’ENTV”. Selon notre source, cette manifestation pourrait être une opportunité pour les pouvoirs publics pour annoncer le démarrage de la future chaîne de TV amazigh.

          Comment


          • #50

            Dimanche 18 Janvier 2009 -- Le ministre de l’Education, Boubekeur Benbouzid, a annoncé hier, lors de sa visite d’inspection dans la wilaya de Bouira : « Il y a des postes budgétaires pour l’enseignement de la langue amazighe », ajoutant que « les lois sont claires pour enseigner cette langue » à ceux qui sont détenteurs d’une licence en tamazight qui peuvent et ont le droit d’enseigner. « Je ne suis pas là pour casser cette langue. »

            Sur un autre volet, le ministre a procédé à la réception de quelques établissements à travers les communes de Aïn Bessam (25 km à l’ouest de Bouira) et d’un CEM dans la localité de Taghzout. Par ailleurs, le ministre a procédé au lancement de plusieurs chantiers qui étaient à l’arrêt, dont certains bloqués depuis 2006. Sur ce point, M. Benbouzid était visiblement déçu en raison de l’augmentation des AP des projets. A l’image d’un lycée, dans la commune de Dechmia, inscrit en 2006 pour un montant de 14 milliards et qui, après réévaluation, a atteint 21 milliards de centimes. Il est utile de souligner que la wilaya de Bouira enregistre, pour le programme en cours, la réalisation de 17 groupes scolaires, 163 salles de classe et 84 cantines. Pour le deuxième palier, il est prévu la réalisation de 19 CEM et de 14 cantines ainsi que de 10 lycées avec toutes les commodités nécessaires.

            Comment


            • #51

              KHEMISSET, Morocco, January 22, 2009 -- On the shop terraces and beside the stalls selling popcorn and underwear, the people of Khemisset, a farming town in northern Morocco, are haggling in Arabic – a language not their own.

              Despite an Arab veneer, Khemisset is mostly peopled by Berbers, descendants of herders and farmers who have inhabited North Africa for thousands of years. It lies on the frontier of a Berber region, showcasing the cultural erosion that has long made Berbers fear for their identity.

              But after decades of pro-Arab policies, Berbers are increasingly winning support for their language and customs from a state keen to political clashes along ethno-linguistic lines.

              Berbers are a copper-hued people believed to have reached North Africa around 2000BC. The only record of their arrival may be prehistoric rock carvings of war chariots in the Sahara.

              When Arab invaders arrived in the 7th century, the Berbers swiftly adopted Islam. Within a century of the Prophet Mohammed’s death, Berber Gen Tariq Ibn Ziad led an army of his countrymen across the Strait of Gibraltar to launch the Muslim conquest of Spain.

              Today the majority of North Africans are of mixed Berber and Arab ancestry, with most considering themselves Arabs. But a minority have preserved the old customs and language and identify as Berbers. The largest group lives in Morocco, where they make up about one third of the country’s 30 million people.

              After Morocco gained independence from its coloniser, France, in 1956, the government embarked on a vigorous campaign to Arabise the country, prompting Berbers to organise in defence of their culture.

              “We consider that the whole of Morocco is Berber,” said Brahim Akhiate, president of the Moroccan Association of Cultural Research and Exchange, which promotes Berber culture and language. “But Moroccans are taught in school that Morocco is an Arab land.”

              Founded in 1967, Mr Akhiate’s organisation helped spawn a pro-Berber movement that now spans the country.

              It has faced stiff opposition from a solidly Arabist political establishment. But starting in the 1990s, Morocco began moving cautiously towards embracing its Berber side – notably with a pledge in 1994 by the former king, Hassan II, to introduce Berber language in state schools.

              So far, that has not happened. But the government plans to fulfil Hassan’s promise by 2012, said El Houssain El Moujahid, secretary general of the Royal Institute of Berber Culture, established in 2001 by Hassan’s son, King Mohammed VI, to help craft policy on Berber issues.

              “Education in Morocco is partly about instilling civic values and a sense of national identity,” said Mr El Moujahid. “Teaching the Berber language and culture is part of that philosophy.”

              Last month the institute signed a convention with Morocco’s interior ministry to provide language courses to officials posted in Berber areas, while the government announced that an all-Berber television station would start broadcasting in September, following several delays.

              For some Berber activists, these measures are not enough.

              “It does nothing to change the fact that the state is Arab while the citizens are diverse,” said Ahmed Dgherni, president of the Democratic Moroccan Berber Party, which calls for democratic reforms to promote Berber culture.

              Last year a court banned Mr Dgherni’s party on the grounds that it was based on ethnicity, which is illegal in Morocco.

              The country’s leaders are wary of letting Berber activism get political, fearing the kind of civil unrest that has erupted among Berbers in neighbouring Algeria, said Michael Willis, professor of Moroccan and Mediterranean studies at Oxford University’s Middle East Centre.

              However, the state is warming to Berber culture and language as elements of national identity, and as counterweights to growing Islamist currents.

              “They’re the only popular movement that can mobilise people outside of the Islamists,” Prof Willis said.

              For Berbers, government support means greater scope to preserve the language that defines them.

              That language, Tamazight, is a distant relative of Arabic that has splintered into dialects across North Africa. Scholars have lately sought to weld them into a single tongue and have resurrected Tifinagh, a pre-Islamic script used by the Tuareg nomads of the Sahara, who are of Berber origin.

              But keeping the language alive in Morocco is becoming harder as Berbers and Arabs mingle in the quickening pace of modern life.

              That is happening in Khemisset, where Arabic-speakers have been settling recently. A rich landscape of grapes, olives and fields of wheat and barley suggests why the region has attracted one outsider after another over the centuries.

              Lately, economic growth has brought Arabic-speakers while prompting Berber mothers to take jobs that cut down on time for speaking Tamazight with their children, said Fatima Abou Dainane, a pharmacist.

              “I regret not having taught it to my kids,” she said. “But then where can it lead us? It’s just sentimentality.”

              But across the plains in Rabat, Mrs Abou Dainane’s daughter, Mouna Benaissa, a 26 year-old medical student, vows to master the language that escaped her as a child – part of a larger desire to recover the Berber heritage she feels dissolving in the cultural wash of the big city.

              “At first, I was just excited about being here and rejected the Berber stuff,” she said. “But eventually I realised that I was losing the very thing that made me stand out from the crowd.”

              Comment


              • #52
                Rafik Tadjer :


                Lundi 2 Mars 2009 -- Une chaîne de télévision en Tamazight et une autre consacré au Coran verront le jour dans trois semaines, a indiqué lundi à Alger, le secrétaire auprès du premier ministre, chargé de la communication, Azzedine Mihoubi. Le ministre qui s'exprimait en marge de l'ouverture de la session de printemps du sénat a précisé que les deux chaînes diffuseront dans un premier temps pendant huit heures par jour.

                Cette annonce du ministre n'est pas à dissocier du climat préélectoral actuel où les autorités, redoutant une abstention massive des électeurs multiplient les bonnes nouvelles.

                La semaine dernière, le président Bouteflika avait annoncé depuis Oran la prochaine augmentation du SNMG lors de la réunion de la tripartite. Samedi dernier, il avait annoncé depuis Biskra l'effacement des dettes des fellahs et des éleveurs. Et beaucoup n'excluent pas d'autres annonces dans les prochains jours.

                Comment


                • #53

                  March 4, 2009 -- A television channel in Tamazight and another devoted to the Qur'an will be launched in three weeks, Tout sur l'Algérie quoted state communication secretary Azzedine Mihoubi as saying on Monday (March 2nd). The two channels will broadcast for eight hours a day.

                  Comment


                  • #54
                    Yahia Arkat :


                    Dimanche 19 Avril 2009 -- C’est un membre de la Commission nationale de réforme du système éducatif (CNRSE) qui l’affirme : le rapport ayant sanctionné les travaux de la commission Benzaghou a disparu. Intervenant lors d’une conférence, animée hier à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, sur les missions du Centre national de standardisation et d’aménagement de la langue amazighe, le professeur Abderzak Dourari est revenu sur le travail effectué dans la commission Benzaghou, dont certaines recommandations avaient trait à l’enseignement de tamazight. Selon lui, les recommandations ont été synthétisées dans un rapport de 52 mesures applicables qui a été remis à la présidence de la République. “Mais malheureusement, les recommandations ont été abandonnées”, regrette d’emblée M. Dourari.

                    Celui-ci n’a pas manqué de rappeler les divergences qui traversaient la composante humaine de la commission, balancée entre une ouverture moderniste et une orientation franchement conservatrice. C’est dans ce contexte que des choix ont été imposés à l’État. Les recommandations de la commission Benzaghou étant remises aux calendes grecques, “le ministère de l’Éducation nationale a décidé de faire sa propre réforme qu’il a d’ailleurs appliquée sur le champ”, explique l’orateur. Tamazight a besoin de l’État-nation, estime le directeur du CNPLET. “Si l’État-nation est dépassé dans les démocraties occidentales, chez nous, il constitue un horizon de modernisation”, estime le conférencier. Ce dernier dira que l’institutionnalisation de tamazight en tant que langue nationale est le fruit de luttes politiques et sociales, dont les prémices remontent à la naissance du Mouvement national et la crise dite berbériste de 1949. Une crise due à l’affrontement entre deux idéologies, l’une “panarabiste” et l’autre “algérianiste”. La question amazigh est née. Le cheminement a été certes long mais des acquis ont pu être engrangés entre temps, et ce, grâce aux sacrifices de générations entières de militants.

                    Le repère le plus lumineux de la question identitaire reste, sans doute, Tafsut Imazighen. C’est que le 20 Avril 1980 constitue un repère indéniable pour toute la militance berbère. Ce qui n’a pas échappé au conférencier qui est revenu sur la décision du pouvoir d’institutionnaliser la langue amazigh, via le Parlement en 2002. Cet acquis a été suivi par la création du CNPLET le 2 décembre 2003 par arrêté exécutif 03-470. L’organisation et le fonctionnement de cet établissement public à caractère administratif sont définis par arrêté interministériel datant du 21 février 2007. Depuis sa nomination en décembre 2004 à la tête de cet établissement, M. Dourari ne cesse de se lamenter sur le manque de moyens aussi bien humains et financiers qu’institutionnels.

                    Faisant le parallèle avec l’Ircam marocain, le conférencier notera qu’il y a loin de la coupe aux lèvres. Ce qui fera dire à l’intervenant que la prise en charge institutionnelle de tamazight est beaucoup plus en avance au Maroc qu’en Algérie. “Le centre ne peut pas prendre en charge la question. On manque de chercheurs”, a-t-il pesté. Les chercheurs, il faut les trouver à l’université, mais considère Dourari, quand on apprend que la première université algérienne, celle de Tlemcen en l’occurrence, est classée au rang de 6 855e sur les 7 000 universités du monde, il faut savoir raison gardée. “Nous avons réalisé un grand gâchis dans l’enseignement supérieur”, révèle-t-il encore. Dourari recommande la création de plusieurs centres du même genre, s’il on veut que tamazight avance. Bien plus, aux yeux du conférencier, l’institutionnalisation d’une académie sous tutelle de la présidence de la République est plus qu’indispensable.

                    Auparavant, Madjid Benyaou, enseignant à l’université de Tizi Ouzou, a donné une communication sur la revendication amazigh et l’État-nation. Cet exposé de sociologie politique a permis à l’intervenant de répertorier deux phases essentielles qu’a traversées la revendication amazigh depuis l’indépendance. Une première phase marquée par l’emprise du parti unique, substrat du projet arabo-islamique hégémonique ; et la seconde phase qui date depuis les années 1990 où l’État devient désormais réceptif à la problématique identitaire amazigh. Une période marquée par l’intégration des référents identitaires dans le corpus de l’État-nation.

                    Lors des débats, un militant du FLN s’est cru obligé de dire que c’est grâce à Bouteflika que tamazight a arraché des acquis, avant d’être rappelé à l’ordre par des militants de tamazight présents dans la salle en l’apostrophant en ces termes. “On vous connaît, la campagne électorale est finie ; on ne vous a jamais vu dans une marche en faveur de tamazight.” Son intervention s’est terminée en queue de poisson, laissant le débat à ceux qui ont des choses à dire. C’est ainsi que l’épopée du Mouvement culturel berbère (MCB) est remise au centre des débats. Certains intervenants feront remarquer que des acquis ont été arrachés, mais beaucoup reste à faire. Mais alors, comment poursuivre la lutte ? Telle est la question de l’heure.

                    Comment


                    • #55

                      Lundi 20 Avril 2009 -- L’enseignement de la langue amazighe a été officiellement lancé dans notre pays en 1995. À cette époque, l’ouverture des classes pilotes relatives à cet enseignement s’est faite, conjointement avec le MEN (ministère de l’Education nationale) et le HCA (Haut commissariat à l’amazighité) au niveau de 16 wilayas. Cette institution, la première dans l’histoire de l’Afrique du Nord, a été créée par décret présidentiel le 25 mai 1995. C’est suite à l’action du boycott scolaire initié par le MCB (Mouvement culturel berbère) durant l’année scolaire 94/95, que des négociations ont eu lieu entre des représentants de la présidence de la République et ceux des différents mouvements culturels. Le MCB, le MCA (Mouvement culturel amazigh des Aurès), le Mouvement M’zab, le Mouvement touareg avaient répondu favorablement à l’appel des plus hautes autorités du pays en vue de mettre fin à huit mois de boycott de l’école en Kabylie dans l’objectif d’intégrer la langue amazighe dans les systèmes d’enseignement et de la communication ainsi que dans l’environnement. Rappelons qu’à l’époque, plusieurs tentatives de briser l’action du boycott ont été menées aussi bien par les autorités et les notabilités de la région que par certaines associations. Mais c’était compter sans la mobilisation de la population de la région et son adhésion massive aux mots d’ordre du MCB.

                      Le HCA naît en 1995

                      Le fruit des négociations présidence-mouvements berbères, qui ont duré plus d’un mois, a été la signature entre les deux parties des accords historiques du 22 avril 1995. Ces derniers portaient sur l’introduction de tamazight « dans les systèmes éducatifs, les moyens de communication et dans l’environnement ». Pour le volet pédagogique, les accords prévoyaient des séances de rattrapage pour les « enfants du boycott » qui avaient, malheureusement, perdu presque une année de scolarité. Un troisième volet, ayant trait aux sanctions qui avaient frappé certains enseignants prévoyait de les lever. À la fin de l’année 1995, tout est pratiquement rentré dans l’ordre, et la majeure partie des établissements scolaires, notamment en Kabylie, avaient repris l’ambiance des classes en dépit de la persistance de certaines tendances du MCB à vouloir poursuivre la contestation. Une autre revendication, inhérente cette fois-ci à la constitutionnalisation de tamazight se voit greffer à celle de son institutionnalisation…

                      Le chef de l’Etat de l’époque, Liamine Zeroual, qui a signé le décret portant création du HCA, installa la composante de cette institution le 7 juin 1995 au siège de la présidence de la République à laquelle elle a été rattachée. Dès leur installation, les membres mandatés par les différents mouvements, élisent parmi eux Mohand Ouidir Aït Amrane comme président de l’institution. Celui-ci étant l’un des vétérans parmi les militants de la cause amazighe dont les balbutiements, après ceux de 1926 au sein de l’ENA (Etoile nord-africaine), se sont fait sentir durant les années 1940, avec le groupe du lycée de Ben Aknoun.

                      Réhabiliter Tamazight

                      Au sein du CPSC (Comité pédagogique scientifique et culturel) présidé par Mohamed Salah Nedjaï, docteur d’Etat de l’université de Batna, figurent des écrivains, des linguistes, des enseignants universitaires. Ses missions sont d’arrêter et de mettre à exécution les actions de réhabilitation de l’amazighité dans tous les domaines de la vie publique. La deuxième structure formant le HCA, est le CIC (Comité intersectoriel de coordination) composé des six représentants des différents ministères siégeant au HCA. Les deux comités forment le CPOS (Conseil plénier d’orientation et de suivi), instance délibérante du Haut commissariat à l’amazighité. Aussitôt entrés en fonction, les membres du HCA entreprennent leur première action. Ils organisent à l’université de Ben Aknoun (Alger), le premier stage officiel de perfectionnement en faveur des enseignants venus des différentes régions du pays. Ce seront ceux-là qui prendront en charge l’enseignement de la langue amazighe dans l’école algérienne dès la rentrée scolaire de septembre 1995.

                      Ce stage rassemblera, dans leur écrasante majorité, des enseignants justifiant de plusieurs années d’expérience en matière pédagogique ainsi que des enseignants maîtrisant la langue amazighe et ayant exercé durant longtemps dans le mouvement associatif. À la fin du stage, ils seront affectés au niveau de seize wilayas où ils exerceront en qualité d’enseignants de tamazight. Ces wilayas sont : Tizi Ouzou, Bouira, Béjaïa, Boumerdès, Alger, Oran, El Bayadh, Sétif, Batna, Khenchla, Oum El Bouaghi, Biskra, Tamanrasset, Ghardaïa, Tipaza et Bordj Bou Arréridj. Ainsi donc, l’enseignement de cette langue démarre avec un volume horaire d’une à deux heures par semaine pour chaque classe. Un fonds documentaire constitué de plusieurs textes adaptés et de leçons relatives à la structure de la langue sera mis à la disposition des enseignants.

                      Petit à petit, les problèmes et entraves seront rencontrés par les enseignants sur le terrain pédagogique. Considérée dans les textes comme une matière à part entière, tamazight tardera à trouver sa place dans les bulletins scolaires avec une note comptabilisée et un coefficient. Des manuels seront édités par la suite dans les trois graphies, tifinagh, arabe et latine et dans toutes les variantes régionales. Or, aucune recherche ni étude n’ont été faites en dehors de la graphie latine dans laquelle les enseignants ont été formés et toujours travaillé. Dans les discours distillés lors de la dernière présidentielle certains candidats n’ont pas trouvé mieux pour retarder la standardisation de cette langue que d’évoquer la question de la graphie. C’est dire que tamazight doit encore attendre une volonté politique sincère à même de la promouvoir.

                      Comment


                      • #56

                        Dimanche 3 Mai 2009 -- Le HCA (Haut Commissariat à l’Amazighité) organise le traditionnel salon du livre et du multimedia amazighs du 3 au 7 du mois en cours à la maison de la culture de Bouira. Dans sa 5e édition, ce salon se distingue par des nouveautés très importantes pour toutes les études et recherches en tamazight. Il s’agit des sites web en tamazight, de ses modes de présence sur le net et un annuaire exhaustif des sites web relatifs à tout ce qui touche de près ou de loin au vaste domaine de l’amazighité. Rappelons que les quatre premières éditions du salon se sont tenues, pour deux d’entre elles, à Bouira en 2004 et 2005, alors que les deux autres ont été organisées l’une à Oran en 2006 et l’autre à Boumerdès l’année écoulée. Pendant les cinq jours que durera cette manifestation, de nombreuses activités culturelles, aussi riches que variées, touchant à l’art, la littérature ainsi que la poésie, seront de la partie. Des cafés littéraires et des conférences seront animés par différents auteurs, universitaires et journalistes tels que Fatéma Bekhaï, Salah Aït Menguellet et Omar Oulamara. Ces derniers aborderont les œuvres Izuran, Les enfants d’Ayye et La fin de Jugurtha. Deux tables rondes seront au menu de cette activité.

                        La première se fera autour de la traduction du Coran. La seconde portera sur la découverte du braille comme système d’écriture et de lecture pour les non-voyants. Des démonstrations sont prévues avec la lecture de textes en tamazight, en français et en braille pour sensibiliser à la lecture tactile. Par ailleurs, à l’occasion de la célébration du Mois du patrimoine, une table ronde est au programme, cette semaine. Elle traitera du patrimoine historique, matériel et immatériel de la région de Bouira. Notons que dans le chapitre animation artistique, des récitals poétiques, représentations théâtrales et artistiques sont au menu de ce salon. En outre, des galas seront animés par des artistes de la région, à l’image de Haddad Fateh et Salim Ounissi. La nouveauté du salon, cette année, c’est l’organisation du prix , Aït Amrane Mohand Ouyidir, de la meilleure publication en tamazight éditée en Algérie ainsi que des rencontres-hommages à l’honneur des personnalités culturelles et artistiques de la wilaya de Bouira. La cérémonie de clôture sera marquée par la remise des prix aux meilleurs élèves en tamazight de la wilaya.

                        Comment


                        • #57

                          Mardi 2 Juin 2009 -- Le département de langue et culture amazighes de Bouira organise du 6 au 11 juin une rencontre scientifique sur la littérature et la linguistique amazighes et la problématique de l’enseignement de la littérature amazighe en tamazight. Une série de conférences qui seront animées par quelque 22 conférenciers venus des différentes universités du pays, entre autres, Bouira, Tizi Ouzou, Béjaïa, Khenchela et Alger, sera au menu de cette rencontre. L’objectif étant de situer les difficultés de cette transformation et par-là tenter de surmonter le déficit en terminologie spécifique à l’enseignement de la littérature. La conceptualisation, la dualité oralité et écriture ainsi que la recherche dans le domaine de tamazight basée sur des méthodes et des approches pédagogiques adéquates, seront les thèmes qui seront abordés par les participants à ces débats. La rencontre qui va durer une semaine sera ainsi clôturée par une table ronde sur les perspectives de mise en œuvre des recommandations de la rencontre. D’autre part, il est prévu l’engagement d’une réflexion autour de la création d’un laboratoire de recherche pour l’unification de la terminologie de l’enseignement de la littérature amazighe à l’université.

                          Comment


                          • #58

                            Mercredi 10 Juin 2009 -- La maison d’édition Lalla Moulati, sise à Alger, a édité, entre autres, plusieurs contes pour enfants. Son président, Sadek Kébir, est aussi auteur de plusieurs ouvrages, notamment des contes parmi lesquels nous pouvons citer : Khanfoussa lallat n’ssa, Sous le figuier, tous deux traduits en tamazight. Il a également écrit Hamidouche qu’il a traduit en tamazight et en braille. Cette initiative, qui lui a valu les encouragements du HCA au dernier Salon du livre et du multimédia amazigh tenu à Bouira du 3 au 7 mai dernier, a surtout été bien accueillie par les non-voyants. Ces derniers manquent énormément de documentation et d’ouvrages de référence. Il est à signaler que l’Algérie dispose d’une seule imprimerie en braille implantée à Birkhadem. Cette dernière travaille beaucoup plus à l’impression des livres scolaires (réservés exclusivement aux enfants scolarisés) qu’à autre chose. Ce qui se traduit par un manque flagrant de littérature pour la catégorie des déficients visuels dans notre pays. Les seuls ouvrages en braille qu’on trouve à la Bibliothèque nationale sont offerts par des associations françaises. Parmi elles, nous pouvons citer, AVH (Association Valentin Hoes) et l’association Louis Braille du nom de l’inventeur du système d’écriture pour les non-voyants. « Nous manquons de documentation aussi bien pour notre travail que pour nos loisirs », selon Samir Cheggour, déficient visuel et enseignant au centre de formation professionnelle spécialisé de Tipaza. Ce dernier a fait une démonstration de lecture tactile an tamazight au Salon du livre organisé par le HCA. Un rayon braille existe bel et bien à la Bibliothèque nationale, mais malheureusement et contrairement aux autres rayons, il est fermé le vendredi, jour où les intéressés ont le temps de consulter le peu d’ouvrages disponibles.

                            Comment


                            • #59

                              Lundi 3 Août 2009 -- Neuf membres du congrès mondial amazigh (CMA) ont été interpellés lundi à Tizi Ouzou durant quelques heures par la police avant d'être relâchés, a indiqué à l'AFP le président du CMA Lounès Belkacem. Cinq Algériens, deux militants berbérophones venus du Maroc, un de Libye et un autre d'Espagne ont été interpellés à l'isssue d'une conférence de presse sur une réunion du Conseil fédéral du CMA, qui s'est tenue la veille, a précisé M. Belkacem. Le motif de cette interpellation est liée au fait que l'activité associative des étrangers en Algérie est conditionnée à l'obtention d'une autorisation préfectorale, selon une source policière.

                              Comment


                              • #60

                                August 4, 2009 -- Nine members of the World Amazigh Congress (CMA) were briefly detained by Algerian police on Monday (August 3rd) in Tizi Ouzou, AFP reported. Five Algerians, two Moroccans, a Libyan and a Spanish citizen were arrested after a CMA Federal Council press conference. A police source said the group lacked proper authorisation to hold the press event.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X