Announcement

Collapse
No announcement yet.

Mouloud Feraoun

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #16

    Samedi 15 Mars 2008 -- La commémoration du 46e anniversaire de l’assassinat, par l’OAS (Organisation armée secrète), de l’illustre écrivain Mouloud Feraoun et de cinq de ses compagnons, en l’occurrence Ali Hamoutène, Salah Ould Aoudia, Max Marchand, Marcel Basset et Robert Aymard, donnera lieu aujourd’hui à deux cérémonies de recueillement à Tizi Hibel sur la tombe du défunt écrivain, puis au cimetière M’douha de Tizi Ouzou où repose le regretté Ali Hamoutène.

    Et pour marquer tel qu’il se doit un souvenir aussi douloureux que ce crime crapuleux, perpétré par la sinistre OAS le 15 mars 1962, la Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, l’association culturelle Mouloud-Feraoun et la coordination des associations culturelles de la commune d’Aït Mahmoud ont tenu à marquer symboliquement cette date anniversaire en organisant, à la Maison de la culture de Tizi Ouzou, du 15 au 20 mars 2008, le Salon Djurdjura du livre. Cet important salon, dédié à la mémoire de ces six intellectuels, qui sera inauguré aujourd’hui (à 11h) à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, sera marqué par la participation d’une vingtaine de maisons d’édition bien connues et de nombreux auteurs et écrivains qui procéderont à des ventes-dédicaces et rencontres avec les lecteurs et les citoyens.

    Par ailleurs, il sera organisé deux concours réservés aux enfants âgés de sept à quatorze ans, l’un de dessin et l’autre de dissertation sur la vie et l’œuvre de Mouloud Feraoun et Ali Hamoutène. Enfin, les organisateurs d’une telle manifestation ont prévu tout un cycle de conférences-débats, du 17 au 19 mars 2008, qui seront animées par Abdenour Abdeslam, Youcef Merahi et des proches des regrettés Feraoun et Hamoutène qui ne manqueront pas d’apporter des témoignages fort intéressants sur la vie et l’œuvre de ces intellectuels, mais aussi sur les circonstances de leur lâche assassinat, perpétré le 15 mars 1962 par la sinistre OAS de Susini.

    Comment


    • #17

      ALGER, Lundi 15 Mars 2010 -- L'enseignement et la formation étaient la raison d'être et de vivre de l'écrivain Mouloud Feraoun, dont on commémore lundi le 48e anniversaire de son assassinat par l'OAS le 15 mars 1962, a indiqué à l'APS dimanche son fils Rachid. "Mon père a passé toute sa vie dans le milieu de l'éducation et occupé successivement le poste de maître d'école, de directeur et d'inspecteur. Son véritable métier était éducateur pas écrivain. L'écriture venait en second plan chez mon père, bien après l'enseignement", confie Rachid, fils de l'auteur de plusieurs ouvrages notamment Le fils du pauvre, roman dans lequel il met en exergue son amour pour l'instruction.

      Comment


      • #18

        Mardi 13 Avril 2010 -- Le revue mensuelle qui traite de l’actualité littéraire maghrébine et international et qui avait évoqué dans ces précédents numéros de célèbres noms de la littérature algérienne, comme Assia Djebbar ou Yasmina Khadra, consacre cette fois un dossier de neuf pages à l’un des piliers de la littérature algérienne, père de la littérature maghrébine, Mouloud Feraoun, et qui comptera également un entretien avec le fils de ce dernier et des extraits « d’un homme dans la tempête » ainsi que de « la cité aux roses ». Ce numéro aborde, par ailleurs, deux événements littéraires, à savoir « Zoom sur le salon du livre maghrébin 2010 », et la solidarité des intellectuels face au tremblement de terre qui a touché Haïti, mouvement intitulé « Haiti une solidarité littéraire». Le magazine comptera également une interview de l’auteur Gilbert Gatoré, considéré comme une des étoiles montantes de la littérature africaine, avec son livre Le passé devant soi paru aux éditions Chihab.

        Comment

        Unconfigured Ad Widget

        Collapse
        Working...
        X