Announcement

Collapse
No announcement yet.

1er Festival national de la création féminine

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • 1er Festival national de la création féminine


    Jeudi 13 Mai 2010 -- Inaugurée mercredi 12 mai au palais des Raïs, ?* Alger, la première édition du Festival national de la création féminine se déroulera jusqu’au 18 mai, avec des expositions, des conférences et des spectacles. La soirée inaugurale, relative ?* la première édition du Festival national de la création féminine, devait être animée par un concert de musique andalouse de l’interprète Bheidja Rahal, ?* l’espace Fadéla-Dziria, de l’Institut national supérieur de musique, hier, ?* 18 h.

    Auparavant, une kheïma traditionnelle a accueilli les participantes et leurs invités après le vernissage des expositions dans trois palais. Le Palais 18 comprend des matériaux et des techniques utilisées traditionnellement dans le tissage en Algérie, ainsi qu’une exposition d’ouvrages et de travaux de recherche sur le tissage. Le Palais 17 renferme, pour sa part, l’exposition intitulée «De la tradition ?* la modernité», celle d’artistes et de designers mettant en valeur des créations modernes intégrées au tissage. Le Palais 23 contient des objets tissés : vêtements, tapis, couvertures, descentes de lit, sacs, carpettes… Nous sommes dans le relais des artisanes qui innovent en se référant aux techniques ancestrales du tissage. Durant ce circuit, des maîtresses-tisserandes pourront initier les intéressés aux techniques du tissage en passant par les patios. De même que des ateliers seront animés par trois maîtresses au profit du visiteur.

    Ces dix-sept artistes, venues de Ghradaïa, Timimoun, Tizi Ouzou, Touggourt ou Msila, se rencontrent pour la première fois dans un festival de tissage qui intervient dans le contexte du mois du patrimoine. Selon la commissaire de ce festival, Mme Hamida Agsous, le choix porté sur le tissage est justifié par le fait qu’il est «l’une des plus anciennes techniques au monde, aussi ancienne que l’histoire de l’humanité, et les témoignages des historiens confirment l’existence de cette pratique artistique depuis la nuit des temps» en Algérie. Aussi, les femmes artisanes «produisent et créent beaucoup mais personne ne voit leurs œuvres», selon la commissaire, qui a tenu ?* préciser que ce festival «touchera tous les arts féminins lors des prochaines éditions».

    D’autant plus que, dans toutes les régions enclavées du pays, les femmes algériennes «ne se contentent plus de s’exprimer ?* travers les arts liés aux traditions, comme la broderie, la tapisserie, la poterie, le tissage et l’art culinaire, mais touchent ?* d’autres disciplines qui étaient réservées aux hommes, tels que le dessin, la céramique, la mosaïque, la calligraphie et notamment la sculpture sur bois, le verre, le corail, la miroiterie et la bijouterie». Chaque édition sera donc consacrée ?* un thème artistique mettant en évidence la création féminine.

  • #2
    Sarah Haïdar :


    Mercredi Juillet 28 2010 -- La remise des prix aux lauréats du concours du meilleur article, organisé en marge du premier Festival national de la création féminine, tenu du 12 au 18 mai 2010, a eu lieu ce lundi au palais de la Culture Moufdi-Zakaria, ?* Alger. La femme, qui a été au centre de cette première édition consacrée au tissage, a également arraché une place de choix jusque dans ce concours organisé par le commissariat du festival pour récompenser les meilleurs articles écrits sur le sujet. Il s’agit de quatre jeunes femmes lauréates issues de la presse écrite francophone et arabophone. Karima Hasnaoui du quotidien Midi Libre a eu le troisième prix pour son article mettant en exergue l’affluence du public lors de l’ouverture du Festival. Quant au deuxième prix, il a été remis par la directrice du palais de la Culture, Mme Bouchentouf, ?* Hayet Sertah du quotidien Al Fadjr. Meriem Cheraïtia, de l’hebdomadaire arabophone Al Mihwar Assiassi, a reçu le premier prix des mains de Hamida Aksous, commissaire du festival, un micro-ordinateur portable muni de tous les accessoires.

    Le concours a également prévu un prix pour la meilleure photo. Mais faute de candidatures, cette récompense fut transformée en prix d’encouragement pour le journaliste le plus prolifique en couverture médiatique sur le festival. C’est donc notre consœur Hanan Hamdaoui d’El Hiwar qui l’a reçu des mains du directeur du palais des Raïs, Azzeddine Antri. Le jury présidé par Mohamed Sidi Moussa était composé de trois membres : le cinéaste, écrivain et journaliste Mohamed Rouache, l’ex-directeur de Canal Algérie, M. Salim Rebahi, et le journaliste freelance Aïssa Rahmouni.

    Il est ?* rappeler que le premier Festival de la création féminine, consacré au tissage pour son édition 2010, a été le théâtre de plusieurs expositions, démonstrations et ateliers d’initiation au tissage. Des artisanes et des maîtresses tisseuses venues de toutes les wilayas ont donc animé cet événement du 12 au 18 mai dernier. Ce concours institué pour la première fois lors d’un festival est une occasion pour «récompenser les journalistes de la presse écrite qui auront manifesté un intérêt particulier pour le déroulement du festival. Car il est important pour nous de tisser des liens solides avec la presse qui est, bien entendu, un partenaire d’importance capitale pour les événements culturels», a déclaré Mme Hamida Aksous, commissaire du festival.

    Comment


    • #3

      Comment

      Unconfigured Ad Widget

      Collapse
      Working...
      X