Announcement

Collapse
No announcement yet.

SOS femmes en détresse

Collapse
This is a sticky topic.
X
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #46

    Samedi 21 Mars 2009 -- L’association Rachda annonce que le centre d’écoute des femmes victimes de la violence s’est enrichi de la présence d’une juriste prête ?* répondre ?* toutes les questions juridiques et ce, ?* partir d’aujourd’hui. Bien entendu, le centre d’écoute continue de répondre aux autres questions des femmes tous les jours de 9h ?* 17h. Pour rappel, le centre, dont la coordination est assumée par Mme Aldjia Smaïl, fait un travail remarquable et ce, dans la plus stricte discrétion.

    Comment


    • #47

      Lundi 6 Avril 2009 -- Le centre Rachda, dédié ?* l’écoute des femmes victimes de la violence, grâce ?* une équipe pluridisciplinaire, s'est récemment enrichi de la présence d'une juriste. Écoute, orientation, conseil sont prodigués aux appelantes, du samedi au mercredi de 9h ?* 17h au 021 82 53 54. Par souci d’efficacité, professionnalisme, anonymat et confidentialité sont assurés.

      Comment


      • #48
        Farida Hamadou :


        Samedi 20 Juin 2009 -- La Maison Nedjma, fruit d’une fusion bénévole entre l’association « Rachda » et la représentation des « Femmes travailleuses de l’UGTA », dont le siège se trouve ?* la rue Meriem Bouattoura, se veut un espace d’écoute psychologique, juridique et sociale, accueillant les femmes en difficultés de samedi ?* mercredi. Le projet Aida, subventionné par l’Union européenne, avec l’aide de l’IMED, dans le cadre de l’initiative européenne pour la démocratie et les droits de l’Homme, perpétue l’action engagée dans la lutte et la prévention contre la violence, sous toutes ses formes, ?* l’égard des femmes. Cet espace, réparti et conçu en 5 guichets : accueil, écoute psychologique, écoute juridique, social et mobile, est animé par un personnel féminin incluant les présidentes de « Rachda » et des « Femmes travailleuses de l’UGTA ».

        À titre illustratif, en 2008, 221 femmes ont bénéficié d’une prise en charge afférente ?* l’une ou l’autre fonction des guichets. Soixante-dix (70) d’entre elles ont été orientées vers le social, 60 vers le juridique, 27 vers l’écoute psychologique et 8 ont été assistées par le guichet social, notamment pour l’aide ?* l’insertion professionnelle. Les quarante-sept (47) femmes restantes, jugées cas complexe, car faisant face ?* des problèmes multiples, et donc relevant des 5 options, ont été tour ?* tour prises en charge par la totalité des guichets. Jusqu’?* mai 2009, la maison aura accueilli 82 femmes, dont 12 dirigées vers le social, 30 (plus un homme) vers le juridique, 19 vers l’écoute psychologique et zéro en matière de travail. Les cas complexes, au nombre de 20, ont concerné tous les services cités. Ces derniers cas, (dits complexes), combinent des profils de grande détresse, notamment des femmes répudiées, s’étant retrouvées sans toit, sans ressources, complètement effondrées, dans un tel désarroi qu’elles ne savent plus quelle voie emprunter. « Cependant, nous ne sommes pas une institution caritative, nous sommes ?* l’écoute de ces femmes pour les orienter, leur apporter un soutien moral, les aider ?* trouver un travail, et autant que faire se peut, un abri », tient ?* préciser Malika Chettouh, la présidente de Rachda.

        L’espace a eu ?* accueillir, dans le cadre de ses activités, des mères célibataires, des victimes de viol, d’inceste, de harcèlement, sous toutes ses formes, des enfants issus de l’adoption et qui se retrouvent, une fois adultes, sans repères ni identité, des personnes suicidaires…tous font l’objet d’un suivi psychologique par une équipe formée dans « l’écoute active », souvent couronné de résultats probants. Zohra Mimèche, la présidente des Femmes travailleuses de l’UGTA explique ainsi le concept du guichet mobile : « Nous nous déplaçons vers les institutions où il est signalé des cas de femmes en difficultés ; pour ce faire, nous entretenons des relations avec l’hôpital, notamment la médecine légale, l’association des psychologues, les urgences médicales, la DAS, l’institut islamique… » D’autre part, il est ?* rappeler qu’il était question, dans le projet Aida, de « l’ouverture d’une maison-refuge » pour ces femmes en danger d’errance. Il est ?* espérer qu’il y sera donné suite !

        Comment


        • #49

          Jeudi 18 Février 2010 -- Une maison destinée ?* abriter les femmes victimes de violences, d’une capacité de 90 places, dont la réalisation sera lancée courant 2010 ?* El-Bouni (Annaba), viendra atténuer quelque peu les souffrances de cette frange de la société. Exposées aux violences morales et physiques, allant des simples brimades ?* des coups et blessures de la part de leurs maris, frères, voire pères, ces femmes font également l’objet d’insultes et autres agressions dans la rue par des individus en mal de machisme. Et ces faits répréhensibles sont malheureusement constatés quotidiennement dans nos villes. Ces femmes fragiles sont en droit de demander ?* être protégées par la société de ces méfaits d’un autre âge. Battues et, pour certaines, chassées de chez elles par des maris tyrans, souvent accompagnées de bambins, elles sont prises en charge momentanément dans un centre d’accueil par la direction de l’action social (DAS) de Annaba. Mme Mayouche, directrice de cette institution, n’est pas insensible ?* ce problème. Elle fait tout ce qu’elle peut pour aider ces femmes. Mais devant le grand nombre de cas (personnes sans domicile fixe, handicapés, nécessiteux et démunis), et de l’indisponibilité de places suffisantes dans ces centres, la tâche devient de plus en plus difficile. Ces centres et hospices qui se comptent sur les doigts d’une seule main ?* Annaba, et dont certains se trouvent dans un état de vétusté avancé, sont en principe destinés ?* l’accueil des SDF, des personnes âgées et de l’enfance assistée. Le recours provisoire ?* ces centres pour venir en aide ?* une partie des femmes victimes de violences est dicté par une volonté des responsables de l’action sociale de leur éviter la rue et ses dangers et de les abriter de la rigueur de l’hiver, ?* l’origine d’hypothermie fatale. Sur place, elles auront le gîte et le couvert, tout en attendant l’édification programmée d’une maison propre ?* elles. Cette fois, l’espoir est grand de les voir intégrer cette demeure au plus tard en 2011. L’engagement est pris par le wali d’Annaba. Ce qui n’a pas été le cas des promesses faites en 2005 par le ministre de la Solidarité, Djamel Ould-Abbès, concernant la réalisation de deux centres d’accueil, l’un pour les SDF et l’autre pour enfants autistes. Cinq années après, ces promesses n’ont toujours pas été concrétisées.

          Comment


          • #50

            MOSTAGANEM, Mardi 8 Juin 2010 -- Un centre pour la prise en charge des femmes victimes de la violence a été réceptionné ?* Mostaganem. Il sera opérationnel au deuxième semestre 2010, une fois le budget de son fonctionnement dégagé par le ministère de la Solidarité nationale et de la famille, a-t-on annoncé dimanche ?* la direction de l'action sociale. Cette nouvelle structure, la deuxième du genre dans l'ouest du pays après celle de Tlemcen, permettra la prise en charge provisoire des femmes victimes de la violence en milieu familial, par des séances psychothérapeutiques. Un numéro de téléphone vert pour recevoir les appels de ces femmes sera ouvert et une équipe spécialisée se déplacera pour s'enquérir de l'état de la victime et connaître son besoin réel. Cette structure, disposant de 14 salles et d'un espace vert pour un coût de plus de 80 millions de DA, sera encadrée par un médecin généraliste, un psychologue, une assistante sociale et une infirmière, selon la même source.

            Comment


            • #51

              November 25, 2010 -- Algeria will set up a domestic violence hotline in 2011, ANSA reported on Thursday (November 25th). According to Family Affairs Minister Hadjira Ait Mahdi, the "1526" hotline will be operational 24/7 to "help female victims of physical violence to express themselves and report the matter, as well as to directly contact centres for counselling, aid and information''. The line will provide access to psychologists, sociologists, legal experts and doctors.

              In related news, the success of Libya's new domestic violence hotline was discussed Thursday at the Tripoli Police Academy during a workshop held to mark International Day for the Elimination of Violence against Women. Calls to Libya's "1515" domestic violence, launched last March by Wa'atassimou charity head Aisha Kadhafi, have led to 833 legal and penal cases. Some 2,900 women have used the line and received help.

              Comment

              Unconfigured Ad Widget

              Collapse
              Working...
              X