Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria suffers from three million mines left behind by French army

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Algeria suffers from three million mines left behind by French army

    ALGIERS, Jan 19 (KUNA) -- Algerian Minister of Employment and National Integrity Djamal Ould Abbas said here Friday three million mines left behind the French army during the French occupation of Algeria are still buried on the eastern and western Algerian border.

    Addressing a forum on social solidarity for anti-personal mine victims and the handicapped, the Algerian minister said of 11 million mines planted by the French army during the French occupation of Algeria, eight million were removed.

    He hailed the gathering as aiming to improve the living conditions of anti-personnel mine victims and to save the residents of those areas which are still in danger due to mines planted there.

    To help anti-personnel mine victims and the handicapped, human, financial and material potential need to be provided, Abbas said, adding that "Algeria has exerted, and is still exerting, great efforts to set up medical treatment centers for anti-personnel mine victims, and to help them re-adapt to their earlier functions and reintegrate them socially and professionally." Algeria was one of the first countries which signed a treaty banning the use, storage, production and transportation of anti-personnel mines on December 3, 1997, and then endorsed it on April 9, 2001, he said. The treaty was put in effect as of April 1st, 2002.

    For his part, Canadian Ambassador in Algeria Robert W. Peck, who attended the forum, hailed the key role played by Algeria in organizing workshops aiming to apply the important aspects of the Ottawa Agreement which bans the use of anti-personnel mines.

    He also hailed the country for catering for mine victims and the handicapped through an ambitious project covering their diverse needs and boosting their capabilities.

    The forum, organized in cooperation with Handicap International, which provides care for the handicapped, comes within the framework of applying the Ottawa Agreement which bans the use of anti-personnel mines.

    Algeria suffers from three million mines left behind by French army

  • #2
    dimanche 21 janvier 2007 - - Le premier colloque de formation sur la prise en charge des victimes de mines antipersonnel, qui s’est clôturé vendredi à Alger, a été couronné par l’adoption d’une série de recommandations tendant à la protection et à l’intégration de cette tranche de la population dans la société.

    Dans cette optique, les participants à ce colloque, qui s’est déroulé sous les auspices du ministre de l’Emploi et de la Solidarité nationale, M. Djamel Ould Abbès, ont mis en exergue «la nécessité de mettre en place un numéro vert au niveau national, au profit des victimes de mines antipersonnel, et d’un programme de formation pour les personnes chargées de l’écoute».

    M. Ould Abbès a souligné à ce sujet que les numéros verts, mis en place récemment par son département au profit des personnes en détresse, seront utilisés également au profit des victimes de mines antipersonnel et de toute la frange vulnérable de la société.

    En outre, les participants à ce colloque de deux jours ont également insisté sur la nécessité de «la formation des associations dans l’élaboration de stratégies sur l’assistance des victimes de mines». Une tâche qui ne serait pas complète si l’on ne pense pas à aider ces associations en peaufinant leur fonctionnement en matière notamment de «gestion administrative, financière et en communication».

    «Faciliter l’information et la formation des associations sur la loi relative au handicap et au travail et sur les dispositifs de l’emploi existant» et la nécessité d’«intégrer l’assistance aux victimes de mines antipersonnel comme l’un des axes prioritaires des activités des associations» font partie également des recommandations des spécialistes ayant pris part à ce colloque.

    Les participants ont également insisté sur la nécessité de donner les moyens aux associations afin de mener dans les meilleures conditions possibles le travail, notamment «les collectes de données relatives aux nouvelles victimes de mines antipersonnel et engins explosifs», des tâches prioritaires qui devraient êtres dévolues à ces associations.

    Pour sa part, M. Ould Abbès a rassuré les participants que son département est en mesure de répondre à ces exigences. Dans une déclaration reprise par l’agence Algérie presse service, il a indiqué que son ministère «dispose de tous les moyens pour la prise en charge de ces victimes».

    Comme il a insisté sur l’«importance de leur prise en charge psychologique et socioprofessionnelle». Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité nationale prévoit, par ailleurs, des subventions du Fonds national de solidarité qui «seront octroyées à des associations pour financer les projets d’activité permettant la création d’emplois au profit des victimes de mines antipersonnel», a-t-il promis enfin.

    Recommandations du colloque sur les mines antipersonnel : Des associations et un numéro vert pour les victimes

    Comment


    • #3
      The main demands put together by the national associations of claimants at a training session on care for anti-personnel mine victims, which took place on January 18th in Algiers, include special status, increased pension and better care for victims of mines.

      According to the National Mujahideen Organisation of former combatants in the 1954-1962 war for independence, almost 8 million mines were eliminated between 1963 and 1988 in Algeria. Mines were laid in fields, along roads, in scrub lands, and more generally, in uninhabited desert places or in mountainous areas.

      "These mines continue to claim victims because they have not all been unearthed and destroyed. Even during de-mining, they continue to claim victims among the military personnel assigned to these operations," Mujahideen member Si El Hocine Gendo said.

      According to Solidarity and Work Minister Djamel Ould Abbes, three million of the 11 million mines laid by the French Army during the war are still buried along Algeria's borders.

      Farouk Blidi, a resident of Tebessa, lost the use of his legs after stumbling across a mine in a grazing area. "While I was watching over my flock of sheep, I stepped on a hard object which exploded instantly. I felt myself being blown to pieces. I passed out. When I came round in hospital, I had to come to terms with the extent of my injuries: huge bandages were wrapped around my legs. Now I’m handicapped for the rest of my life and forced to use crutches to get around."

      At the meeting, Youcef Rafai, president of the Solidarity Association for the Handicapped and Mine Victims, appealed to the government to create a special status for mine victims, and to increase payments to them.

      At the moment, mine victims are treated like other disabled people, but they want specific care. At the very least, they want to see the law on handicapped people, which dates back to 2002, revised.

      Abbes indicated that the meeting marked the start of an awareness-raising and training programme, aimed at "the people living in areas still contaminated by mines and the handicapped associations working in these areas". Assistance for anti-personnel mine victims, he said, would require "the release of significant human, financial and material resources" to implement new structures for their care, retraining and reintegration into society.

      Mine victims want special status, better health care

      Comment


      • #4

        June 3, 2007 -- The proceedings of the training workshop meant for supporting and reinforcing the skills of handicapped people’s associations continues today, June 3rd, in the wilaya (province) of Tipaza (northern Algeria). The workshop aims at developing ways to take care of anti-personnel mines' victims.

        “This workshop is organised by the ministry of employment and national solidarity in coordination with “Handicap International” following a meeting held on January 18-19 in Algiers,” said Mr. Ben Achenhou who is in charge of communication in the ministry of employment and national solidarity.

        “This workshop is supervised by international specialists. Representatives of associations that take in charge handicapped people in borders regions will learn new methods to look after anti-personnel mines' victims, especially with regard to the psychological, medical and social aspect,” he added.

        The training workshop started on June 2 and will finish on June 3rd.

        It is worth mentioning that eastern Algeria’s wilayas: Souk Ahrass, Tebessa and Jijel, and western wilayas: Tlemcen, N’aama and Bechar, as well as the centre (Algiers, Boumerdes, Blida and Ghilizane), are among the places where there are large quantities of anti-personnel mines planted during French colonisation in Algeria and during the black decade of terrorism.

        Comment


        • #5
          Mercredi 19 Septembre 2007 -- Plus de 8 000 mines, datant de l’époque coloniale, ont été découvertes et détruites par l’Armée nationale populaire (ANP), en août dernier, dans les zones frontalières est et ouest du pays, a-t-on appris de bonne source. Cette opération, réalisée grâce aux efforts conjugués des unités de l’ANP, a permis la découverte et la destruction de 8 137 mines. Ainsi, au niveau de la 3e Région militaire, additivement au bilan arrêté à la date du 31 juillet dernier, il a été découvert et détruit, depuis cette date, 6 495 mines antipersonnel et 4 mines éclairantes, souligne la même source. Au niveau de la 2e Région militaire, la situation, depuis le dernier bilan, a enregistré la découverte et la destruction de 1 453 mines antipersonnel, 109 mines antigroupes et 27 mines éclairantes, selon la même source qui précise, en outre, qu’au niveau de la 5e Région militaire, il a été découvert et détruit, durant ce mois, 49 mines antipersonnel. Le total général des mines découvertes et détruites, à la date du 31 août 2007, est de 239 134 mines, soit 191 318 mines antipersonnel, 47 456 mines antigroupes et 360 mines éclairantes, ajoute-t-on de même source.

          Comment


          • #6
            Mardi 25 septembre 2007 -- En visite dans la wilaya, deux membres de l’ONG « Handicap international », en l’occurrence Melles Salima Rebbah et Sophie Bonichon, se sont entretenues avec le président de l’association des handicapés, le responsable de la direction des moudjahidine et les représentants de l’Education et de l’ODEJ (ex-CIAJ), sur la présence des mines antipersonnelles et sur leurs effets dévastateurs dans la région.

            Cette entrevue vise à s’enquérir du système de prévention qui prévaut actuellement pour la protection des populations situées dans les zones à risque. Cette séance de travail a permis aux membres de cette ONG de saisir, sur le vif, d’émouvants témoignages, notamment de ceux des victimes de mines héritées de la période coloniale. A l’Ouest et au Sud Ouest, les deux lignes (Morice 1958) et (Challe 1959), s’étendent sur une longueur de 700 km, allant de Marsa Ben M’Hidi jusqu’à Béchar, en passant par les localités d’El Aricha, Naâma, Mecheria, Aïn Sefra, Moghrar, Djeniène Bourezgue et Béni-Ounif. Notons que la majeure partie (332km) de ces lignes est implantée sur le territoire de la wilaya.

            Des décennies après l’indépendance, d’innocentes victimes ont été atteintes dans leur intégrité physique, notamment des enfants qui, assez souvent, prennent ces engins mortels pour des jouets. La direction des moudjahidine de Naâma semble avoir actualisé ses chiffres et fait état de 142 victimes, dont 36 sont mortes sur les lieux des sinistres. Alors qu’aucune cartographie n’existe, pouvant faciliter le déminage de ces régions, plusieurs opérations ont été effectuées par des services spécialisés de l’armée, dont la plus récente remonte à 2006.

            Selon le dernier bilan arrêté au 31 mars 2007, ces travaux de déminage ont permis la découverte et la destruction de 218 611 mines antipersonnelles et 251 mines éclairantes. Cependant, la question reste toujours posée quant au nombre de mines intensément « semées » par l’armée coloniale, qui demeurent jusqu’à présent enfouies dans le sol et continuent de menacer les populations des zones reculées et leur environnement.

            Comment


            • #7
              Samedi 20 Octobre 2007 -- France a officiellement remis samedi à l'Algérie les plans de pose des mines placées par l'armée française aux frontières est et ouest du pays durant la guerre d'Algérie (1954-1962).

              "Le Général Jean-Louis Georgelin, Chef d'Etat Major des Forces Armées françaises, a officiellement remis à son homologue algérien, le Général de Corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, les plans de pose des mines placées le long des lignes "Challe" et "Morice " par l'Armée française entre 1956 et 1959", selon un communiqué de l'ambassade de France à Alger.

              La remise de ces plans, réclamés par Alger "marque la volonté des autorités françaises de progresser pour lever les obstacles hérités du passé et leur souhait de bâtir des relations de confiance avec l'Algérie", a ajouté ce texte. Le général Georgelin, arrivé mardi à Alger pour une visite officielle de quatre jours, a réitéré à son homologue algérien "la disponibilité de l'armée française à approfondir la coopération militaire entre les deux pays", selon la même source.

              La Ligne Morice, du nom du ministre français de la Défense André Morice, constituée de barbelés et de mines, surveillée en permanence, a été construite à partir de juillet 1957, le long des frontières de l'Algérie avec la Tunisie et le Maroc.

              Longue de 460 km à la frontière tunisienne et de 700 km avec le Maroc, la Ligne Morice a été partiellement doublée par une autre ligne, dite Ligne Challe du nom du général Maurice Challe, commandant en chef en Algérie de 1958 à 1960.

              Ces deux lignes étaient destinées à empêcher les infiltrations de combattants de l'Armée de libération nationale (ALN) du Maroc et de la Tunisie. Selon Alger, 3 millions de mines antipersonnel sur les onze millions implantées par l'armée française lors de la guerre d'Algérie sont encore enfouies le long des frontières est et ouest de l'Algérie.

              La presse algérienne rapporte régulièrement des accidents provoqués par ces mines et touchant des bergers ou des enfants.

              L'Algérie a signé, le 3 décembre 1997, la convention d'Ottawa sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction. Elle l'a ratifiée le 9 octobre 2001.

              Comment


              • #8
                ALGIERS, October 20, 2007 (AFP) - France has handed Algeria details of where its forces laid millions of landmines on the country's eastern and western borders half-a-century ago, the French embassy in Algiers said Saturday.

                "General Jean-Louis Georgelin, chief of the armed forces general staff, officially delivered to his Algerian counterpart, Lieutenant General Ahmed Gaid Salah, the plans of minefields laid ... by the French army between 1956 and 1959," an embassy statement said.

                According to Algiers, some three million anti-personnel mines planted on Algeria's borders with Morocco and Tunisia to prevent independence fighters infiltrating the then French colony are still in place.

                It has long demanded that France reveal the plans of the minefields stretching some 1,200 kilometres (750 miles) along the borders.

                Algerian newspapers regularly report accidents to local people, particularly herders and children, while Algiers is committed to destroying all anti-personnel mines on its territory under the Ottawa Convention.

                The French statement said Paris wanted to "move forward in removing the obstacles inherited from the past and build relations of trust with Algeria."

                Georgelin, who arrived on Saturday for a four-day visit, told Salah that the French army was keen to increase military cooperation between the two countries.

                Comment


                • #9

                  Dimanche 21 Octobre 2007 -- Le général Jean-Louis Georgelin, chef d’état-major des forces armées françaises, a officiellement remis à son homologue algérien, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, les plans de pose des mines placées le long des lignes «Challe» et «Morice» par l’armée française entre 1956 et 1959, selon un communiqué de l’ambassade de France à Alger. Cette décision qui était attendue par l’Algérie, «marque la volonté des autorités françaises de progresser pour lever les obstacles hérités du passé et de bâtir des relations de confiance avec l’Algérie», a ajouté ce texte.

                  Le général Georgelin, arrivé mardi à Alger pour une visite officielle de quatre jours, a réitéré à son homologue algérien «la disponibilité de l’armée française à approfondir la coopération militaire entre les deux pays», selon la même source. Cette visite qui intervient en réciprocité à celle effectuée en France, du 2 au 5 mai 2006, par le chef d’état-major de l’ANP, s’inscrit dans le cadre de la poursuite du renforcement des relations de coopération entre les armées des deux pays, et permettra d’examiner les questions d’intérêt commun, annonce l’agence officielle APS.

                  La même source ajoute que le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’ANP a reçu le chef d’état-major des armées françaises. La rencontre s’est déroulée au siège de l’état-major de l’ANP, en présence de généraux-majors et de généraux de l’ANP. A son arrivée au siège de l’état-major de l’ANP, le général d’armée Georgelin a passé en revue une formation des différentes forces militaires qui lui a rendu les honneurs.

                  Le chef d’état-major des armées françaises a été reçu également hier au siège du ministère de la Défense nationale, par Abdelmalek Guenaïzia, ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale. Cette opportunité a été saisie par les deux parties pour s’entretenir des questions d’intérêt commun, a-t-on indiqué.

                  Pour rappel, la ligne Morice, du nom d’un ministre français de la Défense André Morice, constituée de barbelés et de mines, surveillée en permanence, a été construite à partir de juillet 1957, le long des frontières de l’Algérie avec la Tunisie et le Maroc. Longue de 460 km à la frontière tunisienne et de 700 km avec le Maroc, la ligne Morice a été partiellement doublée par une autre ligne, dite Ligne Challe, du nom du général Maurice Challe, commandant en chef en Algérie de 1958 à 1960. Ces deux lignes de mines étaient destinées à isoler la révolution algérienne de ses deux voisins immédiats à l’est et à l’ouest.

                  3 millions de mines antipersonnel sur les onze millions implantées par l’armée française lors de la guerre d’Algérie sont encore enfouies, le long des frontières est et ouest de l’Algérie, et continuent à faire d’innocentes victimes. Décontaminer les zones frontalières, minées par l’armée coloniale avant 1962, est l’une des actions entreprises par l’Algérie, qui a signé, le 3 décembre 1997, la convention d’Ottawa sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction.

                  Comment


                  • #10
                    Algeria Also suffers from dumped nuclear waste France has dumped in the South of the country, but so far did not give much details to Algeria . still refuses to apologize for its crimes for OVER a century, they re probably expecting Algeria to have fought for independence.
                    Friendship

                    [60:8] GOD does not enjoin you from befriending those who do not fight you because of religion, and do not evict you from your homes. You may befriend them and be equitable towards them. GOD loves the equitable.

                    [60:9] GOD enjoins you only from befriending those who fight you because of religion, evict you from your homes, and band together with others to banish you. You shall not befriend them. Those who befriend them are the transgressors

                    Comment


                    • #11
                      Dimanche 21 octobre 2007 -- Réclamés depuis l’Indépendance, les plans de pose des mines parsemées par le colonialisme français au niveau des frontières est et ouest ont été enfin remis à l’Algérie.

                      La remise officielle de ces plans a été faite par le chef d’état-major des forces armées français qui a entamé hier une visite de quatre jours en Algérie. « Le général Jean-Louis Georgelin, chef d’état-major des forces armées françaises a officiellement remis à son homologue algérien, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, les plans de pose des mines placées le long des lignes Challe et Morice par l’armée française entre 1956 et 1959 », a affirmé le même jour l’ambassade de France à Alger dans communiqué transmis à notre rédaction. Cette décision marque, selon la même source, la volonté des autorités françaises « de progresser pour lever les obstacles hérités du passé et leur souhait de bâtir des relations de confiance avec l’Algérie ». Il a fallu 45 ans après l’Indépendance pour que les Français fournissent les cartographies de ces engins de la mort semés par leurs aïeuls durant l’époque coloniale. Des engins qui ne cessent de faire des victimes parmi des civils innocents algériens, en particuliers les enfants et les bergers.

                      Près de 40 000 personnes tuées

                      Il est encore difficile d’avoir le nombre exact de victimes de ces mines. Si certaines sources avancent le chiffre de 3000 personnes tuées depuis l’Indépendance, d’autres donnent un bilan beaucoup plus lourd. Elles font état de 40 000 morts et de 80 000 blessés. En tout cas, beaucoup de vies humaines auraient pu être sauvées si ces plans avaient été remis à temps. L’on se demande encore pourquoi la France a attendu jusqu’à aujourd’hui pour mettre à la disposition de l’armée nationale les documents facilitant les opérations de déminage au niveau des frontières. Cette attitude a été vivement critiquée par les autorités algériennes. Dans un discours prononcé le 21 novembre 2005 à Djelfa, où il a assisté à la cérémonie de clôture de l’opération de destruction du dernier lot des stocks de mines antipersonnel de l’ANP, le chef de l’Etat a critiqué la position française. Soulignant l’ampleur du bilan causé par ces mines, le président Bouteflika a reproché à certaines puissances internationales, dont la France, le non-respect des conventions internationales, telles que la convention d’Ottawa. Une convention portant sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction.

                      Avec la remise de ces plans, la France de Nicolas Sarkozy tente ainsi, selon des observateurs, de lever les obstacles, nombreux, qui entravent les relations algéro-françaises. Des relations qui buttent, entre autres, sur le refus de la France de reconnaître les crimes commis par son armée coloniale en Algérie. Il a rappelé que la ligne Morice, du nom du ministre français de la Défense, André Morice, constituée de barbelés et de mines, surveillée en permanence, a été construite à partir de juillet 1957 le long des frontières de l’Algérie avec la Tunisie et le Maroc. Longue de 460 km à la frontière tunisienne et de 700 km avec le Maroc, cette ligne a été doublée par une autre ligne, dite la ligne Challe, du nom du général Maurice Challe, commandant en chef en Algérie de 1958 à 1960. En tout, 11 millions de mines antipersonnel ont été enfouies pour empêcher les moudjahidine, à l’époque, d’accéder en Tunisie et au Maroc. Depuis 1962, l’ANP a entamé des opérations de nettoyage des régions infestées par les mines. Elle a réussi à détruire 8 millions de mines, alors que trois autres millions présentent toujours une source de danger pour les populations des régions limitrophes.

                      Comment


                      • #12

                        Comment


                        • #13
                          Mardi 23 octobre 2007 -- L’association des droits de l’enfance (Aden) de Annaba vient d’entamer la collecte d’informations nécessaires à l’élaboration d’une étude exhaustive. Cette dernière portera sur la situation des enfants victimes de mines antipersonnel (MAP) en Algérie.

                          Aden avait choisi la journée de l’enfant africain, célébrée le 16 juin dernier, pour lancer un appel aux ONG internationales pour plus d’actions d’aide en faveur de ces enfants. Parallèlement à cette démarche, Aden poursuit l’opération de recensement des enfants victimes de ces armes destructrices dans l’Est algérien. L’appel d’Aden est d’autant justifié, quand on sait que plus de 10 millions de mines antipersonnel de 20 types menacent toujours les populations d’Afrique du nord, et 200 autres millions existent encore à travers 80 pays. Ces mines font une victime toutes les trente minutes dans le monde, soit 15 000 à 20 000 nouvelles victimes /an, dont 20 % sont des enfants.

                          En ce qui concerne la situation dans notre pays, outre les 8 millions d’unités éliminées de 1963 à 1988, un processus de destruction de centaines de milliers d’autres a été entamé en 2004, devant s’étaler sur trois ans. Interpellée par les chiffres alarmants des 40 000 morts et 80 000 blessés, dont 80 % sont des civils, surtout des enfants, enregistrés depuis l’indépendance à ce jour, Aden aspire à participer activement aux campagnes de prévention et de sensibilisation. Ces dernières, déclenchées à travers le territoire, notamment depuis la ratification, par notre pays en décembre 2000, de la convention d’Ottawa sur l’interdiction des MAP.

                          Ces campagnes ciblent, de manière particulière, les populations vivant sur les lieux autour desquels ont été érigées les lignes Challe et Maurice, aux frontières algéro-marocaine et algéro-tunisienne. Selon la présidente d’Aden, outre la prévention et la sensibilisation, l’opération de recensement des enfants victimes des MAP, déjà lancée, concernera les zones les plus infectées, de Annaba à Chatt El Ghers, en passant par Ben M’hidi, Besbes, Dréan, Boukamouza, Souk Ahras, M’daourouch, Tébessa et N’kiren (ligne Maurice). Ces enfants sont évidemment issus de milieux plus que défavorisés.

                          Leur prise en charge nécessite d’importants moyens, quand on sait qu’un enfant de 10 ans doit changer 20 fois de prothèse, dont le coût dépasse l’équivalent de 150 dollars /unité. Des études médicales ont fait ressortir que 17 % des enfants victimes sont amputés d’une jambe au-dessous du genou, 10 % au-dessus et 3 % amputés des deux jambes.

                          Par ailleurs, Aden exhorte les pouvoirs publics, en charge du dossier, à faire un bilan sur le niveau d’application sur le terrain des recommandations émises lors du premier symposium international organisé à Alger en mai 2005. Ce dernier a, pour rappel, traité de la mise en application de la convention d’Ottawa. L’association s’interroge également sur le niveau d’application par l’Algérie du plan d’action 2005/2009 de Naïrobi, qui s’articule autour de la nécessité de faire cesser les souffrances causées par les mines antipersonnel en appliquant, sans aucune réserve, les dispositions de la convention d’Ottawa.

                          Comment


                          • #14
                            Amine Lotfi :

                            Samedi 27 octobre 2007 -- En remettant à l’Algérie la carte des champs de mines qu’elle a disséminées au cours de la guerre de Libération nationale, la France s’exonère-t-elle pour autant de ses responsabilités face aux victimes ? Des milliers de civils algériens, aux frontières est et ouest du pays, ont malheureusement été tués ou handicapés à vie du fait de l’action des mines françaises.

                            Avec les lignes Challe et Maurice, l’armée coloniale française a utilisé des procédés qui ne relèvent pas des règles de la guerre. Il est clair que même quarante-cinq ans plus tard, les traumatismes occasionnés par les mines françaises ne sont pas totalement dissipés chez les victimes, leur famille, mais aussi dans l’inconscient collectif. Car il est manifeste que les mines françaises qui ont été éparpillées aux frontières avec le Maroc et la Tunisie peuvent encore tuer ou blesser des civils algériens.

                            Certains de ces engins de destruction sont même réputés indétectables. Aussi, l’initiative française de divulguer les plans des sites algériens minés est-elle à la fois tardive et insuffisante. Ces documents auraient dû être remis à l’Algérie dès son indépendance et un tel geste fort aurait, également, dû être accompagné d’une implication directe des spécialistes français du déminage. De sorte que, prendre acte de la bonne volonté française à l’égard de ce dossier sensible des mines n’empêche pas d’observer qu’il s’agit en fait d’une demi-mesure à partir du moment où la logique du geste n’est pas menée à son terme.

                            Il n’est pas compréhensible, ainsi, que la France qui a engagé des missions de déminage dans des pays comme le Cambodge ou l’Angola, ne mette pas son expertise au service de l’Algérie où précisément les champs de mines sont de son fait. Qui peut le plus peut le moins ? Nombre d’organisations non gouvernementales, mais aussi des institutions relevant de l’ONU, travaillent aujourd’hui pour empêcher le recours aux mines antipersonnel sans y parvenir tant les enjeux financiers et militaires sont énormes. C’est l’esprit de la Convention d’Ottawa sur les mines dont la France n’est d’ailleurs pas signataire.

                            Pour un certain nombre de pays, c’est une course contre la montre et un défi titanesque que d’éliminer de leur sol le danger lié aux mines. C’est le cas de l’Algérie où subsistent encore des sédiments importants des champs de mines installés par la France. Est-il possible, parce que la France en a fourni le tracé, d’inscrire ces champs de mines dans la colonne pertes et profits de l’histoire ?

                            Des années après les faits, il y a une dimension humaine, psychologique et économique du problème, car des milliers d’Algériens sont concernés ou le seront, faute d’une stratégie de coopération dénuée d’arrière-pensées, voire de cynisme. Au passage, et cela a beaucoup à voir, il serait malvenu d’évoquer le rôle positif du colonialisme et reconnaître dans le même temps avoir semé dans les pays colonisés les germes de la mort. C’est exactement ce que la France coloniale a fait en Algérie.

                            Comment


                            • #15
                              Samedi 27 octobre 2007 -- Des membres de Handicap International (HI), l’ONG indépendante créée en 1992, qui milite contre la fabrication et l’usage des mines antipersonnel mais aussi pour la prise en charge de leurs victimes dont la liste s’allonge toutes les trente minutes, surtout chez les enfants, étaient, mercredi et jeudi, à El Tarf pour rencontrer les victimes des lignes Challe et Morice, de sinistre mémoire.

                              Venant de Tébessa et de Souk Ahras, les membres de la délégation accompagnés des représentants de différents ministères ont rencontré des acteurs locaux pour la mise en œuvre d’un programme soutenu par la coopération canadienne en Algérie. Il s’agit du projet « Soutien et renforcement des associations de personnes handicapées des zones minées à l’assistance aux victimes de mines ». Il est piloté par Handicap International et entre dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention d’Ottawa (1997) qui, à propos, doit son existence à la mobilisation de plusieurs millions de citoyens autour de la campagne lancée par cette ONG et récompensée en cela par un prix Nobel de la paix.

                              Rappelons que l’Algérie a ratifié la Convention en 2000. Le projet en question vise à mettre en relation les victimes et les associations de victimes réunies dans une plateforme de travail avec les structures décentralisées des services avec lesquels HI a déjà noué des relations. Il s’agit de la santé, de l’action sociale, de l’éducation et de la formation professionnelle. Les financements alloués au projet sont destinés à renforcer les associations pour mettre en place des capacités de plaidoyer et de services adaptés.

                              L’ONG se propose également d’entreprendre une action d’identification des zones infestées et d’élaborer des cartes actualisées, car pour Mme Salima Rebbah qui conduit la délégation de Handicap International, « il ne faut pas se suffire des cartes remises samedi dernier par la France, car dans beaucoup de régions, les mines se sont déplacées sous l’effet de l’érosion ou des glissements de terrain ».

                              L’ONG internationale qui a rencontré les associations et les acteurs locaux mercredi à l’Institut du tourisme a également plaidé pour des actions d’éducation et de prévention dans les écoles, particulièrement dans les zones rurales, celles qui sont à proximité de ces anciennes lignes également électrifiées. Les représentants des pouvoirs locaux, présents à la rencontre, doivent être sensibilisés à la mise en œuvre de la Convention d’Ottawa, a encore ajouté la militante de HI, car il faut également une approche sociale du handicap, une approche respectueuse de l’intégrité et de la dignité de la personne.

                              Le projet a été lancé le 1er octobre. Il concerne les zones minées de Tébessa, Souk-Ahras, El Tarf, Béchar, Naâma, auxquelles il faut ajouter celles touchées récemment par le terrorisme comme Jijel et Relizane. Depuis son indépendance, l’Algérie a détruit 8 millions de mines antipersonnel sur les 11 millions semées par l’armée française. Ici à El Tarf, chacun se souvient du long, pénible et laborieux travail des soldats du 1er bataillon de l’ANP, spécialement affecté à cette mission ou encore de ces explosions dans les maquis lorsqu’ils étaient la proie des feux de forêt.

                              La partie orientale de la wilaya, d’Oum Teboul à Ben Mhidi (qu’on avait par ailleurs baptisée Morice pour marquer ce fait d’armes) était à l’époque coloniale un no man’s land traversé par une large bande (les lignes Morice et Challe) qui s’étiraient sur 120 km du cap Segleb à la forêt des Beni Salah. A El Tarf, elles ont fait des centaines de victimes après la fin de la guerre de libération. En fait, on ne connaît pas le chiffre avec exactitude et c’est pour cette raison que l’une des actions prioritaires qui a été retenue est la mise en œuvre d’un recensement des victimes tuées ou mutilées par ces anciennes lignes.

                              Anciennes lignes, car il y a en effet de nouvelles lignes Challe et Morice à Aïn El Assel et qu’on a tenu à faire visiter à la délégation de HI et ses accompagnateurs. Elle date de 1997. Lubie d’un responsable en mal de reconnaissance, c’est une sorte de mémorial grand comme deux terrains de foot, toujours fermé, qui n’est ni entretenu ni gardé et dans lequel on a reproduit une pâle copie des authentiques lignes.

                              Pas même le barbelé d’origine encore trouvable dans les maquis. Il a quand même coûté, à l’époque, 14 milliards de centimes. Pour l’instant, et c’est de notoriété publique, les principaux bénéficiaires de cette réalisation pour la mémoire collective sont les dizaines d’entrepreneurs qui ont fait les travaux seulement en quelques semaines et bien sûr leurs commanditaires. Là, par contre, si ça explosait, ça ferait certainement du bien quelque part.

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X