Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria to abolish death penalty ?

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Sminette
    replied
    Je pensais que la peine capitale n'existais plus en Algerie

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Lundi 31 Décembre 2007 -- Le terrible crime de la rue Bouchama (ex-chemin des Dames), qui avait bouleversé, l'année dernière, toute la ville de Constantine, avec pour auteur B. Khaled, poursuivi à l'occasion pour homicide volontaire avec préméditation, et son frère B. Djamel Eddine accusé de complicité, et pour victime G. Omar, a connu hier, par-devant le tribunal criminel de Constantine, son épilogue.

    Le jeune B. Khaled, âgé de 25 ans, qui avait déjà passé une année derrière les barreaux, a été ainsi condamné à mort, alors que B. Djamel Eddine, son cadet d'une année, a écopé d'une peine de 10 ans de prison.

    Pour rappel, les faits, qui remontent à la date du 23 mai 2007, ont eu pour facteur déclenchant une rixe, a priori anodine, ayant opposé les protagonistes et néanmoins voisins au niveau de la dite rue Bouchama, dans le quartier de Bab El-Kantara.

    Ainsi, selon l'arrêt de renvoi de l'affaire, B. Khaled, considérant avoir été agressé par la victime G. Omar, a battu le rappel de son frère. Puis, s'étant armés tous deux de couteaux à cran d'arrêt achetés à la place des Chameaux, ils ont décidé de régler le contentieux, avec une issue tragique prévisible: G. Omar fut ceinturé par le frère cadet et B. Khaled n'hésita pas à planter le couteau à cran d'arrêt dans le coeur du premier nommé. Une fois son forfait accompli, B. Khaled se dirigea vers la cité Djenane Ezzitoun, où il se débarrassa de l'arme du crime, alors que son frère B. Djamel Eddine a déclaré avoir jeté le couteau en sa possession par-dessus le pont de Sidi M'cid.

    L'avocat de la défense, qui a plaidé les circonstances atténuantes pour ses mandants, plaidant l'homicide involontaire, n'a pas réussi à convaincre le tribunal, qui a suivi en cela le réquisitoire de l'avocat général, demandant la peine capitale contre B. Khaled.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Mardi 18 Décembre 2007 -- Le tribunal criminel d'Oran a prononcé la peine capitale à l'encontre du nommé S. K. pour avoir tenté d'empoisonner sa propre femme, de surcroît enceinte. Le 9 avril 2004, la victime, de retour du bain maure, a pris une bouteille de boisson gazeuse qu'elle avait laissée dans le réfrigérateur avant de sortir. Après avoir pris la première gorgée, elle sentit une vive brulûre dans sa bouche et a régurgité le liquide. Elle s'est rendue, ensuite, à la police pour déposer plainte contre son mari. Lors de l'enquête, la victime a déclaré que son époux était toxicomane, la traitait mal et la délestait régulièrement de ses bijoux pour les revendre. Le jour où il a décidé de l'empoisonner, il lui demanda d'aller au bain. A son retour, elle avait soif et elle a constaté que la quantité de la boisson qu'elle avait laissée avant de sortir avait diminué. Ses soupçons se tournèrent vers son mari qu'elle suspecta de lui avoir mis quelque chose dans la boisson. Il a cependant nié les faits lorsqu'elle l'avait interrogé. L'enquête a révélé que la boisson était de l'acide. Le procureur de la République a requis la peine capitale à l'encontre du mari en fuite. Après les délibérations, cette peine a été maintenue par le tribunal criminel.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Mercredi 28 novembre 2007 -- Le tribunal criminel de Chlef a rendu hier un verdict à la mesure du crime abject commis par un repris de justice (41 ans) sur un enfant de 16 ans, demeurant à Oued Sly, 7 km à l’ouest de Chlef. L’accusé, Lazaâr Abdelkader, a été ainsi condamné à la peine capitale pour enlèvement et assassinat avec préméditation et guet-apens du jeune Belkaïd Mohamed Amine, scolarisé en deuxième année moyenne, dont le père est un commerçant. Un autre accusé, âgé de 22 ans, a, quant à lui, été condamné à trois ans de prison ferme pour non-dénonciation d’enlèvement. Auparavant, il était poursuivi pour complicité d’enlèvement et d’assassinat.

    Les faits remontent au 25 avril 2006, lorsque ce dernier, qui n’est autre que le voisin de la victime, s’est rendu avec celle-ci à bord de sa moto, au quartier Hai Sonelgaz, situé à la sortie ouest de la ville d’Oued Sly. Là, ils seront accostés par le criminel qui a enlevé l’enfant sous la menace, avant de le traîner dans un endroit isolé. Après d’intenses et multiples recherches menées par les éléments de la gendarmerie, la victime sera retrouvée assassinée cinq jours plus tard, après avoir été poignardée de plusieurs coups de couteau. Selon l’enquête, le supplicié n’a pas fait l’objet de sévices sexuelles ni de demande rançon. Il a été tué sans motif par le criminel qui a à son actif plusieurs jugements pour association de malfaiteurs et agressions. La nouvelle du verdict a été accueillie avec un grand soulagement par la population des communes voisines de Chlef et de Oued Sly.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Lundi 19 Novembre 2007 -- Deux jeunes hommes, reconnus coupables d’homicide volontaire et vol qualifié, ont été condamnés hier à la peine capitale par le tribunal criminel d’Oran. Les faits de cette sombre affaire remontent au dimanche 5 novembre de l’année dernière lorsque M. O. et A. B. allèrent dîner chez la tante du premier, dans la localité de Hassi Bounif, située à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville d’Oran. Selon les termes de l’acte d’accusation, les deux hommes ont immobilisé la tante et se sont acharnés à coups de hache sur le mari qui décédera des suites de ses graves blessures. Sitôt les agresseurs partis, la veuve porte plainte auprès des services de la Gendarmerie nationale qui déclenche une opération de recherche.

    Les deux agresseurs seront retrouvés le lendemain, une quarantaine de kilomètres plus loin, soit à Aïn Turck, à bord du véhicule, volé, du défunt. Lors du procès d’hier, les deux accusés ont reconnu les faits qui leur étaient reprochés en assurant toutefois qu’ils étaient sous l’effet des psychotropes et qu’ils n’étaient pas conscients de leurs agissements. Devant la gravité des faits, le ministère public a réclamé la peine capitale alors que la défense s’est contentée de plaider les circonstances atténuantes. Après délibérations, la cour a suivi le réquisitoire du ministère public et prononcé la peine capitale.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Originally posted by Al-khiyal View Post
    Originally posted by Al-khiyal View Post
    Samedi 17 Novembre 2007 -- Trois personnes, reconnues coupables du meurtre d'un magistrat en 2006, ont été condamnées à la peine de mort par le tribunal criminel d'Annaba, a-t-on appris samedi de source judiciaire. Le tribunal, qui a rendu cette décision mercredi, a également infligé des peines de 10 ans et 11 mois de prison à deux autres accusés. Un sixième prévenu a été acquitté.

    Ils étaient accusés d'avoir assassiné en décembre 2006 le procureur de la République d'Oum El Bouagui, Nabil Boutarfa. Le corps atrocement mutilé du magistrat, 35 ans, avait été découvert sur une route de campagne dans la région d'Annaba. Le vol était le principal mobile des meurtriers qui avaient notamment subtilisé l'arme de la victime qu'ils ont revendue par la suite.

    La peine de mort, toujours en vigueur en Algérie, n'a pas été appliquée depuis 1993.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    started a topic Algeria to abolish death penalty ?

    Algeria to abolish death penalty ?

    Mercredi 4 juillet 2007 -- Le directeur régional de l’organisation internationale de la réforme pénale, le Docteur Taher Boumedra, a indiqué à Amman que l’Algérie est à la traîne dans le processus d’abolition de la peine de mort, en dépit de l’étape avancée à laquelle cette dernière est arrivée comparée aux autres pays arabes.

    Le responsable a indiqué, lors de l’ouverture de la conférence régionale contre la peine de mort dans le monde arabe, qui s’est tenue hier à Amman, que l’Algérie ne doit pas se rétracter pour ce qui est de l’abolition de la peine de mort, et doit être le premier pays de la Ligue Arabe à abolir cette peine ». Il a affirmé « le monde arabe n’a pas de culture du dialogue et des droits de l’homme », les efforts des alliances nationales doivent s’unir pour parvenir à l’abolition définitive de la peine de mort.

    Il a précisé dans le même contexte que la zone arabe est la seule région dans laquelle aucun pays n’a adopté l’abolition définitive de la peine de mort, en dépit du fait que le nombre de pays ayant adopté cette abolition atteint les 130.

    Par ailleurs, le directeur du centre de Amman des études des droits de l’homme, le docteur Nitham Assef, a révélé que « la conférence régionale s’inscrit dans le cadre d’efforts internationaux visant à abolir la peine de mort ».

Unconfigured Ad Widget

Collapse
Working...
X