Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria to abolish death penalty ?

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #16

    Mardi 4 mars 2008 -- Le tribunal criminel près la Cour de Sidi Bel Abbès a condamné, dimanche, à la peine capitale le dénommé A. Djillali, reconnu coupable du meurtre de son demi frère, A.B., en 2003. Deux heures auront suffi aux jurés pour condamner le prévenu qui avait introduit un pourvoi en cassation après une première condamnation à mort prononcée en 2004 par le même tribunal.

    L’affaire qui remonte à l’année 2003 avait eu pour théâtre le paisible village de Sidi Boumediene, dans la commune de Hammam Bouhadjar (Aïn Térmouchent). Selon les éléments de l’enquête menée par les services de la gendarmerie et celle diligentée par le juge d’instruction, la victime est décédée des suites de blessures provoquées par un objet contondant. Son corps avait été découvert non loin du domicile familial. Les soupçons pesant sur le demi frère de la victime se sont révélés exactes après la disparition d’une somme d’argent appartenant à la victime, avait fait ressortir l’enquête.

    Avant-hier, après plaidoiries de la défense et le réquisitoire du représentant du parquet, le verdict est tombé en fin d’après-midi.

    Comment


    • #17

      Samedi 15 Mars 2008 -- Des peines très lourdes ont été infligées avant-hier par la cour de Boumerdès à l’encontre des auteurs du crime odieux commis en juillet 2006 et qui a coûté la vie à A. Abdelkrim, 61 ans, bijoutier à Rouiba. La peine capitale a été prononcée à l’encontre de B. Kamel, 32 ans, originaire d’Aïn Bessam (Bouira), N. Ali, 32 ans, de Relizane, alors que leur acolyte K. Fatiha, 22 ans, originaire d’Aïn Bessem et résidant à El-Harrach, a été condamnée à la réclusion à perpétuité.

      Les faits remontent à juillet 2006 lorsque les trois assassins qui avaient planifié leur abominable crime se sont retrouvés ce 19 juillet 2006 à la rue Ali-Khodja de Rouiba où se trouve la bijouterie le Printemps dite aussi “la bijouterie ammi Abdelkrim”. Il était 8h, lorsque B. Kamel et N. Ali demandent à la jeune femme (leur complice) de pénétrer la première dans la bijouterie pour servir d’appât et en même temps occuper le bijoutier. Ce dernier, connu pour sa gentillesse et sa courtoisie, s’est mis à la disposition de la jeune femme et lui conseille quelques bijoux en vogue.

      Quelques minutes après, ses deux complices entrent dans le magasin. L’un d’eux porte sur lui un morceau de marbre et cinq couteaux. Son complice, N. Ali, fait signe à la jeune femme de quitter les lieux sans que cela attire l’attention de la victime étant occupée dans une discussion avec l’autre prétendu client. Mais au moment où le commerçant avait le dos tourné pour chercher les bijoux choisis par le “client”, son complice lui assène plusieurs coups à la tête avec le morceau de marbre. Une fois à terre, N. Ali prend la tête du bijoutier et lui assène plusieurs coups de couteau dans différentes parties de son corps.

      Cependant, les deux assassins sont surpris par un client du bijoutier natif de Rouiba qui s’apprêtait à entrer dans le magasin. Affolés, les deux assassins quittèrent précipitamment la bijouterie en emportant quelques bijoux. Mais des voisins du bijoutier alertés ont poursuivi les agresseurs. Une course-poursuite s’est alors engagée dans les ruelles du centre de Rouiba jusqu’à ce que l’un des agresseurs, N. Ali, soit percuté par une voiture. Il est rattrapé par la population qui le remet entre les mains de la police.

      Le bijoutier, évacué vers l’hôpital de Rouiba dans un état grave, succombera à ses blessures quinze jours après. Avant de mourir, la victime avait confié à ses proches et à des policiers que l’un des agresseurs avait une taille élancée. Il s’agissait en fait de N. Ali, qui mesurait 1,74 m.

      Comment


      • #18

        Lundi 17 mars 2008 -- Le tribunal criminel près la cour de justice de la wilaya de Tiaret a prononcé samedi la peine capitale à l'encontre d'un homme, B.R. (26 ans), pour un triple meurtre. En effet, les faits de cette affaire remontent au 4 juillet dernier lorsque trois hommes, sans mobile connu, seront assassinés l'un après l'autre à l'arme blanche. Leurs corps seront retrouvés éparpillés dans plusieurs endroits de la ville de Tiaret. L'auteur de ce triple crime qui avait mis en émoi toute la ville de Tiaret, sera arrêté par la police quarante-huit heures plus tard.

        Lors de l'audience d'avant-hier, les familles des victimes s'étaient rassemblées devant le siège du palais de justice, réclamant un châtiment exemplaire pour l'auteur du triple crime. Dans son réquisitoire, le procureur général a requis la peine capitale, peine confirmée par le verdict rendu samedi après-midi par le tribunal criminel.

        Quatre-vingt-deux (82) affaires figurent au rôle de la première session criminelle qui s'est ouverte le 15 mars, dont des affaires liées à la constitution d'associations de malfaiteurs, vols qualifiés, attentats à la pudeur et homicides volontaires.

        Comment


        • #19

          Mardi 18 Mars 2008 -- La peine capitale a été prononcée dans la soirée d’avant-hier par le tribunal près la cour de Boumerdès à l’encontre d’une femme, O. Halima, accusée d’avoir commandité l’assassinat de son mari dont le corps a été mutilé et coupé en plusieurs morceaux. La même peine a été prononcée à l’encontre de H. Ali qui a exécuté cette tuerie, dont les faits se sont déroulés en octobre 2003 à Aïn Allah, dans la commune de Dély-Ibrahim.

          En effet, ce jour-là, la victime rentrait en ce mercredi soir à une heure tardive (2h30) et regagna sa chambre. La victime ignorait tout de ce qui se tramait à son insu : sa femme avait “engagé” l’accusé H. Ali, 31 ans, pour se débarrasser de son mari qui aurait, selon l’arrêt de renvoi, refusé de “donner” sa fille Hasna à l’auteur du crime. Celui-ci avait accepté le “marché” conclu avec l'épouse de la victime, exécuter cette sale besogne, mais à condition d’épouser sa fille.

          L’assassin accompagné de l’épouse complice s’étaient mis à jeter les différentes parties du corps de la victime mises en sac, et ce, dans différents endroits. Ainsi, la tête du défunt sera jetée sur une plage à Tamentfoust, alors que les autres parties du corps seront disséminées à Dar El-Beïda, Bir-Mourad-Raïs et Hydra. Quatre jours après l’assassinat, des citoyens découvrent la tête et alertent la police. L’enquête aboutit à l’arrestation des tueurs qui ont nié en bloc, hier, les faits qui leur ont été reprochés.

          À rappeler que la jeune fille, qui était âgée au moment des faits de moins de 17, ans a été déjà jugée et condamnée à trois ans de prison par le juge des mineurs.

          Comment


          • #20

            Lundi 31 Mars 2008 -- Sept mois après le crime odieux qui a coûté la vie à la jeune maman à Sidi Aïssa, (M’sila), le meurtrier a été condamné à la peine capitale. La chambre criminelle, près la cour d’appel de M’sila a condamné à la peine de mort le mis en cause, L. M, âgé de 46 ans. Il a assassiné sauvagement sa femme, une maman de trois enfants. Les faits remontent au 10 août 2007, quand le meurtrier s’est présenté à la police de Sidi Aïssa pour signaler qu’un crime s’était passé dans sa demeure. Les enquêteurs ne tardèrent pas à découvrir la vérité. Il a fini par avouer son crime et déclarer l’avoir fait “au nom de l’honneur”. Selon le rapport d’autopsie, la victime a reçu plusieurs coups de couteau au ventre, à l’épaule, la poitrine avant d’être égorgée.

            Comment


            • #21

              Lundi 31 Mars 2008 -- C’est avec cette affaire, qui a perturbé le calme et la quiétude de la ville d’Adrar, que la cour a tenu à donner le coup d’envoi de sa session criminelle de l’année 2008. L’affaire remonte au 31 juillet 2007, lorsque les deux jeunes, G. A. et G. M., se sont rendus à la maison de la victime, A. A., pour récupérer la somme de 23 000 Da. G. A., ne trouvant pas la totalité de la somme chez le maçon, n’a pu se retenir en voyant un couteau sur la table. Il lui assène un premier coup au niveau de l’épaule et le second au ventre. Voyant sa victime gisant dans son sang, il appelle son compagnon et l’étrangle. Au moment du jugement, les deux accusés ont essayé de donner une autre version des choses par rapport au procès verbal du juge d’instruction. Grâce aux questions du procureur général adjoint, les accusés ont répondu à tous les chefs d’inculpation : vol qualifié, port d’armes blanches et homicide volontaire avec préméditation. La cour a condamné les deux accusés à la peine capitale.

              Comment


              • #22

                Mardi 1 avril 2008 -- Le tribunal criminel près la Cour de Relizane a statué sur l’immonde crime qui a défrayé la chronique un certain 5 novembre 2004, à Mendès, dans la wilaya de Relizane, et a condamné les acolytes auteurs à la peine capitale. En effet, effrayé par les menaces de sa dulcinée B.F. (28 ans) de dénoncer son acte de viol auprès de ses parents s’il ne se présentait pas pour demander sa main au mariage, le dénommé B.M. (28 ans), berger de la famille, a décidé de la faire taire une fois pour toute. Ainsi, il concocta avec la complicité de B.A. (28 ans) un plan d’action. Il invita la victime à venir le rejoindre dans le hangar de la ferme. Confiante, elle était au rendez vous en compagnie de sa nièce B.F. (11 ans). Cette présence inattendue de la mineure ne dissuada pas les criminels d’accomplir leur forfait programmé. Pire encore, la fillette a subi le même sort que sa tante. Défigurés et mutilés, les deux cadavres ont été enterrés dans une habitation abandonnée. Probablement que les auteurs voulaient maquiller leur acte pour laisser supposer la piste du terrorisme. Seulement, l’enquête a abouti à l’arrestation des deux mis en cause et l’accusé principal ne tarda pas à cracher le morceau, chose qui conforta le verdict du tribunal en dépit des tentatives de la défense.

                Comment


                • #23

                  Mercredi 9 avril 2008 -- Trois personnes ont été condamnées hier par le tribunal criminel de Ghardaïa, à la peine de mort, dans l’affaire du trafic de 6 quintaux de kif. Ces derniers étaient accusés de trafic de produits prohibés, atteinte à la santé publique et association de malfaiteurs.

                  Le tribunal de Ghardaïa s’est prononcé hier dans l’affaire du trafic de 625 kg de kif traité. Pour rappel le procureur avait requis la peine maximale, alors que les accusés eux se sont entendus sur une même version des faits. Ils avaient prétendu que la drogue était la propriété d’une personne inconnue nommée « Essalek », qui leur a demandé de la transporter de Béchar à Ouargla contre 200 millions de centimes. Ces derniers avaient été arrêtés en octobre 2004 entre Mnia et Metlili en possession de 625 kg de kif traité transportés sur le toit d’une Toyota Station. Le juge ainsi que les jurés n’ont pas été convaincus par le récit des accusés. Le tribunal les a ainsi condamnés à la peine de maximale.

                  Comment


                  • #25

                    Jeudi 15 mai 2008 -- Le tribunal criminel de Tizi Ouzou a condamné, hier, par contumace, les auteurs du rapt de l'un des gérants de l'ETRHB, à la peine capitale. Les mis en cause étaient poursuivis pour adhésion à un groupe armé et enlèvement avec demande de rançon. Les deux mis en cause M. Mourad et M. Youssef, natifs de Dellys (Boumerdès) faisaient partie d'un groupe de 12 individus auteurs de ce kidnapping, perpétré le 25 avril 2007, sur la route reliant Fréha à la ville natale de la victime, Azzefoun. Devant le tribunal, hier, le co-gérant de l'ETRHB a affirmé avoir versé une rançon de 25 milliards de centimes, comme il avait confié lors de l'instruction de l'affaire. Le procureur de la République, avait lors de son réquisitoire réclamé le maximum à l'encontre des deux accusés.

                    Comment


                    • #26

                      Lundi 26 Mai 2008 -- La cour de Skikda a jugé et condamné, samedi en fin de journée, les trois frères meurtriers de la commune de Salah-Bouchaour, B. K. 43 ans, B. M. 32 ans et B. L. 23 ans, à la peine capitale pour le meurtre crapuleux du jeune Ahmed Boudechiche, âgé de 21 ans. Leur neveu M. L., accusé de complicité, a écopé, quant à lui, d’une peine de 10 ans de réclusion criminelle. La victime a été agressée à l’aide d’une barre de baseball avant d’être égorgée devant l’hôpital d’El Harrouch où il a été évacué. Ces derniers ainsi que la victime habitent la commune voisine de Salah-Bouchaour où la genèse de ce crime a débuté. Le meurtre, qui a mis en émoi la population de la paisible ville d’El Harrouch, a été perpétré par trois frères le 20 septembre 2007, durant le mois de Ramadhan, après la rupture du jeûne. À l’origine du crime, la vente d’une motocyclette. Auparavant, la victime a écopé d’une peine de 10 mois de prison ferme suite à une plainte de ses futurs assassins. Le ministère public a requis la peine capitale pour les trois principaux accusés et une peine de 15 ans de prison ferme pour le neveu complice. Lors de leur interrogatoire, les deux premiers accusés ont plaidé l’innocence tout en niant toute participation à ce crime, alors que le troisième a reconnu les faits. Sachant également que le principal accusé, B. K., est un repris de justice qui a été auparavant poursuivi dans 11 affaires, dont des accusations pour agressions à l’arme blanche et vol.

                      Comment


                      • #27

                        Lundi 26 mai 2008 -- La peine capitale a été prononcée hier par le tribunal criminel d'Oran à l'encontre du nommé B.A. pour le chef d'accusation d'homicide volontaire avec préméditation. D'autre part, deux autres condamnations à 15 et 10 ans de prison ferme ont été prononcées à l'encontre de deux autres accusés pour les mêmes chefs d'accusation, à savoir la tentative d'homicide.

                        Cette affaire, rejugée hier après un pourvoi en cassation d'un premier procès, remonte au mois de juin 2004 à Hassi Bounif. Ainsi, suite à un malentendu entre la victime A.F. et l'accusé principal pour une histoire d'argent, ce dernier, épaulé par les deux autres accusés, a abordé la victime qui été placée devant une table dans un café.

                        Puis ils l'ont rouée de coups, avant de la délester de 30 millions de centimes qu'elle avait en sa possession. L'autopsie a déterminé que la victime avait reçu 34 coups de couteau dans différentes parties du corps. Les trois mis en cause s'en sont également pris à deux amis du défunt qui se trouvaient sur les lieux.

                        Dans son réquisitoire, le procureur de la République a requis la peine capitale à l'encontre de l'accusé principal et 20 ans de prison ferme à l'encontre des deux autres accusés pour homicide volontaire avec préméditation, tentative d'homicide, association de malfaiteurs et vol qualifié.

                        Comment


                        • #28

                          Mercredi 4 Juin 2008 -- La cour criminelle de Tlemcen a condamné hier trois individus à la peine capitale pour meurtre. L’affaire remonte au 7 décembre 2007 où les trois individus en question, en l’occurrence B. B., B. M. et L. H., ont pénétré de nuit dans l’étable d’un maquignon et l’ont assassiné à l’aide d’épées et volé somme modique de 3 000 DA. Ce crime, qui a été commis dans le quartier ouest de la ville de Maghnia, était en instruction voilà une année. Il avait mis en émoi toute la population, laquelle a dénoncé la montée de la violence dans ce quartier où une Sûreté urbaine y a été ainsi installée.

                          Comment


                          • #29
                            Peine capitale pour l’assassin de Yasser





                            Tribunal de constantine
                            Par : Betina Souheila

                            Mercredi 11 Juin 2008- La chambre criminelle de la cour de Constantine a condamné, hier, le dénommé M. A. à la peine capitale, assortie d’une amende de 100 millions de centimes pour kidnapping, sévices sexuels et homicide volontaire contre un enfant.
                            Hier, dans la salle des pas perdus de la cour de Constantine, il était difficile de contenir la douleur de l’importante foule venue pour être témoin d’une affaire qui a endeuillé une famille et ému, dès le départ, la population locale. Les parents de la victime étaient très révoltés.
                            À travers sa plaidoirie, le procureur de la République ne laissa aucun doute sur la nature bestiale du criminel devant une assistance en larmes. Le viol avant l’assassinat, comme l’a relevé le médecin légiste, a été reconnu par l’accusé, qui n’a pas jugé utile de demander le pardon. L’avocat de la défense, lui, a plaidé pour que l’accusé bénéficie des circonstances atténuantes, se basant sur l’hypothèse selon laquelle la pédophilie est considérée comme une maladie et que son client aurait agit sous l’effet de psychotropes.
                            Pour rappel, les faits remontent au 17 janvier dernier, lorsque le petit Yasser, un petit ange d’à peine 4 ans, de retour du marché où il a accompagné son grand-père, à l’heure de la prière du crépuscule, a disparu. Sa grand-mère le découvrira inerte et égorgé, 12 heures après sa disparition, au bas de l’escalier de l’immeuble du domicile. L’enquête mènera rapidement les policiers à l’auteur du crime, un voisin. Notons que le prévenu, un pédophile récidiviste, a été déjà condamné à une année de prison ferme en 2007 pour tentative de kidnapping d’une fillette de 6 ans.

                            Comment


                            • #30

                              Mardi 10 juin 2008 -- C’est une affaire qui eut lieu au douar Maârif, dans la commune de Tighennif. Les faits remontent au 27 février 2005. Ce jour-là, l’accusé, C. K., attendait celui à qui il devait vendre une vache, aussitôt arrivé, il recevra des coups avec une barre de fer. Le maître des lieux avait apparemment bien préparé son coup. Il s’emparera ensuite de l’argent que la victime avait sur elle et jettera son corps au fond d’un puits. Le 20 mars, un berger passait par là, sentant de fortes odeurs, il alertera les services de la Protection civile et aussitôt après, la Gendarmerie ouvre une enquête. Interpellé, l’accusé niera une première fois, mais finira par avouer. Ce lundi, en session criminelle, il requit contre lui la peine capitale pour homicide volontaire avec préméditation. Les jurés suivront le procureur général et le condamnent à la peine capitale.

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X