Announcement

Collapse
No announcement yet.

Sexual assault and rape in Algeria: Over 1,000 victims recorded per year

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts


  • Dimanche 14 Juin 2009 -- Un raqi (exorciseur), âgé de 29 ans et habitant * El-Affroun, 20 km * l’est de Blida, a violé, mardi dernier, une jeune fille de 16 ans. Profitant, en effet, de son ingénuité, il l’avait emmenée dans une maison inhabitée, appartenant * des parents * lui, et ce, après avoir exercé sur elle son pouvoir de thaumaturge. Sur place, il lui promet de l’épouser puis abusera sauvagement d’elle. Ses parents, informés de son viol, déposèrent plainte * la gendarmerie contre le raqi qui sera vite arrêté. La défloration confirmée par le médecin légiste, le mis en cause a été écroué, mercredi dernier, pour atteinte * la pudeur contre une mineure. Dans un autre contexte, un enfant de 4 ans a été violé, toujours * El-Affroun, par son voisin de 24 ans. Le violeur a été placé le même jour que le raqi pervers sous mandat de dépôt.

    Comment



    • Mercredi 24 Juin 2009 -- La Cour de Kolea, dans la wilaya de Tipasa, a condamné trois étudiants âgés entre 20 et 22 ans, et résidant * Bousmail, * deux ans de prison. La principale accusation retenue contre eux, est l’entretien de rapport sexuel avec une mineure, et la prise et diffusion des photos pornographiques. Le quatrième accusé a été relaxé par la Cour. La victime n’a que 18 ans, elle a été déj* violée par son copain du lycée, dans un appartement, auquel il l’a invitée * l’occasion de son anniversaire. Ce denier lui a offert un vert d’eau contenant un somnifère, par la suite, et dès qu’elle a perdu connaissance, il l’a violé, et puis il a pris des photos d’elle toute nue, pour les poster sur le net. La victime a été surprise de voir des photos d’elle toute nue. Aussi, les accusés précités ont diffusé un CD qui contient des photos pornographiques, dans la ville de Bousmail.

      Comment



      • Samedi 4 Juillet 2009 -- Lors d’une patrouille effectuée en début de semaine vers deux heures du matin par les éléments de la brigade de gendarmerie de Béni-Saf au niveau de la plage Madrid, leur attention fut attirée par la présence d’une jeune fille originaire de Saïda qui répond aux initiales de K. H., âgée de 18 ans, alors quelle présentait des signes de frayeur. Elle a avoué qu’elle avait fait l’objet d’une agression suivie d’une tentative d’abus sexuel de la part de trois individus qui se trouvaient en état d’ébriété * bord d’un véhicule de type Renault 19. Suite * sa plainte déposée en bonne et due forme, les recherches entamées * la faveur d’un large ratissage effectué dans les environs ont permis aux gendarmes relevant de la brigade de Béni-Saf de mettre la main sur les trois individus impliqués dans cette affaire de mœurs. Il s’agit de R. A., 22 ans, A. L., 26 ans, et C. Y., 23 ans, tous originaires de Saïda, qui ont été présentés devant le tribunal de Béni-Saf.

        Une autre affaire de mœurs légères a été traitée par les gendarmes dans la même journée. Un jeune âgé de 22 ans s’est présenté aux gendarmes au niveau du barrage fixe dressé au carrefour reliant le chemin menant vers la plage de Chatt El-Hillal * la RN96 en leur déclarant qu’il fut victime d’un acte contre nature après avoir fait l’objet de menaces et vol de son appareil téléphonique portable de la part d’un certain L. R. âgé de 26 ans. Ce dernier a été appréhendé au niveau du même barrage en possession des objets volés, grâce aux signalements apportés par la victime. Les gendarmes relevant de la brigade de Terga qui ont traité l’affaire ont présenté les deux individus devant le procureur de la République près le tribunal de Béni-Saf qui les a placés en détention préventive.

        Comment



        • Dimanche 5 Juillet 2009 -- Une étudiante originaire de la wilaya d’Oum-El-Bouaghi, âgée de 21 ans, a été induite en erreur par une femme de 28 ans, travaillant * Azzaba dans la wilaya de Skikda, qui l’a conduite sur un lieu de débauche, situé * la cité El-Hadj-M’barek, sur les hauteurs de la ville de Guelma. La jeune fille a été violée par une bande de quatre jeunes hommes dont l’âge varie entre 21 et 28 ans. Après deux jours de séquestration, elle est arrivée * tromper la vigilance de ses ravisseurs et a réussi * prendre la fuite. Aussitôt alertés, les éléments de la police judiciaire ont investi le lieu de débauche où ils ont arrêté les cinq mis en cause. Auditionnés, ces derniers n’ont pas nié les faits. Les déclarations de l’étudiante ont été confortées par un examen médical qui a prouvé qu’elle a été sauvagement violée. Les cinq mis en cause ont été présentés en fin de semaine au parquet sous l’inculpation de détournement, viol et séquestration. Ils ont tous été mis sous mandat de dépôt.

          Comment



          • Mercredi 8 Juillet 2009 -- Six individus, âgés entre 18 et 24 ans, ont été auditionnés par les services de la police judiciaire de la sûreté de wilaya, puis déférés, avant-hier, au procureur de la République près le tribunal de Saïda, qui a placé trois d’entre eux sous mandat de dépôt, tandis que les autres ont été mis sous contrôle judiciaire pour association de malfaiteurs, kidnapping, séquestration, non-assistance * personne en danger et viol collectif sur une jeune fille âgée de 20 ans. Les faits, qui se sont produits dans le quartier Soumam, remontent * la nuit de jeudi dernier. La victime a été surprise par l’un des mis en cause qui l’a forcée * le suivre dans une bâtisse désaffectée pour commettre son forfait et ne s’en tiendra pas l*, puisqu’il la donnera en offrande * ses copains. Une fois leurs bas instincts assouvis, ils l’abandonneront sur les lieux mêmes et disparaîtront.

            Comment



            • Jeudi 9 Juillet 2009 -- Le procureur de la République près la cour de Bouira a requis hier une peine d’emprisonnement de 10 ans, * l’encontre de l’enseignant M.K., accusé d’attouchements et d’atteinte * la pudeur envers ses propres élèves de 4e année primaire * l’école Mohamed Boutaoues dans le quartier de Ras Bouira * 2 km de la sortie est du chef-lieu de wilaya. Pour rappel, une dizaine d’élèves ayant fait l’objet de ces agissements immoraux ont informé leurs parents qui ont procédé par la suite au dépôt de plainte contre le mis en cause. 15 potaches dont 8 filles ont été auditionnés hier par le président de la cour. Les victimes, accompagnées de leurs parents ont apporté leurs témoignages. L’affaire remonte au début du mois de janvier dernier, après qu’une fillette ait dénoncé ces faits auprès de la directrice de l’école. Le verdict rendu dans l’après-midi d’hier a condamné l’enseignant * une peine de 7 ans d’emprisonnement ferme.

              Comment



              • Mardi 21 Juillet 2009 -- Une fille de 14 ans a donné naissance, il y a deux jours, * un bébé de sexe masculin * la maternité de l’hôpital Ibn-Rochd, * Annaba. C’est la première fois qu’un tel fait est signalé dans la région, et qui suppose, étant donné l’âge de la mère, qu’il s’agit probablement du fruit d’un inceste. Une thèse confortée par le fait, selon des sources sûres, qu’aucune plainte n’a été enregistrée * la sûreté, s’il s’agissait d’un viol. Aussi, la brigade des mineurs de la Police judiciaire d’Annaba a ouvert une enquête sur cette affaire sur ordre du procureur, ajoutent nos sources. La fille, au moment de son admission, était accompagnée de sa maman qui n’a voulu faire aucune déclaration. Ajoutons que l’inceste est un crime dont le nombre augmente de plus en plus, commis par des pères de famille indignes, tandis que lorsqu’il s’agit des frères, la majorité agit sous l’effet de l’alcool et des psychotropes. Rappelons que lors de la dernière session de la cour criminelle, un père incestueux avait été jugé pour viol de ses deux petits garçons, dont le plus jeune avait * peine 4 ans.

                Comment



                • Samedi 25 Juillet 2009 -- Deux semaines seulement après l’enlèvement et le viol d’une jeune femme qui se promenait la nuit avec son ami le long de la corniche, une autre, âgée de trente ans, arrivée, lundi dernier * Annaba par bus, aux environs de 14h30, a été enlevée par 4 malfrats qui l’ont menacée avec une arme blanche dès son arrivée * la station de bus de Sidi Brahim, et emmenée * bord d’un véhicule, dans un endroit boisé du côté de la Tabacoop, où elle a subi un viol collectif. Cet enlèvement a eu lieu devant des citoyens qui se sont contentés d’observer la scène avant d’appeler la police. Cette dernière, une fois sur les lieux, a aussitôt ouvert une enquête qui a abouti au lieu où la malheureuse victime avait été emmenée, en état de choc. Ses agresseurs, qui sont identifiés et probablement issus, comme dans la plupart des cas, des wilayas limitrophes, selon nos sources, sont activement recherchés.

                  Comment


                  • Lynda Nacer :


                    Mercredi 12 Août 2009 -- Les enfants, dont un garçon, sont âgés de 3, 4 et 7 ans. Ils présentent tous trois des symptômes physiques et psychologiques d’abus sexuel, selon un compte-rendu établi le 1er août dernier par le docteur Azziz Kaabouche, psychologue au niveau de l’unité d’aide psychologique du CHU Ibn-Badis de Constantine, conforté, hier, par un certificat établi par le médecin légiste de cette même institution. La nouvelle est plus que terrifiante, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants en bas âge. Le père répondant au nom de R. R. âgé de 35 ans, divorcé de son épouse depuis octobre 2008, abuserait de ses enfants depuis au moins un mois. Le droit de garde étant partagé avec la mère de ses deux filles âgées de 3 et 4 ans et son garçon âgé de 7 ans, le père s’est vu accorder la visite de ses enfants chaque week-end. Au bout de la troisième fois, ce sont les enfants qui refuseront catégoriquement d’aller chez lui, sans pour autant donner d’explications. Devant cette situation des plus inquiétantes, la maman insiste pour connaître les vraies raisons qui poussent ses enfants * ne plus vouloir aller chez leur père. C’est * ce moment-l* que la terrible nouvelle tombe tel un couperet, elle qui croyait que ses enfants ne pouvaient être plus en sécurité que chez leur géniteur. Accablée, voire abattue, cette dernière décidera de faire subir * ses enfants des examens psychologiques approfondis, avant de porter une quelconque accusation * l’encontre de son ex-époux. Au bout de trois séances de trois heures chacune, le docteur Azziz Kaabouche, psychologue au niveau de l’unité d’aide psychologique au CHU Ibn-Badis de Constantine, conclut que les trois enfants âgés de 3, 4 et 7 ans ont effectivement été abusés sexuellement. Hier, une plainte pour abus sexuel sur mineur a été déposée contre le père au niveau du 5e arrondissement de la sûreté urbaine située dans le quartier résidentiel Belle-Vue, nous a affirmé la mère des trois enfants. Si la petite dernière et son frère aîné ont réussi * parler, lors de la visite chez le médecin légiste, la cadette, elle, âgée de 4 ans, était jusqu’* hier dans un état quasi muette, car son état a été jugé très grave. “Son hymen présente de graves déchirures”, nous a déclaré sa mère en citant le certificat établi par le médecin. Et lorsqu’elle accepte enfin de parler, c’est avec la peur au ventre qu’elle dira : “Il a menacé de nous frapper ou de nous tirer les cheveux si l’on ose dire quoi que ce soit de ce qu’il nous fait subir.”

                    Comment



                    • Mercredi 9 Septembre 2009 -- Les habitants du quartier de Bouzourane sont sous le choc, particulièrement les parents dont les enfants ont fréquenté la crèche Kadri. Le directeur est soupçonné d’être pédophile, il a été mis jeudi dernier sous contrôle judiciaire, apprend-on de sources sûres. Trois fillettes au moins en ont été victimes, seulement leurs parents ont préféré taire le scandale après avoir fait passer leurs fillettes au contrôle médical. La petite C. en est une, dont les parents sont sous le choc pour ce qu’elle a enduré pendant des mois, et ont porté l’affaire devant la justice. Ils ont tout d’abord informé le commissariat (2e arrondissement) du quartier des Abattoirs dont les enquêteurs, avec professionnalisme, ont su obtenir toute la vérité sans heurter la sensibilité de la petite âgée * peine de trois ans. Les enquêteurs ont été surpris par les détails des attouchements faits par cet homme de 45 ans sur des fillettes. Tout a commencé lorsque la petite C. refusait de se rendre * la crèche. L’apparition de boutons sur son corps et la perte d’appétit ont poussé les parents * avoir recours * un psychologue. Elle racontera avec détails ce que lui faisait cet homme.

                      Comment



                      • Mardi 15 Septembre 2009 -- Les éléments de la police d’Aïn Oulmène ont procédé, avant-hier, * l’arrestation d’un quinquagénaire en compagnie d’une fille mineure âgée de 15 ans * bord d’une voiture de location. Marié et père de 7 enfants, le quinquagénaire, proxénète de son état, a enlevé la petite fille pour la séquestrer, durant trois jours, dans son domicile avant d’en tirer profit durant ce mois sacré en l’exploitant dans le plus vieux métier du monde. Le mis en cause a été placé sous mandat par le parquet.

                        Comment



                        • Mercredi 23 Septembre 2009 -- Le représentant du parquet de la République du tribunal de Sidi M’hamed près la cour d’Alger a requis, récemment, 5 ans de prison ferme * l’encontre d’un gardien d’un jardin d’enfant implanté au centre-ville d’Alger. Le mis en cause, qui continue * exercer au sein de cet établissement, est poursuivi pour acte contre nature commis sur un enfant de cinq ans. La plainte a été déposée par la mère de la victime auprès du 8e arrondissement de la place du 1er-Mai. Lors de l’enquête préliminaire, l’accusé a nié tous les faits qui lui étaient reprochés. Déféré devant le procureur de la République, le prévenu a été destinataire d’une citation directe * comparaître devant le président chargé de la section des flagrants délits du tribunal correctionnel d’Alger. Auditionné, le mis en cause devait maintenir sa première déposition, estimant qu’il faisait l’objet d’un coup monté de toutes pièces par les parents de cet enfant. À la barre, le petit ange a pointé un doigt accusateur contre le prévenu, parlant d’attouchements sexuels. Invitée * s’expliquer quant * cette accusation, la mère de la victime a déclaré : « Mon fils a été victime d’un acte contre nature commis dans l’enceinte de la crèche par un gardien, pourtant censé le protéger de tous les dangers. Je ne comprends pas comment le mis en cause peut ainsi continuer * exercer comme si de rien n’était.» Elle a, par ailleurs, estimé que «les services de la wilaya devraient eux aussi ouvrir une enquête interne et sanctionner sévèrement cet individu, car il constitue un danger permanent pour tous les enfants de la crèche». Dans sa plaidoirie, l’avocat de la défense a sollicité la relaxe de son client, arguant que les pièces matérielles relatives * l’accusation n’étaient pas réunies et que son client faisait l’objet d’un stratagème de la part de la partie plaignante. Il a subsidiairement demandé la relaxe, au bénéfice du doute. À noter que cet enfant a fait l’objet d’un certificat médical d’incapacité de six jours, délivré par le médecin légiste, ce dernier ayant conclu qu’il y avait eu des atteintes sexuelles sur le corps de la victime. Le verdict sera probablement prononcé dans quelques jours par le juge en charge du dossier, qui pourrait néanmoins se prononcer qualitativement incompétent et renvoyer le dossier auprès de la chambre d’accusation de la cour d’Alger, habilitée * statuer sur ce genre d’affaires. Le prévenu pourrait être jugé en criminelle par le tribunal d’Alger.

                          Comment



                          • Samedi 3 Octobre 2009 -- Accusés de viol collectif contre une jeune fille S. F., âgée de 18 ans, B. M. (19 ans), B. A. (29 ans), M. Kh. (21 ans) et F. A. (27 ans) ont été présentés devant le parquet de Ben S’rour et, ensuite, mis sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur territorialement compétent. Un cinquième accusé, adolescent, S. F., âgé de 14 ans, contre lequel le mandat de dépôt n'avait pas été requis a été mis en examen et remis en liberté. C’est * Ben S’rour, soit * 117 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de M’sila, que les faits se sont déroulés. Cette jeune fille de 18 ans a été induite en erreur par un membre de cette bande. Voulant faire demi-tour, elle aperçut 4 autres jeunes qui l’attendaient * l’autre bout de la route. Après l’avoir entraînée de force dans un endroit isolé non loin de l*, ils procédèrent au viol collectif puis l’abandonnèrent désemparée et meurtrie.

                            Comment



                            • Dimanche 11 Octobre 2009 -- Pour avoir attenté * la pudeur d’un adolescent, un jeune de la localité côtière de Benabdelmalek Ramdane a écopé de deux années de réclusion criminelle * l’issue de sa comparution, mercredi passé, devant le tribunal criminel près la cour de Mostaganem. Son complice, coaccusé non détenu jusque-l*, a bénéficié de l’acquittement. Les deux prévenus étaient poursuivis pour le double crime de constitution d’association de malfaiteurs et d’attentat * la pudeur avec violence sur un mineur. Disculpés du premier chef d’inculpation, seul l’accusé principal fut reconnu coupable du second grief. L’affaire remonte au 21 décembre dernier. À sa sortie de l’établissement scolaire * midi, le collégien fut entraîné par le duo jusqu’au bois de Mechta. Sodomisée, la victime fut également filmée * l’aide d’un téléphone portable, dans l’intention de la soumettre, désormais, au diktat du duo. Au cas où il n’obtempérerait pas, le collégien“risquait” la diffusion sur internet des séquences vidéo sur lesquelles il figurait, l’avait-on sérieusement menacé. Le lendemain, les compères tentèrent la récidive, mais la victime ne se soumettra pas au chantage. Une semaine après les faits, le père de la victime alla porter plainte auprès de la brigade de gendarmerie. Le rapport du médecin légiste ayant examiné la victime confirme la sodomie, dont l’accusé principal ne niera jamais l’acte. Sa défense plaidera coupable en matière d’attentat * la pudeur, et non coupable en ce qui concerne l’association de malfaiteurs. Sur la base d’un casier judiciaire vierge et d’un rapport de moralité particulièrement favorable, l’avocat sollicitera le bénéfice des circonstances atténuantes, tout en écartant la gravité de l’acte par la violence.

                              Comment



                              • Mardi 3 Novembre 2009 -- Un quadragénaire a été mis en détention préventive par le procureur de la république de Barika, wilaya de Batna, dans une affaire de pédophilie. L'homme, âgé de 47 ans, a été accusé, au courant de la semaine dernière, d’atteinte aux bonnes mœurs sur un enfant âgé de 4 ans. Selon ce qu'on a pu savoir, l'accusé aurait abusé de l'enfant dans son local commercial situé dans un quartier de Barika, au sud-ouest de Batna.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X