Announcement

Collapse
No announcement yet.

Les « Détenus du Sahara » :

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Les « Détenus du Sahara » :


    Mercredi 21 Mai 2008 -- M. Farouk Ksentini, Président de la Commission Consultative pour la Protection et la Promotion des Droits de l’Homme, a proposé aux « détenus du Sahara », d’introduire des actions en Justice, au niveau des chambres administratives près des Cours, et de demander qu’ils soient remboursés pour la période de détention, qu’ils ont passée dans les camps sécuritaires du Sud.

    Une délégation représentant les détenus du Sahara a expliqué * El Khabar qu’ils ont rencontré M. Farouk Ksentini dans son bureau, il y a une semaine, pour suivre le dossier, soumis au Président de la République depuis plusieurs mois. Elle a demandé de dédommager ces personnes pour les années de détention, dans le cadre des mesures de la réconciliation nationale. M. Abdelaziz Benacer, porte-parole des détenus du Sahara, a révélé que M. Farouk Ksentini leur a proposé d’introduire des plaintes au niveau des chambres administratives près des Cours. Il a appelé chaque ex détenu qui veut être remboursé * déposer plainte dans la cour de la wilaya de sa résidence.

    Le porte-parole des ex détenus du Sahara, estimés * plus de 17 mille personnes, qui appartenaient * l’ex Front Islamique du Salut FIS, a indiqué que M. Farouk Ksentini les a informés que leurs dossiers se trouvent actuellement au niveau de la présidence de la République, « nous avons compris que notre revendication n’a pas été acceptée et que nous devions prendre d’autres mesures pour obtenir nos droits », a-t-il indiqué. M. Abdelaziz Benacer a ajouté que la délégation a été chargée par des dizaines d’ex détenus d’introduire une action en Justice contre les responsables de leur détention, qui ont ordonné l’ouverture des camps du Sahara, pour les activistes et sympathisants de l’ex FIS, de peur d’une violente réaction de ces derniers suite * l’annulation des résultats des élections législatives qui ont eu lieu * la fin de 1991.

  • #2

    Mardi 3 Juin 2008 -- Le président de l’Organisation nationale de la protection et de l’intégration des prisonniers, Ammar Hmidani, a précisé que le Chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, ne s’est pas opposé * l’idée d’octroyer des droits * la catégorie des détenus du Sahara qui ont été exclus du dédommagement dans le cadre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, comme l’affectation d’une prime en dédommagement de la prison arbitraire au Sahara. Cependant, il n’a pas présenté de promesses officielles. De son côté, le porte-parole des détenus du Sahara, M. Abdelaziz Abdenasser, a assuré * El Khabar que cette catégorie des victimes de la tragédie nationale a commencé * recourir aux chambres administratives. Cependant, il a reconnu que « l’on attend pas beaucoup d’elles » et selon lui la solution réside dans l’activation des mesures liées aux cas de ses anciens détenus dans la cadre de la loi sur la réconciliation, pour qu’elles comprennent tous les détenus du Sahara, dont le nombre atteint 17 000 personnes, qui étaient réparties sur 11 camps comme Reggan, Aïn Mgel et Aïn Salah. Le porte-parole des détenus du Sahara a révélé qu’un nouveau cas de maladie qualifié d’ « étrange » a été découvert chez un individu d’Oran, qui était détenu * Aïn Mgel. Les pensionnaires de ce camp ont été atteints de plusieurs maladies, ces cas sont liés aux répercussions des essais nucléaires français dans la région.

    Comment


    • #3

      Mercredi 17 Décembre 2008 -- Les « Détenus du Sahara » ont demandé au Président Abdelaziz Bouteflika de les intégrer dans les mesures supplémentaires de la réconciliation, dont a parlé le Premier ministre. Ils l’ont informé de « leurs déception » quant au désaveu du ministre de la solidarité sur l’existence de dispositions complémentaires concernant les « victimes de la tragédie nationale ».

      Un communiqué, signé par quatre ex détenus, au nom de leurs compagnons prisonniers, a indiqué qu’ils étaient surpris des déclarations du ministre de la solidarité indiquant qu’« il n’y a pas de mesures complémentaires des dispositions de la réconciliation nationale ». Le communiqué a révélé que le groupe qui appartenait au parti du Front Islamique du Salut (FIS) « a souffert des conditions de détention, qui ont duré quatre ans, dans des régions où la France a effectué des essais nucléaires ». Il a rappelé que les radiations nucléaires provoquées par les essais « ont provoqué des maladies chroniques pour beaucoup de détenus et quelques uns sont décédés ».

      Les signataires du communiqué ont indiqué que quelques uns de leurs compagnons « ont été tué lors de leurs détention, alors que d’autres ont disparus lors de leurs transfert vers un autre camp ». Ces derniers se sont plaint de « la marginalisation », comparé aux autres catégories intégrées dans la Charte pour la réconciliation et la Paix, parmi les catégories de la « Tragédie nationale ». Ils ont renouvelé leur revendication de l’indemnisation pour les années de détention administrative qui étaient selon eux sans accusations et sans jugement.

      Comment


      • #4

        Dimanche 9 Août 2009 -- Le comité de défense des ex-internés des camps de sûreté (CDICS) appelle les autorités du pays * faire bénéficier cette frange des dispositions de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. Le comité de défense des internés des camps de sûreté (CDICS), par la voix de son porte-parole Noureddine Belmouhoub, militant de la Ligue des droits de l'homme (LADDH) de Hocine Zahouane, est, au cours d'une conférence de presse tenue hier au siège de ladite ligue, revenu sur la plate-forme de revendications des internés des camps de sûreté du Sud.

        Le comité estime que la charte pour la paix et la réconciliation nationale est incomplète dès lors qu'elle ne prend pas en considération ce qui est appelé «les déportés des camps du Sud», a indiqué le porte-parole du comité, Noureddine Belmouhoub. Les internés de ces camps, au nombre de 10, selon lui, veulent avoir une explication du pourquoi de leur internement en cette période (1992), a-t-il ajouté. Et de dire que la plupart d'entre eux ne comprennent pas jusqu'* aujourd'hui pour quelles raisons ont-ils été internés. Belmouhoub appellera * l'occasion les autorités du pays * inclure ces détenus dans la charte de la réconciliation nationale. Pourquoi seuls les internés des camps du Sud ne sont pas inclus dans cette charte alors que cette dernière prend en considération les victimes du terrorisme et les disparus ? s'est-il interrogé. Ils sont 18.000, selon les chiffres de la Commission nationale consultative pour la protection et la promotion des droits de l'homme (CNCPPDH), 20.000 selon la Ligue des droits de l'homme * avoir été internés dans les camps du Sud.

        Le comité revendique * ce que les registres détenus au niveau des wilayas soient rouverts et que ces ex-internés bénéficient d'attestations qui leur permettent de revendiquer leurs droits. Selon Belmouhoub, certains de ces ex-internés ont perdu leur emploi, d'autres leurs commerces et il y a ceux qui ont passé des années en prison. Les uns et les autres doivent être régularisés et leurs années non déclarées * la sécurité sociale doivent être prises en considération. Le CDICS demande également * ce que les personnes ayant été arbitrairement emprisonnées dans ces camps soient, s'ils formulent des demandes, indemnisés par l'Etat. Quant aux veuves et orphelins des ex-internés décédés, ils ont également droit * une indemnisation, selon ce comité.

        Les internés de In M'guel, de Oued Namous et de Reggane, a indiqué le porte-parole du comité, demandent * ce qu'il leur soit assuré une couverture médicale en raison des graves problèmes de santé (cas de cancer, selon les intervenants) dont ils souffrent. Problème dont l'origine est due * leur incarcération en ces lieux, selon leurs médecins traitants, qui ont servi * des expériences nucléaires durant la colonisation. Les ex-internés revendiquent également la levée de la mesure qui pèse toujours sur eux qui est l'interdiction de sortie du territoire national (IST). Pour le moment, selon le conférencier, il y a 500 personnes qui se sont manifestées et chaque jour, dit-il, «je reçois de nouveaux dossiers». Et d'ajouter «nous privilégions de revendiquer ces droits devant les autorités de notre pays». Noureddine Belmouhoub dira ce n'est «qu'en nous rendant justice qu'il sera mis fin au sentiment de frustration et au désespoir qui affectent les exclus des camps de sûreté et leurs proches».

        Comment


        • #5

          Jeudi 27 Août 2009 -- La chambre administrative près la cour d’Alger aura en octobre prochain les résultats de l’enquête ouverte suite * la plainte déposée par les « prisonniers du Sahara » contre le ministère de l’intérieur, exigeant le paiement d’un montant de 1.5 milliard de centimes, en guise d’indemnités pour les années qu’ils ont passé dans des prisons au sud, entre 1992 et 1996, * l’exemple de Ain Amgeul et Tamanrasset. À cet égard, la plainte déposée par les militants du FIS dissous a exigé des indemnités, pour le préjudice dont ils étaient victimes. Ceux-ci ont soutenu dans la même plaine que les autorités étaient au courant que la région de Ain Amguel est polluée par les déchets nucléaires. Ils considèrent cela comme « un crime avec préméditation », ainsi ils ont exigé au ministère de l’intérieur des indemnités estimées * 1.5 milliards de centimes, pour chaque prisonnier d‘entre eux. À relever que les autorités, * l’époque du président du conseil de l’Etat, le défunt Mohamed Boudiaf, ont mis 18 mille militants du FIS dissous ont en prison, juste après l’abrogation du processus électoral, sous le prétexte qu’ils constituaient un danger au ordre public. Selon certains prisonniers, quelques uns de leurs collègues sont décidés de suite du cancer, qui pourrait être causé par les radiations nucléaires. Abdelaziz Abdenacer, l’un des six militants qui ont déposé la plainte, a indiqué la justice a traité le dossier d’une manière individuelle et non collective. Par la suite, la présidente de la chambre administrative a ordonné l’ouverture de deux enquêtes concernant deux personnes appartenant au groupe. Selon notre interlocuteur, la plainte a été déposée * la suite d’une consultation de M. Farouk Ksentini, le président de la commission consultative des droits de l’homme, CCDH, qui les a informé que l’affaire a été étouffée, quand elle a été adressée * la présidence. Dans sa réponse au contenu de la plainte introduite en justice, l’avocat du ministère de l’intérieur a annoncé que les indemnités exigées n’ont pas été mentionnées par aucun texte juridique, y compris l’ordonnance présidentielle portant la mise en œuvre de la loi de la réconciliation nationale. Cette plainte n’a aucun fondement juridique, il a conclu.

          Comment


          • #6

            Mercredi 10 Février 2010 -- Le Comité de défense des internés des camps du Sud dénonce, dans une lettre adressée au chef de l’Etat, l’exclusion de ces «déportés» des dispositions de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. «C’est une forme de discrimination faite * l’égard de ces Algériens qui ont été arbitrairement déportés dans les camps du Sud au lendemain de l’arrêt du processus électoral de 1992», a déclaré leur porte-parole, Noureddine Belmouhoub, lors d’un point de presse organisé, hier, au siège national du FFS * Alger. Le comité a choisi le 18e anniversaire du début «des déportations» dans les camps de Reggane pour réclamer «justice et réparation morale pour près de 24.000 Algériens – 18.000 selon la CNCPPDH de Farouk Ksentini – qui avaient passé, pour la plupart d’entre eux, quatre ans dans les différents camps du Sud, implantés dans des zones arides et radioactives de Reggane».Les internés des camps du Sud, qui portent encore les séquelles des années de déportation, ne comprennent pas pourquoi la charte pour la paix et la réconciliation ne les a pas intégrés dans ses dispositions «alors que des terroristes condamnés par la justice ont bénéficié de ses largesses». Dans leur lettre intitulée «Les irradiés de la République» adressée au président Bouteflika, ils écrivent : «Il est nécessaire de remédier * notre regrettable exclusion car c’est une forme de discrimination, les conséquences et les plaies sont l*, visibles, douloureuses et choquantes, pour évoquer notre arbitraire internement programmé en zone où la présence et la teneur fortes de matières radioactives et pour rappeler l’humiliation des milliers de citoyens algériens et l’atteinte * leur dignité humaine (…).» Ils insistent uniquement sur une réparation morale : «Ceux qui veulent une réparation matérielle sont libres de le demander, mais nous, en tant que comité, nous nous contentons d’une réparation morale et politique», a tenu * préciser Belmouhoub.

            Il faut rappeler que les internés du Sud, * leur libération, ont réintégré leurs postes d’emploi, mais certains d’entre eux sont, jusqu’* présent, frappés d’interdiction de sortie du territoire national, a assuré un des internés, Ferdjellah Abdelfetah. Une autre «injustice» qu’ils dénoncent dès lors que la justice ne les a pas condamnés. Les internés des camps du Sud se disent être les premières victimes de «la tragédie nationale», d’autant plus qu’ils affirment qu’ils étaient «déportés puis internés dans des camps sans mandat légal et sans aucune forme de procès». À ce titre, «l’Etat a le devoir moral et politique de faire justice si on veut réellement tourner la page d’un drame qu’on ne pourra jamais oublier», a affirmé Belmouhoub. Ce dernier n’a pas manqué de revenir sur les conditions dans lesquelles les internés avaient été arrêtés par les services de sécurité. «Toute personne soupçonnée d’appartenir au FIS ou sympathisant avec lui était embarquée. Et c’était comme ça * travers tout le territoire national. Nous avons vécu des moments dramatiques et nous portons encore les stigmates des années que nous avons passées dans les camps de Reggane, Oued Namous, Aïn Mguel et autres. En plus des séquelles psychologiques, nous sommes revenus de ces camps avec des maladies mortelles», a rappelé Belmouhoub, qui faisait partie, lui aussi, des internés. À ce propos, il est nécessaire de rappeler que le ministre de la Justice de l’époque, Ali Benflis, avait démissionné de son poste pour «ne pas cautionner des arrestations arbitraires faites en dehors de la loi». Le Comité de défense des internés du Sud, créé l’an dernier, a indiqué par ailleurs que dans le cas où sa demande n’est pas prise en charge par les autorités du pays, il saisira le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. «Après épuisement de tous le recours nationaux, nous allons sans doute interpeller les instances internationales, dont le Conseil des droits de l’homme des Nations unies», a assuré le porte-parole du comité.

            Comment


            • #7

              Mercredi 10 Février 2010 -- Dans une lettre qui sera adressée aujourd’hui au président de la République, le comité de défense des internés des camps de sûreté (CDICS) appelle Abdelaziz Bouteflika * ce que cette frange des victimes de la tragédie nationale soit incluse dans la Charte pour la paix et la réconciliation nationale. Hier, et * l’occasion de la 18e année commémorative de cet épisode de la tragédie nationale, le porte-parole du CDICS, Noureddine Belmouhoub, a animé une conférence de presse au siège national du Front des forces socialistes (FFS) * Alger, dans laquelle il a explicité la teneur de la lettre adressée au chef de l’Etat tout en revenant sur «l’injustice» qu’il a subie lui-même ainsi que 18.000 autres internés. «Nous avons été arrêtés d’une façon injuste, sans mandat de justice. Nous avons été déportés dans des zones * fortes teneurs radioactives dues aux essais nucléaires français de Reggane et de In Ekker. Nous avons été détenus dans des conditions inhumaines», raconte l’orateur, soulignant que «nos familles et nos proches avaient eux aussi vécu l’arbitraire et subi l’humiliation de notre arrestation non moins arbitraire». M. Belmouhoub reconnaît que «Bouteflika, n’est pas responsable de notre tragédie puisqu’il n’est revenu aux affaires de l’Etat qu’en 1999», mais affirme qu’il «lui revient de remédier * notre regrettable exclusion». «Les internés des camps du Sud lancent un appel * l’artisan de la réconciliation nationale et de la paix, Abdelaziz Bouteflika, pour que nous soyons inclus dans la Charte» de la réconciliation nationale, est-il écrit dans la lettre remise * la presse. Que demandent concrètement les ex-internés ? «Nous voulons une indemnisation morale et matérielle pour ceux qui la demandent», répond Belmouhoub. L’orateur affirme enfin que «le CDICS suivra le chemin de la loi et du droit, et après épuisement des voies de recours légales nationales, nous nous réservons le droit de saisir le comité des droits de l’homme de l’ONU». Toutefois, conclut-il, «nous ne souhaitons sincèrement pas en arriver l* parce que nous sommes d’authentiques patriotes».

              Comment


              • #8

                Jeudi 1 Avril 2010 -- La cour d’Alger a refusé l’examen de la plainte introduite par le porte-parole d’un organisme non agrée représentant « les détenus du Sahara », et qui exige au ministère de l’Intérieur des indemnités pour les quelques années de détention au sud du pays, au début des années 1990. Selon les détenus du Sahara, qui se considèrent en tant que victimes des autorités, un recours auprès d’instances judiciaires internationales n’est pas * écarter, si leur plainte ne sera prise en considération par la cour d’Alger. Dans ce cadre, M. Abdelaziz Abdelnacer, l’un des 20 mille militants islamistes détenus au sud du pays par les autorités, a déclaré * El Khabar «qu’il vient de recevoir une décision émanant de la chambre administrative près la cour d’Alger, faisant suite * la plainte déposée contre le ministère de l’Intérieur, qui est responsable de l’ouverture de centres de détention au Sahara, et ce en vertu du décret exécutif portant état d’urgence, signé en février 1992 par le défunt président, Mohamed Boudiaf». Ainsi, la plainte revendique des indemnités matérielles, soit une somme de 1.5 millions de dinars, pour les trois années de prison des militants du FIS dissous dans trois centres de détention ouverts * Ain Mguel, dans la wilaya de Tamanrasset. La cour d’Alger a refusé l’inscription de la plainte, sous le prétexte que le dossier présenté par le plaignant comporte seulement des croupons de journaux et des correspondances adressées aux institutions publiques, exigeant une réparation au tort dont il a été victime, ajoutant qu’il n’a présenté aucune copie prouvant son détention au niveau de l’un des centres ouverts * cette fin. En effet, ce dernier ne possède aucune preuve confirmant son incarcération par le ministère de l’intérieur. Par ailleurs, le même interlocuteur a annoncé que la correspondance qu’il a reçue lui demande d’introduire un pourvois de cassation près le Conseil d’Etat contre le décret exécutif portant état d’urgence, qui a donné toutes les prérogatives au ministre de l’intérieur pour prendre toutes les mesures visant le maintien de la paix * travers le territoire national, y compris l’emprisonnement des personnes qui constituent une menace pour la sécurité. Les militants du FIS dissous ont l’intention de recourir aux cours internationales, dans le but de faire pression sur les pouvoirs publics, a-t-il conclu.

                Comment


                • #9

                  Samedi 5 Juin 2010 -- Le Comité de défense des internés des camps de sûreté (CDICS) s’est adressée au conseil des Droits de l’Homme près des Nations-Unies en Suisse, suite au refus des autorités algériennes de répondre * ses revendications portant l’indemnisation des détenus en question pour le préjudice qu’ils ont subi suite * plusieurs années de détention. Il a notamment revendiqué la prise en charge médicale des ex détenus du Sahara. Par ailleurs, ce comité a révélé la mort d’environ 50 ex détenus qui ont succombé au cancer. Contacté par El Khabar, le porte-parole officiel du Comité de défense des internés des camps de sûreté, M. Noureddine Belmihoub a expliqué que cette dernière s’est adressée au conseil Onusien des Droits de l’Homme, au début du mois de juin en cours, pour lui soulevé ses préoccupations vis-*-vis de l’exclusion de la catégorie des détenus du Sahara des mesures de la Charte pour la Paix et la Réconciliation nationale et de ce qu’elle a qualifiée de mutisme des partis politiques et d’exclusion de cette catégorie par les institutions de défense des Droits de l’Homme.

                  Le porte-parole officiel du comité en question, M. Noureddine Belmihoub a déclaré que la commission qu’il représente a soulevé une plateforme de revendications de sept points, qu’elle a constamment soulevée aux autorités tout au long des dernières années. Les points les plus importants de cette plateforme sont la réhabilitation de cette catégorie qui a été exclue des mesures de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, l’indemnisation financière et la réinsertion des exclus de leurs travail, la comptabilisation des mois qu’ils ont passés dans les camps du Sahara dans les années de retraite et l’assurance de la couverture médicale…, en plus d’autres revendications.

                  Notre interlocuteur a indiqué que la revendication d’indemnisation n’a pas été soulevée par l’ensemble des détenus et que le comité s’est basée sur les détenus les plus sinistrés, notamment, les veuves et les orphelins. Pour ce qui est des ex détenus qui ont été reconduits * leurs postes de travail, le porte-parole de ce comité a expliqué que les années que ces derniers ont passées dans les camps n’ont pas été comptabilisées dans leur retraites. Toutefois, le porte-parole officiel du comité a affirmé que la revendication de la couverture médicale des ex détenus reste la plus importante. Il a, notamment, indiqué qu’environ 50 personnes sont mortes suite aux radiations nucléaires dans le Sahara, qui dure depuis les essais nucléaires effectués par la France dans le Sahara et qui ont touché le périmètre des camps de Raggane, d’Oued Namous et d’Ain M’gel.

                  Comment


                  • #10

                    Mercredi 21 Juillet 2010 -- Les anciens détenus de des camps de Reggane, dans le Sahara algérien, créés par les autorités algériennes * la moitié des années 90 ont refusé d’introduire une action en justice près des tribunaux Français, et réclamer des indemnités pour maladies suite aux radiations nucléaires causés par les essais Français dans la région dans les années soixante. Dans un communiqué, signé par son porte-parole M. Noureddine Belmouhoub, le comité de défense des anciens détenus des camps du Sud, dit n’avoir chargé aucun avocat de déposer plainte près des tribunaux français pour réclamer des indemnités pour le préjudice physique qu’ils ont subis suite aux radiations dû aux essais nucléaires effecués par l’armée française dans la région. Le comité précise dans son communiqué que les revendications sont adressées aux autorités algériennes et non pas * la France. Les anciens détenus de Reggane appellent « certains » avocats * cesser de parler en leurs noms et de faire dans ce qu’ils ont qualifié de surenchère politique et médiatique. M. Belmouhoub estime dans une déclaration au quotidien El Khabar que recourir * la justice française est une tentative d’internationaliser la question, chose qu’il dénonce a-t-il précisé.

                    Comment


                    • #11

                      Mercredi 3 Novembre 2010 -- La commission nationale de la réconciliation nationale, présidée par le premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, examinera le dossier des détenus du Sahara, afin de l’introduire parmi les dossiers * résoudre dans le cadre des mesures complémentaires de la réconciliation nationale. Des sources ayant travaillé sur les dossiers de la réconciliation ont expliqué que le gouvernement a décidé d’examiner les dossiers relatifs aux détenus du Sahara, qui ont été déposés au début de l’année 2004, n’ayant pas bénéficié des mesures ordinaires de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. L’initiative de la commission nationale de réconciliation nationale intervient suite aux multiples plaintes déposées par les concernés au niveau de la présidence de la République. Cette dernière a ordonné * la chefferie du gouvernement de commencer l’examen des dossiers dans le cadre des dispositions complémentaires prévues dans l’article 47 de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. Le chef de la cellule d’assistance judiciaire de mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, M. Merouane Azzi a déclaré, hier, * El Khabar, que les victimes de la tragédie nationale ont reçu des garanties portant le début d’examen de l’ensemble des dossiers, y compris ceux relatifs aux détenus du Sahara, des victimes de sinistres matériels dont les biens ont été saccagés par les groupes terroristes. L’interlocuteur a indiqué que tous les dossiers en suspens se trouvent sur le bureau du président de la République.

                      Comment


                      • #12

                        ستشرع اللجنة الوطنية للمصالحة الوطنية التي يرأسها الوزير الأول أحمد أويحيى، في دراسة ملف معتقلي الصحراء قصد إدراجه ضمن الملفات المرشحة للمعالجة في إطار التدابير التكميلية للمصالحة الوطنية.

                        أوضحت مصادر تشتغل على ملفات المصالحة، أن الحكومة قررت الشروع في دراسة ملفات معتقلي الصحراء الذين بدأوا إيداعها بداية من سنة 2004 ولم يستفيدوا من التدابير العادية لقانون السلم والمصالحة الوطنية. وتأتي الخطوة التي باشرتها اللجنة الوطنية للمصالحة بعد شكاوى بالجملة قدمها المعنيون لرئاسة الجمهورية، حيث عزت الأخيرة إلى مصالح الحكومة الشروع في معالجة الملف في إطار التدابير التكميلية المنصوص عليها في المادة 47 من ميثاق السلم والمصالحة الوطنية.

                        وقال مروان عزي رئيس خلية المساعدة لتنفيذ تدابير المصالحة لـ'' الخبر'' أمس، أن ضحايا المأساة الوطنية تلقوا ضمانات بمعالجة كل الملفات، وعدم استثناء أي ملف يتصل بالمأساة بما في ذلك، ملف معتقلي الصحراء، وملف أصحاب الخسائر المادية الذين تعرضت ممتلكاتهم للتخريب على أيدي الجماعات الإرهابية. وأشار المتحدث إلى أن كل الملفات التي لا تزال عالقة توجد على مكتب رئيس الجمهورية، الذي عزا إلى اللجنة الوطنية لتنفيذ قانون المصالحة، بتسوية كل الملفات في إطار التدابير التكميلية للقانون ووفقا لما يخوّل له القانون، على أن هناك متابعة لمجمل الشكاوى التي تصل مصالح الرئاسة، ليتم تحويلها إلى اللجنة الوطنية بصيغة دعوة الدراسة والمعالجة والتنفيذ، بينما أكد أن ''السلطات العمومية قررت مضاعفة وتيرة معالجتها للملفات بهدف إنهائها في أقرب الآجال، حتى يتم التكفل بأصحابها ماديا ومعنويا''.

                        في السياق ذاته، حظي ملف معتقلي الصحراء بحيز واسع ضمن التقرير السنوي الذي يرتقب أن يرفعه فاروق قسنطيني، رئيس اللجنة الاستشارية لترقية وحماية حقوق الإنسان، حيث دعا إلى تعويض هاته الفئة عن السنوات التي قضاها أفرادها في معتقلات رفان وواد الناموس وعين امفل، سنوات التسعينيات، بالإضافة إلى ملف المتضررين الاقتصاديين.

                        وعرف ملف المعتقلين السابقين تجاذبات خلال الأشهر الأخيرة، بين فئة قررت اللجوء إلى العدالة من أجل افتكاك حقوقها بعد عدم إدراجها ضمن ضحايا المأساة الوطنية التي يتعين على السلطات معالجة ملفاتها في إطار المصالحة، حيث رفضت العدالة الدعوى القضائية التي رفعتها ضد وزارة الداخلية، وبين فئة أخرى رفضت تقديم التعويض على مطالب أخرى، كالتكفل الصحي بالعائدين من المعتقلات إثر تعرضهم لمرض السرطان الناجم عن الإشعاعات النووية التي تسببت فيها التجارب النووية الفرنسية في الصحراء.

                        وقال نور الدين بلموهوب، رئيس لجنة الدفاع عن معتقلي المراكز الأمنية لـ''الخبر'' أمس، أنه ''ليست هناك معالجة جدية للملف. موضحا أن بحوزته 49 ملفا جديدا لمعتقلين سابقين في الصحراء، بينها ملف شخص توفي قبل نحو شهر بمستغانم. وأكد أن عدد المتوفين جراء أضرار الإشعاعات النووية بلغ لحد الآن 44 ضحية.

                        Comment


                        • #13
                          Hadjer Guenanfa :


                          Dimanche 8 Mai 2011 -- Les ex-internés des camps du Sud accusent le président de la Commission nationale de développement et de promotion des droits de l'homme (CNDPDH), Farouk Ksentini, d’avoir refusé de recevoir, ce dimanche 8 mai, leurs représentants venus manifester * Alger pour réclamer leurs droits. Prévu initialement devant le siège de la CNDPDH, le rassemblement a été tenu dans l'avenue voisine Mohamed Ghermoul. «Les agents de l'ordre présents sur les lieux nous ont empêchés de tenir la manifestation devant le siège de la commission», explique Nourredine Belmihoub, porte-parole des ex-internés des camps du Sud. «Il y avait près de 28 représentants. Ils sont venus de Tlemcen, de Khenchla et de Ouergla pour assister au rassemblement. Nous avons demandé * rencontrer Farouk Ksentini. Mais il a refusé de nous recevoir. Pourtant, le dimanche est une journée d'audience», précise notre interlocuteur. «Ils nous ont obligés * envoyer un comité de trois personnes. Une fois arrivés au siège de la Commission, c'est un autre responsable qui nous a reçus et non M. Ksentini», ajoute-t-il. Le problème des ex-internés des camps du Sud est réapparu dans la foulée des mouvements de contestation qui secouent actuellement le pays. Ils se disent désormais déterminés * faire entendre leur voix. Ils réclament notamment la délivrance d'une attestation * chaque ex-interné et la prise en charge des veuves et des orphelins des détenus décédés. «On nous a arrêtés sans mandat et libérés sans procès (...) on n'a même pas le droit d'avoir un passeport», explique M. Belmihoub. «J'ai 1.086 dossiers de personnes qui ont été internées dans les camps du Sud dont 67 sont mortes», indique-t-il. Ces hommes internés dans des «goulags» installés dans des zones irradiées au sud du pays ont également été «oubliés» par les rédacteurs de la Charte de la réconciliation nationale, poursuit-il.

                          Comment

                          Unconfigured Ad Widget

                          Collapse
                          Working...
                          X