Announcement

Collapse
No announcement yet.

Sécurité sociale en Algérie :

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Sécurité sociale en Algérie :


    Dimanche 25 Juillet 2010 -- Effarant. L’Office national des statistiques (ONS) vient de rendre public un document évaluatif selon lequel la moitié de la population occupée n'était pas affiliée ?* la sécurité sociale au 4e trimestre de l'année écoulée, soit un taux de 50,4% de l'ensemble des travailleurs occupés. Plus précisément, sur les 9.472.000 travailleurs occupés recensés, 4.778.000 personnes ne sont pas affiliées au régime de la sécurité sociale, soit un occupé sur deux. Pire encore, il est indiqué dans la même enquête que la proportion des occupés du monde rural qui ne sont pas affiliés ?* la sécurité sociale représentante 60,1%, tandis qu’elle est de 46,3% dans le monde urbain. Par ailleurs, l'ONS relève que 69,1% des salariés non-permanents et 80,1% des travailleurs indépendants nétaient pas affiliés ?* la sécurité sociale durant la même période. Cette même enquête a démontré que 89% des occupés dans le domaine de l'agriculture ne sont pas couverts par la sécurité sociale, tandis que 79,8% des occupés non-affiliés sont recensés dans le secteur du bâtiment et les travaux publics (BTP). La répartition des occupés dans le secteur privé fait ressortir que 77,1% des occupés déclarent ne pas être couverts par le régime de la sécurité sociale, soit plus de trois occupés sur quatre. La non-couverture des occupés au régime de la sécurité sociale semble toucher l'ensemble des secteurs d'activité du secteur privé, soit 91,5% de l’emploi privé agricole, 85% de l'emploi dans le BTP, 72,7% du commerce, 65,3% de l'emploi industriel et 63,5% de l'emploi dans le secteur des services.

  • #2

    Lundi 26 Juillet 2010 -- La réglementation du travail continue ?* être ignorée dans notre pays. C’est en tout cas ce que révèle une enquête effectuée ?* la fin de l’année dernière par l’Office national des statistiques (ONS). «La moitié de la population occupée n’était pas affiliée ?* la sécurité sociale au 4e trimestre de l’année 2009, soit un taux de 50,4% de l’ensemble des occupés», selon les données statistiques de cette enquête dont les principaux chiffres ont été rapportés par l’APS. «Sur les 9 472 000 occupés enregistrés au 4e trimestre de l’année dernière 4 778 000 personnes ne sont pas affiliées au régime de la sécurité sociale, soit un occupé sur deux», précise l’ONS dans cette enquête qui a touché un échantillon de 15 104 ménages. La tendance est nettement plus prononcée dans le monde rural. En effet, «la proportion des occupés du monde rural qui ne sont pas affiliés ?* la sécurité sociale (60,1 %) est beaucoup plus importante que celle des occupés de l’urbain (46,3)», fait remarquer l’ONS. Par ailleurs, relève l’ONS, 69,1 % des salariés non permanents et 80,1 % des occupés indépendants ne sont pas affiliés ?* la sécurité sociale durant la même période. S’agissant de la proportion des occupés non affiliés ?* la sécurité sociale selon le secteur d’activité, l’enquête a enregistré un taux de 89 % des occupés dans le domaine de l’agriculture et 79,8 % dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP).

    Comme il est aisé de l’imaginer, les travailleurs du secteur privé sont les plus lésés comparativement ?* ceux du secteur public. L’enquête montre que la répartition des occupés dans le secteur privé fait ressortir que 77,1 % des occupés déclarent ne pas être couverts par la sécurité sociale, soit plus de trois occupés sur quatre. La non-couverture des occupés au régime de la sécurité sociale semble toucher l’ensemble des secteurs d’activité du secteur privé, soit 91,5 % de l’emploi privé agricole, 85 % de l’emploi dans le BTP, 72,7 % du commerce, 65,3 % de l’emploi industriel et 63,5 % de l’emploi dans le secteur des services, précise encore l’enquête. Le taux de chômage élevé qui étouffe une grande partie de la population en âge de travailler est utilisé «?* bon escient» par des patrons peu scrupuleux. Ils profitent de la misère des gens en leur imposant des conditions dignes de l’esclavagisme. Cependant, un autre phénomène : des retraités du secteur public entament une seconde carrière dans le secteur privé sans être déclarés. À quoi servent alors l’avertissement du ministre du Travail et interventions inopinés des inspecteurs du travail ?

    Comment


    • #3
      Ahmed Benkrim :


      Lundi 25 Octobre 2010 -- Quelques 2,4 millions d’Algériens jouissent des avantages du système du tiers-payant. Selon le ministre du Travail, Tayeb Louh, qui s’est exprimé dimanche soir lors d’un séminaire sur la réforme de la sécurité sociale ?* Alger, leur nombre a considérablement augmenté ces dernières années. En 2002, seulement 550.000 personnes en bénéficiaient. L’application de ce système a été élargi aux prestataires de soins privés en matière d’hémodialyse, de transport sanitaire et de chirurgie cardiaque.

      La fin de l’ère du remboursement a donc sonné. Les bénéficiaires de ce système sont actuellement les malades chroniques, les retraités, les invalides et les personnes ?* faibles revenus. Limité auparavant aux médicaments, le système du tiers-payant, grâce ?* l’introduction du médecin traitant conventionné avec la CNAS, permet comme première étape l’accès gratuit aux soins de santé au profit des retraités et de leurs ayants-droit. La réussite de ce système en cours d’application ?* travers le pays dépendra du degré de développement d’un partenariat médecins-sécurité sociale dans l’intérêt de la santé publique. «Ce nouveau dispositif, instauré en 2009, est actuellement en cours de déploiement et sera généralisé en 2013», a souligné le ministre.

      Autre chantier en cours : celui de la carte Chifa qui devrait mettre fin aux formalités de remboursement des soins de santé et consacrer définitivement la modernisation du secteur. Ainsi, actuellement, plus de 4,6 millions de cartes Chifa ont été établies au profit de 15 millions de bénéficiaires, ayants-droit inclus. La généralisation du système de la carte Chifa est prévue pour 2012. M. Louh a indiqué que le système de la carte Chifa permettra également la généralisation du système de tiers-payant ?* l'horizon 2013.

      Comment


      • #4
        Merouane Mokdad :


        Lundi 15 Novembre 2010 -- Un Conseil national des arts et de la culture sera bientôt créé. «Sa mission principale est de délivrer des cartes pour les artistes et de suivre leur situation sociale», a annoncé Khalida Toumi, ministre de la Culture, invitée lundi de la chaîne III de la radio nationale. «Les artistes sont des travailleurs indépendants, pas des fonctionnaires. La couverture sociale demeure un problème pour les artistes. Aussi, doivent-ils accéder ?* une caisse de sécurité sociale pour être couverts et avoir une retraite. Pour cela, les artistes doivent avoir une carte pour être identifiés. D’où l’intérêt du futur conseil», a-t-elle ajouté. Elle a indiqué que des représentants des artistes vont siéger dans ce Conseil aux côtés de ceux des ministères de la Culture et du Travail et de la protection sociale. «Nos artistes doivent apprendre ?* ne plus travailler sans contrat. Outre notre ministère, le ministère du Commerce peut accompagner les artistes pour qu’ils s’organisent et pour que leurs droits soient respectés. Actuellement, seuls les organismes culturels publics tels que l’ONCI ou l’Office Riad El Feth assurent des contrats pour les artistes. Cela doit être généralisé», a-t-elle précisé. Par ailleurs, la ministre de la Culture a annoncé la création prochaine de l’Agence nationale des secteurs sauvegardés. Elle devra gérer les plans de sauvegarde des sites historiques et archéologiques tels que la Casbah d’Alger avec l’aide d’experts, historiens, archéologues et architectes.

        Comment

        Unconfigured Ad Widget

        Collapse
        Working...
        X