Announcement

Collapse
No announcement yet.

Liberté d’opinion et d’expression en Algérie :

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Liberté d’opinion et d’expression en Algérie :


    Samedi 9 Avril 2011 -- Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit ?* la liberté d’opinion et d’expression, Frank La Rue, visitera pour la première fois l’Algérie du 10 au 17 avril 2011, indique un communiqué de l’ONU. M. La Rue vient ?* Alger ?* l’invitation du gouvernement algérien, précise le texte. Au cours de la visite, qui le conduira notamment ?* Alger et ?* Oran, le Rapporteur spécial rencontrera des représentants du gouvernement, du pouvoir judiciaire, du pouvoir législatif, des médias, de la société civile, du système des Nations Unies et d’autres organisations internationales basées en Algérie, a précisé cette source. «Cette mission sera l’occasion pour moi de me forger une opinion éclairée sur la liberté d’opinion et d’expression en Algérie, en me permettant de recueillir des informations de première main auprès des personnes concernées», a annoncé l’expert indépendant des droits de l’homme, cité par le communiqué. À l’issue de son séjour, Frank La Rue animera une conférence de presse au cours de laquelle il rendra compte de ses observations et de ses recommandations. Cette visite intervient alors que le Département d’État américain a rendu public vendredi 8 avril son rapport annuel sur des droits de l’Homme en Algérie. Dans ce document, Washington dresse un tableau sombre de la situation notamment en matière de libertés d’opinion et d’expression.

  • #2

    April 10, 2011 -- The UN Special Rapporteur on the promotion and protection of the right to freedom of opinion and expression, Frank La Rue, will undertake his first visit to Algeria from 10 to 17 April 2011, at the invitation of the Government. “This mission will provide me with an opportunity to better understand issues concerning freedom of opinion and expression in Algeria, by allowing me to collect first hand information from the people concerned,” said the independent human rights expert, who will travel to Algiers and Oran. During his visit, the Special Rapporteur will meet with Government officials, representatives of the judiciary, legislature, media, civil society, United Nations system and other international organizations based in Algeria. A press conference shall be held on Sunday, 17 April, in Algiers, during which the Special Rapporteur will share his preliminary comments and recommendations. Details about the venue and time of the press conference will be announced later by the United Nations Office in Algiers. Based on information gathered during the visit, Mr. La Rue will present a report containing its final observations and recommendations at a future session of the Human Rights Council.

    Comment


    • #3

      April 11, 2011 -- The UN Special Rapporteur on free speech began his first official visit to Algeria, Liberté reported on Monday (April 11th). "This mission will provide me with an opportunity to better understand issues concerning freedom of opinion and expression in Algeria, by allowing me to collect first-hand information from the people concerned," UN Special Rapporteur Frank La Rue said ahead of his Sunday arrival. Through April 17th, the independent expert on the right to freedom of opinion and expression will meet with representatives of Algeria's judiciary, legislature, media and civil society. He will present his findings to the UN Human Rights Council (UNHRC).

      Comment


      • #4
        Nadjia Bouaricha :


        Mardi 12 Avril 2011 -- À Alger depuis dimanche dernier, le rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection de la liberté d’opinion et d’expression, envisage de transmettre au gouvernement algérien des recommandations en matière d’ouverture médiatique. M. La Rue, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a entamé son programme d’entretiens avec les officiels algériens et les représentants de la société civile afin d’avoir matière ?* établir un rapport sur la situation de la liberté d’opinion et d’expression en Algérie. «Ma visite d’une semaine en Algérie sera ponctuée par des recommandations que je soumettrai au gouvernement algérien pour davantage de libertés d’opinion et d’expression ainsi que pour plus d’ouverture possible des médias» a déclaré M. La Rue ?* l’APS, ?* l’issue de son entretien avec le ministre de la Communication, Nacer Mehal. Le rapporteur onusien souligne être aussi venu en Algérie pour «examiner les réformes entreprises par le gouvernement en la matière, ainsi que les nouvelles lois relatives ?* la communication et ?* l’information». Il a par ailleurs émis le vœu de rencontrer le maximum d’interlocuteurs parmi les représentants de la société civile et des médias.

        Scindés en deux phases, les rendez-vous de M. La Rue seront étalés sur toute la durée de son séjour qui le mènera aussi ?* Oran. Ainsi, pour la phase institutionnelle, le rapporteur onusien, après le ministre de la Communication, doit rencontrer des cadres des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Culture et de la Justice, ainsi que le président de la Commission nationale consultative de promotion des droits de l’homme. «Nous parlerons de tout ce qui est lié ?* l’ouverture des médias et ?* l’ouverture de la presse en général», a-t-il dit. Et d’affirmer qu’«il est très important que le code pénal soit le moins restrictif possible sur le plan des médias, de la liberté d’expression et d’opinion».

        Le rapporteur des Nations unies, qui a entamé hier des entretiens avec des représentants de la société civile, notamment la Ligue de défense des droits de l’homme et l’Association des familles de disparus, est attendu aujourd’hui ?* la maison de la presse Tahar Djaout afin de rencontrer les professionnels des médias pour discuter de la situation de la presse algérienne. Alternant réunions entre institutions étatiques et organisations autonomes, M. La Rue s’entretiendra avec les premiers responsables de la télévision, de la radio et du Centre international de presse (CIP), ainsi qu’avec les directeurs de journaux indépendants. Il donnera une conférence de presse le 17 avril, ?* l’issue de sa visite en Algérie.

        À noter que cette visite intervient dans un contexte d’ébullition touchant différents secteurs, notamment celui des médias. Le vent de colère qui anime la rue d’Alger depuis janvier dernier, que les autorités tentent d’étouffer, exprime ?* lui seul l’absence de canaux d’expression permettant aux Algériens de dire leur refus de continuer ?* subir au lieu d’agir. Si au premier jour de son arrivée ?* Alger, la presse indépendante s’est faite l’écho du rapport très critique du département d’Etat sur la situation en Algérie, hier, alors qu’il était reçu par le ministre de la Communication, des étudiants ont été tabassés par les forces de l’ordre devant le siège de la présidence de la République.

        Comment


        • #5

          April 12, 2011 -- UN Special Rapporteur Frank La Rue on Monday (April 11th) began his investigation into free speech in Algeria by meeting with Communications Minister Nacer Mehal, Liberté reported. La Rue told reporters in Algiers that he had prepared several recommendations for Algerian authorities. "It is very important that the penal code be the least restrictive as possible" regarding freedom of expression and opinion, La Rue said. The independent expert will spend the week meeting with representatives of Algeria's judiciary, legislature, media and civil society before presenting his findings to the UN Human Rights Council.

          Comment


          • #6

            لم يخف المقرر الأممي فرانك دولاري، خلال لقائه مع فعاليات المجتمع المدني، بمقر الرابطة الجزائرية للدفاع عن حقوق الإنسان بوهران، دهشته من هول ما سمعه من تجاوزات ضد حرية الرأي والتعبير، وتشكلت لديه فكرة مغايرة تماما للتي اجتهدت الجهات الرسمية في تقديمها عن واقع الحريات في الجزائر.

            تفاجأ مقرر هيئة الأم المتحدة حول ترقية وحماية الحق في حرية الرأي والتعبير لأقوال دليلة توات، العضوة النشطة في الجمعية الوطنية للبطالين، التي تعرضت للتوقيف من طرف مصالح الأمن في 16 مارس وقضت 24 ساعة في الحبس تحت النظر في انتظار محاكمتها يوم 28 أفريل بمحكمة مستغانم. واعترف فرانك دولاري قائلا: ''تطرقت لقضية دليلة مع المدير العام للأمن الوطني الذي أكد عدم وجود توقيفات خلال الأحداث الأخيرة، وأمام إصراري خرج من مكتبه وطلب التحقق من الحالة، وإثر عودته اعترف بالأمر ووعدني بتوقيف كل الملاحقات ضد دليلة''. ووعد المتحدث بمتابعة قضية دليلة بنفسه.

            وتواصلت مفاجآت المقرر بعد شروع الصحفيين الحاضرين في سرد طريقة توقيفهم التعسفي من طرف مصالح الأمن واقتيادهم لمراكز الشرطة خلال قيامهم بتغطية نشاطات التنسيقية الوطنية من أجل التغيير والديمقراطية. وفي هذا الصدد، روت الصحفية جخدان طاطة على مسامع الوفد الأممي طردها التعسفي من يومية صادرة في غرب البلاد مباشرة بعد توقيفها من طرف مصالح الأمن بمعية عشرة صحفيين آخرين جاءوا لتغطية تجمع تنسيقية التغيير في 5 مارس الماضي وأضافت: ''عوض أن تساندني إدارة الجريدة تعرضت للطرد يوم 8 مارس، عيد المرأة، بحجة أنني غير مكلفة بتغطية النشاط المذكور، ولقد باشرت إجراءات قضائية لاسترجاع حقوقي لكن الأمر سيستغرق وقتا كبيرا''. من جهته، قدّر الصحفي زياد صالح عدد ملفات اعتماد جرائد جديدة بحوالي 300 ملف مودع على مستوى المصالح المعنية تنتظر منذ سنوات. واستقى مثالا: ''أنا شخصيا اشتغلت على مجلة للأطفال تنتظر اعتمادها منذ ماي .''2009 وهو ما استغربه المقرر قائلا: ''خلال لقائي مع وزيري الداخلية والشؤون الخارجية أكدا لي عدم وجود عراقيل لإنشاء جرائد''. في نفس السياق، عقّب على مسألة احتكار الإشهار العمومي واستعماله كسلاح لمعاقبة عناوين ومكفاءة أخرى: ''مدير الوكالة الوطنية للنشر والإشهار صرح أن الوكالة ذات طابع تجاري وتقوم بتسيير الإشهار لصالح الدولة''. من جهته، تطرق قدور شويشة، عضو في التنسيقية الوطنية من أجل التغيير والديمقراطية بوهران، لكل التجاوزات ضد التنسيقية من طرف الإدارة من رفض للترخيص وتوقيفات بالجملة لمناضليها ومناضلاتها.

            ولم يخف المقرر الأممي رضاه عن نتائج زيارته لوهران، منوها بمستوى النقاش ونوعية المداخلات، وكشف بأن المحتوى النهائي للتقرير سيعرض في جوان .2012 ومن المرتقب أن تحل وفود أممية أخرى بالجزائر لإعداد تقارير حول السكن اللائق وحقوق المرأة.

            Comment


            • #7

              Comment


              • #8
                Merouane Mokdad :


                Dimanche 17 Avril 2011 -- Frank La Rue, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit ?* la liberté d’opinion et d’expression, a dressé un rapport critique sur la situation de la presse et des libertés publiques en Algérie. «La diffamation doit être dépénalisée. C’est une priorité. Ce genre d’affaires doit être traité par des tribunaux civils», a‑t‑il déclaré dimanche 17 avril, lors d’une conférence de presse, au siège du PNUD ?* Alger. Il s’exprimait après une mission d’une semaine en Algérie, la première dans notre pays pour ce rapporteur.

                Frank La Rue n’a pas manqué de saluer la décision, annoncée par le président Bouteflika lors du discours télévisé du 15 avril, sur la dépénalisation du délit de presse. Le code pénal algérien, amendé en 2001, prévoit des peines de prison pour les journalistes coupables de «diffamation, d’offense ou d’injure» ?* l’égard, notamment, d’institutions de l’État. Frank La Rue a critiqué la condamnation par le passé de journalistes ayant dénoncé des actes de corruption. «Cela relève clairement de l’intimidation qui affecte la liberté d’expression en ce sens qu’elle crée l’auto‑censure chez les journalistes», a‑t‑il dit.

                Il s’est dit également inquiet de l’article 46 de l’ordonnance du 27 février 2006 appliquant la Charte pour la paix et la réconciliation, adoptée par référendum en septembre 2005, qui prévoit des peine allant jusqu’?* cinq ans de prison et des amendes pouvant atteindre 5.500 euros pour des personnes qui, «en Algérie ou ?* l’étranger, utilisent ou instrumentalisent les blessures de la tragédie nationale pour porter atteinte aux institutions de la République algérienne, fragiliser l’État, nuire ?* l’honorabilité de tous ses agents ou ternir l’image de l’Algérie sur le plan international».

                Pour le rapporteur de l’ONU, la réconciliation ne peut jamais être réalisée en imposant le silence. «La paix est basé sur le droit ?* la vérité et le droit de l’accès ?* la justice pour les victimes», a‑t‑il observé. Il a estimé que l’Algérie devrait inviter le groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées et le rapporteur onusien sur la liberté d’association. «Je recommande que le gouvernement n’utilise plus la force contre les manifestations pacifiques. Et pour les cas des familles de disparus, elles doivent avoir le droit de s’exprimer en public», a‑t‑il noté. L’Algérie doit, selon lui, introduire le régime de la déclaration au lieu de celui de l’autorisation pour les manifestations publiques. Elle doit, pour ce faire, abroger des dispositions de la loi 91/19. «J’encourage l’État ?* faciliter l’exercice du droit ?* la liberté d’association et accélérer les procédure d’enregistrement», a‑t‑il observé.

                La publicité et le fisc comme moyens de pression sur les journaux

                Frank La Rue a noté que les journalistes ont beaucoup de difficultés ?* accéder ?* l’information auprès d’institutions publiques. «Dans toutes les sociétés démocratiques, la transparence des activités publiques jouent un rôle crucial dans le renforcement de la confiance du public» a‑t‑il dit. Les journalistes doivent, d’après lui, pourvoir disposer d’organisations indépendantes pour les représenter et pour défendre l’éthique professionnelle. Il a demandé aux autorités de lever les restrictions sur la publication de nouveaux journaux et a critiqué l’utilisation de la publicité publique comme moyen de pression sur les titres qui critiquent l’action gouvernementale. «La publicité doit être donnée selon les principes de l’équité et avec des standards clairs. Je recommande au Parlement de préparer une loi pour rendre l’ANEP (Agence nationale d’édition et de publicité), une institution réellement indépendante», a‑t‑il déclaré. Selon lui, l’État ne doit pas avoir le monopole exclusif sur les imprimeries. «L’approvisionnement en papier doit être diversifié pour ne permettre ?* personne d’avoir le contrôle sur cette activité», a‑t‑il relevé. Citant l’exemple des quotidiens El Watan et El Khabar, il a estimé que les redressements fiscaux sont également une forme de pression exercée sur les positions éditoriales. Les deux journaux ont subi ces derniers mois plusieurs redressements fiscaux estimés ?* plusieurs dizaines de millions de dinars.

                Le rapport final sur la liberté d’opinion et d’expression en Algérie sera présenté, en 2012, au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Frank La Rue s’est félicité de la décision prise par l’Algérie de l’inviter «d’une manière volontaire» en tant que rapporteur spécial. «C’est une bonne pratique», a‑t‑il dit. Il a confié avoir travaillé en toute liberté en Algérie. Et, il a annoncé que les rapporteurs spéciaux sur l’accès ?* un logement décent et ?* l’eau visiteront l’Algérie les prochaines semaines. «Je suis un ami de l’Algérie et je souhaite contribuer ?* améliorer la situation des droits de l’homme en Algérie», a‑t‑il dit.

                Comment


                • #9
                  Nordine Mzalla, Lundi 18 Avril 2011 :


                  Le rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit ?* la liberté d'opinion et d'expression, M. Frank La Rue, a donné l'impression, par ses premières déclarations, que tout ne va pas si mal dans notre pays. Ce n'est pas le style de notre journal de nous en remettre aux visiteurs ou aux voix officielles étrangères pour nous faire une idée de ce qui se passe ici, en Algérie. A fortiori s'agissant de la liberté de la presse ou des conditions d'exercice de la profession. Au Jeune Indépendant, les lecteurs peuvent en témoigner. On est d'ailleurs plutôt allergique au "portrait du colonisé" attendant toujours de voir chez l'autre, le plus développé, ses potentialités ou son avenir… Mais, en l'occurrence, d'autres observateurs d'ici et d'ailleurs s'acharnent depuis un certain temps ?* vouloir mêler toutes sortes de référents extranationaux pour nous expliquer qu'en Algérie tout le monde est pourri, sauf eux, bien entendu ! La majorité des esprits éclairés ont évidemment compris que ces derniers tentent soit de laver leur conscience en s'improvisant révolutionnaires sur simple profession de foi, soit de servir leurs alliés d'outre-mer en espérant une crise algérienne qui ouvrirait la voie ?* toutes les ingérences. Qu'importe puisque les Algériens deviennent de plus en plus difficiles ?* manipuler et que les émissaires officiels de la puissante Organisation des Nations unies se donnent la peine d'apprécier de leurs yeux la situation qui prévaut en Algérie, par-del?* le prisme grossier de la presse tout va bien ou celui de la presse tout va mal. Pour notre part, que M. La Rue s'enthousiasme de la révision annoncée de la Constitution, cela nous semble rattaché davantage ?* une opinion polie et personnelle dépassant cordialement ses prérogatives. En revanche, nous serons heureux de lire les recommandations que son rapport adresse aux gouvernants algériens quant ?* l'ouverture du champ audiovisuel et ?* l'accès ?* l'information au bénéfice des journalistes par exemple. Le contexte miné dans la région nous impose de faire en sorte que la visite d'un invité de ce rang ne serve ni les adversaires embusqués de l'Algérie ni ceux qui nous causent tant de tort.

                  Comment


                  • #10

                    April 18, 2011 -- The UN special rapporteur on Sunday (April 17th) presented his preliminary recommendations concerning freedom of opinion and expression in Algeria, El Khabar reported. As part of his press freedom inquiry, independent expert Frank La Rue spent the week meeting with representatives of Algeria's judiciary, legislature, media and civil society. While lauding Algeria for ending the state of emergency, he called on authorities to remove the penal code provisions that allow the imprisonment of journalists. He also appealed for the opening of the audiovisual field and the easing of accreditation and visa procedures for foreign journalists. He underlined that his visit came at an "appropriate time", as it coincided with the reforms announced by President Abdelaziz Bouteflika on Friday. The rapporteur's final report will be presented to the UN Human Rights Council.

                    Comment


                    • #11

                      ALGIERS, April 19, 2011 (UPI) -- Algeria made significant gains in addressing social concerns but still has a long way to go to advance freedom of expression, a U.N. special envoy said. Algeria, by advancing social and political reforms, has averted that social upheaval that has gripped much of the Arab world. President Abdelaziz Bouteflika lifted a 19-year state of emergency in February and said a series of reforms to the country's constitution would go into force before national elections in May. Frank La Rue, U.N. special rapporteur on freedom expression, said he welcomed the promise of reforms as a positive step for Algeria. "However, I caution that the existing legal framework is still restrictive with regard to the right to freedom of peaceful assembly and the right to freedom of opinion and expression," he said in a statement. La Rue noted Algerian press freedom has made substantial gains since the 1990s, when scores of journalists were killed, though many still face "a number of challenges." Algeria is facing more than just political challenges, however. Al-Qaida in the Islamic Maghreb, the North African branch of al-Qaida, killed more than a dozen Algerian soldiers during a weekend attack.

                      Comment


                      • #12
                        Merouane Mokdad :


                        Mercredi 20 Avril 2011 -- Le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales a qualifié «d’inopportunes» les déclarations de Frank La Rue, rapporteur spécial de l’ONU sur la promotion et la protection du droit ?* la liberté d’expression et d’opinion, faites dimanche 17 avril, lors d’une conférence de presse ?* Alger. «Elles ne nous engagent absolument pas. Ceux qui veulent nous donner des leçons, doivent bien se garder de le faire», a estimé Dahou Ould Kablia, invité ce mercredi 20 avril de la radio chaîne III. «La Constitution algérienne accorde le maximum de libertés qui peuvent ne pas exister dans d’autres pays. Des pays qui nous donnent la leçon aujourd’hui. Il s’agit de la liberté de conscience, la liberté syndicale, la liberté d’expression, la liberté de réunion, la liberté d’association. Il y avait eu peut‑être une petite restriction avec l’application de l’état d’urgence. Maintenant que cet état d’urgence a été levé, toutes ces libertés vont être restaurées et l’accès aux médias également autorisé et encouragé», a‑t‑il ajouté.

                        Il s’agit l?* de la première réaction officielle aux recommandations et aux critiques du rapporteur spécial de l’ONU sur l’état des libertés et des droits en Algérie, faites après une semaine de mission en Algérie. «J’avertis qu’il existe encore un cadre législatif restrictif qui viole la liberté d’opinion et d’expression. Il est important que le droit aux rassemblements pacifiques soit considéré comme une partie du droit ?* la liberté d’opinion et d’expression et, de ce fait, garanti et respecté par l’État», a ainsi estimé le rapporteur onusien. Selon lui, l’opposition n’a pas accès aux médias audiovisuels, contrôlés par le gouvernement, et les journalistes, qui enquêtent sur les affaires de corruption, subissent des pressions. Frank La Rue remettra son rapport au Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui le rendra public en 2012. Les critiques du rapporteur ont été passées sous silence par les médias publics algériens (ENTV, radios et APS) et par une partie de la presse écrite.

                        Comment

                        Unconfigured Ad Widget

                        Collapse
                        Working...
                        X