Announcement

Collapse
No announcement yet.

Western Sahara conflict

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #46
    L’ambassadeur de la République sahraouie ?* Alger a présenté, hier, les grandes lignes de l’initiative politique de règlement du conflit soumise par le Front Polisario ?* la communauté internationale. Mohamed Yeslem Baïssat a insisté sur les caractères “pacifique et démocratique” de cette proposition dont l’application passe par l’organisation d’un référendum d’autodétermination:

    Lundi 16 Avril 2007 -- “La proposition du Front Polisario pour une solution politique mutuellement acceptable assurant l’autodétermination du peuple du Sahara occidental est éminemment démocratique car elle offre ?* notre peuple l’opportunité de décider de son destin ?* travers la tenue d’un référendum. Aussi, cette initiative répond aux principes de la légalité tout en prenant en compte les intérêts politiques et économiques des deux parties. Cette initiative est une proposition de paix concrète qui peut être mise en application immédiatement”, a indiqué, hier, le diplomate sahraoui lors d’une conférence de presse animée au siège de l’ambassade de la RASD. Mohamed Yeslem Baïssat a cependant souligné que la proposition de son gouvernement n’a pas pour objectif de contrer le projet d’autonomie que le Maroc tente de faire approuver par l’ONU. “Les deux initiatives n’ont rien ?* voir. Le projet marocain est égoïste car il n’impose qu’un seul choix. Il ne prend pas en compte les aspirations du peuple sahraoui et de fait est contraire ?* la légalité internationale”, dira-t-il. Selon lui, “le plan d’autonomie marocain est une initiative post-référendaire qui pourrait être présentée au cas où le peuple sahraoui vote contre l’autodétermination”.

    Mohamed Yeslem Baïssat a expliqué que le Front Polisario est disposé ?* négocier directement avec le gouvernement marocain en vue d’organiser ce référendum d’autodétermination, mais évitera toutefois de se prononcer sur l’existence actuelle de contacts entre les deux parties. Le Front Polisario propose également de négocier l’octroi de garantie concernant le statut et les droits et obligations des colons marocains au Sahara occidental. A travers sa proposition politique, le gouvernement sahraoui présente sa pleine disponibilité ?* conclure des arrangements sécuritaire et militaire avec le Maroc et ?* œuvrer ?* la préservation de la paix et de la stabilité de la région. Notons, enfin, que l’ambassadeur du Sahara occidental ?* Alger a dénoncé les récents attentats terroristes qui ont eu lieu en Algérie et au Maroc.

    Comment


    • #47
      Rabat • Morocco accused Algeria yesterday of trying to wreck its proposal to give autonomy to the disputed Western Sahara territory by encouraging the separatist Polisario Front there to present its own plans.

      Speaking less than a week after the plan was presented to the UN, Foreign Minister Mohamed Banaissa told a parliamentary committee that Algeria was attacking it “based on erroneous and unfounded grounds”.

      He said Algiers was “encouraging the Polisario Front to deceive the international community by tabling an initiative that has no other aim but to block our own constructive proposal”.

      On Wednesday, the day Rabat presented the proposal to the UN, the Polisario Front submitted its own plan advocating independence in the Western Sahara and “good neighbourly relations with the Kingdom of Morocco”.

      Banaissa said the Moroccan proposal was a “an open proposition aimed at reaching a consensual and realistic settlement that could be enriched by suggestions from other parties during negotiations”.

      The Algerian-backed Polisario Front fought Morocco for independence in the Western Sahara from when the territory was annexed by Rabat in the 1970s until a UN-brokered ceasefire in 1991.

      Comment


      • #48
        The UN Security Council is set to decide on Western Sahara, the territory disputed between Morocco and the Polisario Front. The UN will examine proposals to settle the dispute and determine whether it will lengthen the mandate of the United Nations Mission for the Referendum in Western Sahara (MINURSO). On April 10th the Polisario Front submitted a plan to the UN and the following day Morocco submitted its proposal to resolve the decades-old dispute.

        The Security Council will hold two meetings on the proposals and the future of the MINURSO mandate, which is currently set to expire on April 30th. The first meeting on Friday (April 20th) will consist of a closed door session of nations which have contributed forces to the MINURSO mission, followed by an open session the same day. The Council will hold another meeting on April 27th to vote on the two issues.

        The Moroccan initiative

        Morocco's proposal calls for Western Sahara to receive autonomy under Moroccan sovereignty. It gives Sahrawis the right to run their own affairs by setting up legislative, executive and judicial bodies which "enjoy exclusive powers", according to a draft copy of the proposal. It offers respect for their cultural and social characteristics, but considers Western Sahara a region of Morocco under the sovereignty of the Moroccan kingdom.

        Morocco's plan would provide for a local government and judiciary with a high level of autonomy, but ultimately answerable to the Moroccan government and king. Final decisions on national security, defence, territorial integrity, foreign relations and the judicial system would remain within the jurisdiction of the Moroccan government.

        The initiative states that, "Morocco pledges to negotiate in good faith and in constructive open spirit to reach a final, mutually acceptable political solution to the dispute plaguing the region." The plan also notes that if the Polisario Front accepts the Moroccan proposal, Morocco will allow for a referendum on the proposal, but not on the question of independence.

        The Polisario Front plan

        In its plan, the Polisario Front holds fast to its call for a popular referendum on self-determination for the Western Sahara. The Polisario plan views the referendum as the sole solution to the conflict, emphasizing that there is no alternative. The Polisario asserts that its plan is bound by international law, previous UN Security Council resolutions and the Front's prior agreements with Morocco. In its plan the Polisario underscores its desire to reach a mutually acceptable, negotiated solution.

        The Polisario Front's plan is based on co-operation with Morocco in the economic, security and social spheres. A Polisario Front official who wished to remain anonymous said that the Front's plan indicates the Polisario's readiness for good neighbourliness and strategic relations with Morocco.

        UN Secretary-General Ban Ki-moon will study the two proposals and present them to member nations of the UN Security Council. One Arab satellite channel quoted Ban Ki-moon as saying it was unlikely that a solution to the Western Sahara conflict would be reached in the near future due to the large discrepancies between the Moroccan and Polisario Front positions.

        Comment


        • #49
          UNITED NATIONS: U.N. Secretary-General Ban Ki-moon recommended that Morocco and an opposing independence movement begin "negotiations without preconditions" on autonomy status for the long-disputed Western Sahara region, according to a U.N. report.

          Ban also recommended in his report released Wednesday to the U.N. Security Council that it call on neighboring Algeria, which backs the Polisario Front's demand for independence, and Mauritania, to be included in the negotiations and to consult separately on issues directly affecting them.

          Morocco and Mauritania split Western Sahara after its Spanish colonizers left the territory in 1975. Full-scale war broke out the following year, and Morocco took over the whole of Western Sahara after Mauritania pulled out in 1979.

          The fighting, which pitted 15,000 Polisario guerrillas against Morocco's U.S.-equipped army, ended in 1991 with a U.N.-negotiated cease-fire that called for a referendum on the region's future. But the vote has never happened.

          Last week, both sides submitted their own proposals to decide the region's status.

          Morocco proposed that the territory govern itself while remaining part of the North African kingdom. The Polisario plan asked for free elections and would offer Saharawis a choice of independence from Morocco.

          In his report, Ban recommended that the council call on Morocco and the Polisario "to enter into negotiations without preconditions, with a view to achieving a just, lasting and mutually acceptable political solution that will provide for the self-determination of the people of Western Sahara."

          He also encouraged assistance to refugees and progress in clearing an abundance of mines and unexploded ordnance in the territory where the local population and U.N. observers have been killed or injured.

          Britain's U.N. ambassador Emyr Jones Parry said a question for a council discussion expected to take place Friday will be whether a resolution on the region should comment on plans by either side.

          "There are a range of options there," he said.

          Jones Parry cautioned that including details of those plans "could be quite interesting and probably controversial in the council."

          After 15 years and more than $600 million, the U.N. has been unable to resolve the standoff between the Polisario Front and the Moroccan government. The current mandate of the 225-member U.N. mission in Western Sahara expires on April 30.

          The report said the U.N. mission has continued to "enjoy good relations" with each side, but noted the two sides have continued to abstain from direct meetings with each other.

          Both committed an almost equal number of military violations, including the construction of ammunition stores in a restricted area by the Royal Moroccan Army and a concentration of forces in an area of limited restriction by the Polisario, the report said.

          Ban also encouraged the parties to lift restrictions on the movement of U.N. military observers who have been prevented from conducting thorough verification operations, the report said.

          Comment


          • #50
            UNITED NATIONS: Members of the U.N. Security Council enthusiastically support negotiations between Morocco and Polisario Front rebels on the future of the long-disputed Western Sahara region, the council president said.

            Last week, Morocco proposed that the mineral-rich territory govern itself while remaining part of the North African kingdom, while the Polisario reiterated its demand for a referendum that would offer Saharawis a choice of autonomy or independence from Morocco.

            In a report to the council this week, Secretary-General Ban Ki-moon recommended that members call on Morocco and the Polisario "to enter into negotiations without preconditions, with a view to achieving a just, lasting and mutually acceptable political solution that will provide for the self-determination of the people of Western Sahara."

            Britain's U.N. Ambassador Emyr Jones Parry, the current council president, told reporters after a closed-door meeting Friday that "the members of the council are enthusiastic that there should be negotiations between the parties."

            He said there are questions about what the basis of those negotiations should be, but he expects council experts to work out the text of a resolution that would address the issue and extend the mandate of the U.N. mission in Western Sahara within the next eight days.

            Morocco and Mauritania split Western Sahara after its Spanish colonizers left the territory in 1975. Full-scale war broke out the following year, and Morocco took over the whole of Western Sahara after Mauritania pulled out in 1979.

            The fighting, which pitted 15,000 Polisario guerrillas against Morocco's U.S.-equipped army, ended in 1991 with a U.N.-negotiated cease-fire that called for a referendum on the region's future. But the vote has never happened.

            After 15 years and more than $600 million, the U.N. has been unable to resolve the standoff between the Polisario Front and the Moroccan government. The current mandate of the 225-member U.N. mission in Western Sahara expires on April 30.

            Jones Parry said "there is common ground" that the mission should be extended, but the length is still being discussed.

            Britain believes that renewal of the mandate "should help a process of negotiation between the parties directly so that that would lead to an involvement process of self-determination," he said.

            South Africa's U.N. Ambassador Dumisani Kumalo recalled that the Polisario Front was a founding member of the Organization of African Unity, and its successor the African Union, which view the Western Sahara as still in a process of decolonization.

            "We made it very clear that autonomy is not self-determination," Kumalo said, stressing that independence must be an option in any resolution of the dispute.

            Comment


            • #51
              Lundi 23 avril 2007 -- Des milliers de citoyens espagnols venus de toutes les régions d’Espagne ont manifesté, avant-hier ?* Madrid, pour revendiquer le droit du peuple sahraoui ?* «l’autodétermination et ?* l’indépendance», appeler le gouvernement espagnol ?* soutenir «sans réserve» ce droit et dénoncer la vente d’armes au Maroc et la répression sévissant dans les territoires occupés du Sahara occidental.

              Les manifestants brandissaient une banderole où il était écrit «Pour un Sahara libre et indépendant. Non ?* la vente d’armes au Maroc, évitons la guerre. Gouvernement, le Sahara n’est pas ?* vendre. Le référendum maintenant». Ont pris part ?* cette importante marche des personnalités, dont le coordonnateur général de la gauche unie, la troisième force politique espagnole, le représentant du Polisario, Brahim Ghali, ancien ministre de la Défense, des représentants de la société civile, dont le président de la Ligue des droits de l’homme, et bien d’autres qui ont brandi le drapeau de la République arabe sahraouie démocratique et scandé des slogans hostiles au Maroc.

              D’autres interpellaient le président du gouvernement espagnol sur la responsabilité de son pays dans la situation du Sahara occidental comme, entre autres, «Zapatero, le Sahara n’est pas ?* vendre, le Sahara est en lutte», «Sahara liberté, le Polisario vaincra», «Maroc coupable, Espagne responsable».

              A l’issue de cette marche, une déclaration soutenant le combat des Sahraouis a été lue devant des milliers de manifestants par un membre de la commission permanente de la coordination des associations espagnoles solidaires du peuple sahraoui.

              Une déclaration pour la défense des droits légitimes du peuple sahraoui ?* l’autodétermination et l’indépendance qui souligne que les résolutions onusiennes et la légalité internationale constituent l’unique cadre de solution du conflit du Sahara occidental.

              A cette occasion, il a été aussi dénoncé l’intransigeance du Maroc dans l’application des cinquante résolutions émises par les Nations unies. Les rédacteurs de la déclaration lancent un appel au gouvernement Zapatero pour qu’il revoie sa position sur la question sahraouie et appuie «sans réserve le droit du peuple sahraouie ?* l’autodétermination et l’indépendance».

              Dans son intervention, M. Ghali, le représentant du Polisario, a adressé trois messages. Le premier est destiné ?* l’Etat espagnol pour lui rappeler sa responsabilité politique et morale envers le peuple sahraoui et son rôle dans le processus de décolonisation.

              Le second message afin d’indiquer que le peuple sahraoui n’est pas seul dans sa lutte et qu’il compte sur le plein soutien du peuple espagnol, avec ses différentes forces politiques et syndicales et la société civile. Le troisième est destiné aux Nations unies, et au Conseil de sécurité plus particulièrement, pour leur dire que leur responsabilité est totale tant que le peuple sahraoui n’aura pas décidé librement de son destin.

              Comment


              • #52
                Mardi 24 Avril 2007 -- Censés défendre la paix dans le monde par leur présence au Conseil de sécurité, en leur qualité de membres permanents, les Etats-Unis et la France n’ont pas trouvé mieux que de s’aligner sur la position marocaine pour solutionner le conflit qui oppose le royaume chérifien au Sahara occidental. C’est ce qui ressort en substance des déclarations du ministre délégué chargé des affaires africaines et maghrébines.

                Dans un entretien accordé ?* notre confrère El Khabar, Abdelkader Messahel a vivement critiqué la position de la France et des Etats-Unis et leur a rappelé qu’ils étaient, ?* l’instar d’autres Etats, responsables du maintien de la paix dans le monde. Le ministre algérien a en outre estimé que les déclarations des deux pays étaient pour le moins étranges, en ce sens qu’elles vont ?* l’encontre de la légalité internationale dont ils ne cessent de se prévaloir pour les autres conflits.

                M. Messahel a rappelé dans ce même entretien que le Conseil de sécurité, dont les deux pays sont membres, s’est déj?* prononcé pour le respect du principe de l’autodétermination au Sahara occidental. Dès lors, notre ministre a appelé les Etats-Unis et la France au respect de la Charte de l’ONU.

                Abordant le rapport du SG de l’Organisation des Nations unies, le ministre délégué chargé des affaires maghrébines a expliqué la recommandation 47 contenue dans le document qui dispose clairement la mise en avant des négociations entre «les deux parties en conflit et le principe d’autodétermination dans les territoires occupés, et non pas l’autonomie comme avancé par le Maroc». Et le ministre d’ajouter : «Cette recommandation constitue la base d’un règlement réel et juste de cette question. Il ne s’agit pas l?* de la position de l’Algérie, mais de celle des Nations unies.» Quant au rôle de l’Algérie, il se limite ?* celui qui lui a été assigné par le plan Baker en 1996.

                Comment


                • #53
                  Lundi 30 avril 2007 -- L’ambassadeur du Sahara occidental ?* Alger, a exprimé, hier, la disponibilité de son pays ?* ouvrir des négociations directes avec le royaume du Maroc sous l’égide du secrétaire général de l’ONU. L’objectif exclusif de ces négociations est, explique M. Mohamed Yeslem Beïssat, dans une conférence de presse qu’il a animée hier ?* Alger, de parvenir ?* donner le droit au peuple sahraoui d’exercer pleinement son droit ?* l’autodétermination et de faciliter la mise en œuvre du référendum.

                  «Mon pays est entièrement d’accord avec l’appel lancé par M. Ban Ki-moon au Conseil de sécurité des Nations unies», affirme-t-il. Le secrétaire général des Nations unies avait, rappelons-le, dans un récent rapport, invité le Conseil ?* appeler Rabat et le Polisario ?* «engager des négociations sans conditions préalables, afin de parvenir ?* une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permette d’assurer l’autodétermination du peuple saharoui».

                  Pour M. Beïssat, il est temps que le Maroc et ses alliés se rendent ?* l’évidence pour admettre définitivement que «toute solution excluant les Sahraouis est vouée ?* un échec certain et peut même provoquer de nouveaux conflits armés dans le territoire».

                  Il déplore dans ce sens le soutien accordé par la France, l’Espagne et les Etats-Unis au projet d’autodétermination marocain. D’autant plus que, selon lui, «le Maroc ait ou non le soutien des Etats-Unis ou de la France ne changera rien ?* la cause».

                  Tous ces pays «feront donc mieux de gagner du temps et d’œuvrer chacun de son côté ?* appliquer dès maintenant le référendum d’autodétermination». Le rapport présenté par M. Ban Ki-moon confirme, selon lui, l’»échec des manœuvres de Rabat qui a prétendu, durant plus d’une année, que le monde entier est favorable ?* son projet d’autonomie pour le Sahara occidental».

                  Le Maroc et le Polisario avaient présenté chacun ?* l’ONU, la semaine dernière, deux projets opposés pour mettre fin au conflit qui les oppose depuis 32 ans. Le projet de Rabat vise ?* accorder de larges prérogatives aux habitants du territoire, mais sous souveraineté marocaine, alors que pour les Sahraoui il s’agit, dans leur plan, tout simplement de favoriser le droit ?* l’autodétermination.

                  Pour M. Beïssat, le Maroc vient d’essuyer «un échec cuisant» dans ses tentatives de faire adopter par le Conseil de sécurité de l’ONU une résolution entérinant son projet d’autonomie pour le Sahara occidental. Pour preuve, «le Conseil de sécurité est sur le point d’adopter lundi (aujourd’hui, NDLR) une résolution affirmant son soutien au droit ?* l’autodétermination du peuple sahraoui.

                  Durant toute la dernière semaine, le Maroc et ses alliés ont tenté de faire adopter une résolution qui entérine le projet d’autonomie, mais en vain», a rappelé M. Beïssat. Dans le texte qui devrait être voté aujourd’hui, le Conseil de sécurité mentionne ?* deux reprises que le règlement de la question sahraouie passe obligatoirement par le strict respect du droit ?* l’autodétermination.

                  Le conflit du Sahara occidental, insiste encore M. Beïssat, «demeure une question de décolonisation inachevée. Une fois que le Maroc l’aura compris, cela voudra dire que l’on a vraiment avancé, sinon nous ne faisons que tourner en rond».

                  Comment


                  • #54
                    Lundi 30 avril 2007 -- Le Conseil de sécurité de l’ONU doit voter aujourd’hui une résolution sur le Sahara occidental qui devrait en principe reconduire pour six mois le mandat de la MINURSO, arrivé ?* sa limite ce lundi. La résolution devrait également appeler les deux belligérants, le Front Polisario et le Maroc, ?* entamer des négociations directes en vue de trouver un terrain d’entente pour le règlement d’un conflit qui dure depuis l’invasion du territoire par le Maroc il y a plus de trente ans.

                    Hier, l’ambassadeur de la RASD, M. Mohamed Beissat, se déclarait favorable ?* l’appel de Ban Ki-moon pour des négociations directes. Le Front Polisario est «absolument prêt ?* entamer des négociations directes avec le royaume du Maroc sous l’égide du secrétaire général de l’ONU, dans le cadre des Nations unies».

                    L’objectif des négociations devant, bien entendu, «permettre au peuple sahraoui d’exercer pleinement son droit ?* l’autodétermination», développait-il. Mais la disponibilité sahraouie pour les pourparlers n’a pas de quoi surprendre quand on se rappelle les innombrables concessions faites dans l’espoir de parvenir ?* la paix.

                    Une disponibilité que sous- entendait d’ailleurs le plan de règlement proposé par le Polisario. Un texte qui, avant même de négocier, offrait toutes sortes de garanties au Maroc dans le cas où ce serait le choix de l’indépendance qui l’emporterait dans un référendum d’autodétermination.

                    Quoi qu’il en soit, une nouvelle fois, les Sahraouis démontrent leur bonne volonté et, comme toujours, se disent prêts ?* coopérer avec l’ONU et ses responsables dans le cadre des principes onusiens. Bien que l’histoire commune avec le Maroc n’encourage pas la partie sahraouie ?* la confiance après le reniement de tant d’engagements et d’accords dûment signés, y compris sous l’égide de l’ONU.

                    Mais, le comble, c’est que c’est le Maroc qui manifeste aujourd’hui une défiance et non pas les Sahraouis. Dans une réaction ?* la main tendue par M. Beissat, le ministre marocain de la Communication, Nabil Abdellah, exprimait son scepticisme sur la proposition sahraouie, relevait pernicieusement que la proposition partait d’Alger et l’interprétait ?* la mode du Makhzen.

                    «Visiblement le Polisario et son mentor l’Algérie sont quelque peu perturbés avec ce qui se passe actuellement au Conseil de sécurité de l’ONU», disait-il. Au Conseil de sécurité siègent la France et les Etats-Unis, deux Etats spécialisés respectivement dans les «bienfaits» en Afrique et en Asie.

                    Deux Etats qui se disputent le leadership de la démocratie mais qui refusent l’un de ses principes fondamentaux : le droit ?* l’autodétermination. Ils ne le rejettent plus en catimini, ils le font ouvertement toute honte bue. «Il y a un acharnement des Etats-Unis, de la France et de l’Espagne ?* vouloir violer la légalité internationale en ignorant tout simplement le droit ?* l’autodétermination du peuple sahraoui qui est un des principaux piliers des Nations unies», disait M. Youcef Yousfi, notre représentant permanent ?* l’ONU, sorti de sa réserve vendredi dernier.

                    Le Makhzen, s’inquiéter du viol d’un principe onusien ?

                    Comment


                    • #55

                      ALGER - A separatist group fighting for the autonomy of the disputed territory of Western Sahara said Sunday it was ready to open UN-led talks with Morocco which has proposed a referendum on self-rule.

                      "We are totally open to starting direct negotiations with the kingdom of Morocco under the guidance of the UN secretary general to allow the people of Western Sahara exercise their right to determine their future," Mohamed Beisat of the Polisario Front told a news conference.

                      The UN Security Council is next week likely to endorse a call for direct talks between Rabat and the Polisario Front on their rival plans for the disputed Western Sahara.

                      In a report released last week, UN chief Ban said the 15-member Council should call on the parties to negotiate without preconditions "with a view to achieving a just, lasting and mutually acceptable political solution that will provide for the self-determination of the people of Western Sahara."

                      "We agree with the appeal recently made by UN Secretary General Ban Ki-moon and the UN Security Council," Beisat said Sunday.

                      Morocco earlier this month proposed an autonomy referendum in Western Sahara that envisages giving Sahrawis "control over their affairs through legislative, executive and judicial institutions" under Moroccan sovereignty and calls for "negotiations for a political solution acceptable to all parties."

                      But the Algerian-backed Polisario Front fighting Rabat's rule in the territory submitted a rival plan that rejected the Moroccan proposal and upheld "the right of the (local) people for self-determination."

                      Morocco annexed the bleak northwest African territory after the withdrawal of Spain and neighbor Mauritania in the 1970s, settling it with around 300,000 Moroccans in 1975.

                      A war ensued with the Algerian-backed Polisario Front that ended in 1991 with a UN-brokered cease-fire.

                      Comment


                      • #56
                        ALGIERS, Algeria: Algeria gave its approval Tuesday to a U.N. resolution urging unconditional talks between Morocco and the Algerian-backed Polisario Front independence movement over the disputed territory of Western Sahara.

                        Algeria said in a statement that it welcomed Monday's resolution "with satisfaction."

                        The statement said the unanimously passed resolution reaffirmed the right of the people of the region to self-determination — a position supported by the U.N. since before Morocco took over the former Spanish colony in 1975.

                        Morocco and Polisario both said Monday they would hold talks, but a date has not yet been set. It would be the first time they negotiate directly since discussing a U.N. peace proposal in 1997.

                        Morocco invaded Western Sahara after Spain's withdrawal. Following a 16-year war between Morocco's army and Polisario guerrillas, the U.N. brokered a cease-fire in 1991 aimed at allowing an independence referendum, which Morocco ultimately refused in 2003.

                        The three-decade-long conflict has stranded 160,000 refugees in the Algerian desert and poisons relations between regional powers Morocco and Algeria, which the U.S. and other Western powers want to work together against terrorism.

                        Solving the issue of Western Sahara would also allow for a North African trading bloc, which could alleviate the widespread poverty that helps fuel Islamic extremism.

                        Morocco has proposed limited autonomy under Moroccan sovereignty for Western Sahara. Polisario has maintained its demand for a referendum, but offered to share administration of Western Sahara's resources — including fishing banks and possible offshore oil — with Morocco if an independent state finally emerges.

                        Comment


                        • #57
                          Mercredi 2 mai 2007 -- Le Conseil de sécurité a adopté ?* l’unanimité sa résolution sur le Sahara occidental. Vous la relirez 1 000 fois, vous ne trouverez trace du mot autonomie. Bien plus vous ne relèverez aucune allusion ?* ce néo-protectorat. Il n’y a que l’ambassadeur de France au Maroc pour croire ou plutôt laisser croire qu’autonomie et autodétermination c’était kif-kif.

                          Une déclaration pour consoler ? En revanche, la résolution, dont la rédaction avait fait l’objet d’empoignades au point que son vote fut retardé du vendredi au lundi, stipule clairement que le règlement du conflit du Sahara occidental devra passer obligatoirement par l’autodétermination.

                          Un principe cardinal des Nations unies qu’on ne peut contourner même si on excelle dans les chlaweches politiques. Le trio Paris-Madrid-Washington, qui s’est aligné sur le trône alaouite, a-t-il pu le faire ? Les 169 congressmen americains mobilisés par les lobbys juifs l’ont-ils pu, eux qui viennent subitement de découvrir le conflit du Sahara occidental, vieux déj?* de plus de trente ans ? Comme au Proche- Orient, ils se sont mis du côté de l’envahisseur, ils ont appuyé l’agresseur.

                          Pour rien ! Ou, pour être plus juste, sans parvenir au résultat politique visé ! Indépendamment des réactions de circonstances et des cocoricos enroués, la résolution 1754 a dû être une douche écossaise pour Rabat et ses appuis. Eux qui, ?* un certain moment, voulaient coûte que coûte pousser l’Algérie ?* se substituer au Polisario dans des négociations avec le Maroc.

                          Sachant qu’Alger n’a aucune prétention sur l’ancienne colonie espagnole et que, face au conflit fratricide, elle s’en tient ?* la légalité internationale. Particulièrement au droit des peuples ?* l’autodétermination, épreuve que les Algériens avaient acceptée et qui a abouti ?* l’indépendance du pays après une colonisation française de 132 ans.

                          Même Madrid ne cite plus le nom d’Alger dans les prochains pourparlers. Il est vrai que l’appel onusien aux négociations s’adresse aux seuls belligérants, c’est-?*-dire le Maroc et le Front Polisario, le représentant unique et légitime du peuple sahraoui.

                          Le CORCAS ? La résolution semble lui avoir accordé autant d’importance qu’?* celle consacrée ?* l’autonomie. Une résolution qui reflète une volonté d’en finir avec le statu quo, une volonté de marcher et de marcher sans traîner. Car, dans ses prévisions, le Conseil de sécurité inscrit une possible rencontre en juin prochain, c’est-?*-dire dans ?* peine deux mois, pour voir jusqu’où ont avancé les pourparlers maroco-sahraouis.

                          Les négociations devront être entamées sans conditions sinon celles qu’impose la légalité internationale. Dans l’histoire, le Maroc aura perdu l’avantage des cinq ans d’autonomie préconisés dans le plan Baker et qui devaient précéder le référendum d’autodétermination.

                          Comment


                          • #58
                            Mercredi 02 mai 2007 -- Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies a adopté ?* l’unanimité lundi ?* New York une nouvelle résolution (1754) sur le Sahara occidental, dont voici le texte intégral : «Le Conseil de sécurité, Rappelant ses résolutions antérieures sur le Sahara occidental, Réaffirmant son ferme appui aux efforts faits par le secrétaire général et son envoyé personnel, Réaffirmant sa volonté d’aider les parties ?* parvenir ?* une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la charte des Nations unies, et notant le rôle et les responsabilités des parties ?* cet égard, Demandant ?* nouveau aux parties et aux Etats de la région de continuer ?* coopérer pleinement avec l’Organisation des Nations unies et les uns avec les autres pour mettre fin ?* l’impasse actuelle et aller de l’avant vers une solution politique, Prenant note de la proposition marocaine présentée le 11 avril 2007 au secrétaire général et se félicitant des efforts sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant vers un règlement, prenant note également de la proposition du Front Polisario présentée au secrétaire général le 10 avril 2007, Ayant examiné le rapport du secrétaire général en date du 13 avril 2007 (S/2007/202),

                            1. Réaffirme que les accords militaires de cessez-le-feu conclus avec la MINURSO doivent être pleinement respectés,

                            2. Demande aux parties d’engager des négociations de bonne foi sans conditions préalables en tenant compte des développements survenus ces derniers mois, en vue de parvenir ?* une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental,

                            3. Prie le secrétaire général d’organiser ces négociations sous ses auspices et invite les Etats membres ?* prêter le concours approprié ?* celles-ci,

                            4. Prie le secrétaire général de lui présenter, d’ici au 30 juin 2007, un rapport sur l’état de ces négociations sous ses auspices et des progrès réalisés, et exprime son intention de se réunir pour recevoir et examiner ce rapport,

                            5. Prie le secrétaire général de lui rendre compte de la situation au Sahara occidental avant la fin du mandat de la mission,

                            6. Invite les Etats membres ?* envisager de verser des contributions volontaires pour financer des mesures de confiance qui permettent de multiplier les contacts entre membres séparés d’une même famille, en particulier les visites de regroupement familial,

                            7. Prie le secrétaire général de continuer ?* prendre les mesures requises pour garantir que la politique de tolérance zéro instituée par l’Organisation des Nations unies concernant l’exploitation et les violences sexuelles soit pleinement respectée par la MINURSO et de le tenir informé, et demande instamment aux pays qui fournissent des contingents de prendre les mesures préventives voulues, notamment en menant avant le déploiement des actions de sensibilisation ?* ces questions, et d’autres mesures pour amener leurs personnels impliqués dans de tels actes ?* en répondre pleinement,

                            8. Décide de proroger jusqu’au 31 octobre 2007 le mandat de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO),

                            9. Décide de rester saisi de la question».

                            Comment


                            • #59
                              Jeudi 3 mai 2007 -- La prochaine visite des envoyés spéciaux de M. Ban Ki-moon au Maroc et en Algérie, pays hôte des Sahraouis, a été révélée par Ahmed Boukhari, le représentant permanent du Polisario auprès des Nations unies. Dans sa résolution 1754, le Conseil de sécurité demande aux belligérants d’engager des négociations de bonne foi sans conditions préalables sous les auspices du secrétaire général de l’ONU.

                              L’objectif étant de «parvenir ?* une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental». La résolution invite M. Ban Ki-moon ?* présenter, ?* la fin de juin au plus tard, un rapport sur l’état d’avancement des négociations.

                              Une résolution qui fera perdre du temps ?* la région et gagner du temps au Maroc. Une résolution qui, peut-être, ne répond pas aux exigences mais qui fait quand même le jeu du trône qui semble justement miser sur le temps pour user et venir ?* bout de la volonté libératrice sahraouie.

                              Car, en vérité, les Sahraouis s’étaient autodéterminés il y a bientôt trente-quatre ans, lorsque, le 20 mai 1973, ils déclenchèrent leur guerre d’indépendance contre l’occupant… espagnol. Ils s’étaient déterminés aussi, lorsque, après la trahison madrilène, ils n’hésitèrent pas une seconde ?* s’opposer de manière légendaire ?* la double invasion des armées de Mauritanie et du Maroc.

                              Un peuple qui n’a en guise de moyens que sa volonté mais qui se paye le luxe de mettre deux armées en échec, de proclamer un Etat, de le maintenir et de le renforcer en exil, ne peut que vivre indépendant, souverain sur son sol. Une vérité qui, pourtant, crève les yeux, mais que Rabat refuse de voir même.

                              Pour l’instant du moins, même s’il se doute que briser la volonté sahraouie est une utopie. Le 20 mai prochain, l’intifada sahraouie dans les territoires occupés sahraouis commémorera ses deux ans. Car les Sahraouis qui vivent dans la partie du Sahara occidental sous contrôle marocain ne se croisent pas les bras et persévèrent dans leur lutte contre la présence coloniale marocaine.

                              Une lutte conduite jusqu’?* présent pacifiquement, malgré la répression sauvage des divers corps marocains de sécurité sur place. Les manifestations des nationalistes sahraouis ne se limitent plus au territoire du Sahara occidental mais s’étendent aux villes du sud du Maroc et dans ses universités du Nord.

                              Le CORCAS pèse-t-il aujourd’hui dans la balance plus que n’avait pesé, hier, le Morehob, l’autre créature fantoche ? Le CORCAS, l’autre «assimilationniste», comme dirait Belaïd Abdesslam, oserait-il se revendiquer du mouvement du 20 mai 1973 ? Est-il libre de commémorer librement cette date pourtant marquante dans l’histoire de la Saguia El-Hamra wa Wadi Edhahab ? Né comme le Morehob, il finira comme le Morehob.

                              Le Front Polisario reste le représentant unique et légitime du peuple sahraoui. Sa mission ? Permettre ?* son peuple, par les armes s’il le fallait, d’exercer librement son droit ?* l’autodétermination. Un engagement que rien n’a pu détourner et auquel il reste fidèle depuis le 20 mai 1973.

                              Comment


                              • #60
                                May 6, 2007 -- Libya's Deputy Foreign Minister and, Libyan African Unity Minister Abdel Salam Triki, said on Sunday “The Western Sahara conflict does not have to be an obstacle for the Arab Maghreb Union (Mauritania, Morocco, Algeria, Tunisia, and Libya)”.

                                “We hope to reach a peaceful solution as soon as possible for the Western Sahara issue” he said in a statement to an Algerian daily newspaper.

                                “Several researches revealed great economic losses as a result of the delayed achievement of Maghreb Union”, he added.

                                “It is necessary now to unify our efforts in order to consolidate our union”, said Mr. Triki who was the envoy of the Libyan leader Col. Moammar Kaddafi to the Algerian President, Mr. Abdelaziz Bouteflika.

                                The Arab Maghreb Union is a Pan-Arab trade agreement aiming for economic and political unity in Northern Africa.

                                In 1989, the agreement was formally signed by all member nations: Algeria, Libya, Mauritania, Morocco, and Tunisia. However, deep divergences between Morocco and Algeria on the unsolved question of Western Sahara's sovereignty have blocked union meetings since the nineties.

                                Algeria repeatedly said in the last few months that the Western Sahara conflict did not have to hinder Maghreb Union’s members to create a common market and to have free traffic of people and belongings.

                                Algerian Prime Minister, Mr. Abdelaziz Belkhadem recommended last week a “Maghreb with variable geometry” in order to solve this problem. He did not mention the name of the nations which would hesitate to continue participating in the achievement of the Maghreb Union.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X