Announcement

Collapse
No announcement yet.

Western Sahara conflict

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest's Avatar
    Guest replied

    Mardi 7 Juin 2011 -- Une septième session de négociations informelles entre le Maroc et le Front Polisario sous l'égide de l'ONU à propos du Sahara occidental s'est achevée mardi dans la banlieue de New York sans avancée notable. «À la fin de la réunion, chaque partie a continué à rejeter la proposition de l'autre comme base unique des négociations à venir», a résumé l'émissaire de l'ONU au Sahara Occidental, Christopher Ross, dans un communiqué. S'agissant des mesures de confiance entre les deux protagonistes, «les parties et les pays voisins ont confirmé leur soutien à la mise en œuvre dans les règles du programme d'action de 2004 et des visites familiales par voie terrestre», souligne le communiqué. La prochaine réunion aura lieu pendant la deuxième quinzaine de juillet 2011 sur le même site de Greentree à Long Island. Les négociations informelles entre le Maroc et le Polisario sur le Sahara occidental se soldent invariablement par un échec. Les États‑Unis ont espéré mardi une «résolution pacifique» du conflit auSahara occidental, soulignant que l'instabilité accroissait le risque de terrorisme. «Nous voulons une résolution pacifique de cette situation», a déclaré Mark Toner, le porte‑parole du département d'État : «La poursuite de l'instabilité, comme nous l'avons vu dans de nombreux endroits du monde, est exactement le type d'environnement dont se nourrit le terrorisme». Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté fin avril une résolution prorogeant pour un an le mandat de la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso), jusqu'au 30 avril 2012, et appelé le Maroc et le Polisario à intensifier leurs négociations.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Lundi 6 Juin 2011 -- La septième session de négociations informelles entre le Maroc et le Front Polisario à propos du Sahara occidental a commencé ce lundi 6 juin dans la banlieue de New York, a annoncé une source proche des négociations. Cette session, qui doit s'achever mercredi, réunit le Maroc et le Front Polisario en présence de l'émissaire de l'ONU au Sahara occidental, Christopher Ross, ainsi que des représentants de l'Algérie et de la Mauritanie. Les deux parties vont "examiner les mesures possibles pour la réconciliation et pour éviter des actes de provocation", avait dit récemment Martin Nesirky, porte-parole de l'ONU. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté fin avril une résolution prorogeant pour un an le mandat de la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso), jusqu'au 30 avril 2012, et appelé le Maroc et le Polisario à intensifier leurs négociations.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Jeudi 26 Mai 2011 -- La prochaine session de négociations informelles entre le Maroc et le Front Polisario à propos du Sahara occidental, la septième, aura lieu du 5 au 7 juin prochains dans la banlieue de New York, a annoncé jeudi le porte‑parole de l'ONU, Martin Nesirky. Elle réunira le Maroc et le Front Polisario en présence de l'émissaire de l'ONU au Sahara occidental, Christopher Ross, ainsi que des représentants de l'Algérie et de la Mauritanie. Les deux parties vont «examiner les mesures possibles pour la réconciliation et pour éviter des actes de provocation», a dit M. Nesirky. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté fin avril une résolution prorogeant pour un an le mandat de la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso), jusqu'au 30 avril 2012, et appelé le Maroc et le Polisario à intensifier leurs négociations.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    RABAT, May 13, 2011 -- Negotiations between Morocco and the Western Sahara rebel group the Polisario Front will resume in the United States next month, Morocco's foreign minister said Thursday. Talks have been ongoing over the disputed northwest African territory and will continue at the beginning of June, Taieb Fassi Fihri said. "The seventh phase of informal meetings will take place in Manhasset near New York," the minister told a parliamentary commission, without giving an exact date. UN special envoy Christopher Ross will attend the negotiations along with representatives from Algeria and Mauritania. Six previous rounds of talks, the last of which was held in Malta in March, have ended without any tangible progress, with Morocco and the Polisario Front accusing each other of undermining the process. Western Sahara is a former Spanish colony annexed in 1975 by Morocco. The Polisario Front has demanded a self-determination referendum, while Morocco has offered greater autonomy, with a local government and parliament.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Jeudi 12 Mai 2011 -- Le ministre marocain des Affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri, a annoncé jeudi que des pourparlers entre le Maroc et le front Polisario sur le Sahara occidental dans le cadre de l'ONU reprendront au «début de juin» prochain aux États‑Unis. «La septième phase des réunions informelles se déroulera à Manhasset, près de New York», a déclaré le ministre devant une commission parlementaire, sans préciser la date exacte de cette reprise. Elle réunira le Maroc et le Front Polisario en présence de l'émissaire de l'ONU au Sahara occidental, Christopher Ross, ainsi que des représentants de l'Algérie et de la Mauritanie. Les six précédents rounds de pourparlers – dont le dernier a été tenu à Malte en mars – s'étaient achevés sans progrès tangible, le Maroc et le Polisario s'accusant mutuellement de saper les négociations. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté fin avril une résolution prorogeant pour un an le mandat de la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso), jusqu'au 30 avril 2012, et appelé le Maroc et le Polisario à intensifier leurs négociations.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Jeudi 28 Avril 2011 -- L'Algérie a accueilli avec "satisfaction" l'adoption mercredi par le Conseil de sécurité de la résolution 1979 qui mentionne pour la première fois la nécessité d'améliorer les droits de l'Homme au Sahara Occidental, selon un communiqué publié ce jeudi 28 avril. "L'Algérie note avec intérêt que, dans la résolution 1979, le Conseil de sécurité a réitéré son appel aux deux parties en conflit, le Maroc et le Front Polisario, afin de poursuivre leur dialogue et d'entrer dans une phase de négociations intensives et substantielles sur la base de leurs propositions respectives (...)", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Ces négociations, précise le texte, ont pour but de "parvenir à une solution politique à la question du Sahara Occidental, juste, durable et mutuellement acceptable qui permette au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination". Adoptée à l'unanimité, la résolution 1979 proroge d'un an le mandat de la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso). Le Conseil y souligne pour la première fois "l'importance d'améliorer la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental et d'engager les parties à collaborer avec la communauté internationale pour mettre au point et appliquer des mesures indépendantes et crédibles qui garantissent le plein respect des droits de l'Homme, en gardant à l'esprit les obligations que le droit international met à leur charge dans ce domaine". Mais le porte-parole du Polisario a indiqué que son mouvement "aurait préféré qu'il y ait un mécanisme très clair pour la protection des droits de l'homme au Sahara occidental comme c'est la cas pour 99% des opérations de maintien de la paix dans le monde". La résolution prend également note de "l'impasse actuelle" et appelle la région à une meilleure coopération pour résoudre ce problème qui a fait l'objet de dix rounds de discussions informelles sous l'égide de l'ONU depuis avril 2007.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    April 28, 2011 -- The UN Security Council (UNSC) on Wednesday (April 27th) extended the UN Mission for the Referendum in Western Sahara (MINURSO) mandate for another year. In a statement, the UNSC called on Morocco, the Polisario and observer nations Algeria and Mauritania to continue Western Sahara talks "without preconditions and in good faith…with a view to achieving a just, lasting, and mutually acceptable political solution, which will provide for the self-determination of the people of Western Sahara."

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Dimanche 24 Avril 2011 -- Le président sahraoui a accusé ce dimanche 24 avril la France de faire deux poids deux mesures en intervenant militairement en Côte d'Ivoire et en Libye pour défendre les populations civiles alors qu'au Sahara occidental elle refuse l'établissement d'un mécanisme pour protéger les Sahraouis. «La France intervient militairement en Côte d'Ivoire, en Libye, en invoquant la protection des populations civiles, mais refuse l'établissement de mécanisme au Sahara occidental, pouvant aider à protéger les populations des violations et des abus» du Maroc, a déclaré Mohamed Abdelaziz. «Le peuple sahraoui défend des principes universels, que sont la liberté, la démocratie et le droit de déterminer librement et sans contrainte son destin», a‑t‑il dit en recevant une délégation d'élus français en visite dans les camps de réfugiés sahraouis, selon l'agence APS. «Beaucoup pensent que le conflit du Sahara occidental serait réglé depuis belle lurette, n'eût été l'attitude manifestement hostile de l'État français à l'endroit des revendications légitimes à l'autodétermination du peuple sahraoui», a‑t‑il dit.

    Le Front Polisario avait reproché en novembre à la France, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, de s'être opposée «vigoureusement» à l'envoi «rapide» d'une mission d'enquête au Sahara occidental après le démantèlement par les forces de l'ordre marocaines d'un camp de toile, érigé par les Sahraouis près de la ville de Laâyoune au Sahara occidental pour protester contre leurs conditions de vie. Lors de cette opération, 12 personnes avaient été tuées – dont dix parmi les forces de l'ordre – selon Rabat, tandis que le Polisario a fait état de «dizaines de morts». Des demandes de pays africains pour une surveillance accrue des droits de l'homme au Sahara occidental avaient suscité des négociations tendues le 19 avril au Conseil de sécurité de l'ONU pour le renouvellement d'une mission de maintien de la paix dans ce territoire annexé par le Maroc en 1975 après le retrait de l'Espagne. L'Afrique du Sud veut que la surveillance des droits de l'homme soit inscrite dans le mandat de la mission de l'ONU. Le Maroc, soutenu par la France, résiste à cette initiative. Il insiste sur le fait qu'il compte mettre en œuvre un organisme national sur les droits de l'homme.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    April 17, 2011 -- As the UN Security Council prepares to vote on whether to renew the mandate of the UN Mission for the Referendum in Western Sahara (MINURSO), UN chief Ban Ki-moon appealed Friday (April 15th) for greater international focus on the Africa's "forgotten conflict", AFP reported. Recent political changes and protests in the MENA region have "given rise in Western Sahara to new challenges to stability and security, which may have the potential to alter the conflict's status quo", Ban said. Ban also noted in the UN report released Friday that while Morocco and the Polisario "emphasise their full commitment to the search for a solution, a total lack of trust continues to haunt the negotiating process and each party harbours deep suspicions of the other". On Monday, the UN Security Council will meet with MINURSO participating countries.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    ربط الناشط الحقوقي الصحراوي، علي سالم التامك إطلاق سراحه بشكل مؤقت رفقة كل من إبراهيم الدحان وحمادي الناصري وأحمد محمود هدي الكينان، بالمناقشات الحالية في الأمم المتحدة حول توسيع صلاحيات ''المينورسو'' في الصحراء الغربية المحتلة، لتشمل مراقبة وضعية حقوق الإنسان.

    قال علي سالم التامك، بعد إطلاق سراحه من سجن سلا، بعد حوالي سنة ونصف من الاعتقال دون محاكمة، رفقة ستة ناشطين حقوقيين صحراويين بتهمة التخابر مع دولة أجنبية: ''إن اعتقالنا لم يكن مشروعا ومخالف للقوانين. فقضيتنا متعلقة بالتعبير السلمي عن الرأي، وهو ما أكدته العديد من المنظمات الحقوقية وبرلمانيون وحكومات، وبالتالي بالرغم من عملية التشويش التي قام بها النظام المغربي حول اعتقالنا وإعطائه أبعادا أخرى مرتبطة بالتخابر مع جهات أخرى وبالتحديد المخابرات الجزائرية، إلا أن ذلك مني بالفشل الذريع''. مبرزا أن النظام المخزني ''لم يجد إلا هذا المخرج السياسي وتغليفه بغلاف قانوني وهو السراح المؤقت''.

    وكانت السلطات المغربية أفرجت عن كل من إبراهيم الدحان وحمادي الناصري وعلي سالم التامك، يوم الخميس الماضي، بعد 18 شهرا من الاعتقال دون محاكمة. وكانت قد أطلقت سراح، بشكل مؤقت، كل من الناشطة الحقوقية دكجة لشكر يوم 28 جانفي 2010 وكل من صالح لبيهي ويحظيه التروزي ورشيد الصغير في 18 ماي .2010 وقد اعتقلت هذه المجموعة يوم 8 أكتوبر 2009 بمطار الدار البيضاء، على إثـر زيارة قادتهم إلى الجزائر ومخيمات اللاجئين الصحراويين واتهموا بالتخابر مع الجزائر. واعتبر الناشط الحقوقي البراز علي سالم التامك أن إطلاق سراحهم في هذا الوقت بالذات مرده المناقشات الدائرة في الأمم المتحدة حول توسيع صلاحيات بعثة ''المينورسو''. وقال في هذا السياق: ''إطلاق سراحنا لم يكن من باب الصدفة وإنما مرتبط بالنقاش الدولي حول مراقبة حقوق الإنسان في الصحراء الغربية المحتلة والحملة الدولية المطالبة بخلق آلية لحماية حقوق الإنسان، ومنه قامت السلطات بإطلاق سراحنا كإشارة للمجتمع الدولي لتجاوز الوضعية الحالية التي تتميز بالاعتقال والاختطاف''.

    وعلى صعيد آخر، حمل الحقوقي الصحراوي الدولة الفرنسية المسؤولية المباشرة في استمرار انتهاكات حقوق الإنسان في الصحراء الغربية المحتلة، في وقت، يقول: ''ترفع فرنسا شعار الدفاع عن حقوق الإنسان في تعاطيها مع مجموعة من البلدان الأخرى، لكن في الصحراء الغربية تخلق الغطاء للمغرب ليواصل احتلاله ويواصل قمعه للصحراويين، وتشتغل بشكل ممنهج للحيلولة دون مراقبة حقوق الإنسان في الصحراء الغربية المحتلة''. واعتبر بأن فرنسا غير جدية وتتعامل بمنطق الكيل بمكيالين في قضية حقوق الإنسان التي تستعملها، حسبه، لأغراض سياسية. وضرب مثالا بما جرى في كوت ديفوار وفي ليبيا، وكيف تناقضت مواقفها مع ما جرى في تونس لما حاولت مد يد العون لنظام بن علي من أجل قمع الثورة الشعبية التونسية، مشيرا في السياق إلي أن ريح الثورات لن يستثني المغرب وأنها ستساهم بشكل أو بآخر في انعتاق الشعب الصحراوي.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Merouane Mokdad :


    RABAT, April 14, 2011 — A Casablanca court released from jail Thursday three activists for the independence of Western Sahara detained for more than two years and on trial for undermining Morocco's internal security. Ali Salem Tamek, Ibrahim Dahhane and Ahmed Naciri were released just before they were to announce a hunger strike, their lawyer Mohamed Sadqo said. Their trial has been postponed several times since they were arrested in October 2009 at Casablanca airport on their return from Algeria's western town of Tindouf, a base for the Western Sahara independence movement, the Polisario Front. "We submitted the request for provisional liberty a long time ago. This decision of the court shows that there is not enough evidence to convict them," Sadqo said. "It is a positive step which comes with out doubt under pressure from the Moroccan authorities. We were going to hold a press conference next Monday to announce the decision of the activists to start a hunger strike."

    International rights groups Amnesty International and Human Rights Watch had long called for their release, saying the charges were politically motivated. The three men were arrested with four other people, including a woman Dakcha Lachguer, who were not taken into custody pending trial. Initially a military court in Rabat had accused the activists of spying but in September 2010 but it declared itself incompetent to handle the case, which was referred to the Casablanca court. The court's questioning had focussed on the reasons for their trip to Tindouf, where they met Polisario representatives, and how it was financed. Morocco annexed Western Sahara, a former Spanish colony, in 1975. The Polisario Front, supported largely by Algeria, demands that there be a referendum on self-rule; Morocco has proposed it be allowed autonomy under its sovereignty but not independence.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Hakim Arous :


    Lundi 11 Avril 2011 -- Trois militants Sahraouis se trouvent en détention provisoire depuis dix‑huit mois. Ils sont accusés d'avoir «porté atteinte à la sécurité intérieure» du Maroc mais la justice marocaine semble bien longue à étudier leur cas. Leur procès a été ajourné à plusieurs reprises. L'ONG Human Right Watch, dénonce cette situation dans un communiqué daté de ce lundi 11 avril. «Le tribunal jugeant les sept militants sahraouis devrait, sans aucun report arbitraire supplémentaire, émettre un verdict qui fournit de façon adéquate les preuves et le raisonnement qui le motivent», affirme ainsi Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen‑Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. En fait, selon l'ONG, les preuves rassemblées contre les trois militants sont «limitées» et cela fait «redouter que les poursuites aient un motif politique». D'ailleurs, quatre autres co‑accusés sont en liberté provisoire.

    Les sept Sahraouis, six hommes et une femme, ont été arrêté le 8 octobre 2009 après leur séjour dans les camps de réfugiés de Tindouf. Ils y ont rencontré des membres du Front Polisario, qui administre les camps. Ils ont également reçu de l'argent pour assurer leur frais de voyages, selon eux. Il semble que c'est cela qui ait déplu au Maroc, qui estime que cet argent était destiné à la cause indépendantiste du Sahara Occidental. Leur procès n'a débuté que le 15 octobre 2010, relate HRW, un an après leur arrestation, mais il a été reporté à plusieurs reprises. La première fois, «les autorités avaient omis de transporter les trois détenus depuis la prison jusqu'à la salle d'audience. Le 5 novembre, le tribunal a ajourné le procès de six semaines supplémentaires, après qu'un fort contingent de spectateurs pro‑marocains à l'intérieur et à l'extérieur de la salle d'audience avaient scandé des slogans et agressé des militants sahraouis ainsi que des journalistes espagnols qui couvraient la séance», toujours selon le communiqué de l'ONG.

    Le procès a en fin de compte réellement commencé le 17 décembre dernier et le verdict devait être prononcé le 28 janvier. Mais le tribunal a relancé les audiences avec de nouveaux témoins. Depuis, «aucune nouvelle date n'a été annoncée pour le verdict», proteste HRW. En fait, les trois détenus sont des militants d'organisations sahraouies de défense des droits de l'homme. Or, selon HRW «le Maroc considère la défense pacifique de l'indépendance (…) comme une attaque de son intégrité territoriale, punissable par la loi». «Les minces preuves rassemblées par l'accusation et les ajournements excessifs du procès, (...) font qu'il est d'autant plus important que le tribunal délivre rapidement un verdict juste et bien raisonné, qui ne pénalise pas l'activité politique pacifique», a estimé Sarah Leah Whitson.

    Leave a comment:

Unconfigured Ad Widget

Collapse
Working...
X