Announcement

Collapse
No announcement yet.

Nearly 6,000 immigrants died on the frontiers of Europe since 1988

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts


  • May 11, 2009 -- Italy returned another 163 "boat people" rescued at sea to Libya on Sunday (May 10th), international press reports said. The African haragas were picked up on Saturday near the Italian island of Lampedusa. Last Thursday, three Italian navy launches ferried some 227 illegal migrants back to Tripoli. Italian Prime Minister Silvio Berlusconi was quoted by AFP as saying on Saturday that Italy was entitled to hand back Thursday's boat people because they were not intercepted in Italian waters.

    Comment



    • Mardi 12 Mai 2009 -- Le président de la Chambre des députés italienne, M. Gianfranco Fini, a souligné, hier ?* Alger, le contrôle rigoureux et persuasif exercé par l'Algérie sur l'émigration clandestine. M. Fini, qui animait un point de presse ?* l'issue des entretiens qu'il a eus avec M. Abdelaziz Ziari, président de l'APN, a affirmé que “l'Algérie contrôle rigoureusement et d'une manière persuasive, l'émigration clandestine, faisant d'elle un partenaire fiable sur cette question”. “L'Italie reconnaît ?* l'Algérie son action rigoureuse pour lutter efficacement contre l'émigration clandestine”, a-t-il ajouté. Il a relevé, ?* ce propos, que “l'Italie et l'Algérie sont liées par un protocole d'accord sur cette question”, précisant que “l'Algérie participe aussi au retour de ses ressortissants qui émigrent d'une manière illégale vers l'Europe”. Il a indiqué, dans ce cadre, que le nombre d'émigrés clandestins algériens interceptés en Italie, en 2007, est de 1 600 personnes. “Ce chiffre est insignifiant par rapport au nombre d'émigrés clandestins qui viennent des pays d'Afrique du Nord”. Le président de la Chambre des députés italienne a estimé, cependant, que “le traitement sécuritaire du fléau de l'émigration clandestine ne peut être suffisant”, expliquant que “ce phénomène obéit ?* des considérations économiques, sociales et psychologiques”. “Il faut arrêter une politique susceptible de limiter l'émigration clandestine, en œuvrant ?* changer les conditions socioéconomiques des pays qui sont les pourvoyeurs des migrants clandestins”, a-t-il encore souligné.

      Comment



      • May 14, 2009 -- Tunisian President Zine El Abidine Ben Ali and Italian Foreign Minister Franco Frattini met in Tunis on Wednesday (May 13th) to discuss bi-lateral and economic issues, local and international press reported. Frattini said that his country is ready to grant Tunisia 50 million euros in additional aid to help repatriate Tunisian illegal immigrants from Italy, AFP reported. Italy also offered to double legal immigrant quotas for Tunisia in exchange for Tunisian collaboration on the immigrant issue.

        Comment



        • May 14, 2009 -- Libyan leader Muammar Kadhafi will pay a two-day state visit to Italy on June 10th-12th, the Italian Foreign Ministry announced on Wednesday (May 13th). Talks in Rome are expected to focus on bilateral issues and illegal immigration. Earlier this month, Libya for the first time accepted "boat people" picked up by Italian ships. Italian interior minister Roberto Maroni hailed the move as an "historic day" in the fight against illegal immigration.

          Comment



          • May 15, 2009 -- Under an agreement signed last year, Libya and Italy will launch joint coastal patrols on Friday (May 15th), Italian agency AKI reported. On Thursday, Interior Minister Roberto Maroni presided over a ceremony in the Italian port city of Gaeta to give three patrol boats to Libya.

            Meanwhile, Libyan ambassador to Italy Hafid Gaddur said Libya is prepared to process requests from asylum seekers. "Libya is a country which hosts two million undocumented immigrants. Anyone who wants to, can stay with us and may do so in peace unless they commit a crime," ANSA quoted him as saying at the ceremony. Last week, human rights NGOs criticised Italy's decision to return "boat people" directly to Libya.

            Comment



            • Samedi 16 Mai 2009 -- Plusieurs Algériens ont scandé ces dernières années, notamment dans les stades de football, des mots disant «Roma Wela N’touma» qui veut dire (vivre illégalement ?* Rome que de rester vivre ici avec vous). Cette expression est clamée au nord, au sud, ?* l’Est et ?* l’Ouest ?* tel point que tout le monde l’a apprise par cœur et s’est transformée en une ordonnance médicale pour soigner la maladie de « l’Amertume» ou de la Hogra pour les chômeurs et plus précisément les Harragas. Je me suis rappelé de cette expression ?* l’occasion du vote du parlement Italien depuis deux jours sur une loi présentée par le gouvernement de Silvio Berlusconi incriminant l’immigration clandestine pour ceux qui se rendent sur le sol Italien. La loi qui provoqué un débat intense, au milieu des députés, et a été adoptée difficilement malgré la majorité dont dispose le gouvernement, et ce ?* cause du refus des députés de ce qu’ils qualifient d’incrimination automatique des «Harragas» sans les entendre ou leur donner la possibilité de faire une demande d’asile politique, ce qui est contraire selon les députés aux principes des droits de l’homme. Les sanctions indiquées dans la nouvelle loi se résument en l’incrimination du «Harraga» en payant entre 5 milles et 10 milles Euros tandis qu’elle impose l’emprisonnement pour toute personne hébergeant un immigré clandestin. Et c’est alors que j’ai compris pourquoi les jeunes Algériens scandent l’expression «Roma Wela N’touma», parce que le dernier alinéa de l’article 175 bis de la loi promulguée par le gouvernement algérien et adoptée par les représentants du peuple sans hésitation, ou retenue ou modification, stipule de «sanctionner toute personne quittant le territoire national via des issues hors mis les centres frontaliers, entre deux ?* six mois d’emprisonnement et une amende de 20 milles ?* 60 milles dinars». Les Harragas auraient dus être compris par leurs «députés» puisque ces derniers sont proches d’eux et sont au courant de toutes les conditions sociales qui font que ces jeunes encourent les dangers de la mer et s’aventurent avec leur vie après qu’on est fermé les portes sur leurs visages, et non pas être plus sévère que les Italiens en terme de punition ?* travers la double sanction, ?* savoir la prison et l’amende, ce que les députés italiens ont refusé y compris ceux appartenant au parti dirigeant. En définitif, les algériens n’ont pas seulement le droit de scander «Roma Wela N’touma» mais bien plus que cela, après que les jours ont prouvé que l’injustice et la Hogra des responsables du pays sur leurs enfants sont plus grands que l’injustice des autres.

              Comment



              • May 19, 2009 -- Some 100 immigrants have arrived overnight along the coasts of Granada and Almer?*a provinces. 38 travellers, three of them women, managed to reach the beach at Rambla Huarea in Albuñol, all of whom have been detained by the Guardia Civil and attended to by Red Cross volunteers. They think they have all the travellers but are keeping watch for any few which may have escaped capture as some reports say there were 40 on board the patera. They have now been taken to the immigrant reception centre in Motril.

                Earlier 17 Algerian adult males arrived in Cabo de Gata, and at 7pm on Monday another group of between 50 and 60 Sub-Saharan males were intercepted when five miles off the coast of Granada. All are reported to be in good health.

                Comment



                • Costa Cálida, May 19, 2009 -- Two immigrant boats carrying 21 male passengers from Algeria have been intercepted off the coast of Cartagena between Monday night and early Tuesday morning. The nine passengers of the first vessel were captured as they approached Portmán Beach, La Verdad reports, and a second boat was located off shore in the same area some six hours later. All are reported to be in good health.

                  The two Murcia boats bring the number of immigrants intercepted off the Spanish coastline this week up to more than 200: two boatloads in Granada province and four other groups in Almer?*a. A vessel with 54 migrants on board was located adrift off the coast of Tarifa, Cádiz, on Tuesday morning. They are understood to be from Sub-Saharan Africa, with at least two pregnant women and two children amongst the passengers.

                  Comment



                  • Tripoli/Rome, May 19, 2009 (ANSA) -- Italy's new policy of taking back to Libya migrants rescued in international waters appears to be stopping the departure of migrant-loaded boats from other African countries, Interior Minister Roberto Maroni said on Tuesday. Speaking during a visit to Libya, Maroni said that according to Libyan intelligence, boats have now stopped setting off from Libya, Tunisia, Algeria and Morocco. ''The return policy has proven successful,'' said Maroni, adding that Libya was doing ''a major job in preventing human trafficking in its own territories''.

                    Italy's new policy is aimed at stopping would-be immigrants from trying to reach the country's southernmost island of Lampedusa. The migrants, rescued by Italian coast guard and navy vessels, have been taken back to Libya, the most popular jumping-off point for illegal immigrants. Italy has so far returned to Libya more than 500 migrants despite criticism from the United Nations, the Catholic Church and humanitarian organisations. The return of illegal immigrants and joint sea patrols beginning this week are part of a Friendship, Partnership and Cooperation Treaty between Rome and Tripoli signed in August 2008.

                    Maroni's visit coincided with the arrival of three Italian patrol boats which Libya will use to stem the flow of immigrant-laden boats setting off from its shores. The patrol boats will be docked at Zuwarah, a port town some 70 km west of Tripoli where the Libyan Coast Guard has set up its operational centre on migrant control. Ten Italian navy maintenance experts have already arrived in Zuwarah to take part in the operation and are expected to be stationed there for at least three years.

                    Maroni said Libyan and Italian intelligence would also work together to exchange information because this was ''fundamental in successfully preventing departures''. Coast guard officials in Italy reported on Tuesday that the new hard-line policy has so far managed to halt departures from Libya but human traffickers who ferry the migrants could instead set off from Tunisia aboard smaller vessels. Four dinghies and small boats were rescued or intercepted by the Coast Guard on Tuesday off Sicily and were presumed to have set off from Tunisia.

                    The policy, however, continued to come under a barrage of criticism, with the the United Nations refugee agency UNHCR and the Vatican reiterating their opposition on Tuesday. Msgr Agostino Marchetto, head of the Pontifical Council for Migrants, said restrictive immigration laws were ''forcing many migrants to seek alternative and illegal ways'' of reaching European countries and consequently fostering human trafficking. He called human trafficking ''one of the most disgraceful phenomenon of our times...a tremendous offence against human dignity''.

                    Marchetto warned that Italy's so-called 'push-back' measure would not stop the immigration emergency in the Mediterranean and he urged the repatriation of migrants only if they can be helped make a decent living once back home, with micro-credit ventures and loans. UNHCR's spokeswoman in Italy, Laura Boldrini, complained that Libya does not allow its representatives to visit all its migrant holding centres, implying that it could not help migrants which Italy is returning to the African country.

                    Boldrini told RAI radio that although the agency has an office with local staff and two foreign representatives, it is there ''unofficially'': ''Since Libya does not officially recognise the UNHCR this has repercussions,'' said Boldrini. ''We have access to only four or five migrant centres near Tripoli, not to all the camps. Whoever comes to Libya without documents is transferred to these holding centres. We want to be able to visit all of them but don't have permission,'' said Boldrini, stressing that this makes it impossible to help all possible asylum seekers.

                    ''Moreover, Libya doesn't have a law on asylum, it hasn't signed the (1951 Geneva Refugee)Convention and it doesn't have a system to deal with refugees. We're concerned that the migrant-loaded boats that are being 'pushed back' to Libya could carry people who are fleeing from persecutions or conflicts. You can't send them all back. Every person needs to be identified and children and pregnant women should not be sent back. We know for certain there were children and adults who were seeking asylum among those taken back to Libya. That's why we've asked Italy to readmit any that want to seek asylum,'' said Boldrini.

                    Italy has urged Libya to recognise the UNHCR's office in Tripoli and ease its task of helping refugees and asylum seekers. It has also asked Libya to allow the International Organisation for Migration (IOM) to organise the repatriation of migrants in its holding camps. Costs for the repatriations would be funded by the European Union if the 27-nation Union agrees, Italy said.

                    Comment



                    • May 19, 2009 -- Libya and Italy will begin joint naval patrols this week, ANSA quoted Italian Foreign Minister Franco Frattini as telling an Expo 2015 meeting in Milan on Monday (May 18th). "It is in everyone's interest that the boats organised by human traffickers are stopped near the Libyan coast," the agency quoted him as saying. Interior Minister Roberto Maroni was expected to meet with Libyan officials Monday in Tripoli to discuss operational methods for the patrols, which were initially expected to begin last Friday.

                      Comment



                      • May 20, 2009 -- Italian Interior Minister Roberto Maroni and his Libyan counterpart General Abdelfattah al-Obeidi met in Tripoli on Tuesday (May 19th) to discuss illegal immigration, JANA reported. Under a 2008 co-operation agreement, joint sea patrols begin this week. Three donated Italian patrol boats will be docked at Zuwarah (70 km west of Tripoli), home to the Libyan Coast Guard's operational centre on migrant control, ANSA reported, adding that Italian navy maintenance experts will be stationed at the Libyan port for three years.

                        Comment



                        • Vendredi 22 Mai 2009 -- Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) n’est pas resté indifférent ?* l’expulsion, vers la Libye par les autorités italiennes dans la journée du mercredi 6 mai, de 230 haraga. Il n’est pas non plus resté indifférent ?* l’égard de la vague de tentatives d’immigration clandestine enregistrée ces derniers jours en Algérie. C’est pourquoi, souligne Pablo Mateu, le délégué général de l’UNHCR en Algérie joint hier par téléphone, la Commission européenne a été invitée mardi dernier - ?* partir de Genève - par António Guterres, le haut- commissaire pour les réfugiés, ?* étudier la possibilité d’organiser une réunion entre l’Italie, Malte, la Libye, l’UNHCR et d’autres partenaires dont l’Algérie. Une réunion qui a pour objet, précise Pablo Mateu, la préparation concertée d’une stratégie visant ?* mieux répondre aux mouvements de migrations irrégulières en Méditerranée. Dans une lettre envoyée mardi au vice-président de la Commission européenne, António Guterres a reconnu que « le HCR est conscient de la pression que font peser les migrations irrégulières sur l’Italie et d’autres Etats membres de l’Union européenne (UE) ». Le HCR considère toutefois que « des principes fondamentaux sont en jeu et que ces principes doivent servir de guide dans la réponse ?* de tels mouvements migratoires ». S’appuyant sur les dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le haut-commissaire estime que « la Charte des droits fondamentaux de l’UE garantit le droit de demander l’asile pour motif de persécution et que le principe du droit international coutumier de non refoulement exclut le renvoi vers des situations où la vie ou la liberté d’une personne pourraient être compromises ». Le défenseur des droits des réfugiés souligne que la garantie de l’asile demeure une responsabilité des Etats et que les activités du HCR ne peuvent pas être un substitut ?* ces responsabilités.

                          Comment



                          • Mercredi 27 Mai 2009 -- C'est sur fond de lutte contre l'émigration clandestine que le gouvernement italien a reconduit cette année le quota de 1.000 titres de séjour qu'il a instauré en 2007 au profit de travailleurs algériens désirant s'installer en Italie. C'est donc pour lutter contre l'émigration clandestine que le gouvernement Berlusconi a instauré ce quota puisque l'Italie se considère comme étant le 4ème pays dans le monde de destination de flux migratoires clandestins. «C'est parce que l'Italie a une position géographique qui la met en avant», a expliqué l'ambassadeur italien ?* Alger ?* des journalistes qu'il a reçus hier dans sa résidence. Il pense que «l'émigration clandestine est étroitement liée ?* des réseaux criminels, blanchiment d'argent, trafic d'armes, drogues... qui mettent en péril la vie des jeunes en les faisant traverser la mer». Le phénomène concerne, dit-il, «un grand nombre de pays subsahariens, en plus de ceux de l'Amérique. L'Algérie, la Tunisie, la Libye sont directement affectées en général comme pays de transit.»

                            L'Italie et la Libye ont conclu, fait-il savoir, une série d'accords, «en plus bien sûr du traité d'amitié qui a réglé une série de questions pas seulement politiques mais aussi économiques et sociales». À partir du 11 mai dernier, souligne-t-il aussi, «en plus d'une assistance de l'Italie aux gardes-côtes libyens, nous avons mis en place des patrouilles conjointes dans le cadre d'un mécanisme de surveillance des frontière sud de la Libye». Mécanisme dont la mise en oeuvre en Europe est ?* charge de l'agence Frontex qui patrouille dans la Méditerranée. Les discussions avec l'Algérie sont menées ?* ce sujet au niveau des gouvernements. L'Algérie a d'ailleurs participé la semaine dernière en Italie ?* un forum international sur ce mécanisme. «Il serait intéressant de faire ça dans un cadre multilatéral avec l'ensemble des pays du Sud», estime l'ambassadeur. Les autorités italiennes ont soulevé le problème dans les enceintes européennes pour, explique-t-il, réfléchir ?* cet effet «sur la répartition des tâches notamment entre pays européens mais aussi avec les pays du Sud, parce que l'Italie ne peut pas gérer ce courant ?* elle seule. On ne peut non plus gérer ce phénomène avec des mesures improvisées.»

                            Les visas de travail...

                            C'est l?*, pour reprendre l'ambassadeur, «un appel ?* nos amis européens parce que l'effort doit être commun». Il estime que le Commissariat aux réfugiés pourrait aussi débattre de la question au niveau international. L'ambassadeur reste cependant convaincu que «l'émigration clandestine ne doit pas être traitée seulement comme un problème sécuritaire mais aussi d'un point de vue économique et social». Pour lui, l'émigration économique est un thème important qui connaît de grands changements dans les pays d'accueil en raison de leur structuration démographique, économique et sociale. Il estime que ces pays «ont une nécessité d'importer de la main-d'oeuvre. Une nécessité qu'ils reconnaissent absolument.» Ce qui explique, selon lui, la décision de l'Italie d'établir des visas de travail entre autres pour les Algériens. Sur les 60.000 qu'elle accorde ?* travers le monde, elle a décidé d'en réserver 1.000 pour l'Algérie et de niveaux inférieurs pour les autres pays du Maghreb. «L'année dernière, l'Italie a établi pour la 1ère fois un quota de 1.000 visas de travail pour des Algériens désirant travailler en Italie», dit-il en affirmant que ce même quota a été reconduit pour cette année. Pour l'obtention d'un visa de travail, il faut que le demandeur ait bénéficié au préalable d'un contrat de travail dûment établi par une entreprise italienne installée en Italie. «L'ambassade et le consulat d'Italie en Algérie ne peuvent en aucun cas décider de la délivrance d'un visa de travail sans que la procédure légale ne soit entamée et bien menée», précise l'ambassadeur.

                            Une procédure méconnue

                            Une fois le contrat signé par l'entrepreneur italien au profit d'un travailleur algérien, ce même entrepreneur s'adressera en Italie ?* un guichet unique ?* travers lequel plusieurs ministères (Intérieur, Travail, Santé...) exigeront des précisions sur l'entreprise et sur le travailleur qu'elle recrute. Les entreprises susceptibles de conclure ce genre de contrat sont issues en général du secteur traditionnel italien de la machinerie, l'industrie, l'énergie, l'agriculture, le bâtiment. Une fois la procédure légale finalisée par les soins de l'entrepreneur, le dossier est déposé au niveau d'une des préfectures italiennes pour l'accord. Et ce n'est qu'après que le travailleur algérien pourrait bénéficier d'un visa de travail qui lui donnera le droit ?* un titre de séjour d'un an renouvelable. Premier quota du genre ?* avoir été instauré donc en 2007, les 1.000 titres de séjour ou titres de travail en faveur de travailleurs algériens désirant s'établir en Italie n'ont pas été complètement exploités. L'ambassade signale ainsi que les visas pour travail subordonnés délivrés par ses services ?* Alger ont connu des augmentations importantes en 2008 où 415 visas de travail ont été délivrés, soit +22,8% par rapport ?* l'année 2007. Plus de la moitié de la quote-part réservée ?* l'Algérie n'a donc pas trouvé preneur. La raison serait probablement liée ?* une méconnaissance de la procédure par les Algériens.

                            L'ambassadeur d'Italie ?* Alger rappelle, comme autre procédure de lutte contre l'émigration clandestine, l'accord de réadmission signé en 2006 avec l'Algérie. «Cet accord, dans son ensemble, marche relativement bien. C'est un mécanisme qui fonctionne mais qui pourrait être amélioré.» Il avoue qu'«il implique un grand travail d'identification des personnes retenues par les autorités consulaires et diplomatiques algériennes en Italie. C'est un travail lourd.» Plus de 4.000 personnes ont été rapatriées en 2008 de la Sardaigne mais aussi de Lampedusa. En attendant que la question de l'émigration clandestine soit discutée dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée (UMP) qui, dit l'ambassadeur, «traverse un moment difficile pour des raisons politiques», les 5+5, affirme-t-il, est «un cadre qui fonctionne très bien pour plusieurs secteurs et mène une concertation de plus en plus importante au niveau des ministres des Affaires étrangères. Mais c'est un cadre de coopération que nous souhaiterions renforcer parce qu'il n'a pas un volet économique et social important.»

                            Comment



                            • May 27, 2009 -- Libya on Tuesday (May 26th) asked Europe to help support the country's efforts to curb illegal immigration, international press reported. AFP quoted an Interior Ministry statement as saying that Libya calls on the EU to "honour its commitment to fight this phenomenon by providing technical aid, training and equipment". Libya is reportedly seeking $1 billion in aid. In related news, the Italian and Maltese foreign ministers on Tuesday invited Libya to participate in a three-way summit on illegal immigration, ANSA reported.

                              Comment



                              • Mardi 2 Juin 2009 -- La perception algérienne de l’immigration clandestine semble avoir changé, ?* se fier aux déclarations faites hier par le ministre chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. Dans un point de presse, qu’il a animé, hier ?* la résidence El Mithak, avec le directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), William Lacy Swing, en visite en Algérie, le ministre a appuyé l’approche « globale » basée sur le développement telle qu’elle a été adoptée par l’Union africaine. Ce sera, d’après lui, la seule plateforme de discussions entre le continent africain et les partenaires européens et internationaux. L’Algérie n’entend donc plus jouer le gendarme de l’Europe qui plus est sans contrepartie. « Désormais, notre priorité est que la question du développement soit au centre du règlement et de la solution des problèmes migratoires. » C’est le message que M. Messahel a voulu transmettre au patron de l’OIM venu s’informer de la position des pays de cette région, comme il le fait avec d’autres parties du monde. Ainsi, après avoir privilégié l’approche strictement sécuritaire telle que dictée par l’Union européenne ?* travers notamment les centres d’accueil et les lois répressives contre les candidats ?* l’immigration clandestine, l’Algérie et les pays du Maghreb surtout renvoient la balle aux Occidentaux pour apporter leur contribution. Abdelkader Messahel est en tout cas convaincu que « le développement des pays pourvoyeurs de l’immigration est la clé de voûte du règlement de la question de la migration ». D’où ce dialogue multilatéral engagé « avec nos partenaires du Nord autour de l’importance du développement dans la solution de la problématique de la migration ». Si les pays occidentaux, européens surtout, voudraient continuer ?* dresser en Méditerranée les pays du Sud comme bouclier pour refouler les candidats ?* l’immigration, ces derniers veulent désormais qu’il y ait un partage des rôles. « Il s’agit pour nous de faire le lien entre la migration et le développement », explique M. Messahel, invitant ainsi les pays du Nord ?* mettre la main ?* la poche pour aider les pays du Sud ?* subvenir ?* leurs milliers de desperados qui bravent la mer ?* la recherche de l’eldorado.

                                Harraga ? « Non, c’est marginal »…

                                C’est ce que le ministre des Affaires maghrébines et africaines appelle s’attaquer aux « racines du phénomène ». Quid des harraga algériens ? Abdelkader Messahel a réduit la question ?* sa plus simple expression, invitant même les journalistes ?* ne pas céder ?* la « manipulation ». «C’est un épiphénomène, les harraga algériens ne sont pas nombreux (…), ?* peine 48 personnes sont signalées en Italie… Faites des investigations et vous trouverez que les chiffres sont exagérés.» Visiblement courroucé par l’insistance des journalistes, le ministre lance : «Je me demande pourquoi les médias focalisent sur ce phénomène, alors que le problème de la migration de manière globale est beaucoup plus important. Les harraga sont devenus la seule préoccupation de l’Europe.» M. Messahel n’a pas pour autant expliqué pourquoi l’Algérie a été amenée ?* pondre une loi criminalisant l’acte de harrag, puisque le phénomène est ?* ce point marginal, surtout qu’il a justifié cet exode par «des politiques de restriction et d’interdiction d’entrées» !

                                Pis, le ministre a reconnu que notre pays est passé du statut de pays de transit ?* celui de « producteur » puis d’« exportateur » d’immigrés légaux ou clandestins. Et c’est dans cette veine que M. Messahel a plaidé la défense des droits des immigrés et déploré le fait que seulement une quarantaine de pays sur 125 membres de l’OIM ont ratifié la convention internationale sur la gestion des travailleurs migrants et de leurs familles adoptée en 1992. Les pays occidentaux restent, en effet, réfractaires ?* ses dispositions pendant qu’ils réclament aux pays du Sud de faire le sale boulot. Le DG de l’OIM, William Swing, qui ne semble pas en mesure d’imposer quoi que ce soit aux puissants de ce monde, a promis, sans trop de conviction, de « veiller au respect de la réglementation en matière de protection des droits des migrants, l?* où ils sont ». Il faut croire que l’Algérie, qui reçoit des milliers de travailleurs chinois, de clandestins africains en partance vers l’Europe et qui « produit » ses propres « harraga », est devenue un pays intéressant ?* surveiller. L’OIM est, en tout cas, décidée ?* planter son étendard prochainement ?* la faveur de l’ouverture de son bureau ?* Alger.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X