Announcement

Collapse
No announcement yet.

Al-Naqba

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Al-Naqba

    Monday marks the 58th anniversary of the founding of Israel in 1948 - and the expulsion of Palestinians from their land. With millions still living under occupation or in exile, what Palestinians call their 'nakba' remains at the heart of their national identity:

    In the last week of April 1948, combined Irgun-Haganah forces launched an offensive to drive the Palestinian people out of the beautiful port city of Jaffa, forcing the remaining inhabitants to flee by sea; many drowned in the process. My aunt Rose, a teenager at that time, survived the trip to begin her life in exile on the Lebanese coast. Each Palestinian refugee family grows up hearing again and again the stories of those final moments in Palestine, the decisions, the panic, as we live in the midst of their terrible consequences.

    Throughout 1948, Jewish forces expelled many thousands of Palestinians from their villages, towns and cities into Gaza, the West Bank, Lebanon, Syria, Jordan, Egypt and Iraq. Hundreds of thousands of others fled in fear. The purpose was to create a pure Jewish state, ethnically cleansed of the original inhabitants who had lived there for centuries. The creation of the state of Israel was the heart of this cataclysmic historical event for the Palestinians - the mass forced expulsion of a people; the more than 50 massacres carried out over the summer of 1948 by various armed Jewish forces; the demolition of villages to ensure the refugees could not return - all this is summed up in a single word for Palestinians: nakba, the catastophe.

    "We must do everything to ensure they [the Palestinians] never do return ... The old will die and the young will forget," said David Ben-Gurion, the founder of Israel, in 1949. But the young have not forgotten. The event is remembered every year on May 15, and the youth are at the heart of it.......

    The great catastrophe

  • #2
    Julia Boutros - Wain al-malayeen

    Comment


    • #3
      Israel is 58 years old today. Israelis have already celebrated with barbecues and parties. And so they should, for they've pulled off an amazing stunt: the creation of a state for one people on the land of another - and at their massive expense - without incurring effective sanction. Some of those not celebrating, the Arab citizens of Israel, were also there, demonstrating to remind the world that Israel displaced 250,000 to take their land without compensation. Millions more Palestinians will demonstrate today in the refugee camps of Gaza, the West Bank and neighbouring Arab states against their expulsion by Israel. The world, however, is not listening, any more than it did in 1948, when most of Palestine's inhabitants were expelled to make way for Jewish immigrants.......

      Where is the global outcry at this continuing cruelty?

      Comment


      • #4
        One of Israel's founding Ministers of Education and Culture, Professor Ben-Zion Dinur (1954), said it most sharply. "In our country there is room only for the Jews. We shall say to the Arabs: Get out! If they don't agree, if they resist, we shall drive them out by force." (History of the Haganah) With this theme as the explicit backdrop of a newly established state, it is no wonder that Israel, 58 years later, has had little chance of becoming a normal member of the state of nations.

        Individual Israeli achievements in fields like science and technology are impressive. However, for all modern intent and purpose, the State of Israel, as a state building model, is a failing experience -- ideologically, religiously, politically, socially and, if U.S. favorite nation status were removed, possibly economically as well. Without immediate and decisive intervention from the world community to stop the ongoing Israeli aggression on Palestinians, Israel's intransigence and U.S.-equipped regional hegemony will not only fuel another generation of Palestinians willing to sacrifice their lives to achieve their freedom and independence, but will also further jeopardize Israel's basic premise that explicit religious discrimination, namely a Jewish-only state, is an accepted basis for statehood in modern times......

        Israel at 58: A failing experiment - U.S. support is all that keeps State of Israel viable

        Comment


        • #5


          The Palestinian refugee problem arose not from a conflict in which, as claimed, the Zionist forces overcame overwhelming odds against the Arab armies and the Palestinian population voluntarily left. But from a systematic policy of ethnic cleansing......

          Palestinian refugees

          Comment


          • #6


            Palestinians have been marking the worst day in their history - the day of Israel's creation - determined to lift damaging economic sanctions and warning that Israeli unilateralism could kill a two-state solution.....

            Palestine marks 'day of catastrophe'

            Comment


            • #7
              DAMASCUS, May 14, 2007 -- Palestinian refugees in Syria Monday marked the 59th anniversary of the "catastrophe" of Israel's creation with a call for resistance until the birth of a Palestinian state and the return of refugees.

              "Fifty-nine years have passed since the Palestinian and Arab Naqba [Catastrophe] in 1948," the Damascus-based Democratic Front for the Liberation of Palestine said in a statement.

              Israel declared independence May 14, 1948, triggering a regional war that saw more than 700,000 Palestinians being driven out or fleeing their homes.

              Israel has never accepted UN General Assembly Resolution 194, passed in 1949, under which refugees have the right to return to their homes or be compensated for their losses.

              Palestinian refugees' rights have also been mentioned as a stumbling block to a recently reinvigorated Arab peace plan that would see Arab recognition of Israel in return for lands seized in 1967 and the return of refugees.

              "No one has the right to sell off the refugees' right of return. Abandoning this right amounts to high treason," said a statement from the Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP).

              The hard-line PFLP founder George Habash said in a statement that the Palestinian resistance "will only stop with the emergence of an independent Palestinian state with Jerusalem as its capital."

              Comment


              • #8

                Comment


                • #9

                  May 15, 2008 -- While Israelis celebrated the 60th anniversary of their nation's birth with fireworks and barbecues, sirens wailed across the Palestinian territories today in mourning.

                  It was a day of grief for Palestinians, who refer to the founding of Israel as the Catastrophe, or al-Nakba.

                  Thousands took to the streets to commemorate those exiled or killed in the conflict that followed the creation of the state of Israel in 1948. More than 700,000 Palestinians fled or were expelled, their property was expropriated and they have not been allowed to return.

                  Nearly 5 million Palestinians and their descendants still live in makeshift refugee camps across the neighbouring region.

                  President Mahmoud Abbas today spoke of the "pain and suffering" of the Palestinians.

                  "There are two peoples living on this beloved land - one celebrates independence and the other feels pain of the memory of its Nakba.

                  "We mark this anniversary not for the sake of consoling ourselves but as a reminder of the long and glorious struggle of the Palestinian people whose wounds, pains and sufferings have not dissuaded them from rising like a phoenix."

                  To mark the anniversary, schools and universities were closed for the day and people marched to Israeli checkpoints. At noon, traffic came to a standstill and sirens sounded across the territories to mark the start of a two-minute silence.

                  This year marks a particularly dark period for Palestinians. Hopes of an independent state appear dimmer than ever and fighting between Palestinian political factions has left the territories crippled.

                  Hamas, viewed as a terrorist organisation by the west, took full control of the Gaza Strip by force from its rivals, Fatah, in June last year, causing Israel to seal off the territory and its 1.4 million inhabitants to all but humanitarian supplies.

                  Mass demonstrations were held today in Gaza to protest against the blockade. Israel sent military reinforcements to the border and warned that any Palestinians who tried to break through the fence would be risking their lives.

                  In the West Bank, about 20,000 people joined a rally in the town of Ramallah, where the pro-western government of Abbas is based, waving Palestinian flags. Thousands of black balloons, each denoting a day since Israel was established, were released and schoolchildren walked the streets in black T-shirts that read "1948" on the back and "Not for Sale" on the front. Some carried old keys to the homes their grandparents left behind in Israel 60 years ago.

                  However, the continued tensions between Hamas and Fatah were also evident today. In Gaza, Hamas police prevented marches by political rivals, including the Fatah movement, according to reports by the Associated Press.

                  Comment


                  • #10

                    Comment


                    • #11

                      Comment


                      • #12
                        man, this stuff is SO censored here. all you see is "happy birthday israel" and "celebrate israel's independence"

                        INDEPENDENCE FROM WHAT MAY I ASK?!

                        akh... stinkin ulcer inducing environment....

                        Comment


                        • #13

                          Samedi 17 Mai 2008 -- Le premier responsable de l’ONU s’est fait vertement rappeler à l’ordre par le lobby israélien. En effet, dans un document officiel, il a utilisé le mot “nakba”. Il n’en fallait pas plus pour provoquer l’ire des autorités israéliennes qui considèrent que ce mot sort des “usages lexicaux” de l’ONU et qu’il conviendrait, selon ces autorités, de parler de “soixantième anniversaire de la création d’Israël”. Pour le lobby israélien, l’utilisation de “nakba” (défaite), qui n’est pourtant pas à l’honneur de la nation arabe, est un parti pris en faveur de la Palestine.

                          Comment


                          • #14
                            L’indifférence de l’Occident

                            «Celui qui m’a changé en exilé m’a changé en bombe...» ~ Mahmoud Darwich (chassé à 8 ans de son village de Birwa)

                            Lundi 18 Mai 2009 -- Rituellement nous nous souvenons qu’au mois de mai nous avons deux grands anniversaires qui donnent lieu à recueillement et prière. C’est d’abord le 8 Mai 1945, avec les massacres de Sétif, Kherrata et Guelma qui firent plusieurs milliers de morts (le général Tubert, en petit comité, parle de 15.000 morts, les nationalistes algériens de 45.000 morts), le deuxième événement est la Nakba qui a une saveur particulière avec les massacres demeurés impunis de Ghaza pendant trois semaines en janvier. Pour l’histoire, la Nakba est l’exacte réplique des atrocités occidentales envers les Juifs dont le point d’orgue fut justement l’holocauste. Avec une rare lucidité et une description sans complaisance, Pierre Stambul de l’Union juive française pour la paix décrit la situation des Palestiniens. Ecoutons-le: «Les Israéliens parlent de l’indépendance d’Israël, proclamée le 14 mai 1948 et aussitôt entérinée par l’ONU. Pour les Palestiniens, c’est la Nakba, la catastrophe, la destruction de leur société et de leurs villages, suivie de l’exil de la grande majorité de la population. Aujourd’hui, il y a environ 5 millions de Juifs et 5 millions de Palestiniens qui vivent entre Méditerranée et Jourdain. Les premiers ont un Etat dit "juif" et occupent 90% de l’espace. Les seconds connaissent marginalisation, discriminations, assassinats "ciblés", misère et privation des droits élémentaires. 60 ans après la Nakba, des millions de Palestiniens sont toujours réfugiés, dispersés dans des camps du Proche-Orient, voire exilés plus loin. 60 ans après, les Palestiniens continuent de payer pour un crime européen: le génocide nazi. 60 ans après, c’est l’impunité d’Israël malgré les violations constantes du droit qui permet la poursuite de la destruction de la Palestine. Une injustice majeure a été commise: un nettoyage ethnique et l’expulsion de tout un peuple de sa terre.» (1)

                            Mensonges fondateurs

                            «L’histoire de la Palestine ancienne, poursuit-il, repose en partie sur les mythes bibliques. Ce qui est avéré, c’est qu’un peuple y a vécu (les Hébreux) mais jamais seul, toujours aux côtés d’autres peuples. (...) Les Juifs du Maghreb, ceux de l’ex-empire russe ou ceux du Yémen n’ont pas grand-chose à voir entre eux. Il y a pour les Juifs dispersés une communauté de destin liée à la religion. Il y a le souvenir mythifié d’un passé idéalisé et une prière ("l’an prochain à Jérusalem") qui n’a jamais été une aspiration à recréer un quelconque royaume. Les Juifs ont appris à vivre ou à survivre dans une situation de minorité. S’ils avaient un statut en pays musulman, ils ont subi en pays chrétien une longue suite de discriminations et de persécutions. L’antijudaïsme chrétien a produit l’interdiction de posséder la terre, l’enfermement dans le ghetto, les expulsions et les pogroms. Quand l’émancipation des Juifs a commencé en Europe, cet antijudaïsme s’est transformé en antisémitisme racial.» (1)

                            Pierre Stambul nous décrit ensuite, le sionisme. Il écrit: Le sionisme a un côté nationaliste. Le sionisme élabore toute une série de «mensonges fondateurs». Alors que la grande majorité des dirigeants sionistes ne sont pas croyants, les sionistes s’emparent du récit biblique pour revendiquer un prétendu retour en terre promise et la reconstitution d’une nation (le «royaume unifié» dont l’existence n’est pas avérée). La Palestine est présentée comme une «terre sans peuple pour un peuple sans terre». Le sionisme a incontestablement un aspect colonialiste. Depuis plus d’un siècle, la même stratégie s’applique: s’emparer des terres, institutionnaliser le fait accompli, marginaliser le peuple autochtone, détruire son organisation sociale, expulser, repousser la frontière. (...) Le sionisme a un côté messianique. Pour créer l’Israélien nouveau, il a fallu «tuer» le juif, le cosmopolite, l’universel. Le sionisme a également transformé Israël en pion avancé de l’Occident et de l’impérialisme au Proche-Orient. Aujourd’hui, Israël reçoit une aide colossale publique et privée des Etats-Unis et en même temps, aucun dirigeant américain ne semble en mesure de s’opposer à une décision qui ferait consensus chez les dirigeants israéliens.(...). Le sionisme utilise la peur comme un carburant: «Les Israéliens ont peur de ne plus avoir peur.» (1)

                            Parlant du mécanisme de l’épuration ethnique qui a suivi le partage, il écrit: «Tout d’abord, les années qui ont précédé la guerre ont été très défavorables aux Palestiniens. Le partage de 1947 de la Palestine n’était pas seulement incompréhensible pour les Palestiniens, mais il était très inégalitaire: l’Etat juif prévu par la partition était plus grand que l’Etat palestinien alors que les Juifs étaient moins nombreux. Si 10.000 Israéliens seulement vivaient dans l’Etat palestinien, plus de 400.000 Palestiniens vivaient dans l’Etat juif. (...) Avant même le 14 mai, plus de 350.000 Palestiniens ont déjà été chassés de chez eux. Plusieurs documents de la Haganah (l’armée "officielle" israélienne) montrent que l’expulsion a été intentionnelle. L’historien Ilan Pappé parle du plan Dalet qui a organisé ce nettoyage ethnique. Quand la propagande israélienne répète inlassablement que "les Arabes sont partis d’eux-mêmes" à l’appel de leurs dirigeants, il s’agit d’un mensonge fondateur destiné à masquer le crime qui s’est déroulé, il y a 60 ans.» (1)

                            Le peuple palestinien a été trahi par les dirigeants des pays arabes voisins. Il n’y avait pas la moindre coordination entre les troupes irakiennes, syriennes, égyptiennes ou jordaniennes, chaque armée agissant pour son compte personnel. Pire, la Jordanie, qui avait l’armée la plus forte, avait un accord secret avec la direction sioniste. Le bilan de la guerre de 48, ce sont 6000 morts israéliens et 13.000 morts palestiniens. Mais ce sont surtout 800.000 expulsés. Les villages ont été détruits et leur trace a souvent été effacée. Dès 1949, les terres des expulsés ont été confisquées. Israël a reconnu formellement le droit au retour des Palestiniens au moment des armistices de 1949, mais tout a été fait pour rendre impossible ce retour. (...) Les Palestiniens qui ont échappé à l’expulsion en 1948 forment aujourd’hui avec leurs descendants 20% de la population israélienne. Certains dirigeants israéliens regrettent «qu’on n’ait pas achevé la guerre de 48», qu’on n’ait pas expulsé tous les Arabes. (1)

                            Le peuple palestinien est un peuple de réfugiés. Pendant des années, tout a été fait pour effacer son existence, pour le diluer dans le monde arabe, pour transformer le conflit israélo-palestinien en guerre israélo-arabe. La guerre de 1967 est un tournant. Le gouvernement travailliste de l’époque prend la décision immédiate de coloniser les territoires occupés. Pour y parvenir, les travaillistes ont fortement contribué à créer le courant national-religieux. Cette mouvance intégriste représente aujourd’hui 25% de la société israélienne. 40 ans plus tard, il y a 500.000 Israéliens installés en territoire occupé. Il y a les colons religieux qui ont accaparé les terres, l’eau, les routes. Mais il y a aussi les colons économiques attirés par les loyers à bas prix. Les limites de Jérusalem se sont considérablement étendues. Les nouvelles colonies du secteur (sur les ruines d’anciens villages palestiniens dont celui de Deir Yassine) deviennent des quartiers et sont progressivement intégrées à Jérusalem. La frontière a disparu. La ligne verte (la frontière de 1949) a été effacée. Elle ne figure sur aucune carte ou aucun livre scolaire israéliens. C’est une véritable société d’Apartheid qui s’est instaurée en Cisjordanie, en toute impunité. (1)

                            Comment


                            • #15
                              continued.....

                              On ne s’imagine pas qu’un peuple qui vit étranger sur sa terre voire dans une prison à ciel ouvert, a des besoins des institutions qui tentent tant bien que mal de fonctionner malgré la poigne de fer du régime d’Israël. La Palestine dispose d’une douzaine d’universités et de centaines d’écoles. Un Rapport spécial décrit cela: «En ce jour où les Palestiniens, en Palestine occupée et en diaspora, commémorent la Nakba. Derrière la froideur des chiffres et des pourcentages, se dessine de façon poignante l’image d’une Palestine jeune et vivace, mais dévastée par 61 ans d’occupation sioniste impitoyable. Le Bureau Central Palestinien des Statistiques décrit la Nakba de Palestine comme une période noire de l’histoire moderne du peuple palestinien. Les Palestiniens ont été chassés de leur patrie, et leurs maisons et leurs propriétés leur ont été volées (...) Plus des trois-quarts de la Palestine Historique ont été occupés lors de la Nakba de 1948. De plus, 531 villes et villages palestiniens ont été détruits, et 85% de la population palestinienne a été exilée et déplacée.» (2)

                              «Cependant, la Nakba de la Palestine fut un processus de nettoyage ethnique, aussi bien que la destruction et l’exil d’une nation désarmée pour la remplacer par une autre nation Plus de 800.000 des 1,4 million de Palestiniens (la population palestinienne vivant en 1948 dans 1300 villes et villages palestiniens) ont été chassés de leur patrie vers la Cisjordanie et la Bande de Ghaza, les pays arabes voisins et d’autres pays dans le monde. Selon des preuves documentées, les Israéliens ont pris le contrôle de 774 villes et villages pendant la Nakba et ont détruit 531 villes et villages palestiniens. Les atrocités des forces israéliennes comprennent également 70 massacres de Palestiniens et la mort de 15.000 Palestiniens pendant la période de la Nakba. Le nombre de Palestiniens a été multiplié par 7 depuis la Nakba de 1948. La population palestinienne en 1948 était de 1,4 million de personnes, comparée aux 10,6 millions à la fin de 2008. La population palestinienne est estimée à 3,88 millions à fin 2008. La Nakba a fait de la Bande de Ghaza l’endroit le plus peuplé au monde 4010 personnes/km² en 2008.» «Selon les données, le nombre de colonies israéliennes en Cisjordanie était en 2008 de 144. Des estimations montrent que le nombre de colons juifs en Cisjordanie était en 2008 d’un demi-million. Les chiffres montrent que la plupart des colons juifs vivent dans le gouvernorat de Jérusalem, représentant 54,6% du nombre total de colons en Cisjordanie. L’expansion et le mur d’annexion avalent environ 15% de la Cisjordanie. Le Territoire Palestinien fait 6020 km², dont 5655 km² en Cisjordanie et 365 km² dans la Bande de Ghaza. Le nombre des martyrs de l’Intifada Al-Aqsa entre le 29 septembre 2000 et le 31 décembre 2008 s’élevait à 5 901 (5569 hommes et 332 femmes). Au 17 avril 2009, le rapport indique également qu’il y a plus de 11.000 Palestiniens derrière les barreaux israéliens, dont 68 femmes, 400 enfants».

                              Voilà l’Etat des lieux actuel. Peu de gens savent qu’Israël est le seul État dont l’admission [à l’ONU] était conditionnelle. En vertu de la Résolution 273 de l’Assemblée générale, Israël a été admis à condition d’accorder à tous les Palestiniens le droit de retour dans leur foyer, et une compensation pour les biens perdus ou endommagés, selon la Résolution 194 de l’Assemblée générale, paragraphe 11. Dernier crime en date celui de Ghaza: 1400 morts dont 400 enfants. Une école de l’ONU a été bombardée: 40 morts. Ban Ki-moon visite les décombres fumants et pour une fois proteste...mollement. «Je considère les bombardements israéliens excessifs et les attaques de fusées en direction d’Israël comme complètement inacceptables.» Ce qu’il disait en réalité est qu’il avait trouvé l’attaque israélienne sur Ghaza parfaitement acceptable, mais qu’ il était uniquement en désaccord avec le tonnage des explosifs qui devraient être lâchés par les avions israéliens. Il devrait donc spécifier exactement combien d’enfants morts, combien de maisons démolies, combien de victimes de brûlures, combien de mosquées détruites il tolérerait comme non «excessif». La moitié du nombre de tués et la moitié des dommages infligés seraient-elles raisonnablement non-excessives, ou peut-être un tiers? L’enquête, menée par Ian Martin, ancien directeur d’Amnesty International, accuse Israël de ne pas avoir protégé les infrastructures de l’ONU ni les civils, écarte comme «fausses» les affirmations israéliennes selon lesquelles les combattants du Hamas tiraient depuis les bâtiments des Nations unies. En définitive. (3)

                              Une deuxième Nakba?

                              L’Union européenne a pleinement admis le caractère criminel des agissements israéliens, Dans un rapport destiné à rester confidentiel daté du 15 décembre 2008, l’Union européenne accuse le gouvernement israélien d’utiliser le développement de la colonisation, la construction du mur de séparation, la planification des voies de circulation, l’instauration du régime des permis de résidence et de déplacements imposés aux Palestiniens pour ´´poursuivre activement l’annexion illégale de Jérusalem-Est´´. Après avoir rappelé que la politique de l’Union européenne, face à la question de Jerusalem est fondée sur la Résolution 242 des Nations unies, c’est-à-dire sur le caractère ´´inadmissible de l’acquisition de territoires par la force´´, le document constate que ´´la construction de colonies à Jerusalem-Est et autour de Jerusalem-Est continue à un rythme rapide, contrairement aux obligations d’Israël, au regard de la légalité internationale La politique israélienne des faits accomplis affaiblit le soutien au processus de paix´´. (4)

                              Que faut il en déduire? Israël ne sera jamais coupable! C’est inscrit dans le deal de la repentance éternelle de l’Occident. La nomination de Liberman est un signe. C’est lui qui parle de noyer les prisonniers politiques palestiniens dans la mer Morte (juillet 2003), exécuter les députés palestiniens à la Knesset qui ont des contacts avec le Hamas ou qui ont commémoré l’expulsion de 1948 (mai 2006)....Israël est ainsi conforté. Elle veut un Etat juif non laïc, cela veut dire qu’une deuxième Nakba se prépare pour les 20% d’Arabes israéliens qui iront dans le futur bantoustan Palestine. On l’aura compris, on ne parle plus des réfugiés de 1948. Curieusement, tout le monde, même le pape parle de deux Etats, véritable piège mortel pour la Palestine; mais même cela ce n’est pas acquis. Fidèle à sa politique séculaire, Israël ouvre plusieurs fichiers en même temps, elle veut d’abord régler le problème iranien avec l’appui des Arabes et notamment du pharaon égyptien qui est loin du charisme de Nasser. Nul doute que la réunion avec Obama ne débouchera pas sur quelque chose de contraignant pour Israël. Ainsi va ce Monde....


                              1.Pierre Stambul, Il y a 60 ans, la Naqba. Mille Babords le 4/05/2008

                              2.Rapport spécial pour le 61e anniversaire Bureau central palestinien des statistiques 15 mai 2009

                              3.http://www.almanar.com.lb, http://electronicintifada.net/v2/ar

                              Traduction de l’anglais: Claude Zurbach [Info-Palestine]

                              4.René Backmann, Rapport confidentiel de l’Union européenne sur Jérusalem-Est, NouvelObs.com, 19.03.2009.

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X