Announcement

Collapse
No announcement yet.

Global military spending reaches new high

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #31

    Vendredi 8 Mai 2009 -- Des forces occidentales ont exprimé leur « inquiétude » par rapport à ce qu’elles appellent « fièvre d’armement », qui accroît entre l’Algérie et le Maroc. Des pays Européens et Américains ont indiqué que derrière le plan de « Professionnalisation de l’armée », pour sa cinquième année, un objectif de « réprimer » des forces montantes. Plusieurs pays occidentaux s’affairent à évoquer le dossier « d’armement » dans le Nord du continent Africain, de l’angle de la concurrence, et le sujet est exposé à l’Algérie et au Maroc, notamment après la publication du dernier rapport de l’institut international des recherches de la paix dans le monde, qui a classé l’Algérie parmi les plus grands pays importateurs d’armes de combat et d’attaque en Afrique. Des autorités compétentes ont indiqué que les USA, qui vise à aider l’armement du Maroc en raison des transactions annoncées dernièrement, a concentré son intérêt sur ce qu’elle appelle de « motivations de la concurrence » notamment par l’Algérie, ce dernier a fait état que « la question est claire, elle est relative à la professionnalisation de l’armée Algérienne ». Les explications Algériennes ont fait état que « la professionnalisation de l’armée rentre dans sa cinquième année et vise à remplacer l’arsenal soviétique par un autre plus développé », ainsi que pour faire face au danger du « terrorisme ». Le débat autour de l’armement en Algérie et au Maroc n’est pas nouveau, mais des observateurs pensent que l’entrée de l’Europe et de l’Amérique en lisse ne reflète que les tentatives de faire pression afin de gagner des transactions d’armement entre les deux pays. Il est clair que Rabat remettait toujours ce débat sur la table, après l’ascendant stratégique dans la région, accompagné du conflit du « Sahara Occidental ».

    Comment


    • #32

      Mardi 12 Mai 2009 -- L’Algérie s’arme. Le Maroc aussi. Les données du dernier rapport 2008 de l’Institut international de recherche pour la paix (dit Sipri), basé à Stockholm, mettent en évidence cette course effrénée à l’armement à laquelle se livrent ces deux pays voisins. Cet institut d’études stratégiques, qui fournit les statistiques annuelles sur les dépenses militaires et le marché de l’armement dans le monde, classe l’Algérie au troisième rang des pays arabes en termes d’armement, juste derrière le Qatar et l’Arabe Saoudite. Elle consacre en moyenne 3,3% de son PIB par an aux dépenses militaires, ce qui représente environ 4,5 milliards de dollars. Dans le même classement, le Maroc se trouve à la cinquième place, avec plus de 1,7 milliard de dollars de dépenses militaires.

      Cela sans compter les 2,4 milliards de dollars nécessaires pour l’acquisition de 24 avions de chasse F16 auprès du constructeur aéronautique américain Lockheed Martin. Les dépenses militaires algériennes et marocaines connaissent ainsi chaque année une forte progression. Le budget consacré par les deux pays à la défense en 2009 illustre, on ne peut plus clairement, cette frénétique course qui inquiète bien des nations. Le budget militaire algérien pour l’année 2009 s’élève à 383 milliards de dinars, l’équivalent de 6,25 milliards de dollars. Soit une augmentation d’environ 10% par rapport à 2008. Le budget consacré par le Maroc à la défense pour l’année 2009, quant à lui, monte à 34,625 milliards de dirhams (DM), soit 16% du budget général de l’Etat consacré à la gestion et l’investissement et 4,6% du PIB. Des sommes colossales sont ainsi allouées par ces deux pays au secteur militaire qui occupe la première place en termes de budgétisation. La tendance est certes mondiale.

      Les dépenses militaires mondiales ont en effet augmenté de 45% en dix ans. Mais la compétition engagée entre l’Algérie et le Maroc en termes d’acquisition d’équipements militaires des plus lourds fait couler beaucoup d’encre et inquiète aussi bien les Américains que les autres pays du bassin méditerranéen. Les Etats-Unis et l’Union européenne ont exprimé ouvertement leur inquiétude quant à la tendance haussière des dépenses de ces deux pays. Des dépenses qui font pourtant le bonheur des marchands d’armes américains européens et russes. Même l’assurance donnée par l’Algérie que ses dernières commandes entrent dans le cadre d’un plan de modernisation des équipement de son armée, qui datent de l’époque de l’Union soviétique, n’a pas atténué les craintes des Occidentaux, soucieux surtout de la sécurité de leur allié traditionnel dans la région, à savoir le Maroc. Les Etats-Unis considèrent ce plan de modernisation de l’armée algérienne comme « un plan dissuasif » face à la montée en puissance de son voisin de l’Ouest. Des sources diplomatiques affirment que la Maison-Blanche porte un intérêt particulier à cette question depuis la publication du rapport du Sipri.

      L’inquiétude américaine peut s’exprimer aussi par le fait que l’Algérie envisage d’acheter quatre frégates multimissions (Paris est en compétition pour ce contrat d’une valeur de 2 milliards d’euros avec l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Italie). La question de la course à l’armement au Maghreb n’est guère nouvelle. Les Occidentaux ont plusieurs fois émis des craintes. Mais selon nombre d’observateurs, les « inquiétudes » des Occidentaux, notamment des Etats-Unis, sont motivées par leur volonté d’arracher une part du marché. Une sorte de moyen de pression pour qu’un pays comme l’Algérie – qui continue à importer le gros de son armement de la Russie – se tourne un peu vers ses partenaires occidentaux. On se souvient d’ailleurs de la réaction américaine suite à la signature entre l’Algérie et la Russie, en 2007, d’un accord d’achat d’armes d’une valeur de 7 milliards de dollars. À l’époque, les Etats-Unis avaient déclaré qu’ils étaient prêts à fournir de l’armement à l’Algérie, affirmant n’avoir jamais été sollicités par Alger pour l’achat d’équipements militaires. Bien qu’il débourse des milliards pour son armée, le Maroc accuse l’Algérie par presses interposées de chercher à avoir une suprématie militaire dans la région.

      Plusieurs journaux et forums marocains parlent d’une « guerre inévitable » entre les deux pays « frères ». On trouve même des discussions entre internautes des deux pays qui se demandent qui pourrait être le vainqueur en cas d’un casus belli. Les relations entre les deux pays ont été toujours tendues depuis la fameuse guerre des sables déclenchée par le défunt Hassan II contre une jeune Algérie qui venait de se libérer du joug colonial. Depuis cet incident, l’Algérie se montre prudente dans ses rapports avec son voisin de l’Ouest qui n’a jamais caché ses velléités expansionnistes. Pourtant, nombreux sont ceux qui espéraient une entente entre les pays maghrébins après la tenue à Tanger, le 27 avril 1958, de la première conférence des partis nationalistes nord-africains (l’Istiqlal marocain, le Néo-Destour tunisien et le FLN algérien). En 2004, Driss Basri, ministre de l’Intérieur entre 1977 et 1999, avait révélé au journal espagnol El Mundo que le Maroc avait tenté de mener des opérations de déstabilisation en Algérie. Mieux encore, en octobre 2003, une attaque armée aux frontières communes, provoquant un mort et deux blessés parmi les militaires algériens, avait été revendiquée par une organisation qui se nommait Front de libération de l’Algérie marocaine de Mohamed Alouah.

      On ne peut aussi oublier « l’Algérie est le laboratoire du Maroc » crûment lâché par Hassan II en 1993. Une année après, le Maroc avait accusé l’Algérie d’être derrière les attentats de l’hôtel Hasni de Marrakech. Un incident qui servira de prétexte pour chasser les résidents algériens du Maroc et instaurer le visa d’entrée à partir d’août 1994. Les autorités algériennes avaient répliqué par la décision de fermer les frontières terrestres. Une décision qui est toujours maintenue malgré la suppression des visas entre les deux pays intervenue en 2005 du côté marocain et en 2006 du côté algérien. La mort de Hassan II en juillet 1999 n’a pas amélioré les relations algéro-marocaines. Même si les deux pays ont échangé plusieurs visites officielles depuis l’accession au trône de Mohammed VI. Depuis 2007, le Maroc, qui continue toujours à accuser l’Algérie d’être partie prenante dans le conflit sahraoui, multiplie des appels à la réouverture des frontières. Mais l’Algérie exige, comme préalable à cette réouverture, le traitement du lourd contentieux né de la fermeture des frontières en 1994. La méfiance entre les deux pays est endémique, attisée par un passé commun, marquée par des coups et des contrecoups.

      Comment


      • #33

        CAIRO, May 13, 2009 — Algeria has significantly expanded and enhanced its military thanks to a major infusion of Russian systems.

        Algeria has acquired fighter-jets, artillery and main battle tanks as part of an $8 billion modernization project by Russia. The project has made Algeria the largest weapons importer in Africa since 2004.

        "The Russian project will change the face of Algeria's military," an industry source said.

        A key element in the project has been the Algerian procurement of 180 T-90 MBTs from Russia. In 2008, the last of the tanks arrived in Algeria, with deployment expected later in 2009.

        The Stockholm International Peace Research Institute has reported that Algeria accounted for 35 percent of weapons imports in Africa. SIPRI identified the three leading weapons importers in Africa as Algeria, South Africa and Sudan.

        "During the period 2004-2008, Algeria and South Africa were the two largest arms importers in Africa, accounting for 35 percent and 27 percent, respectively, of the continent's imports," SIPRI said.

        Algeria was also said to have received most of its order of Su-30MK fighter-jets. SIPRI said Algeria has acquired 18 out of 28 Sukhois.

        The next stage of the Russian military modernization project would focus on naval platforms. Algeria has ordered two Project 636 Kilo-class submarines from Moscow.

        Algeria's neighbor, Morocco, has also launched a military modernization program. In 2008, SIPRI said, Rabat ordered 24 F-16C multi-role fighters, one FREMM naval frigate from France and three smaller SIGMA-90 frigates from the Netherlands.

        Comment


        • #34

          May 19, 2009 -- In what is the largest post-USSR weapons export deal, Russia has bagged a USD 7.5b deal with Algeria, reported Defense Industry Daily on May 14.

          The chief of Russia's weapons exporting enterprise, Rosoboronexport, Sergei Chemezov said, “Practically all types of arms which we have are included, anti-missile systems, aviation, sea and land technology."

          This is a big boom for the Russian defense equipment manufacturers, as the total annual Russian exports were USD 5-6b, in the years 2004 and 2005.

          It was not clear what the package consisted of, but it was reported to include MiG-29SMT and SU-30 fighters, Yak-130 Mitten trainers, AT-13 Metis-M and AT-14 missiles, M1 Tunguska gun/missile systems, T-90S tanks, MI-24 Hinds and more.

          Russia and Algeria are the world's first and third largest natural gas producers, and this big military equipment deal will bring them closer politically.

          It also locks out the U.S. - by far the largest weapons exporter in the world - from the Algerian market.

          Comment


          • #35

            Jeudi 21 Mai 2009 -- L’Algérie étudie la vente de 80 avions de chasse de type Mig 21 et Mig 23, Sukhoi 20 à vingt pays africains avec des conditions allégées. Une source bien informée a révélé qu’il a été décidé de mettre hors service les avions qui vont être cédés. D’autres sources ont indiqué à El Khabar que le ministère de la Défense Nationale a décidé, après consultation du commandement des forces aériennes, d’abandonner la moitié du stock algérien en avions Mig 21 et Mig 23 ainsi que tous les avions Sukhoi 20, soit la totalité de 120 avions. 80 pays ont été cooptés pour leur céder ces avions, dont deux pays africains. Il est également attendu, dans ce cadre, que ces avions Mig 21 et Mig 23, ainsi que tous les avions Sukhoi 20, cesseront d’être exploités avant 2014 au maximum. Ces avions seront remplacés par d’autres avions modernes qui seront importés de Russie. Notre source a, cependant, refusé, de dévoiler les noms des pays africains concernés par cette transaction. Elle s’est juste contentée de déclarer qu’elle s’inscrit dans le cadre de la coopération entre l’Algérie et les pays Africains. Le plan du Ministère de la Défense Nationale porte sur l’abandon des Mig, tout en gardant une petite quantité pour l’entraînement des troupes. Pour rappel, l’armée algérienne se dote d’armements sophistiqués, depuis l’accord conclu, lors de la visite de Poutine, à Alger. Cela intervient dans un moment où l’Algérie a reçu des avions du genre Sukhoi 30, connus pour leur bonne performance par rapport à d’autres avions de chasse américains. Il est à rappeler que l’Armée de l’Air algérienne possède 230 avions Mig 21 et Mig 23 en plus de Sukhoi 20, dont seulement 80 avions de ces derniers sont opérationnels. L’Armée Algérienne ne compte actuellement que sur les avions Mig 29.

            Comment


            • #36

              Jeudi 28 Mai 2009 -- L’agence russe Novosti a rapportée, que d’après une source de l’entreprise « Rosoboronexport » (chargée de l’exportation d’armes russes), que Moscou, travaillait à dynamiser la coopération militaire avec l’Algérie, suite a la baisse de ses exportations d’armes vers l’Inde et la Chine. La Russie s’efforce de compenser le recul des ses exportations d’armement vers l’Inde et la Chine, en dynamisant ses exportations vers l’Algérie la Syrie et le Venezuela, l’agence russe a, en effet, rapporté, selon une source anonyme, que de nouveaux marchés étaient récemment identifiés ; alors que 60% des exportations étaient destinées a l’inde et la chine, la situation avait désormais évolué avec l’apparition de nouveaux partenaires tels que le Venezuela, la Syrie l’Algérie et bien d’autres pays.

              Comment


              • #37
                Kamel Ramdhani :


                Mardi 2 Juin 2009 -- L'armée de l'air algérienne recevra en 2010 une première livraison de six avions de combat et d'entraînement de type Iak-130 acquis auprès de la Russie, a annoncé, mardi 2 juin, un haut responsable russe, cité par l'agence d'information russe Ria Novosti. Cette livraison fait partie d'un contrat global prévoyant l'achat de 16 avions de ce type, selon la même source.

                « Notre mission consiste à achever les essais du Iak-130 en 2009 pour garantir la livraison des six premiers avions de combat et d'entraînement en Algérie », a indiqué le premier directeur adjoint du Bureau d'études Iakovlev Nikolaï Doljnikov. Ce responsable s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de coordination pour la coopération russo-ukrainienne dans la construction des moteurs d'avions.

                « Le Iak-130 est l'un des avions-écoles russes de nouvelle génération qui peut être utilisé comme un avion d'assaut léger grâce à ses neuf points d'accrochage extérieurs capables d'emporter une charge maximale de 3 tonnes. Avec un équipage de deux personnes, le Iak-130 est équipé d'un système de commande à distance multiforme permettant de former les pilotes débutants aussi bien que les pilotes en recyclage des chasseurs de quatrième et de cinquième génération », selon Ria Novosti.

                Comment


                • #38
                  Samir Allam :


                  Mercredi 3 Juin 2009 -- « En matière de vente d'armes, nous avons des règles de contrôle d'utilisation. Ces règles sont les mêmes pour tout le monde que ce soit pour les pays européens, Israël ou l'Arabie Saoudite. Ces règles ont créé certaines hésitations ici. Mais si les Algériens sont intéressés, nous sommes disposés à discuter ».

                  Le 24 mai dernier, lors d'une rencontre avec la presse, l'ambassadeur américain à Alger David Pearce a évoqué l'existence d'hésitations du côté algérien pour conclure des contrats d'armement avec les Etats-Unis. M. Pearce n'a donné aucune indication sur la nature de ces hésitations ni les armes que les Algériens souhaiteraient acquérir auprès des Américains.

                  Selon nos sources, il pourrait s'agir de satellites de haute définition. Ce matériel ultramoderne intéresse les Algériens qui veulent l'utiliser pour le contrôler de leurs frontières dans le cadre d'un vaste projet de clôture électronique. Pour les autres types d'armes, notamment les avions, les Algériens restent fidèles au Russes.

                  Les Américains n'ont pas refusé. Mais, selon nos informations, ils ont conditionné une éventuelle vente d'armes à l'Algérie par la possibilité pour l'armée américaine d'avoir une présence militaire permanente sur le sol algérien, en installant une base militaire en Algérie. Washington aurait également demandé des concessions sur un certain nombre de dossiers dont celui du Sahara occidental et l'Africom, le commandement militaire américain régional pour l'Afrique. « Pour les Américains, les ventes d'armes vont de pair avec une coopération politique et militaire », souligne notre source de défense occidentale qui a requis l'anonymat.

                  En effet, tous les pays arabes clients des Etats-Unis dans l'armement ont accepté une coopération militaire étroite avec Washington et une présence permanente de troupes américaines sur le sol. C'est le cas des pays du Golfe, de l'Egypte ou de notre voisin, le Maroc. Ce dernier, à maintes reprises, a proposé aux Américains d'accueillir sur son sol leur base militaire qu'ils souhaitent implanter pour surveiller la région du Sahel. Mais les Américains restent intéressés par le sud algérien. L'Algérie est en effet le pays du Maghreb qui possède le plus de frontières avec ses voisins. « Avec une base installée dans le sud algérien, ils peuvent tout contrôler en Afrique et dans le Maghreb », ajoute notre source.

                  Comment


                  • #39

                    Samedi 6 Juin 2009 -- Initialement prévue pour janvier 2009, la livraison des avions de combat et d'entraînement russes Iak-130, n'aura lieu finalement, qu'en 2010. Sans toutefois donner de détails sur la date exacte de livraison, le premier directeur adjoint du bureau d'études Iakovlev, M. Nikolaï Doljnikov, cité par l'agence russe Ria Novosti, a annoncé mardi à partir de Zaporojie en Ukraine que la Russie livrera les six premiers avions Iak-130 à l'Algérie en 2010. «Notre mission consiste à achever les essais du Iak-130 en 2009 pour garantir la livraisons des six premiers avions de combat et d'entraînement en Algérie», a indiqué M. Nikolaï, lors d'une réunion du conseil de coordination pour la coopération russo-ukrainienne dans la construction des moteurs d'avion. Selon le même responsable, quatre avions destinés à l'Algérie seront rassemblés à Irkoustk. De son côté, Valeri Poklad, ingénieur en chef de l'usine de Saliout à Moscou, a déclaré que les premiers moteurs AI-222-25 pour les Iak ont déjà été livrés à l'usine.

                    Au total, l'Algérie achètera 16 appareils conformément à un contrat signé avec le groupe Irkut dont fait partie le bureau d'études Iakovlev. L'usine Sokol de Nijni Novgorod, producteur des avions Mig-21, Mig-27, Mig-29 UB/UBT et Mig-31, construira quatre autres Iak-130 pour l'armée russe. Outre l'Algérie, le directeur adjoint du bureau d'études, indique que plusieurs pays du Proche-Orient ainsi que la Biélorussie manifestent leur intérêt pour le Iak-130. En juillet 2008, le directeur général d'Irkut, Oleg Demtchenko, avait indiqué que l'Algérie recevra avant 2009, 24 avions russes d'entraînement et de combat Iak-130. Selon l'agence russe Ria Novosti, le holding aéronautique russe Irkut avait entamé des négociations sur l'exportation de l'Iak-130 vers plusieurs pays et a cité à titre d'exemple la Grèce, la Malaisie et l'Algérie. «Nous menons des négociations avec ces trois pays. Au total l'Algérie recevra 24 avions de ce type avant 2009» avait indiqué M. Demtchenko lors de la tenue du salon aéronautique de Farnborough prés de Londres. Le constructeur russe avait déjà livré le 31 mai 2008 deux chasseurs polyvalents SU-30 MKA, à l'Algérie.

                    Lors de la visite de l'ex-président russe Vladimir Poutine en Algérie en 2006, les deux pays avaient signé un contrat portant sur la livraison de 28 chasseurs de la famille Sukhoï. En 2007 Irkut avait vendu à l'Algérie quatre chasseurs polyvalents SU-30. Des informations rapportées en juillet 2007 par l'hebdomadaire russe Kommersant-Vlast indiquent que la Russie a signé une série de contrats avec l'Algérie et le Venezuela. Les contrats russo-algériens portent notamment sur 28 chasseurs SU-20MKA, 34 chasseurs Mig-29SMT et Mig-29UBT, 16 avions-écoles Iak-130, 8 divisions de missiles sol-air S300PMU-2 et 180 chars T90C. Ensuite les médias ont rapporté l'achat par l'Algérie de deux sous-marins de type 636. Le Iak-130 est l'un des avions-écoles russes de nouvelle génération qui peut être utilisé comme un avion d'assaut léger grâce à ses neufs points d'accrochage extérieurs capables d'emporter une charge maximale de 3 tonnes. Avec un équipage de deux personnes, l'Iak-130 est équipé d'un système de commande à distance multiforme permettant de former les pilotes débutants aussi bien que les pilotes en recyclage des chasseurs de quatrième et de cinquième génération.

                    Comment


                    • #40

                      Stockholm, June 8, 2009 -- The United States kept its spot as the world's largest military spender in 2008 while China jumped to second place, a Swedish-based peace research institute reported Monday. Last year, global military expenditures totalled 1.464 trillion dollars or 217 dollars per capita, the Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) said, adding that the global increase was 4 per cent in real terms on 2007 and up 45 per cent since 1999.

                      The U.S. had a 41-per-cent share of world military spending or 607 billion dollars in 2008, President George W Bush's last year in office. The conflicts in Afghanistan and Iraq fuelled spending that was the highest in the U.S. since World War II, SIPRI said.

                      China was estimated to account for almost 6 per cent of global spending or some 85 billion dollars while France, Britain, and Russia each accounted for some 4 per cent, the SIPRI Yearbook said, noting that Japan dropped to seventh place, just behind Germany.

                      In Asia, spending increased in China, India, South Korea and Taiwan while cuts were made in Indonesia, Pakistan and Japan. In the Middle East spending fell slightly in real terms in 2008, SIPRI said.

                      Algeria and Brazil were other countries where spending increased.

                      The institute also reported an increase in combined arms sales from the world's top 100 companies with sales of 347 billion dollars in 2007, the latest year covered by SIPRI.

                      Of the 100 companies, 44 were U.S.-based and accounted for 61 per cent of arms sales, while 32 European companies combined for a 31- per-cent share. Companies in Russia, Japan, Israel, and India had most of the remainder. China was not included in the estimate.

                      Most arms companies were "relatively unaffected by the global financial crisis" due to rising U.S. expenditure and stable spending in Europe but less access to credit may impact some companies and merger plans, SIPRI said.

                      The U.S. and Russia remained the world's largest arms exporters 2004-2008, accounting for 31 and 25 per cent, respectively. China and India were the world's largest importers although Russian deliveries and orders to China declined in 2007 and 2008. Other big importers included the United Arab Emirates, Greece and South Korea.

                      In its annual outlook, the institute said there were 16 major armed conflicts in 2008, two more than in 2007. Another trend highlighted in the annual report was the increase in recent years of "one-sided violence" that targets civilians by government forces, militia, rebel forces and others.

                      Conflicts that increased in intensity included Sri Lanka, the Philippines, Peru, Turkey, and Israel, with the ongoing tensions in the Palestinian territories.

                      In 2008, SIPRI registered 60 peacekeeping operations. The NATO-led International Security Assitance Force (ISAF) in Afghanistan was the largest single multilateral operation with over 51,000 troops. There were 19 operations in Africa and Europe, respectively.

                      According to the yearbook, eight states have almost 8,400 operational nuclear weapons of which some 2,000 were kept at high level.

                      SIPRI researchers noted "a resurgence of interest in nucler disarmament" last year and various initiatives to reduce nuclear weapons while programmes in North Korea and Iran continued to generate controversy.

                      In his overview, SIPRI director Bates Gill noted the high expectations pinned on U.S. President Barack Obama, but also expressed fears that continued "fragmentation of violence in weak states" will cause more suffering for civilians.

                      The Swedish parliament created SIPRI as an independent foundation in 1966.

                      Comment


                      • #41
                        Samir Allam :


                        Lundi 8 Juin 2009 -- Les dépenses militaires de l'Algérie ont atteint, en 2008, le montant record de 5,2 milliards de dollars, selon les estimations publiées, lundi 8 juin, par l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri). Ces dépenses sont en hausse de 18% par rapport à l'année 2007, précise le Sipri. Il s'agit de la plus forte hausse de ces dix dernières années.

                        Grâce à cette hausse, l'Algérie figure parmi les pays qui ont fortement contribué à l'accroissement global des dépenses militaires mondiales. Ces dernières ont atteint en 2008 le montant record de 1.464 milliards de dollars. Les autres pays qui ont contribué à cette forte hausse sont : l'Inde, l'Arabie saoudite, l'Iran, Israël, le Brésil, la Corée du Sud et la Grande-Bretagne.

                        « L'Algérie est l'exemple de pays où les dépenses militaires ont fortement augmenté ces dix dernières années. L'Algérie, avec ses grandes réserves de pétrole et de gaz, est une puissance régionale en Afrique du Nord. Elle a développé son influence politique en devenant le principal allié des Etats-Unis dans la « guerre mondiale contre le terrorisme » », note le rapport du Sipri dont tsa-algerie.com a obtenu une copie. Le budget de la Défense nationale est le plus élevé comparé à tous les autres secteurs, y compris celui de la santé, souligne encore le rapport.

                        Deux facteurs expliquent cette forte militarisation de l'Algérie, selon le Sipri. Le premier est lié à la menace terroriste que représente l'activité du GSPC, devenu Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), dans le pays. Entre 2006 et 2008, les groupes terroristes avaient multiplié les attaques, tuant plusieurs centaines de personnes et visant des installations, y compris le siège de l'ONU à Alger, ciblé par attentat le 11 décembre 2007. En réponse, le gouvernement algérien a décidé d'augmenter le budget des unités opérationnelles de l'armée chargées de la lutte contre le terrorisme, affirme le rapport.

                        Le second facteur est lié à la forte influence de l'armée dans le domaine politique en Algérie. Le rapport rappelle que l'armée nationale est l'héritière de l'ALN. Depuis l'indépendance du pays, l'élite militaire est fortement influente dans les cercles de décision politique.

                        Comment


                        • #42

                          Mardi 9 Juin 2009 -- Les dépenses militaires mondiales ont atteint, en 2008, un record de 1 464 milliards de dollars, soit une hausse de 45% sur 10 ans, représentant 2,4% de la richesse mondiale et 217 dollars par habitant de la planète. Selon le rapport annuel de l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm, la lutte antiterroriste dans le monde a poussé plusieurs pays à débloquer des budgets faramineux avec une perspective fortement militarisée. Selon le même rapport, citant un cas de figure, ces dépenses ont été gonflées par la guerre en Irak, le retour de la Russie sur le marché et l’émergence de la Chine.

                          Comment


                          • #43

                            Mercredi 10 Juin 2009 -- La crise économique mondiale n'affecte pas les dépenses militaires qui explosent. L'Algérie qui fait officiellement un effort de rattrapage dans la modernisation des équipements militaires, participe à une tendance qui est bien mondiale. 5,2 milliards de dollars. C'est le montant des dépenses militaires de l'Algérie en 2008, selon le dernier rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm rendu public hier. L'Algérie, avec d'autres pays du Sud, comme l'Inde, l'Arabie Saoudite, le Brésil, la Corée du Sud, aura participé à la très forte augmentation des dépenses militaires dans le monde. L'augmentation des dépenses de l'Algérie a été de 18%. «Les dépenses militaires algériennes se sont accrues de 18% en termes réels pour atteindre 5,2 milliards de dollars, le niveau le plus haut en Afrique», sous l'effet d'une croissance économique solide et des besoins de faire face à la crise sécuritaire, note le rapport. À l'échelle mondiale, les dépenses militaires ont augmenté de 4% par rapport à 2007 pour atteindre le montant de 1.464 milliards de dollars, soit de 2,4% du PNB mondial. Sur la décennie, la hausse des dépenses militaires a atteint 45% depuis 1999. L'accroissement des dépenses algériennes, même s'il semble être dû à un effet de rattrapage en matière d'équipement militaire, fait partie d'une tendance globale. L'Algérie a eu la plus forte dépense au niveau de l'Afrique. Les budgets militaires ont augmenté dans pratiquement toutes les régions du monde, mais ce sont les Etats-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie qui sont les plus dépensiers. L'Arabie Saoudite est le seul pays arabe qui figure parmi les 10 premiers pays en matière de dépenses d'armement qui ont atteint en 2008 la somme de 32 milliards de dollars.

                            Le chiffre global de 1.464 milliards de dollars au niveau mondial pourrait être dépassé. L'Institut de Stockholm qui utilise les données publiques officielles considère, en effet, que les Etats ont tendance à sous-évaluer les chiffres par rapport à la réalité. Pour l'Algérie, l'Institut de Stockholm note que les dépenses militaires se sont accrues à la faveur de l'augmentation des revenus d'hydrocarbures et dans un contexte de coopération avec les Etats-Unis dans la guerre globale contre le terrorisme. Le responsable du suivi des dépenses militaires à l'Institut de Stockholm, le Dr Sam Perlo-Freeman, estime que la hausse des dépenses militaires algériennes découle du choix du gouvernement d'apporter une réponse militaire à l'insurrection islamiste. Il invoque également l'aisance financière découlant des revenus pétroliers. «L'Algérie est désormais le pays dont les dépenses militaires sont les plus élevées en Afrique» et elle pourrait chercher à avoir «un statut de puissance régionale en devenant la plus forte puissance militaire de la région». Le responsable de l'Institut de Stockholm évoque également des raisons liées au fonctionnement même du système politique dans cette affectation des ressources à la dépense militaire. «Il y a aussi des motivations politiques potentielles, les militaires ont traditionnellement joué un rôle politique fort en Algérie».

                            Comment


                            • #44

                              Mardi 7 Juillet 2009 -- Des responsables des l’industrie militaire russe ont constaté les résultats des investigations sécuritaires et techniques sur des avions « Mig 29 », objet d’un marché contracté depuis quelques temps avec l’Algérie, et qui s’étaient avérés endommagés. Les responsables se sont engagés à vérifier et tester chaque pièce, destinée à l’exportation vers l’Algérie. La sécurité algérienne a, de son coté, ouvert un dossier d’investigations sur une éventuelle relation israélienne. Des sources informées d’El Khabar, ont déclaré que la sécurité algérienne a ouvert un dossier d’investigation, sur des activités d’espionnage du Mossad, sur le marché d’armement, entre l’Algérie, la Russie et l’Ukraine. La cellule de renseignement auprès du ministère de la défense a mobilisé des officiers et des experts, pour donner des suites au dossier, concernant les informations qu’auraient eues les israéliens sur les armes provenant de Russie. L’affaire aurait commencé, au mois de décembre, quant un Etat européen avait reçu des informations sensibles d’Israël, relatives à un chargement de missiles provenant de Russie, et réceptionné par l’Algérie, en 2008. Les investigations internes, au niveau de la marine algérienne, ont démontré que les israéliens avait eu l’information à l’étranger, et qu’il se pourrait que le Mossad puisse avoir un lien avec l’affaire des « Mig 29 » endommagés, et remis à la Russie l’année passée.

                              La sécurité algérienne a reçu des informations extrêmement secrètes, relatives à un réseau d’espionnage, activant au niveau de la ville de Novorsisk, en Russie, et du port de Russie, donnant sur la mer noir, par lequel transitent certains chargements d’armement provenant de Russie ou d’Ukraine, destinés à l’Algérie. Par ailleurs, l’Algérie a demandé, à la Russie, de renforcer le contrôle sécuritaire, et a également, envoyer des officiers dans ce sens. Les représentants du gouvernement russe ont informé l’attaché militaire de l’Algérie à Moscou, que leurs experts analyseront toutes les pièces d’armes destinées à l’Algérie, et testerons toutes les pièces qui présenteraient des doutes. La Russie s’est engagée à ouvrir des investigations sur les soupçons de l’Algérie. L’Algérie a informé la sécurité russe de la présence d’espions israéliens, au niveau de la ville de Novorsisk. Les officiers chargés de sécuriser les chargements destinés à l’Algérie, ont aussi constaté, la présence d’individus, au niveau des infrastructures et des bureaux de services maritimes, durant la période allant de 2006 à 2008. Il s’avère par la suite, qu’ils étaient des agents du Mossad, parmi lesquels, un responsable du Mossad en Ukraine. Ces individus auraient organisé des entretiens avec des marins pour identifier les chargements d’armes destinés à l’Algérie et à Libye.

                              Comment


                              • #45
                                Ali Idir :


                                Mercredi 22 Juillet 2009 -- L'Armée nationale se dote d'une usine de production de véhicules tout terrain à Tiaret. Un établissement de développement de l'industrie du véhicule a été créé par décret présidentiel publié au Journal officiel (JO) du 29 juin 2009. Rattaché au ministère de la Défense nationale (MDN), cet établissement est chargé d'assurer la conception, les études, le développement, la production et la commercialisation de véhicules tout terrain », selon le texte. La future société dénommée EPIC EDIV est basée à Ain Bouchekif près de Tiaret sur le site de la défunte usine Fatia, le projet algéro-italien de construction d'une voiture Fiat en Algérie. Elle bénéficie en effet des biens qui appartenaient à l'ex-projet « Fatia », à Aïn Bouchekif, dans la wilaya de Tiaret, transférés au ministère de la défense nationale, a précisé le décret. Le conseil d'administration de l'EDIV est composé de seize membres dont les représentants l'Etat major de l'Armée, le département du renseignement et de la sécurité (DRS), le commandement des forces terrestres, les ministères de l'Intérieur, de l'Industrie, de l'Energie et des mines, la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les Douanes, la Protection civile, la SNVI, la Gendarmerie nationale, et des directions du MDN. Le ministère de la Défense qui dépend des importations pour ses approvisionnements en véhicules tout terrain veut ainsi réduire la facture d'importation et sa dépendance de l'étranger en matière de matériels destinés au transport des troupes terrestres.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X