Announcement

Collapse
No announcement yet.

Regime change via Western bombing : Libya on the brink

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Revolt in Libya

    Qaddafi calls this a civil war.
    A civil war is naturally between two armed forces.

    The revolt may be by armed rival tribal groups opposed to Qaddafi's rule.
    If it ends with Algeria getting democracy, that will be good.

    It should not be that one dictator is replaced by another.

    Comment


    • Yazid Slimani :


      Samedi 19 Mars 2011 -- Le recours à la force contre le régime de Kadhafi ne semble plus être qu'une question d'heures. La communauté internationale –pays occidentaux et arabes– est réunie aujourd'hui à Paris en France pour un sommet consacré à la question libyenne après le vote de la résolution 1973 de l'ONU, autorisant l'usage de la force pour imposer un cessez-le-feu immédiat en Libye. La communauté internationale pourrait lancer ses premières frappes contre les forces de Mouammar Kadhafi d'ici la fin de la journée. La France a d'ailleurs déjà envoyé des avions Rafale pour des missions de reconnaissance au‑dessus du territoire libyen selon une source militaire française citée par la chaîne Al Arabiya et des mouvements d'avions militaires italiens ont été observés dans plusieurs bases militaires du pays. En effet, en cas d'attaque internationale sur la Libye, l'Italie a accepté de mettre plusieurs de ses bases à disposition pour la mise en place de la zone d'exclusion aérienne. À l'issue du sommet de Paris, le président français Nicolas Sarkozy a déclaré que «la porte de la diplomatie» se rouvrirait quand les agressions contre la population «cesseront» en Libye, appelant le colonel Kadhafi à respecter «sans délai et sans réserve» la résolution de l'Onu pour «éviter le pire».

      Face à la menace qui se rapproche, le colonel Kadhafi conserve quant à lui la même attitude intransigeante. «Si vous intervenez dans notre pays, vous le regretterez», a rapporté le porte‑parole du régime libyen, en s'adressant aux pays réunis à Paris. Dans un message «urgent» adressé à Barack Obama, Nicolas Sarkozy, David Cameron et au secrétaire général de l'ONU Ban Ki‑Moon, le colonel Kadhafi affirme : «Tout le peuple libyen est avec moi et ils sont prêts à mourir pour moi, les hommes, les femmes et les enfants». Ce samedi, les forces du dirigeant libyen continuent leur avancée sur Benghazi. Elles ont bombardé plusieurs quartiers à l'ouest de la ville. Des milliers de personnes sont en train de fuir la zone. De son côté l'Union africaine qui ne participe pas au Sommet de Paris, tient également ce samedi une réunion à Nouakchott sur le dossier libyen. Selon une source diplomatique française, une répartition des rôles est en place et fait que l'UA consacre plutôt ses efforts à une médiation avec le régime de Kadhafi.

      Comment


      • Comment



        • Samedi 19 Mars 2011 -- L'Algérie «prend acte» de l'adoption de la résolution de l'ONU sur la Libye et «partage pleinement l'objectif de cessation immédiate des violences fratricides» dans ce pays, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères cité par l'agence APS. «Partie prenante aux efforts de la Ligue des États arabes et de l'Union africaine, l'Algérie apportera sa contribution à tout effort de règlement visant à favoriser une réponse aux aspirations du peuple libyen frère dans le cadre du respect de sa souveraineté et de son unité et de la préservation de l'intégrité territoriale de son pays», selon les termes du communiqué. «L'Algérie, selon le document, réaffirme, à cet égard, qu'il revient au peuple libyen de décider par la voie du dialogue national de son devenir» et «se tient, dans ces moments difficiles, aux côtés du peuple libyen frère et continuera à lui témoigner sa solidarité».

          La résolution du Conseil de sécurité 1973, adoptée jeudi soir par dix des 15 membres du Conseil de sécurité, «exige un cessez-le‑feu immédiat et l'arrêt de toutes les opérations offensives. Elle interdit également les vols au‑dessus de la Libye». Un sommet extraordinaire s'est tenu samedi à Paris sous la présidence de Nicolas Sarkozy, de l'Union Africaine, de la Ligue arabe en présence du secrétaire général de l'Onu Ban Ki‑Moon, suite à la violation de la résolution par Tripoli. M. Sarkozy a annoncé le début d'une action militaire contre la Libye en accord avec Londres, Washington et des partenaires arabes, alors que la bataille faisait rage dans le bastion anti-Kadhafi de Benghazi.

          Comment


          • Sonia Lyes :


            Samedi 19 Mars 2011 -- Une première frappe aérienne française contre la Libye a eu lieu samedi à 16 h 45 GMT. Elle a visé «un véhicule indéterminé», a annoncé l'état‑major des armées françaises cité par l’agence AFP. Une vingtaine d’appareils ont été engagés dans l’opération alors que le porte‑avions Charles De Gaulle va appareiller de Toulon dimanche, a annoncé l'état‑major français. Cette première frappe intervient quelques minutes après l’annonce par le président Sarkozy de l’intervention militaire à l’issue d’un sommet réunissant à Paris des dirigeants occidentaux et arabes ainsi que le secrétaire général de l’ONU. «En accord avec nos partenaires, nos forces aériennes s'opposeront à toute agression des avions du colonel Kadhafi contre la population de Benghazi. D'ores et déjà, nos avions empêchent les attaques aériennes sur la ville», a déclaré Nicolas Sarkozy, à l'issue d'une réunion d'environ deux heures. Le président Obama a indiqué depuis le Brésil où il se trouve que «le peuple libyen doit être protégé, et en l'absence d'une fin immédiate de la violence contre les civils, notre coalition est prête à agir, et à agir urgemment». Ces attaques interviennent 48 heures après le vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU autorisant le recours à la force pour protéger les civils de l'offensive du régime contre les rebelles. L'Algérie a annoncé samedi qu’elle «prend acte» de l'adoption de la résolution de l'ONU sur la Libye et «partage pleinement l'objectif de cessation immédiate des violences fratricides» dans ce pays. «Partie prenante aux efforts de la Ligue des États arabes et de l'Union africaine, l'Algérie apportera sa contribution à tout effort de règlement visant à favoriser une réponse aux aspirations du peuple libyen frère dans le cadre du respect de sa souveraineté et de son unité et de la préservation de l'intégrité territoriale de son pays», a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

            Comment


            • Comment


              • Comment


                • Comment


                  • Rafik Tadjer :


                    Samedi 19 Mars 2011 -- Une coalition de cinq pays mène ce samedi soir des frappes aériennes et des tirs de missiles contre des objectifs militaires en Libye, a indiqué le Pentagone. Ces pays sont les États‑Unis, la Grande‑Bretagne, la France, le Canada et l'Italie. Les États‑Unis ont annoncé avoir frappé des sites anti‑aériens libyens à l'aide de missiles de croisière Tomahawk pour faciliter la mise en œuvre de la zone d'exclusion aérienne par les forces de la coalition. Au total, 112 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés sur 20 objectifs, a annoncé le Pentagone vers 21 h 30 (20 h 30 GMT). Les forces britanniques sont en action au‑dessus de la Libye, a annoncé pour sa part le Premier ministre de ce pays David Cameron. La première frappe aérienne française a eu lieu à 17 h 45. Vers 20 h 30, une source militaire française a indiqué que les avions de chasse français ont jusqu'ici procédé à quatre frappes aériennes sur la Libye, détruisant plusieurs blindés des forces pro‑Kadhafi. Ces tirs se sont produits dans la région de Benghazi, bastion des opposants au dictateur libyen. Des témoins cités par l'agence AFP dans la soirée ont indiqué que de fortes explosions ont retenti à l'est de Tripoli, où des boules de feu ont été vues à l'horizon, sans être en mesure de préciser l'origine des détonations. Selon les médias libyens des «objectifs civils» ont été la cible de raids de l'aviation des «ennemis croisés» à Tripoli. Ils font état de blessés. Selon la chaîne de télévision Al Jazeera, le conseil militaire des insurgés coopère avec les forces de la coalition notamment pour désigner les endroits où pourraient se trouver des troupes de Kadhafi. La radio Libye Libre appartenant aux opposants a appelé les civils à s’éloigner des objectifs militaires.

                    Comment


                    • Comment


                      • Comment


                        • Comment


                          • Comment


                            • Comment



                              • BENGHAZI, Libya, March 19, 2011 (Reuters) -- A warplane was shot down on Saturday over the Libyan city of Benghazi and an opposition activist said it was a rebel fighter jet hit by accident. Azeldin al-Sharif, an opposition activist, said rebel forces had brought the plane down by mistake over the city of Benghazi. The city came under attack from forces loyal to Muammar Gaddafi on Saturday, including air strikes by planes loyal to the government. "The fighter jet that was brought down this morning, was a revolutionary fighter jet and was hit by mistake. There is no communication on the ground," said Sharif, head of the British-Libyan Solidarity Campaign. Earlier, Reuters correspondent Angus MacSwan described seeing the warplane come down. "I saw the plane circle around, come out of the clouds, head toward an apparent target, and then it was hit and went straight down in flames and a huge billow of black smoke went up," he said.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X